Univers Interactif n°9 mai 1996
Univers Interactif n°9 mai 1996
  • Prix facial : 30 F

  • Parution : n°9 de mai 1996

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Pressimage

  • Format : (204 x 265) mm

  • Nombre de pages : 100

  • Taille du fichier PDF : 79,5 Mo

  • Dans ce numéro : vous êtes tous des zombies... comment États, sectes, médias pratiquent le Mind-Control.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 58 - 59  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
58 59
vend ses données dans un même esprit de service public que France-Télécom, et, comble du hasard, les deux cèdent leurs fichiers au même prix !!!.. a signé un accord avec la société française oui Aux termes de cet accord, les deux bases de données n'en feront plus qu'une. Ce qui laisse rêveur quand on sait que les fichiers CMT avaient déjà de quoi secouer Joseph Fouchet dans sa tombe. Aujourd'hui, il est possible de faire (illégalement) des tris croisés pour savoir si vous avez les cheveux longs ET si vous fumez ET si vous avez un micro ET un modem ET si vous votez Cheval Debout, etc., etc. Le prix de l'info : 1 franc par adresse. Malgré l'intérêt des professionnels du marketing pour le "traitement automatique de données nominatives", seulement 370.000 fichiers ont été déclarés à la CNIL, depuis sa création il y a 15 ans (voir encadré). Les entreprises ne connaissent pas, ou ignorent volontairement, les déclarations qu'elles sont tenues de faire avant d'entreprendre un fichage. D'ailleurs, le commissaire Padoin de la SEFTI, (la division de la P.J. spécialisée dans les délits informatiques), nous a confié que "la loi de 1978 n'est plus du tout adaptée à la situation actuelle de la micro et des réseaux. La loi qui sert de base à la CNIL est mal connue et mal appliquée. Les gens ignorent leurs droits et les entreprises sont souvent mal, ou pas du tout, informées sur la loi de 78. Si j'avais voulu relever systématiquement tous les délits de nondéclaration de fichiers...". Selon la rumeur, les entreprises françaises passeraient par la Belgique pour contourner la CNIL et pour soustraiter leur "database mining" (l'analyse systématique de données brutes sur les comportements des gens). Non seulement ces sociétés ne sont pas tenues de déclarer leurs fichiers, mais en plus elles effectuent en Belgique des traitements interdits en France : classifications selon des critères de race, de religion, d'affiliation politique, etc. Fiction ou parano ? La CNIL a déjà dû intervenir plusieurs fois auprès d'entreprises qui tentaient d'effectuer des tris en fonction de la consonance des noms, dans le but de faire apparaître des appartenances religieuses et raciales... Lorsque ce n'est plus une affaire de 58 >interactif n°9 Mai 1996 gros sous mais une affaires d'Etat, il est encore plus difficile de déterminer combien de fichiers les instances gouvernementales détiennent sur notre petite personne. Aux Etats-Unis, l'IRS, le fisc américain, à saisi les factures de téléphone détaillées de journalistes dérangeants, afin de démasquer l'identité de leurs interlocuteurs. Quand on raconte cette histoire à un responsable de la Direction Générale de France-Télécom, il nous assure, dans un souci de transparence, de l'inexistence en France de tels fichiers. Déclaration absurde puisque France-Télécom doit produire la facture détaillée de n'importe quel abonné dès que celui-ci conteste le paiement. en étaient restés a,. téléphoniques, sont eu [faim, r mat 1,i Dans l'affaire OMNA, l'alibi de Jacques Mellick fut démenti par des traces électroniques de paiements par carte bancaire. Néanmoins, le FBI et la NSA (National Security Agency) restent leaders en matière de flicage par fichiers interposés. Le FBI est connu pour s'intéresser aux livres que les gens empruntent dans les bibliothèques. Cette technique (à laquelle le film Seven fait allusion) est basée sur la théorie de la "mosaïque de l'information". Le FBI considère que "des unités distinctes d'informations bénignes peuvent être recoupées pour faire apparaître une menace contre la sécurité nationale, d'où l'impérative nécessité de contrôler ces unités". La NSA proposa donc d'offrir aux bibliothèques américaines un système en réseau pour les aider à mieux gérer leurs prêts (les bibliothèques refusèrent, mais un tel acte de "générosité" méritait d'être cité). On sait que la NSA intercepte toutes les communications n'importe où sur la planète, grâce à une technologie surnommée l'"oreille globale". Récemment, la NSA a développé une nouvelle machine d'espionnage informatique, nom de code : TEMPEST ; ce qui voudrait dire Transient Electromagnetic Pulse Emanation Standard, mais c'est tellement secret que personne n'est vraiment sûr. La technologie TEMPEST permet de détecter les variations du champ électromagnétique d'un écran d'ordinateur afin de reconstituer les caractères qui y sont affichés, et ceci à une distance d'un kilomètre. Contre TEMPEST, même la cryptographie se révèle inefficace puisque la NSA "regarde" l'écran de l'utilisateur au lieu d'intercepter les bits en transit. Ce qui n'empêche pas la NSA de faire campagne auprès du Congrès Américain afin d'empêcher le grand public d'utiliser la cryptographie avancée ! Depuis le craquage de Netscape, l'été dernier, on sait que les 40 bits de crypto autorisés sont insuffisants. La crypto à 128 bits barrerait la route même aux superordinateurs de la NSA, et c'est justement cette cryptographie là que la NSA essaie d'interdire. En plus, la Federal Justice vient d'ordonner que la crypto la plus répandue sur le net, Pretty Good Privacy, soit munie d'un "back-door", ce qui en autorisera l'accès aux services secrets. Il n'existe donc aucun moyen de communiquer sur un réseau à l'abri du regard du Grand Frère. liberté individuelle est inversement proportionnelle au nombre de fichiers sur lesquels nous apparaissons. Avec l'omniprésence des ordinateurs, c'est un peu de liberté et d'identité qui disparaît chaque jour, transformé en quelques gigaoctets supplémentaires dans une mémoire sans visage. Logique finalement, puisque notre identité on-line demeurera longtemps après notre dépouille "bio". Réjouissonsnous d'accéder ainsi à la transcendance par la machine. Lorsque nous nous réconfortons à l'idée d'être unique, n'oublions pas que notre alter ego digital est copié, coupé, collé, reformaté, transféré à chaque seconde. Seul moyen d'échapper au fichage : il aurait fallu que nos parents n'inscrivent jamais notre nom au bas d'une fiche. Trop tard. Disparaître maintenant des fichiers équivaudrait à une mort virtuelle. Mieux vaut capituler tout de suite face à la Toute Puissance du Processeur, et accepter dès à présent l'axiome : Je suis fiché, donc Je suis.
>Commencons dès aujourd'hui à effacer nos traces dans [es fichiers du Grand Ordinateur. Evitons que nos coordonnées ne soient vendues aux professionnels du marketing et aux "brokers listes" du monde entier. Si nous devons recourir en justice, autant connaître nos droits : >La Commission Nationale de l'Informatique et des Libertés (CNIL), 21 rue Saint Guillaume 75007 Paris. Ecrivez à la CNIL si vous découvrez qu'il existe sur vous des fichiers trop personnels ; comme ce monsieur qui s'étonna de recevoir des mailings où figuraient la mention "homosexuel" sous son nom et son adresse. La CNIL a pour mission de faire respecter la Loi de 1978 sur l'Informatique et la Liberté, qui garantit a) qu'on ne peut créer aucun fichier qui porte atteinte à notre vie privée, b) que nous conservont un droit d'accès aux informations qui nous concernent, avec la possibilité de rectifier ou de supprimer celles-ci, c) que tout "traitement automatique de données nominatives" dôit être déclaré à la CNIL, et que le fichier ainsi créé ne peut être utilisé pour une autre utilisation que celle pour lequel il a été déclaré. La CNIL a barré la route, par le passé, aux députés-maires qui tentaient, afin de démasquer les fraudeurs, de recouper le fichier des abonnés à Télérama avec le fichier de la redevance audiovisuelle. Mais aujourd'hui, la CNIL demeure impuissante face à l'Assemblée, qui votera bientôt une loi autorisant le croisement des fichiers de la redevance télé avec ceux de la taxe d'habitation. Commentaire officieux de la CNIL : "Une petite disposition telle que celle-ci passera vraisemblablement inaperçue, sauf si les gens réagissent..:". Alors, écrivez à votre élu local dès aujourd'hui. Sinon, le peu de protection qu'offre la loi de 78 et la CNIL disparaîtra aussi vite que la Lambada. La Liste Robinson Stop Publicité, 60 rue de la Boétie, 75008 Paris. Si vous n'en pouvez plus de recevoir des mailings de ventes par correspondance tous les matins à la place de vos charmantes lettres d'amour, écrivez à La Liste Robinson en indiquant bien votre nom, prénom, et adresse. Vous serez ainsi inscrit dans le fichier (! ! !) des gens qui ne souhaitent plus recevoir de mailings. Attention : cette mesure de prévention ne s'appliquera qu'aux entreprises de VPC qui respectent La Liste Robinson. Quant aux nombreuses entreprises qui passent outre, elles continueront à faire travailler le facteur... et la poubelle. >La Liste Orange et La Liste Safran. (Voir votre agence France-Télécom la plus proche.) >La Liste Orange est l'un des "mythiques" services gratuits de France-Télécom. Tout comme la Liste Robinson, elle sert à effacer son nom des fichiers que France-Télécom vend, entre autres, aux entreprises de marketing direct. Fort heureusement, France-Télécom mène une campagne de communication active autour de la Liste Orange : une disposition de la CNIL l'oblige à en parler au moins une fois par an dans sa lettre aux abonnés (combien la lisent ?),... La Liste Safran permet de protéger un fax contre le flot de publicité qui déferle en un vomissement ininterrompu de papier thermique. Là aussi, il s'agit d'un service gratuit. Il paraît que le non-respect de La Liste Safran est passible d'amendes et de sanctions pénales. C'est peut-être là l'occasion de se venger : renvoyez systématiquement tous les cartons publicitaires où figurent la mention "Fax" et, ensuite, mettez vous fissa sur La Liste Safran. Vous pourrez gagner de belles vacances aux Bahamas lorsque vous témoignerez devant le juge avec une pile de fax publicitaires hors-la-loi à l'appui. >interactif n°9 Mai 1996 59



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Univers Interactif numéro 9 mai 1996 Page 1Univers Interactif numéro 9 mai 1996 Page 2-3Univers Interactif numéro 9 mai 1996 Page 4-5Univers Interactif numéro 9 mai 1996 Page 6-7Univers Interactif numéro 9 mai 1996 Page 8-9Univers Interactif numéro 9 mai 1996 Page 10-11Univers Interactif numéro 9 mai 1996 Page 12-13Univers Interactif numéro 9 mai 1996 Page 14-15Univers Interactif numéro 9 mai 1996 Page 16-17Univers Interactif numéro 9 mai 1996 Page 18-19Univers Interactif numéro 9 mai 1996 Page 20-21Univers Interactif numéro 9 mai 1996 Page 22-23Univers Interactif numéro 9 mai 1996 Page 24-25Univers Interactif numéro 9 mai 1996 Page 26-27Univers Interactif numéro 9 mai 1996 Page 28-29Univers Interactif numéro 9 mai 1996 Page 30-31Univers Interactif numéro 9 mai 1996 Page 32-33Univers Interactif numéro 9 mai 1996 Page 34-35Univers Interactif numéro 9 mai 1996 Page 36-37Univers Interactif numéro 9 mai 1996 Page 38-39Univers Interactif numéro 9 mai 1996 Page 40-41Univers Interactif numéro 9 mai 1996 Page 42-43Univers Interactif numéro 9 mai 1996 Page 44-45Univers Interactif numéro 9 mai 1996 Page 46-47Univers Interactif numéro 9 mai 1996 Page 48-49Univers Interactif numéro 9 mai 1996 Page 50-51Univers Interactif numéro 9 mai 1996 Page 52-53Univers Interactif numéro 9 mai 1996 Page 54-55Univers Interactif numéro 9 mai 1996 Page 56-57Univers Interactif numéro 9 mai 1996 Page 58-59Univers Interactif numéro 9 mai 1996 Page 60-61Univers Interactif numéro 9 mai 1996 Page 62-63Univers Interactif numéro 9 mai 1996 Page 64-65Univers Interactif numéro 9 mai 1996 Page 66-67Univers Interactif numéro 9 mai 1996 Page 68-69Univers Interactif numéro 9 mai 1996 Page 70-71Univers Interactif numéro 9 mai 1996 Page 72-73Univers Interactif numéro 9 mai 1996 Page 74-75Univers Interactif numéro 9 mai 1996 Page 76-77Univers Interactif numéro 9 mai 1996 Page 78-79Univers Interactif numéro 9 mai 1996 Page 80-81Univers Interactif numéro 9 mai 1996 Page 82-83Univers Interactif numéro 9 mai 1996 Page 84-85Univers Interactif numéro 9 mai 1996 Page 86-87Univers Interactif numéro 9 mai 1996 Page 88-89Univers Interactif numéro 9 mai 1996 Page 90-91Univers Interactif numéro 9 mai 1996 Page 92-93Univers Interactif numéro 9 mai 1996 Page 94-95Univers Interactif numéro 9 mai 1996 Page 96-97Univers Interactif numéro 9 mai 1996 Page 98-99Univers Interactif numéro 9 mai 1996 Page 100