Yegg n°13 avril 2013
Yegg n°13 avril 2013
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°13 de avril 2013

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Yegg Magazine

  • Format : (170 x 240) mm

  • Nombre de pages : 26

  • Taille du fichier PDF : 3,4 Mo

  • Dans ce numéro : pelles, pioches et patrimoine.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 2 - 3  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
2 3
i r -.'J fIM
RE\CONTRE RENCONTRE AVEC.. MARIE HELLIO Meilleure apprentie boucher de Bretagne Rencontre surprenante ce mois-ci avec une jeune femme qui représentera la Bretagne au concours national des meilleurs apprentis bouchers, les 7 et 8 avril. La tête sur les épaules, les jambes solides et le cœur bien accroché, Marie Hellio est déterminée à faire carrière dans la boucherie. Une casquette blanche, une chemise, une cravate, un tablier à la parisienne, des chaussures de sécurité et un couteau à la main, Marie Hellio est parée pour préparer son émincé de bœuf, dans l’arrière boutique de la boucherie redonnaise Qualité viande. Elle y travaille depuis deux ans pour son CAP Boucher, qu’elle effectue en alternance sur le campus Ker Lann, à Bruz. C’est d’ailleurs là qu’elle a passé et remporté les étapes du concours du meilleur apprenti boucher en février et mars derniers. Début avril, elle s’en ira donc défendre les couleurs de la Bretagne lors de la finale nationale à Tours. « En première année de CAP, on nous informe de l’existence du concours. Ensuite, nous pouvons y participer selon les notes obtenues au contrôle continu », explique Marie Hellio. Un petit sourire se profile sur son visage. La jeune femme aux yeux bleus, tout juste majeure, semble timide. Timide, peut-être, mais pas intimidée : « J’y vais pour m’amuser. Il ne faut surtout pas y aller en étant démotivée ». Pas de stress donc pour la meilleure apprentie boucher de la région, qui devra passer les épreuves de désossage et de décoration de trois catégories de viande. « Il faut que tout soit nickel, que tout soit blanc. On ne doit pas voir un bout de viande ou un coup de couteau sur l’os », précise Marie. Pour parfaire les techniques apprises en cours et en entreprise, elle part faire un stage à Paris du 27 au 29 mars : « On se prépare au parage, c’est-à-dire à enlever la graisse, les tendons, le sang, les nerfs, mais aussi au ficelage et à la déco. Une bonne expérience ! » Une adolescence insolite PAR MARINE COMBE dans l’ambiance des battues. C’est à Missillac, en Loire-Atlantique, sur l’exploitation actuelle de ses parents, qu’elle commence à récupérer et à préparer les sangliers tués lors de la chasse. Simplement en observant les chasseurs et les bouchers, elle répète les gestes et apprend les bases du métier. « A ce moment-là, j’ai dit à ma mère que je voulais élever des lapins. J’ai trouvé des clapiers avec 6 compartiments. Tous les mois, les deux femelles faisaient de portées, que j’engraissais pendant trois mois », raconte Marie. Elle est adolescente et passe une partie de son temps à tuer des lapins pour les vendre aux voisins. Après un stage à Pont-Château (44), elle décide de faire carrière dans ce domaine. « Au lycée, j’ai décroché dès la seconde car je voulais travailler dans la Police scientifique », avoue la jeune femme. Finalement, ce qu’elle aime c’est le contact avec la viande, la particularité de chaque morceau, avec une légère préférence pour le bœuf. « Je ne peux pas expliquer cette passion… Mais je ne suis pas une barbare non plus ! », plaisante-t-elle. Pour son avenir, elle envisage d’obtenir un brevet professionnel, après le CAP. En alternance toujours. La suite ? « Je ne sais pas encore précisément : se faire de l’expérience, puis peutêtre ouvrir une boucherie, travailler pour un MOF (meilleur ouvrier de France,ndlr)… On verra bien ce que l’avenir me réserve ». Elle avoue tout de même que son ambition serait d’enseigner sa discipline aux jeunes apprentis, dans la région de préférence. En attendant, elle n’a pas de soucis à se faire : « Depuis le début du concours, j’ai déjà reçu plusieurs offres d’emploi ». De l’expérience, elle en a. Originaire de Plounevez-Quintin, dans les Côtes d’Armor, elle grandit 3 0



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :