Travail n°71 avril 2011
Travail n°71 avril 2011
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°71 de avril 2011

  • Périodicité : semestriel

  • Editeur : Bureau international du Travail

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 56

  • Taille du fichier PDF : 4,6 Mo

  • Dans ce numéro : le parlement mondial du travail a 100 ans.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 42 - 43  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
42 43
42 | Avril 2011, n o 71 | Nouvelles Nouvelles La faible reprise de l’emploi devrait se poursuivre en 2011 La crise économique a amputé de moitié la croissance mondiale des salaires Une réunion de l’OIT consacrée à la sécurité dans l’industrie florissante des conteneurs Journée mondiale de la justice sociale, 17 février 2011 La Journée internationale de la femme fête son centenaire La faible reprise de l’emploi devrait se poursuivre en 2011 Avec un chômage mondial qui, selon les chiffres officiels, atteint un niveau record pour la troisième année consécutive depuis le début de la crise économique, l’OIT avertit dans son étude annuelle des tendances de l’emploi 1 que la faible reprise de l’emploi devrait se poursuivre en 2011, surtout dans les économies développées. Le rapport rappelle également que l’emploi des jeunes est une priorité mondiale. M. Crozet/BIT
Avril 2011, n o 71 | Nouvelles | 43 Les Tendances mondiales de l’emploi 2011 : le défi d’une reprise de l’emploi révèlent une reprise très contrastée sur les marchés du travail, avec la persistance d’un chômage élevé et un découragement croissant dans les pays développés, en même temps qu’une hausse de l’emploi et un nombre toujours élevé de travailleurs pauvres et de travailleurs occupant un emploi vulnérable dans les pays en développement. Ces tendances tranchent nettement avec la reprise constatée à travers plusieurs indicateurs macroéconomiques clés : le PIB mondial, la consommation, l’investissement, le commerce mondial et les marchés boursiers qui sont tous repartis à la hausse en 2010, dépassant les niveaux d’avant la crise. « Malgré une reprise très disparate du marché du travail à travers le monde, nous continuons de supporter le terrible coût humain de la récession », a déclaré le Directeur général du BIT, Juan Somavia. Selon lui, « il existe un défi commun : nous devons repenser le modèle de nos politiques macroéconomiques et faire de la création d’emplois de qualité, du travail décent, un objectif central de la politique macroéconomique en même temps qu’une forte croissance, une inflation faible et des politiques budgétaires équilibrées. Nous ne devons pas oublier que c’est la qualité du travail qui définit la qualité d’une société. » En dépit d’un fort rebond de la croissance économique dans de nombreux pays, le chiffre officiel des personnes au chômage a atteint 205 millions en 2010, un niveau sensiblement égal à celui de 2009, soit 27,6 millions de personnes de plus qu’en 2007, à la veille de la crise économique mondiale. Le BIT prévoit un taux mondial de chômage de 6,1 pour cent en 2011, ce qui portera le nombre de chômeurs à 203,3 millions dans le monde. Les économies développées sont les plus éprouvées Le rapport montre que 55 pour cent de la hausse du chômage mondial entre 2007 et 2010 a été enregistrée dans les économies développées et l’Union européenne (UE), alors que cette région ne représente que 15 pour cent de la main-d’œuvre mondiale. Dans plusieurs économies des pays en développement, comme le Brésil, le Kazakhstan, le Sri Lanka, la Thaïlande et l’Uruguay, les taux de chômage sont redescendus au-dessous de leur niveau d’avant la crise. Le rapport estime qu’à l’échelle mondiale 1,53 milliard de travailleurs occupaient un emploi vulnérable en 2009, ce qui correspond à un taux d’emploi vulnérable de 50,1 pour cent. Un taux qui demeure relativement inchangé depuis 2008, en net contraste avec le déclin régulier et significatif qui avait été enregistré dans les années qui ont précédé la crise. Par ailleurs, le rapport indique qu’environ 630 millions de travailleurs (20,7 pour cent de l’ensemble de la main-d’œuvre mondiale) vivaient avec leurs familles sous le seuil d’extrême pauvreté de 1,25 dollar E.-U. en 2009. Cela représente 40 millions de travailleurs pauvres supplémentaires, soit 1,6 point de pourcentage de plus que le taux projeté sur la base des tendances d’avant la crise. Le chômage des jeunes demeure obstinément élevé A l’échelle mondiale, 78 millions de jeunes étaient au chômage en 2010, un nombre bien au-dessus du niveau d’avant la crise qui était de 73,5 millions en 1 BIT : Tendances mondiales de l’emploi 2011 : le défi d’une reprise de l’emploi (Genève, 2011)



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :