Yegg n°60 jui/aoû 2017
Yegg n°60 jui/aoû 2017
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°60 de jui/aoû 2017

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Yegg Magazine

  • Format : (170 x 240) mm

  • Nombre de pages : 30

  • Taille du fichier PDF : 15,5 Mo

  • Dans ce numéro : réinventons nos déchets.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 16 - 17  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
16 17
mettaient de réaliser une étude-action et de se faire davantage connaître à travers des ateliers et des causeries. Quasiment un an plus tard, le 1er septembre précisément, elles ouvriront leur boutique solidaire, rue de Dinan (inauguration le 15 septembre) et le pôle valorisation sera prêt à accepter les apports volontaires, pour lesquels il y aura des créneaux horaires, précise Julie Orhant  : « Je n’ai pas encore les heures mais ce sera inscrit sur le site. Ce sera dans la ZI Sud Est uniquement, notre local de stockage. Pourront être déposer des objets de déco, de la vaisselle, du mobilier, des vêtements, du linge de maison, des matériaux type bois, tissus, etc. Tout ce qui peut être réemployé. Mais on se donne le droit de refuser certaines choses, comme par exemple, si on nous amène un matelas, là, on dira non. On est une ressourcerie, pas une déchèterie. » Intégrée au réseau national des ressourceries – qui comptabilise actuellement 151 structures adhérentes – La Belle Déchette affiche quatre fonctions  : la collecte et le tri, la valorisation des objets de seconde main, la vente à moindre coût et la sensibilisation à Juillet-Août 2017/yeggmag.fr/16 focus l’environnement. « On projette la récupération de 250 tonnes par an sur la métropole rennaise. C’est un pronostic établi par rapport aux déchèteries (à savoir que Rennes Métropole en compte 18 au total,ndlr) et aux autres ressourceries. », précise Julie. En plus des apports volontaires, la collecte se fera donc auprès des déchèteries mais aussi des professionnel-le-s, comme l’Opéra de Rennes par exemple avec qui elles pourront collaborer, notamment dans la récupération de certaines parties des décors. « Au sein de la métropole, il y a énormément de dépôts en déchèteries, c’est même assez général à la Bretagne. Une partie part en recyclage et une autre, à l’incinération. Il est important de donner une seconde vie aux déchets et ne pas puiser continuellement dans les ressources naturelles. Dans cette société de consommation, ces ressources naturelles arrivent à épuisement. », souligne à juste titre la cofondatrice de La Belle Déchette. Et c’est la boutique de la rue de Dinan qui aura pour but de valoriser les secondes vies don- « Les ateliers sont payants, ce qui permet de rémunérer les intervenant-e-s pour qui c’est l’occasion de se faire connaitre et de développer leur activité. » CÉLIAN RAMIS
nées à ces objets collectés qui seront vendus à moindre coût. Participer à la vie de la ressourcerie signifie alors alimenter un projet issu de l’ESS qui s’active au réemploi mais aussi à la création de lien social et d’échanges de compétences, via l’organisation d’ateliers dès la rentrée, un mercredi par mois de 18h à 20h. Julie Orhant, qui pour l’instant ne dévoile pas les thèmes actuellement en développement, explique  : « Les ateliers sont payants, ce qui permet de rémunérer les intervenant-e-s pour qui c’est l’occasion de se faire connaître et de développer leur activité. La grille des ateliers est complète jusqu’à février 2018 pour le moment. Pour l’instant, il n’y a que des femmes qui interviennent mais des hommes commencent à intégrer La Belle Déchette et c’est vraiment cool. » SENSIBILISER À LA GESTION DE LA CONSOMMATION ET DES DÉCHETS Si la programmation n’est pas encore affichée, on sait en revanche que parmi les intervenantes se trouvera Emmanuelle Dubois, fondatrice de debrouillART, une structure mêlant créations d’objets et mobiliers recyclés et ateliers Do It Yourself pour sensibiliser les participant-e-s à notre consommation et à ce que l’on jette. Après la fac d’arts plastiques et les Beaux-Arts, la Rennaise devient assistante marketing avant de travailler à la Maison de la consommation et de l’environnement en tant que chargée de communication. « Toutes mes expériences ont permis de m’enrichir pour que je puisse lancer mon activité. Ça m’a apporté des compétences pour les supports de communication, pour les stratégies commerciales, pour la diffusion de l’information. », confie-t-elle. Attirée par la création depuis longtemps, elle commence à récupérer les nombreuses choses que l’entreprise, dans laquelle elle est en poste, jette. Elle fabrique alors des meubles, dans un premier temps. « Ça partait de mes besoins à moi. De ce que je trouvais à droite et à gauche. Aujourd’hui, j’essaye de récupérer les déchets des entreprises, les focus « Je suis à l’affût de tout ce qui traine dans la rue, près de chez moi. » chutes de production, les chutes de tissu des couturières par exemple. Aussi, je récupère des bidons d’huile chez le garagiste. Ça l’arrange aussi puisque sinon il est obligé de payer pour les donner au ferrailleur. », détaille Emmanuelle Dubois. La créatrice fourmille d’idées et de ressources pour élaborer ses fabrications. Que ce soit auprès de son voisin qui la fournit en câbles de fibre optique, d’entreprises privées, de structures comme La Belle Déchette ou grâce aux rebuts des particuliers, elle alimente son atelier, aménagé pour le moment dans une petite pièce de sa maison à Chantepie en attendant de pouvoir investir ses 10m2 au Mur Habité, situé dans le quartier Cleunay. C’est la caverne d’Ali Baba. Les étagères sont remplies d’outils, boites de rangement, balles de tennis, poupées Barbie, bouteilles en verre, pelotes de fil, peintures, VHS, bouchons de liège, papiers ou encore tissus. Tout cela servira à créer des tabourets, des fauteuils, des étagères, des pieds de lampe, des tables ou encore des éléments de déco. « Il y a là des choses de ma consommation personnelle mais aussi beaucoup d’objets qui sont déposés au pied des poubelles. Des bouts de lit, des planches de bois, des appareils électroménagers… Je suis à l’affût de tout ce qui traine dans la rue, près de chez moi. », sourit Emmanuelle. Elle qui a été formée, accompagnée et suivie par la coopérative d’activités et d’emploi Elan Créateur lors de la phase de lancement, en mai 2017, souhaite partager son savoir-faire et ses connaissances en matière d’écologie et de développement durable lors de ses ateliers. Ainsi, à partir de skaï et de tissus, on peut fabriquer un bracelet. À partir d’un cd, faire un dessous de verre. De chutes de bois, un nichoir pour les oiseaux. De caisses de vin, des rangements pour les bocaux. De cagettes, des cadres pour les tableaux. « La sensibilisation est importante. Montrer que l’on peut faire des objets avec de la récup’. Et c’est ludique. Je monte des ateliers Juillet-Août 2017/yeggmag.fr/17



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :