Travail n°71 avril 2011
Travail n°71 avril 2011
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°71 de avril 2011

  • Périodicité : semestriel

  • Editeur : Bureau international du Travail

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 56

  • Taille du fichier PDF : 4,6 Mo

  • Dans ce numéro : le parlement mondial du travail a 100 ans.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 18 - 19  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
18 19
18 | Avril 2011, n o 71 | Reportage photo Reportage photo Combattre le travail forcé grâce à l’inspection du travail Reportage photo du Brésil Ce reportage photo, consacré à une mission du Groupe spécial d’inspection mobile dans la région du Rio Negro, nous a été envoyé par Fernando Antonio de Araujo Lima Junior, chef de la Division de l’inspection du travail pour l’éradication du travail forcé (DETRAE). Toutes les photos : F. A. De Araujo Junior En juin prochain, la 100 e session de la Conférence internationale du Travail à Genève ouvrira une discussion générale sur l’inspection du travail. Des inspections du travail efficaces ont le pouvoir de prévenir les accidents du travail, de protéger les travailleurs, d’améliorer leurs conditions de travail et d’augmenter la productivité en garantissant un environnement de travail décent. Elles peuvent aussi contribuer à concrétiser un idéal de l’OIT : qu’aucun être humain ne passe une seule journée de sa vie à travailler sous la contrainte ni ne souffre de traitements dégradants ou inhumains. Le Brésil est en pointe pour réaliser cet idéal. Grâce aux plans d’action nationaux successifs, adoptés en 2003 et 2008, les activités d’inspection du travail et les mesures de lutte contre l’impunité des employeurs ont permis de libérer des milliers de travailleurs. L’OIT, à travers son Programme d’action spécial pour combattre le travail forcé (SAP-FL), a soutenu ces efforts nationaux au cours des dix dernières années. Parmi les mesures clés adoptées par le Brésil dans la lutte contre le travail forcé figure la création d’un Groupe spécial d’inspection mobile (GEFM) en 1995, sous l’égide du ministère du Travail, unissant les efforts d’inspecteurs du travail spécialement formés et équipés, de procureurs du travail et d’officiers de police. Depuis 2002, avec le soutien des gouvernements du Brésil, de la Norvège et des Etats-Unis, l’OIT a mis en œuvre plusieurs projets de coopération technique pour appuyer l’exécution des plans d’action nationaux et renforcer les capacités de gestion des fournisseurs et des acheteurs brésiliens, réduisant ainsi les risques de travail forcé au sein de leurs chaînes d’approvisionnement. Les projets se sont particulièrement employés à renforcer la capacité
Avril 2011, n o 71 | En couverture | 19 Les inspecteurs du travail utilisent souvent les voies fluviales parce que les routes sont soit précaires, soit inexistantes. Ce voyage sur le Rio Negro exige les efforts combinés de tous les membres de l’équipe du GEFM pour faire avancer le bateau et rejoindre les lieux où les travailleurs subissent des conditions de travail assimilables à l’esclavage. Le GEFM se heurte à de nombreuses difficultés (ponts instables, routes boueuses, chemins forestiers, villages inondés) avant de pouvoir atteindre son lieu d’intervention. Ses activités encourent d’autres risques, notamment des menaces et des attaques de la part des propriétaires terriens qui mettent tout en œuvre pour compliquer la tâche des inspecteurs.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :