Yegg n°15 juin 2013
Yegg n°15 juin 2013
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°15 de juin 2013

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Yegg Magazine

  • Format : (170 x 240) mm

  • Nombre de pages : 26

  • Taille du fichier PDF : 3,6 Mo

  • Dans ce numéro : trois questions à Nadine Cormier.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 16 - 17  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
16 17
FOCUS... Et cette caravane insolite voyage ! Du 10 au 15 juin, elle accompagnera la délégation bretonne au Festival international du film d’animation d’Annecy. « Nous sommes un peu les VRP de notre métier, explique Emmanuelle en souriant. C’est un aspect festif et décoratif mais nous montrons lors de nos passages notre savoir-faire en décor, en marionnettes et en animation ». Autre savoir-faire, celui de l’association de production 36 secondes spécialisée dans le film d’artiste-plasticien, inédit en Bretagne. A travers des techniques innovantes (travail des formes et des matières en vidéo), le genre rapproche cinéma et art contemporain. « NOUS SOMMES VMES UN PEU LES VRP DE NOTRE VETIER MÉTIER » CELIAN RAMIS EMMANUELLE GORGIARD DÉCORATRICE ET RÉALISATRICE... L’EXPLOITATION DU 7 ème ART Véronique Naudin, directrice du cinéma Gaumont de Rennes est charge de la programmation, de l’animation et de la communication de son établissement. Si les cinémas Pathé-Gaumont sont réputés pour diffuser des films dits grand public et généralistes, Véronique Naudin ouvre sa programmation à un genre qui se veut proche du cinéma d’art et d’essai et à des projections en version orginale (VO). « Il est important d’affiner la multiprogrammation entre films grand public et films d’auteurs en VO pour élargir notre spectre de cinéma, surtout que le terrain est favorable à Rennes. Pour moi, cela se rapproche d’une forme d’éducation », déclare-t-elle. Sur un autre niveau, le multiplexe développe sa collaboration avec le festival Travelling, en projetant une partie des films programmés, mais aussi avec d’autres manifestations comme Les Tombées de la nuit. De nombreuses avant-premières, suivies de débats avec les équipes des films proposés, sont aussi organisées (voir notre article sur yeggmag.fr : Rencontre avec l’équipe de Né quelque part, publié le 24 mai). Concernant le passage au numérique, sujet polémique qui a déjà fait couler beaucoup d’encre, la directrice explique que l’établissement ne détient plus que trois projecteurs en 35 mm (bobines), utilisés lors d’occasions rares, « comme pour la nuit du Seigneur des anneaux par exemple, puisqu’il n’existe pas de nouvelles copies ». Les autres appareils sont numériques. Un véritable coup de massue pour les projectionnistes, divisés entre colère par peur de voir disparaître leur profession et envie de poursuivre leur carrière, avec les évolutions que cela implique. Actuellement, au Gaumont Rennes, trois projectionnistes sont en charge des 13 salles. Ils gèrent et stockent les copies, préparent les playslist au quotidien, interviennent en cabine en cas de soucis techniques et travaillent à la maintenance du bâtiment. Sans surprise, le multiplexe se dirige vers une déshumanisation de ce corps de métier. Une situation légèrement différente au Ciné-TNB où Charlotte Crespin est chef projectionniste. Inimaginable pour elle de quitter la cabine. La profession évolue, certes. Même si elle aimait le contact avec les bobines, elle continue de veiller au bon déroulement de la projection, dans les deux salles que compte le cinéma, en alternance avec deux autres collègues. Lors des séances, elle vérifie la qualité du son, de l’image et leur synchronisation. Néanmoins, lorsqu’un problème survient, « la seule solution est d’éteindre l’appareil et de le relancer. Nous n’avons pas accès à l’intérieur de la machine pour détecter la source du problème ». Cela est déjà arrivé, au Ciné-TNB comme au Gaumont. Pour autant, ce bémol ne la fait pas fuir. Son plaisir : diffuser des films, ou un genre de films – art et essai, qu’elle apprécie. Et surtout projeter des œuvres en 35 mm lors de Travelling ! Rennes attire pour la diversité et la richesse de son territoire, de ses professionnels du 7 ème art. Le documentaire et le film d’animation forment le fer de lance d’un grand écran qui n’est pas prêt de s’éteindre. - 5 223 fauteuils sont installés dans les différentes salles obscures rennaises. 6 nouvelles salles d’art et essai sont prévues dans le multiplexe qui s’installera dans le futur quartier d’affaire EuroRennes. - 16 o
FOCUS... FOCUSup,ri. ".. r ms, + M. - 1114 CELIAN RAMIS VOS SALLES A LA LOUPE A travers des chiffres et des noms, YEGG vous éclaire sur les dessous de vos salles obscures. ARVOR ARVOR CINÉ TNB CINÉ TNB CINÉVILLE GAUMONT GAUMONT Crée en 1971 Crée en 1971 Crée en 2008 Crée en 2008 Crée en 1974 Crée en 1974 Installé en 1978 à Rennesnstalié en 1978 â Rennes Art et essai Art et essai Directeur : Patrick Frétel Directeur : Patrick Frétel Art et essai Art et essai Directeur : Jacques Frétel Directeur : Jacques Frétel Généraliste Généraliste Directeur : Arnaud Auvepre Directeur : Amaud Auvepre Généraliste Généraliste Directrice : Véronique Naudin Directrice : Véronique Naudin 2 salles 2 salles 101 121 spectateurs en 2012 101 121 spectateurs en 2012 2 salles 2 salles 103 124 spectateurs en 2012 103 124 spectateurs en 2012 7 salles 7 salles 300 000* spectateurs en 2012 300 000* spectateurs en 2012 chiffre epproxdmatif, la o&rection *chiffre approximatif, la direction n’ayant pas communiqué le chiffre exact de la fréquentation. n'ayant pas communiqué le chafre exact de la fréquentation. 13 salles 13 salles 1 077 968 spectateurs en 2012 1 077 968 spectateurs en 2012 17



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :