Yegg n°25 mai 2014
Yegg n°25 mai 2014
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°25 de mai 2014

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Yegg Magazine

  • Format : (170 x 240) mm

  • Nombre de pages : 28

  • Taille du fichier PDF : 8,3 Mo

  • Dans ce numéro : dossier... famille brisée en douceur.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 14 - 15  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
14 15
focus Se quitter sans se déchirer : rephse du dialogue Depuis plusieurs décennies maintenant, le nombre de séparation des couples augmente. Aujourd'hui, en France, plus d'un couple sur deux qui passe par la case mariage, passera également par la case divorce. Et ces chiffres ne mentionnent pas les couples non-mariés. La séparation est devenue de ce fait un véritable enjeu de société. Entre déchirements des conjoints et souffrance des enfants, la médialion familiale est une solution proposée pour tenter d'apaiser ce passage douloureux. La médiation familiale est apparue en France à la fin des années 1980, sur l'exemple du Québec. Elle a pour but d'amener les familles sur un terrain neutre pour les aider à résoudre les conflits qui peuvent surgir â différents moments : séparation des couples, difficulté de communication avec un jeune majeur, dcsaccord au sein d'une fratrie sur la prise en charge d'un parent vieillissant. rupture du lien entre petits-enfants et grands-parents. Néanmoins, la coordinatrice du service de médiation familiale de l'UDAF 35 (Union Départementale des Associations Familiales), Christine Duchemin, le rappelle : « Dans 95% des cas que nous rencontrons, il s'agit d'une séparation entre conjoints. Une épreuve douloureuse qui peut amener les ex-conjoints à s'entre-déchirer devant les tribunaux afin de faire payer à l'autre la souffrance dont il le juge responsable. Le pari qui est fait par la médiation familiale, c'est de permettre aux couples de retrouver un espace de communication pour se mettre d'accord sur les modalités de la séparation, plutôt qu'elles ne soient imposées par la justice. A Rennes, il existe deux services qui proposent la médiation familiale : l'UDAF 35 et Espace médiation. Outre ces structures, une médiatrice officie de manière privée : Mane-Christine de Cacqueray. Mai 20141 yaggmag.fr 1 14
focus - La philosophie de la médiation. Madame Hignard, juriste au Centre d'information sur les droits des femmes et des familles (CIDFF) le rappelle : « La médiation ce n'est pas une thérapie de couple, ce n'est pas fait pour sauver le compte. Bien souvent, au delà du conflit conjugal, les conjoints ont un rôle à. jouer en tant que parents. Dans le préambule du texte de loi sur la famille présenté début avril à l'Assemblée Nationale, le législateur précise : « Chacun peut se séparer de son enjoint de son partenaire ou de son concubin mais jamais de ses enfants Il faut donc réinventer une co-parentalité et une communication apaisée après la séparation. Le médiateur familial joue le rôle de tiers neutre, impartial, afin de favoriser la reprise du dialogue. Selon Christine Duchernin, ce métiertransmet un idéal à la société : Notre objectif c'est de responsabiliser les gens. il y a une dimension philosophique importante dans notre démarche. C'est un temps ë part, le médiateur prend le temps d'analyser fa situation, permet aux personnes de parler, de s'exprimer, d'écouter l'autre. 11 les aide à être acteurs de ce qui s'est passé pour devenir acteurs de ce qu'il y à régler. Il aide à retrouver la capacité à discuter, à se comprendre et à chercher ensemble des solutions... C'est un espace où l'on responsabilise les gens pour les aider à garder leur liberté de choix. La nouvelle communication établie au moment des séances doit se prolonger en-dehors des murs de l'UDAF. La réussite se fait sur le long terme, les parents qui ont eux-mêmes choisis les modalités de la séparation, les respectent plus et surtout sont plus aptes à communiquer entre eux à propos de leurs enfants. Pour la coordinatrice du service, cela montre aussi l'exemple pour les enfants : « Réussir à s'entendre au-delà de la séparation, c'est un message très fort qui est envoyé aux enfants. lis les font grandir ensemble tout étant séparés. C'est important pour un enfant d'avoir des adultes, des parents responsables. Un homme et une femme qui se sont aimés... Une séparation c'est avant tout l'histoire d'un homme et d'une femme qui se sont aimés, qui ont décidé d'avoir une famille, qui ont vécu de belles choses avant que la relation ne 1 Une séparation c'est avant tout l'histoire d'un homme et d'une femme qui se sont aimés, qui ont décidé d'avoir une famiFle, qui ont vécu de belles choses avant que la relation ne se dégrade. 1 se dégrade. « Pour illustrer son propos, Christine Duchemin revient sur une médiation qui l'a marquée. Les personnes étaient en procédure depuis sept ans, elles se déchiraient, d'enquêtes en expertises et sont arrivées en médiation à l'initiative de la femme, qui tentait cet ultime recours avant son déménagement dans le sud. Ce changement de région remettait en cause la résidence alternée des enfants. Pendant les premières séances, ni regard, ni contact personnel. L'homme souhaitait obtenir la garde car il considérait le déménagement comme un choix personnel de la femme. Elle, elle affirmait que les enfants préféraient partir avec elle. Selon ses dires, avec la médiation, is ont pu se donner accès à ce que représentait te projet de déménagement, à leur ressenti. Lui a fini par formuler qu'il se sentait discrédité et non-reconnu dans son rôle de père depuis le début de la séparation. Elle était là, la raison pour laquelle il se battait depuis toutes ces années devant les tribunaux. Difficile, donc, pour lui d'y renoncer. Face à cette confidence la femme a alors déclaré, « d'une manière très émouvante a précise la professionnelle, qu'au contraire elle estimait que sa place en tant que père était très importante auprès des enfants, qu'elle comptait énormément sur lui. Pour elle, venir en médiation c'était aussi réfléchir sur comment il allait rester le papa de ses enfants. Une fois que les deux ont réussi â formuler ce qui les bloquait, c'est un tapis rouge qui se déroule. Les solutions ont été vauvdc en quelques séances. Je pense que si la médiation n'était pas passée par là, ces gens-là se déchireraient a Réussir a s'entendre auencore deFà de la séparation, c'est commente la un message très fort qui coordinatrice de l'UDAF. est envoyé aux enfants. Ils les font grandir ensemble Parcours d'une tout étant séparés. C'est médiation. important pour un enfant Le parcours d'avoir des adultes, des d'une médiation parents responsables, s commence par un rendez-vous d'information pour en expliquer le principe. Ce rendez-vous préalable permet d'éviter de se tromper de démarche : dans certains cas, ce n'est pas la solution. Les ras de violences conjugales, par exemple, ne rentrent pas dans ce processus : « Pour démarrer une nation, il faut qu'il yak une égalité dans le couple, que chaque ex-conjoint reconnaisse l'autre comme légitime. Si la notion de respect n'est pas préserrte dès le départ, ce n'est pas possible. Dans ces cals-là nous renvoyons les personnes auprès d'autres professionnels qui sont dus adaptés «, confie Christine Duchemin. Un discours tenu également par Mme Hignard : Nous n'avons pas de relations institutionnalisées avec la médiation familiale mais nais renvoyons régulièrement des personnes vers ce service. Cependant elle n'est pas adaptée dans les cas de violence intra-familiale, il faut qu'il y ait une égalité dans le couple. Lorsque les personnes acceptent la démarche, un autre rendez-veyrs est fixé, cette fois-ci pour entrer dans le vif du sujet... Chaque parcours est différent en.onction de ce qu'il y a s régler : On fixe des séances tous les quinze jours à trois semaines, qui peuvent durer entre 1h30et2h. Certains n'ont besoin que de deux ou trois séances, pour d'autres il en faudra Mai 24141 yag gmag.fr 1 15



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :