Vibration Clandestine n°19 jan/fév 2012
Vibration Clandestine n°19 jan/fév 2012
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°19 de jan/fév 2012

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Vibration Clandestine Édition

  • Format : (175 x 245) mm

  • Nombre de pages : 32

  • Taille du fichier PDF : 14,9 Mo

  • Dans ce numéro : le Baron de Vezeline.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 18 - 19  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
18 19
High Energy Rock’n’roll vibrationclandestine.com/membres/the_defibrillators thedefibrillators@hotmail.fr - +33(0)6 30 50 15 20 www.myspace.com/thedefibrillatorsrocks Musique Musik Música 18 The Defibillators Ready to rock ? Non, et bien tant pis pour vous car eux sont prêts, voir même comme certains disent "ils sont chauds comme la braise ! " Mais attention, pas comme une vielle braise d’un feu allumé par un jeune couple regardant la mer, en se promettant monts et merveilles jusqu’à leur fin de semaine de camping. Plutôt comme une braise issue d’une guitare incandescente mettant le feu aux poudres, à son groupe et à tous ceux que ces rockeurs croisent. Vous l’avez compris The Defibillators ne font pas dans la dentelle et ça tombe bien ce n’est pas du tout ce qu’on leur demande ! Alors laissez tomber le masque à oxygène, le défibrillateur, la Ventoline et les autres moyens de survie, prévoyez plutôt la lance à incendie et la combinaison de pompier. The Defibillators, du rock pur et dur. Rock on ! Interview de The Defibillators par Vibration Clandestine Les Defibrillators, pouvez-vous nous parler de votre Rock ? Svn : À la base, un groupe éphémère créé pour une soirée unique en mai 2009, les membres des Defibrillators se sont vite rendus compte qu’il fallait faire quelque chose ensemble. L’énergie fournie lors de cette soirée nous a convaincus de la bonne parole du rock’n’roll et de son évidente diffusion à travers nos guitares et amplis... Le line-up final a vu le jour suite au "singerjacking" de notre ancien chanteur par Mr Newton T Bag... Newton T Bag : Nous, on aime le rock’n’roll bien sale qui donne envie de fumer des clopes... Un son crade, oppressant, mais qui tient la route... Quand on est ensemble, on est "insane" ! Stoof : 70’s, sale, irrévérencieux, "bluesy" et puissant... The Defibrillators : un cocktail d’urine et de Jack Daniels ! Selon vous, le bon vieux rock a-t-il toujours sa place dans le paysage musical français ? Stoof : il existe des groupes de rock français qui essaient de perpétuer cet état d’esprit, ce mode de vie, ce style "roots" et rock’n’roll, sans fioriture et plein de spontanéité, mais les radios et les médias ne les entendent pas... Il reste le live, qui est, à mon avis le seul et le meilleur moyen aujourd’hui en France de promouvoir le bon vieux rock, et c’est, de loin, ce qu’on aime faire par dessus tout. Didi Dragster : Actuellement les médias nous bombardent de musique poubelle, aseptisée, formatée, où malheureusement le rock n’a plus sa place...C’est aux gens de réagir et de s’intéresser à ce qui les entoure... Svn : Malgré 2 ou 3 groupes fin des années 70, je pense que le rock français n’a jamais su s’imposer face aux monstres anglais, américains ou plus récemment suédois, le bon vieux rock n’est pas français. Soit, mais pourquoi ne serait-il pas juste bon ? C’est rare aujourd’hui en France de trouver du bon rock, des riffs simples, efficaces, percutants, et qui dégagent une envie de révolte, et qui pourrait être distribué dans une major, le bon rock sort des caves et garages de personnes qui savent ce qu’est le fameux bon vieux rock’n’roll. Ce potentiel a sa place dans le paysage musical français et n’est pas à négliger. Et tant qu’il y aura des fibrillations ventriculaires, il y aura toujours une place pour The Defibrillators dans le paysage musical français... Newtin T Bag : MouaAHAHaAHaha !!! Vous avez été sélectionné avec 2 autres groupes par le dispositif « Sortie de piste 2011 », mis en place par le Château Rouge de Annemasse, de quoi donner un nouvel élan au groupe non ? Oui certainement, mais c’est à nous de nous sortir les doigts et de donner tout ce qu’on a dans les tripes pour continuer à avancer, se faire plaisir, envoyer du pâté, du gravier, des cailloux et toute sorte de choses que les gens aiment recevoir en pleine face. Quelle aide précise « Sortie de piste 2011 » va pouvoir apporter à votre groupe ? Comme vous avez dû le comprendre, on aime jouer en live. Château Rouge et son dispositif sortie de pistes vont nous apporter beaucoup, des formations, des heures de studio, de la diffusion, mais ce qui nous intéresse vraiment c’est de trouver des dates de concerts, et d’acquérir les outils nécessaires à notre promotion. D’ailleurs le 8 juin 2012, toujours à Château Rouge, avec nos camarades gagnants du projet, Baptiste et Elisa et les Green Valley Vibes, soyez présents ! Quels sont vos projets pour cette année 2012 qui approche ? Changer de président, reporter les résolutions de 2012 à 2013, continuer encore et toujours à prêcher la bonne parole du rock’n’rollavec pour outils, guitares et cordes vocales, trouver des scènes, jouer ensemble... D’ailleurs vous pourrez venir nous croiser le 21 Janvier à la Microbrasserie La Fabrique à Amancy, et deux autres dates à l’Undertown de Meyrin et à Peillonnex pour Janvier/Fevrier, à reconfirmer sur le Myspace du groupe... Rock on ! Interview complète sur www.vibrationclandestine rubrique Interviews
vibrationclandestine.com/membres/altam altam.contact@gmail.com - 04 77 19 94 34 - www.altam.fr Crédit photo Lujena Musique Musik Música Altam Un son moderne, actuel et des textes inspirés de la tournure que prend notre monde. Christophe, le chanteur du groupe avec une voix qu’on dirait familière, qui interpelle, dénonce l’absurdité de ce qui nous entoure. Il est accompagné de Benoît et Michel qui apportent couleurs et résonance à Altam, grâce à leur ingéniosité sonore. Ce groupe interpelle avec une fraîcheur musicale dynamique qui nous éclabousse d’étincelles mélodiques. Interview d’Altam par Vibration Clandestine Vous venez de diverses formations, Altam n’est pas votre premier groupe, pouvezvous nous parler un peu de vous ? Divers projets nous ont déjà permis de parcourir la France et l’Europe, notamment N&SK dont nous faisions partie avec Ben le batteur. Michel, le frère jumeau de Ben nous a rejoint sur Altam. Qu’est-ce-qui vous inspire pour créer ce son moderne qui donne autant d’importance aux textes qu’aux instruments ? Le texte, l’écriture de chansons, ont toujours été mes vraies passions. Le plaisir, de la recherche de la bonne alchimie entre fond et forme. Je crois qu’enfin, dans Altam, j’ai pu trouver cet équilibre et cette sincérité. Quand à la modernité, elle vient peutêtre de la formule même du groupe. Une fondation basse batterie béton alliée à un long travail préparatoire en home studio autour de samples, avec le concours de réalisateurs divers comme Niko Matagrin (Ezekiel, Brain Damage, L’oeuf raide, Watcha clan) sur le premier album, mais aussi comme Lati Kronlund (Isaac Hayes, Néné Cherry, Khaled, Brooblyn funk essantial) sur le prochain album. Nous allons pouvoir vous retrouver à la soirée d’ouverture du festival de chanson française du Karavan Théâtre (69), le 6 Mars prochain. Que nous réservez-vous ? Ce concert aura une résonance particulière pour nous. Le cadre du théâtre et bien sûr celui du festival de chanson française, seront l’occasion idéale pour nous de présenter nos nouvelles compositions. Il s’agira d’interpréter les titres neufs mais surtout au sein d’un spectacle renouvelé. En effet, ce concert évènement ne se déroulera qu’un mois avant la sortie officielle du prochain album. Pouvez-vous nous parler de Mme Kopia, une de vos chansons ? Je ne vais pas faire la redite du texte, mais cette chanson évoque l’histoire vraie autour de l’expulsion de Mme Kopia, une sans papier centre-africaine. C’était pour moi une manière de témoigner et d’exprimer ma répulsion face à ce genre d’agissement. Nous sommes rentrés en contact avec madame Kopia, qui connait la chanson... son cas a aujourd’hui, après des années de procédure, été résolu grâce au soutien de RESF (réseau éducation sans frontière). En Janvier 2008 vous avez sorti un 7 titres, puis en Mai 2009 votre 1er Album, quels sont vos projets pour 2012 ? En avril 2012, sortie du prochain Altam, le titre est toujours dans les cartons. L’album produit par notre label, Le cri du charbon, sortira chez MVS Anticraft. Nous reprendrons la route à cette occasion, après une période de résidence pour la création du nouveau spectacle. Nous espérons défendre notre création sur la route des festivals puis des salles à l’automne. Pour la fin d’année 2012, nous travaillons sur la B.O du prochain film de Denis Bardiau (Le monde de Marty, le coach). Chanson Rock électro 19



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :