Yegg n°42 décembre 2015
Yegg n°42 décembre 2015
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°42 de décembre 2015

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Yegg Magazine

  • Format : (170 x 240) mm

  • Nombre de pages : 32

  • Taille du fichier PDF : 13,4 Mo

  • Dans ce numéro : laboratoire des inégalités ?

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 2 - 3  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
2 3
... CÉLIAN RAMIS
Celle qui La Fata Morgana, fée Morgane en italien, se serait-elle penchée sur son berceau les 4 premiers mois de sa vie lorsqu’elle habitait Brest ? Allez savoir… Aujourd’hui âgée de 23 ans, Morgane Letourneux ne peut croire qu’en son potentiel et sa créativité pour lancer - officiellement en juillet dernier, à la suite du Brunch des créateurs - sa marque de prêt-àporter féminin, Fata Mangrova. Une alliance entre la légende celtique – fata morgana désigne un type de mirage faisant apparaître, selon la météo, un palais élevé au dessus de l’eau, on dit que c’est la fée Morgane qui le provoquerait – et l’anagramme de Morgane (mangrove) avec un v en supplément… Sans oublier « le côté mystérieux, un peu ethnique » et ambiancé de cette sonorité. Un rapport certain à la mer et aux tropiques, dont elle s’inspire dans la fabrication de ses vêtements ornementés de couleurs vives et chaudes ainsi que de motifs graphiques élaborés et soignés. Être styliste, elle en a rêvé petite. Certainement inspirée par l’univers artistique de ses parents. « Mon père faisait de la poterie et de la peinture. Ma mère portait des robes imprimées, un style assez original, ça m’a marquée. Je pense que ça m’a poussé à développer mon côté artistique. », rigole la jeune femme. Après avoir vécu une quinzaine d’années à Paris, sa famille s’installe à Rennes. Elle passe un bac littéraire, aime la photographie, les arts plastiques et intègre l’école de mode et de stylisme Esmod. Les deux premières années à Rennes et la troisième à Paris avec une spécialisation en mailles dans laquelle elle apprend à tricoter à la main et à la machine. Après 6 mois de stage en tant qu’assistante styliste et modéliste au sein d’une jeune entreprise de prêt-à-porter sportswear, Pantheone, Morgane Letourneux est de retour en terre bretonne, bien décidée à explorer ses envies et son imaginaire. « J’ai observé la situation à Rennes et je trouve qu’il y a peu de créateurs-trices en vêtements. Il y a des boutiques de déco, de bijoux ou pour enfants, très peu pour femmes. À l’école, on fait peu de marketing, pas de gestion… Je me suis mise en relation ambiance le prêt-à-porter avec des élèves de l’école de commerce de Rennes pour m’aider à élaborer une étude de marché. », explique-t-elle. Il lui faut donc tout apprendre sur le tas, se faire un atelier dans l’appartement de ses parents, multiplier les rencontres, s’associer avec des graphistes et des artistes, vendre ses collections sur Internet « afin de supprimer les intermédiaires et réduire les coûts, même si c’est certain que ce n’est pas accessible à tout le monde ». Elle privilégie alors l’originalité et la qualité du vêtement à la quantité, la rareté et l’unicité qui feront se sentir en marge des modes de masse  : « Je propose une alternative, je fais tout par moi-même, à la main. Je suis pour acheter moins de vêtements mais mieux. C’est certes un budget mais ce sont des pièces que l’on ne trouvera pas ailleurs, sur mesure, et dont on sait où elles ont été fabriquées et par qui. » Elle s’imprègne d’images, d’ambiances, d’artistes, comme Matisse par exemple, d’atmosphères et surtout de son intuition et des essais entre dispositions des formes et associations d’empiècements et de tissus. Rien n’est linéaire dans les créations de Morgane qui réussit à sublimer des habits décontractés tout en conservant le confort requis pour l’usage au quotidien. Une marque de fabrique qui lui a valu d’être sélectionnée parmi les finalistes du concours A Little Market (plateforme de vente en ligne) - les résultats ne sont pas encore connus au moment où nous écrivons ces lignes. Ambitieuse, elle se concentre à garder les pieds sur terre et la tête sur les épaules afin de travailler l’identité de sa marque et la communication autour de ses collections afin de pérenniser son entreprise qu’elle voudrait voir rentable pour en vivre et voir évoluer à taille humaine  : « Au début, il faut rester concis, ne pas s’éparpiller. J’aimerais faire des collections pour femmes enceintes, des costumes pour artistes, pour des concerts… Mais pour l’instant, je dois me faire une clientèle. » Dotée d’une âme modeste de vraie battante, Morgane Letourneux coud son avenir avec vivacité, espoir et précaution. Nul doute que nous n’avons pas fini d’entendre parler d’elle. I MARINE COMBE Décembre 2015/yeggmag.fr/03



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :