Vibration Clandestine n°19 jan/fév 2012
Vibration Clandestine n°19 jan/fév 2012
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°19 de jan/fév 2012

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Vibration Clandestine Édition

  • Format : (175 x 245) mm

  • Nombre de pages : 32

  • Taille du fichier PDF : 14,9 Mo

  • Dans ce numéro : le Baron de Vezeline.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 12 - 13  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
12 13
johntattoo@orange.fr - 04 74 55 17 41 - 06 79 00 77 23 - www.john-tattoo.fr Tatoueur Art Kunst Arte 12 John Pourquoi le tatouage ne serait-il pas considéré comme un art, au même titre que les arts graphiques, la danse moderne ou encore la peinture à l’huile ? Peut-être trop banalisé pour certains, sans intérêt pour d’autres ou réservé à certains marginaux pour ceux que la différence effraie encore. Dans nos pays voisins, tels que l’Angleterre ou l’Allemagne, le tatouage a une place importante, bien plus que dans notre cher pays. Alors bien sûr, notre territoire compte bon nombre de tatoués et passionnés de ce que l’on peut appeler d’une certaine manière le body-art. Finalement qui n’est pas tatoué ou qui ne connaît personne qui ne l’est ? Les tatoueurs remplacent finalement peut-être la toile de lin par la peau humaine à la différence que dans le cas du tatoueur, il y a un échange plus social avec sa toile. Interview de John par Vibration Clandestine John, vous tatouez depuis une quinzaine d’années, pourquoi vous êtes-vous lancé avec tant de détermination dans le tatouage ? J’ai toujours été passionné par ces dessins sur une peau. Je trouvais ça beau et bien sûr de fil en aiguille, j’ai commencé à tatouer. Je suis fier de pouvoir faire de ma passion mon métier. Selon vous, pouvons-nous plus parler de discipline ou de milieu ? Non bien sûr que non !!! Nous sommes ni l’un ni l’autre. On est des artistes tatoueurs, c’est de l’art corporel. Vous dites préférer le noir et gris aux couleurs, pourquoi ? Je pense que ce sont les plus beaux tatouages. On peut bien interpréter les ombrages et c’est ce qui me passionne énormément. Contrairement à un peintre qui peut recommencer sa toile, n’y a t il pas une certaine pression à chaque nouvelle création ? Bien sûr car on veut toujours mieux faire et surtout pour satisfaire le client. Les évènements tatous sont encore rares en France, vous participez à une convention début Février à Villeurbanne (69), qu’apporte ce genre d’évènement pour un tatoueur ? Les conventions nous donnent l’occasion de rencontrer des amis tatoueurs que l’on voit souvent à cette occasion. Sinon, cela nous permet d’avoir des nouvelles connaissances dans le domaine du tatouage, de la notoriété et d’être reconnu en tant que tatoueur. Interview complète sur www.vibrationclandestine rubrique Interviews
vibrationclandestine.com/membres/cie_os_poss osposes@yahoo.fr - 06 89 65 67 21 - www.osposes.fr Crédit photos : Cécile Biju-Duval Art Kunst Arte Votre compagnie est essentiellement basée sur le développement de la danse tout en explorant les multiples directions que cette discipline propose. Pourquoi ? Sébastien : Pour 2 raisons, la première est liée à la différence et la singularité de nos parcours et leur complémentarité. Émeline a une formation de danse contemporaine depuis très jeune et a rencontré l’improvisation et le Contact Improvisation* dans un second temps. Elle a également été kinésithérapeute. Pour ma part, mon parcours commence par le théâtre d’objets et la marionnette avant de rencontrer la danse contemporaine, la pratique du Contact Improvisation et de l’improvisation. La seconde raison est notre intérêt pour les pratiques somatiques [...], qui ouvrent des portes d’expression multiples dans notre recherche artistique. Interview de la Cie les Os pOsés par Vibration Clandestine * Le Contact Improvisation est une technique de danse dans laquelle le point de contact entre les partenaires devient le point de départ du mouvement. C’est un jeu d’exploration des lois physiques s’appliquant sur le(s) corps en mouvement et s’intéressant à la manière optimale d’y répondre (fluidité, conservation d’énergie, appuis…). Il crée un dialogue physique entre les danseurs affinant leurs sens et éveillant leur capacité à écouter et à créer dans l’instant. Pourquoi donner autant d’importance à l’improvisation corporelle ? Sébastien : Nous croyons à une intelligence du corps en mouvement et à la sincérité de la spontanéité. En création, nous commençons toujours par de longs temps d’exploration en improvisation et l’écriture vient dans un second temps. Cela ne signifie pas que nous partons de rien. Au contraire, nous prenons le temps de nous imprégner d’un thème, d’une qualité, d’une émotion, d’un contexte, puis nous nous laissons surprendre par la réaction corporelle qui émerge dans le mouvement. Cela nous permet de sortir de nos représentations et de nos habitudes. Dans l’improvisation nous développons nos capacités à réagir et à composer avec l’inconnu que ce soit au sein de notre propre mouvement, dans la relation à l’autre et à l’environnement. Pouvez-vous nous parler de votre création que vous avez appelée 1573 cm 3 ? Émeline : 1573 cm 3 est née d’une envie de créer un lien complice entre le public et ce qui se passe sur scène. La particularité de cette pièce est qu’elle commence par un échauffement, dans lequel nous proposons de nous rendre disponibles - danseurs et spectateurs - pour vivre le spectacle, en mettant nos pensées de côté. Cie Les Os pOsés Créée en 2006 à Die, dans la Drôme, la Cie les Os pOsés décide de développer avec passion danse, improvisation et contact avec le corps humain. Sébastien Molliex et Émeline Nguyen, les actuels chorégraphes, créent des spectacles, proposent des formations et travaillent activement sur 3 pôles importants : Contact Improvisation, pratiques somatiques, corps et environnement. De leurs spectacles, il est important de citer une de leurs créations, 1573 cm 3, 2 danseurs vous proposent en première partie de mettre vos pensées superflues dans une petite boîte qui fera partie intégrante de ce qui va se passer par la suite, intrigant… Notre envie est de parler, de manière ludique et poétique, de nos pensées et de leur ronde incessante, qui parfois nous éloignent de nous-mêmes et des autres. C’est un spectacle qui mêle danse contemporaine et manipulation d’objet, car nous jouons avec des espaces et des cadres physiques, que nous animons dans leurs aspects contraignants, enfermants, ou au contraire comme supports d’expression, de rencontre et de liberté. En plus de la danse, vous pratiquez également ce que vous appelez les pratiques somatiques, pouvez-vous nous en dire plus ? Sébastien : Les pratiques somatiques sont développées sur la perception profonde et l’apprentissage des principes anatomiques, physiologiques et de développement du corps dans, et par, le mouvement. Nous sommes tous les 2 formés, et en formation, d’une de ces pratiques, le Body Mind Centering, qui nous fait voyager à l’intérieur des différents systèmes du corps (osseux, organique, liquide…), chacun étant porteur de sa propre qualité de mouvement, de sa poésie... Pour la création c’est une source inépuisable ! [...] Pourquoi 1573 cm 3 ? Émeline : C’est le volume exact de la boîte que nous animons par la danse. Le hasard fait bien les choses, car nous avons appris par la suite que 1573 cm 3 pouvait correspondre à un volume de boite crânienne humaine, (entre 1400 et 1600 cm 3). 1573 cm 3 correspond donc à un cerveau bien rempli ! [...] Danse Contemporaine, Contact Improvisation et Pratiques Somatiques 13



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :