Yegg n°65 janvier 2018
Yegg n°65 janvier 2018
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°65 de janvier 2018

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Yegg Magazine

  • Format : (170 x 240) mm

  • Nombre de pages : 32

  • Taille du fichier PDF : 14,8 Mo

  • Dans ce numéro : libres de ne plus se cacher.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 14 - 15  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
14 15
les sexualites/Lzfghrt Finie la diabolisation du clitoris et du plaisir féminin ? Pas tout à fait… Mais cette année, l’organe du plaisir – correctement représenté – a fait son entrée dans un manuel scolaire de SVT, le manifeste pour s’affranchir des diktats sexuels Libres ! – signé Ovidie et Diglee – trône fièrement en tête de gondole dans les librairies, tout comme la BD militante de Liv Strömquist, L’origine du monde, et la Ville de Rennes se saisit de la question des sexualités, en confiant une soirée de son dispositif ND4J à l’association rennaise Sexclame !, le 14 décembre dernier au Diapason. Janvier 2018/yeggmag.fr/14 focus a nuit de toutes « On n’a pas pensé consciemment par le prisme de l’art et de la culture pour la soirée, mais on a pensé festif, dans l’esprit de la ND4J. Avec des propositions qui font réfléchir, tout en restant dans le divertissement. Pour que ce soit léger et décomplexé ! », explique Margo, co-fondatrice de l’association Sexclame !, jeune structure rennaise, tout aussi capable d’organiser une soirée Amours à l’Élaboratoire – en octobre dernier – qu’une soirée plus institutionnelle au Diapason  : « On ne brasse pas le même public dans les différents lieux, et ça, ça nous intéresse aussi, de passer du milieu underground à un plus grand public. Ça permet aussi de se rappeler qu’on n’est pas tou-te-s déconstruit-es (des clichés, des injonctions et des mythes régissant la sexualité, mais pas que,ndlr) de la même manière. Selon là où on en est, selon les vécus, il peut y avoir des propos qui ne plaisent pas à tout le monde. Une programmation 100% safe et inclusive, c’est bien de tendre dans ce sens-là et de prendre en compte toutes les discriminations mais on prend toujours un risque en organisant une soirée. » En tout cas, c’est un pari joliment réussi pour les bénévoles qui ont ce soir-là transformé le hall de l’établissement en pieuvre de l’amour, du désir et du plaisir, qui nous mène de part et d’autre de ses tentacules vers une sexposition, un bar aphrodisiaque, une sexothèque, des lectures érotico-décalées, des associations, une conférence performée, des massages shiatsu ou encore un concert délirant. pRÉAPPROPRIATION DES SAVOIRS Sans oublier à l’étage, dans une salle de réunion, un atelier « Hacke ton vibreur », animé par Antoine. Il est alors 18h30 et la soirée vient juste d’ouvrir ses portes. L’atelier donne tout de suite
le ton. Outre le fait que le titre évoque les sextoys, il est question ici de l’esprit Do It Yourself. « C’est toi qui le fait, toi qui décide des matériaux. Le DIY est un courant qui rassemble tout un tas de chose. Pour moi, il s’agit de la réappropriation des savoirs. On ne comprend pas toujours ce qu’il y a à l’intérieur des objets autour de nous. Le Do It Yourself propose de donner accès à ces données-là, il y a vraiment la notion de partage. On ne donne pas le gâteau tout seul, on donne le gâteau avec la recette. », souligne l’animateur. L’idée alors n’est pas de fabriquer sur place son sextoy personnalisé mais d’en comprendre le mécanisme, « afin de démystifier les moteurs qui vibrent ». De voir si les compétences des un-e-s et des autres peuvent se croiser et si à l’avenir il serait envisageable de poursuivre l’expérience. C’est surtout une belle entrée en matière qui suggère la réappropriation de la sexualité qui heureusement ne peut être unique mais bel et bien personnelle, à partir du moment où l’on (s’) La Chaire de recherche sur la jeunesse de l’École des hautes études en santé publique (Ehesp) et l’Institut national de la jeunesse et de l’éducation populaire (Injep) s’associent pour effectuer une étude sur les usages d’Internet en lien avec la sexualité. Il suffira de 15 minutes pour répondre aux diverses questions du sondage (anonyme), s’adressant à tou-te-s les jeunes de 18 à 30 ans. En couple ou non, avec ou sans enfants. Le questionnaire interroge votre rapport à Internet, aux réseaux sociaux, aux applications en lien avec la sexualité (sites de rencontre, contraception, etc.), vous demande si vous avez déjà effectué des recherches sur les pratiques sexuelles, les organes génitaux, les règles, focus autorise à se détacher des diktats de la société et sa morale. Il est alors nécessaire de pouvoir avoir accès aux savoirs, de pouvoir choisir et de pouvoir composer et vivre ses expériences, selon chacun-e. D’appeler un chat un chat, ou pas. Puisqu’on pourrait aussi dire « Andouille à col roulé, Berlingo, Chatte, Dard, Extincteur, Foune, Garage à bite, Hochet de Vénus, Instrument, Joystick, Kiki, Levier de vitesse, Minou, Nénuphar, Ouverture, Pine, Quéquette, Radis, Salle des fêtes, Tarte aux poils, Urne, Verger de Cypris, Willy, Xiphoïde, Youka, Zob. » Cet abécédaire des petits noms donnés au sexe féminin et au sexe masculin, c’est la compagnie Les Becs Verseurs qui la dresse à l’occasion de ces lectures érotico-décalées. Des Frères Jacques à l’abbé de Lattaignant, en passant par Colette Renard, Juliette et Le Petit Robert, les trois comédien-ne-s nous invitent à (re)découvrir des textes autour des plaisirs et des sexualités. On sent bien là la patte des Becs Verseurs qui allient humour et poésie et manient Les jeunes, la sexualite et Internet etc. ou encore votre rapport avec les contenus sexuels. Pour se masturber, pour s’exciter avec un-e partenaire, pour découvrir la sexualité, pour rigoler, par curiosité ou autre… Aucun jugement (et avec protection des données). Sans entrer, dans un premier temps, dans les détails. Pour celles et ceux qui le souhaitent, il est possible de se porter volontaire pour des entretiens individuels, afin de développer les thématiques soulevées (l’adresse étant signalée à la fin du sondage). Rien de compliqué, simplement un coup de pouce à l’étude « Les jeunes, la sexualité et Internet » qui fera l’objet d’une publication fin 2018 sur le site de l’Injep. Pour participer  : sondage.ehesp.fr ! Janvier 2018/yeggmag.fr/15



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :