Yegg n°82 jui/aoû 2019
Yegg n°82 jui/aoû 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°82 de jui/aoû 2019

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Yegg Magazine

  • Format : (170 x 240) mm

  • Nombre de pages : 38

  • Taille du fichier PDF : 14,0 Mo

  • Dans ce numéro : le droit d'exister...

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 34 - 35  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
34 35
TOUTE L’ACTUALITÉ LACTUALITE FÉMININE RENNAISE SUR YEGGMAG.FR CERISE SUR LE GATEAU Verdict - p.35 YEGG & the city - p.36
ON THE LINE JENNY LEWIS JUILLET 2019 Cd verdict En France, on ne la connaît pas assez bien, pas assez tout court. On passe à côté d’une artiste dont le talent n’est plus du tout à démontrer mais simplement à savourer. L’ex-leadeuse du groupe Rilo Kiley revient en solo pour la quatrième fois et offre, bouleversée par sa séparation avec Jonathan Rice (avec qui elle collaborait en duo) et la mort de sa mère, addict à l’héroïne, une époustouflante mise à nu. Elle le fait simplement, en restant fidèle à ce qu’elle est, avec son univers riche et complet et sa désinvolture. Sa musique, de plus en plus folk, toujours rock, à l’instar de son personnage pailleté et rétro, est percutante. Parce que Jenny Lewis manie les variations de style et de rythme (dans l’enchainement des chansons) et maitrise, avec les ballades « Hollywood Lawn » et « Dogwood », le borderline. On est sur le fil de l’émotion, une émotion vive, tendue et tendre, elle nous secoue de par son authenticité et sa vulnérabilité et nous cloue au sol de par la force qui résonne dans sa voix. Une force assumée avec humilité. Son album est une inspiration et un allié précieux, essentiel à notre ressourcement. Jenny Lewis nous raconte des histoires, des vécus, des ambiances et des souvenirs et nous porte avec elle en Californie. On prend notre pied. I MARINE COMBE Dvd REBELLES ALLAN MAUDUIT JUIN 2019 Après 15 années passées sur la Côte d’Azur, Sandra, ex miss Pas-de-Calais, revient s’installer chez sa mère à Boulogne-sur- Mer. Sans boulot, elle devra aller travailler à l’usine de conserverie ce qui ne manquera pas de faire réagir la petite communauté locale. Un soir, alors qu’elle est victime d’une agression sexuelle par son contremaitre, elle provoque par accident une grave blessure. L’homme est très mal en point et ses 2 collègues présentes sur les lieux tenteront de lui venir en aide. Mais la trouvaille d’un sac rempli d’argent changera la donne et les 3 femmes se laisseront convaincre par la disparition du cadavre afin de se partager l’argent. Les vies presque tranquilles des 3 femmes vont alors dégénérer en un acte chaotique de violence et confusion. Allan Mauduit apporte là son rire moqueur et sa raillerie envers l’insignifiance et la futilité. Le moins que l’on puisse dire c’est que les héroïnes de l’auteur n’ont pas froid aux yeux. Prendre des risques, se mettre en difficulté et recevoir des coups ne fait qu’attiser la colère et la détermination de ces 3 femmes. C’est un enchaînement d’évènements et de circonstances qui font éclore en elles des aventurières redoutables et téméraires. Du culot et de la débrouille à la limite de l’outrance qui profite au sens comique de la réalisation. Un film sans aucun doute féministe qui s’applique à révéler des personnalités qui certes prennent des coups mais qui savent aussi en donner quand nécessité il y a. 3 femmes pour 3 interprétations aussi cyniques que jouissives. Une mise en scène haletante et rythmée par d’innombrables surenchères et mesures extrêmes. Outrancier et violent, il y a du Tarantino dans cette comédie sociale pleine de dérision. I CÉLIAN RAMIS HER SMELL ALEX ROSS PERRY JUIN 2019 MfflIM MZJUI Cinéma Her Smell ou le spectacle tumultueux et éreintant d’une star de la scène punk rock américaine des 90’s. C’est grâce à un Single que le trio de Something She rencontre le succès. Pourtant, Becky, la leadeuse du groupe et figure adulée de la scène underground, se brule les ailes. C’est à coups de substances et pratiques mystiques que la star se perd dans une forme d’aliénation. Tous sont là, les membres du groupe, l’impresario et producteur, l’ex compagnon et père de l’enfant de Becky. Tous tentent de la soutenir et d’anticiper ses frasques et débordements aussi toxiques qu’imprévisibles. La chanteuse et rock star est une véritable météorite qui écrase tout sur son passage. Alors que la carrière du groupe tend à se désagréger, l’auteure et tête de proue du groupe saurat-elle retrouver une forme de sérénité pour ne pas faire totalement imploser en vol l’intégrité et l’âme de celui-ci. Difficile de ne pas reconnaître en ce film la dramaturgie opératique au féminin d’un groupe comme Nirvana. On y retrouve là toute l’atmosphère volcanique et tourbillonnante de groupes rock comme The Hole, L7 ou encore Bikini Kill. Au-delà du genre grunge, punk ou riot girrrl c’est le portrait et la mise en abîme d’une femme angoissée et en perte de repère que le réalisateur Alex Ross Perry a su mettre en scène. Impossible de ne pas aborder la réalisation sublime, portée par le mouvement qui immerge le spectateur au cœur de la vie du Band féminin. L’action est la plupart du temps présentée sous forme de longs plans séquences et en trois lieux, la scène et ses coulisses, le studio et la maison retraite de la star. Une immersion extrêmement réaliste produite par l’incroyable prestation d’Elisabeth Moss, tout simplement époustouflante de crédibilité. Une interprétation spectaculaire habitée et incarnée qui booste l’œuvre en lui donnant sa saveur explosive et son ton subversif. I CÉLIAN RAMIS Livre EN PETITE ROBE JAUNE EMMANUELLE LEPOIVRE & FANNY VELLA JUIN 2019 Entourée par les addictions de ses parents, pour l’alcool et les drogues, elle a principalement été éduquée par ses grands-parents, obligés de vendre leur maison en raison de leur attachement aux jeux d’argent… Dans cet environnement décalé, la jeune fille grandit, faisant front à la réalité d’un côté et s’adonnant aux joies et aux peines de tous les enfants et ados de son âge de l’autre. Il y a les traumatismes, il y a les conséquences. Il y a de la légèreté, il y a de la souffrance. Et surtout, une vie à construire et à vivre pour Emmanuelle. L’autrice-scénariste, entourée de Fanny Vella pour les illustrations, raconte ici son histoire familiale et personnelle. C’est une psychothérapie à bulles ouvertes comme elle le dit si bien. Pour exprimer ses émotions, les partager et pour avancer dans sa vie de femme et dans sa vie de mère. Dans cette bande-dessinée, Emmanuelle Lepoivre nous donne à voir et à ressentir les rayons de soleil dans la noirceur des tourbillons. On aime le contraste entre les difficultés éprouvées et la simplicité avec laquelle l’autrice en rend compte. Décomplexé sans être impudique, drôle et sensible, son témoignage bouleverse. I MARINE COMBE



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :