Yegg n°27 jui/aoû 2014
Yegg n°27 jui/aoû 2014
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°27 de jui/aoû 2014

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Yegg Magazine

  • Format : (170 x 240) mm

  • Nombre de pages : 30

  • Taille du fichier PDF : 9,9 Mo

  • Dans ce numéro : harcèlement sexuel... le fléau tabou.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 18 - 19  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
18 19
focus une expression Ires personnelle et très personnalisée Dans man travail, je ne suis pas dans le domaine juridique mais dans l'échange, le ressenti. Certaines femmes ont l'esprit très marqué par la violence. R Au Planning Familial de Rennes, une psychologue (contactée, elle n'a pas souhaité s'exprimer sur son travail) et trie conseillère conjugale animent également un groupe de paroles sur les problèmes de n'y a pas de marques physiques, elles n'ont pas été agressées physiquement mais ont des traumatismes bien plus profonds', détaille-t-elle. Hante, culpabilité, perte de confiance... les signaux et symptômes sont identiques à ceux du harcèlement moral. Et c'est d'ailleurs en harcèlement moral que qualifie le code pénal de cette violence conjugale, dans l'article 222-33-2-1 : Le fait de harceler son conjoint, son partenaire fié par un pacte civil de solidarité ou son concubin par des agissements répétés ayant pour objet ou pour effet une dégradation de ses conditions de vie se traduisant par une altération de sa santé physique ou mentale P.Un délit passible de trois ans d'emprisonnement et de 45 000 E d'amende lorsque ces faits ont causé une incaparité totale de travail inférieure ou égale à huit ours ou n'ont entraîné aucune incapacité de travail et de cinq ans d'emprisonnement et de 75 000 E d'amende lorsqu'ils ont causé une incapacité totale de travail supérieure à huit purs.. Sil y a agression sexuelle, c'est le fart le plus grave qui sera retenu devant un tnburel. Mais c'est très trais rare d'ailleurs qu'une femme aille devant le tribunal pour harcèlement sexuel, en générai,rly a eu agression ou viol conjugalu, précise SolennDegabriel. emme, objet sexuel L'objectif des structtres spécialisées dans les violences à l'encontre des femmes est alors de déculpabiliser la victime, de les aider à identifier qu'il s'agit de violence conjugale et les aider à se reconnecter avec leurs émotions. Quand on impose une sexualité à quelqu'un, qu'on l'oblige à parler d'une manière partcuiière, souvent crue, qu'on lui parie de sexe de marnière pornographique, etc. on réduit la personne à un objet. Nous sommes là pour écouter la personne, mettre des mots sur c qu'elle subit et Farder à se neattri6uer le droit de dire nonu, explique Solen Degabriel.t. Toute violence sexuelle constitue un traumatisme majeur Il peut se faire qu'une personne à qui l'on a imposé une violence sexuelle'r Refuser la sexualité de son conjoint, c'est prendre le risque qu'une crise éclate, explose. » violences.. On fait un entretien indviduel et ensuite on peut choisir de les intégrer au groupe. Pour le harcèlement sexuel, c'est très compliqué, nous avons peu d'nnfommativns le-dessus et peu de femmes qui en parlent', nous confie Brigitte Rocher, directrice du Planning Familial 35, qui précise ici, nous recelions toutes les personnes qui passent la porte et ensuite si cela dépasse nos cornpéte aces, nous les orientons vers un partenaire de la plateforme violence e dépôt de plainte : une difficulté supplémenütaire Le harcèlement sexuel a donc quelque chose de pernicieux, infiltrant la plus grande intimité du Goupta, maintenant le oartenaie harcelé dans une spirale cauchemardesque, la séparation n'étant pas une solution pour toutes les femmes. N'osant pais dans un premier temps en parier et encore moins le dénoncer devant un officier de police et un tribunal, Selon Solen Degabriel, elles oie parfois peur des représailles. Ou parfois, elles veulent juste que ça s'arrête. Elles souhaitent alors se séparer mais ne pas attaquer leur conjoint ou ex-conjoint puisque le harcèlement ne s'arrête pas forcément lors de la séparation - et cela est également condamné par le code pénal. « La procédure judiciaire n'est donc pas une volonté de toutes les victimes, préférant tourner la page au plus vite, souvent après plusieurs années de harcèlement.. L'accueil à l'l-f6tel de police... Ce n'est pas évident d'aller porter plainte mars alors en plus quand on arrive clans un hallavec une vitre pour parler au policier d'acore ! ; à qui il faut crier la raison de notre venue et que tout le monde peut nous entendre f s'indigne Virginie Thoby. Un accueil déshumanisé, un manque de proximité et un manque de confidentialité. L'Asfad emploie un assistant social, Dominique Boitard, pour pallier la difficulté de l'exercice. 1l retrace les éléments qui montrent de/a violence. Cela permet d'être plus claie et précise lorsque la femme se présente devant l'agent chargé de recueillir sa plainte tt, nous exoliaue Hubert Lemonnier, chef de service à l'Asfad. Mais vive désormais avec la conviction « Si on a retiré la notion de devoirrneme une fois cette étape franchie, qu'elle est méprisable et qu'aucun l'apport de preuves sera une autre pare partenaire désormais ne l'acceptera conjugal, i [n'en reste pas moins de manches. Si l'objectif du ministère alerte la psychiatre. Définir la situation que les femmes ont du mal à parler aux Droits des ferrirrrrs est d'amener sans mettre la femme dans une situation de violence sexuelle. » la victime à déposer plainte, l'institution dangereuse, lui apprendre àse protéger est bien consciente que c'est un travail et à redevenir actrice de sa vie. Les structures proposant de très longue haleine, qui se heurte au final « aux lirrites du également des suivis psychologiques ou des groupes de drbif du harcèlement moral à l'agression sexuelle en passant parole dans certains cas. « Je reçois la personne pour un par des faits de harcèlement aggravés, toujours avec des premier entretien et je la revois quelques temps plus tarai Je preuves quasi impossibles à apporter b, Sans oublier que les peux parfois orienter vers ma collègue psychologie, selon les langues ne sont pas prêtes à se délier même dans l'intimité cas. Après pour les groupes de parole, c'est délicat d'intégrer d'une structure adaptée. une nouvelle personne à un groupe qui travaille ensemble. L'espoir des politiques publiques repose alors sur les Mas ça arrive. Adorés, le groupe n'est pas spécifique eu collectivités locales, lesstructuresspécialiséeset la plateforme harcèlement sexuel mais plus largement aux violences téléphonique, 391g, permettant de parier et d'être orientées précise Virginie Thoby Des séances importantes et délicates vers des professionnels. Un système qui existe également au pour ces femmes qui même des années après la fin des actes niveau local - 02 99 54 44 88 - et qui représente un premier de violences restent encore profondément émues. Aucune pas vers la prise de conscience et l'accompagnement des participantes à ['espace de paroles du CIDFF n'a été personnalisé pour se sortir d'une situation dont personne en mesure de répondre à rias questions pour cette raison. n'arrive encore à parier librement. J L ill et-août 2614 f yreggmag.fr f 18
focus H 7 G 9 Sur la voie publique, ce que l'on nomme harcèlement de rue fait rage. Témoignages, coups de gueule et actions se multiplient pour faire front face a cette calamité qui peut engendrer de sérieux traumatismes chez celles qui subissent réflexions, remarques et menaces d'ordre sexuel. À l'échelle d'une ville comme Rennes, comment lutter contre ce phénomène ? Se pose forcément la question de la domination « dbn sexe sur l'autre. C'est le reflet de rirrégaktê des sexesTravailler l'égalité, c'est désamorcer les formes de domination «, explique GenevieveLetoumeux, conseillère municipale à Rennes, déléguée aux droits des femmes et à l'égalité. Elles ont le goût amer de l'humiliation, résonnent comme des atteintes à fa dignité et engendrent une peurde la nie, ces remarques faites dans la rua Destinées à séduire, à draguer, à importuner ou encore à dominer il est indéniable que les supposés effets sont nombreux et variables selon celui qui contraint l'autre à la relation. Qui ramènent les femmes à un statut d'objet. Sexuel qui plus est puisque la nature de la réflexion est basée sur le physique et se rapporte souvent à l'acte sexuelSi les atteintes sont portées sur l'espar- public, c'est souvent sur Internet que les langues se délient, comme sur le tumblr Paye ta sctnek ou comme le témoignage de Jack Parker à la suite de son agression - à caractère sexuel - dans le métro, rapportant ainsi les propos et les faits subis qu'ils soient de l'ordre du quotidien ou ponctuels Le traumatisme s'établissant selon la fréquence et/ou selon la gravité de l'acteSi certains crient à la psychose naissante, on ne peut pourtant nié qu'une prise de conscience éclot au même moment de la part des femmes et des homrrrUn ras-le-bol général souffle sur la condition féminine qui souhaite que le vent prenne enfin une direction différente. Hey mademoiselle, tu me fais une petite gâterie ?'Sans dire que le vent tourne et ne s'abatte dans la figure de ceux pour qui une réflexion faite à une femme dans la rue est un compliment. Et que l'absence de réponse à ce compliment les autorise à proférer une ou des insultes nauséabondesAinsi, les medium pour dénoncer ce fléau et faire comprendre l'impact qu'il peut avoir sur les femmes affluent. Éléonore Paurriat, en 2010, réinvente l'Histoire dans lefilm ceurtivl orvteopprimée en imaginant unesociété dans laquelle les hommes sont victimes de la domination féminine. Deux ans plus tard, une étudiante belge, Sotie Peeters, réalise un documentaire en caméra cachée, Femmes de la rue, pour démontrer la férocité de ces interpellations, le machisme et le sexisme ambiants dans son quartier, à Bruxelles. Plus récemment, les internautes se sont épris du blog de l'illustratrice Diglee, qui explique avec ferveur et humour ce qu'éprouvent les femmes victimes de harcèlement de rue. Entre honte, culpabilité et peur de rétorquer. Épris aussi du Projet Crocodile dans lequel Thomas Mathieu illustre des situations vécues par les femmes en BD. La toile est florissante mais l'objectif est unique : viser la prise de conscience en sensibilisant à cette problématique rébarbative qui, au delà de l'exaspération et de la lassitude exprimée par la gente féminine, a de lourdes conséquences sur l'espace public, vidé à certains endroits et certaines heures, des femmes éprouvant un sentiment d'angoisse et d'insécuritéJuillet-ao0t 20141 yeggmag.fr r 19



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :