Travail n°71 avril 2011
Travail n°71 avril 2011
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°71 de avril 2011

  • Périodicité : semestriel

  • Editeur : Bureau international du Travail

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 56

  • Taille du fichier PDF : 4,6 Mo

  • Dans ce numéro : le parlement mondial du travail a 100 ans.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 6 - 7  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
6 7
6 | Avril 2011, n o 71 | En couverture En couverture 1919-2011 : Les conférences de l’OIT au fil du temps Conditions de travail : fixer le cap 1 re Session, 1919 Dès l’origine, l’Organisation internationale du Travail a développé un mandat qui était assez différent du reste de la Société des Nations (SDN), l’ancêtre des Nations Unies, fondée en 1919. Alors que la SDN avait été établie au prix de difficultés considérables, l’OIT fut très vite opérationnelle. Ses premières années furent marquées par un premier Directeur exceptionnel, Albert Thomas, un Secrétariat engagé dans le dialogue interactif avec les ministres du travail et une Conférence internationale du Travail débordant d’énergie. Rien qu’entre 1919 et 1920, neuf conventions et dix recommandations furent adoptées qui changèrent la face du monde du travail. PHOTO BIT Albert Thomas (France), premier Directeur du BIT, 1919-1932 Promouvoir les normes internationales du travail : instauration de procédures de contrôle de l’OIT 8 e Session, 1926 Les normes internationales du travail sont étayées par un système de contrôle unique au niveau international qui contribue à garantir que les pays appliquent les conventions qu’ils ratifient. L’OIT examine régulièrement le respect des normes dans les Etats Membres et signale des domaines où il y aurait matière à amélioration. Pour tout problème relatif à l’application de ces normes, l’OIT cherche à aider les pays par le biais du dialogue social et de l’assistance technique. La Commission d’experts pour l’application des conventions et recommandations fut PHOTO BIT
Avril 2011, n o 71 | En couverture | 7 L’OIT a joué un rôle lors de périodes décisives de l’histoire – la Grande Dépression, la décolonisation, la création de Solidarność en Pologne, la victoire contre l’apartheid en Afrique du Sud – et aujourd’hui dans l’instauration d’un cadre éthique et productif pour une mondialisation équitable. La 100 e session de la Conférence internationale du Travail en juin 2011 est l’occasion de passer en revue quelques-unes des sessions historiques depuis 1919. La CIT demeure la seule conférence internationale où les gouvernements partagent la représentation de leur pays avec des délégués des employeurs et des travailleurs – une caractéristique fondamentale de son action au fil des années qui a permis à l’OIT de rester à l’écoute des priorités économiques et sociales. La première convention de l’OIT traitait de la réglementation de la durée du travail, l’une des plus anciennes préoccupations en matière de droit du travail. Le danger que représente pour la santé du travailleur et de sa famille le fait de travailler pendant un nombre excessif d’heures avait été reconnu dès le XIX e siècle. La convention (n°1) sur la durée du travail (industrie), 1919 a institué la fameuse journée de travail de huit heures et la semaine de quarante-huit heures. La durée du travail est restée une priorité de l’OIT tout au long des années 20 et 30, l’Organisation étant le principal forum du débat international et de l’adoption de normes internationales du travail sur ce sujet. Aujourd’hui, les normes de l’OIT sur le temps de travail fixent un cadre réglementant les horaires de travail, les temps de repos quotidien et hebdomadaire et les congés annuels. Ces instruments assurent une forte productivité tout en sauvegardant la santé physique et mentale des travailleurs. PHOTO BIT instituée en 1926 afin d’examiner les rapports gouvernementaux, en nombre croissant, sur les conventions ratifiées. Aujourd’hui, elle est composée de 20 éminents juristes désignés par le Conseil d’administration du BIT pour un mandat de trois ans. Le rôle de la Commission est de fournir une évaluation technique et impartiale de l’application des normes internationales du travail. Les rapports de la Commission d’experts et de la Commission de l’application des normes de la Conférence sont à la disposition de millions d’utilisateurs sur Internet. Ainsi, les gouvernements et les partenaires sociaux sont davantage incités à résoudre les problèmes d’application des normes afin d’éviter les commentaires critiques de ces deux organes. A la demande des Etats Membres, l’OIT fournit une assistance technique substantielle pour la rédaction et la révision de leur législation nationale afin de garantir sa conformité avec les normes internationales du travail. M. Crozet/BIT Réunions de la Commission de l’application des normes de la Conférence aux sessions de 1939 et 2010 de la Conférence internationale du Travail



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :