Travail n°71 avril 2011
Travail n°71 avril 2011
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°71 de avril 2011

  • Périodicité : semestriel

  • Editeur : Bureau international du Travail

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 56

  • Taille du fichier PDF : 4,6 Mo

  • Dans ce numéro : le parlement mondial du travail a 100 ans.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 16 - 17  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
16 17
16 | Avril 2011, n o 71 | En couverture 94 e Session, 2006 – Maritime Une charte des droits pour les gens de mer Dès l’origine, les Etats Membres de l’OIT ont réalisé que dans le monde du travail, les marins et les armateurs occupaient une place à part. Ne travaillant pas sur la terre ferme mais en mer, ils transportaient, il y a 90 ans déjà, une énorme proportion du commerce international, mais ils représentaient la main-d’œuvre la plus fluide et la plus diversifiée de la planète. En 1920, l’OIT a tenu sa deuxième Conférence internationale du travail à Gênes, en Italie, et l’a consacrée aux gens de mer. En tout, dix sessions maritimes de la Conférence internationale du Travail ont adopté 68 conventions et recommandations maritimes, couvrant tous les aspects des conditions de travail en mer. 2 e session (maritime) de la Conférence internationale du Travail à Gênes, Italie (1920) PHOTO BIT 97 e Session, 2008 Promouvoir la justice sociale en période d’incertitudes : Déclaration de l’OIT sur la justice sociale pour une mondialisation équitable Alors que l’incertitude règne dans le monde du travail, confronté aux tourmentes financières, au ralentissement économique, à la hausse du chômage, à l’informalité chronique et au manque de protection sociale, la 97 e session de la Conférence internationale du Travail a adopté une déclaration historique visant à renforcer la capacité de l’OIT à promouvoir l’Agenda pour le travail décent et à forger une réponse efficace aux défis croissants de la mondialisation. A travers la Déclaration de l’OIT sur la justice sociale pour une mondialisation équitable, les gouvernements, les employeurs et les travailleurs de tous les Etats Membres prônent une nouvelle stratégie pour pérenniser des économies et des sociétés ouvertes fondées sur la justice sociale, le plein emploi productif, les entreprises durables et la cohésion sociale. La Déclaration reconnaît les bénéfices de la mondialisation mais invite à redoubler d’efforts pour 98 e Session, 2009 Ouvrir la voie pour sortir de la crise mondiale : le Pacte mondial pour l’emploi Confrontée à la perspective d’un chômage prolongé, d’une pauvreté et d’inégalités endémiques, ainsi qu’à la multiplication des faillites d’entreprises, la 98 e session de la Conférence internationale du Travail a adopté en 2009 un Pacte mondial pour l’emploi destiné à orienter les politiques nationales et internationales visant à stimuler la reprise économique, à créer des emplois et à fournir une protection aux travailleurs et à leurs familles. Le Pacte mondial pour l’emploi a été adopté après le fort soutien exprimé pendant les trois jours du Sommet mondial de l’OIT sur la crise mondiale de l’emploi par les chefs d’Etat et de gouvernement, les vice-présidents et les ministres du travail, les représentants des travailleurs et des employeurs, et d’autres responsables. Parallèlement, le Sommet s’est aussi nettement prononcé en faveur d’une plus grande implication de l’OIT dans le G20. Le Pacte propose des mesures pour maintenir les travailleurs dans leur emploi, pour soutenir les entreprises et pour accélérer la création d’emplois et la reprise du marché du travail, en association
Avril 2011, n o 71 | En couverture | 17 Mais les temps changent et le volume du commerce maritime aussi. Finalement, il est apparu que les marins travaillant sur des « supertankers » et sur d’autres navires avaient besoin d’une « superconvention » qui réponde à leurs besoins mais qui satisfasse aussi l’aspiration des armateurs et des gouvernements à une concurrence loyale. Ainsi était née la plus récente convention de l’OIT. En février 2006, la 94 e Conférence internationale du Travail a adopté la Convention du travail maritime, 2006, fournissant une norme du travail de portée générale et donnant le ton pour les futures conventions qui réglementeront un secteur spécifique tout en traitant les problèmes que pose la mondialisation. La nouvelle norme ne constitue pas seulement un tournant pour les gens de mer mais elle représente une avancée sur la voie d’une mondialisation équitable. Adoption de la Convention du travail maritime, 2006 M. Crozet/BIT DR mettre en œuvre des politiques de travail décent qui produisent de meilleurs résultats, plus justes pour tous. La Déclaration marque la plus importante réforme de l’Organisation depuis l’adoption de la Déclaration historique de Philadelphie en 1944. En outre, c’est une avancée significative dans le respect, la promotion et la réalisation de la Déclaration relative aux principes et droits fondamentaux au travail adoptée par l’OIT en 1998. Maât, l’antique déesse égyptienne de la vérité et de la justice... Le terme « maât » peut s’entendre par « justice », « vérité » et « ordre juste du monde » avec des systèmes de protection sociale, en particulier pour les plus vulnérables, et en intégrant les préoccupations de genre dans toutes les initiatives. Il plaide aussi pour l’instauration d’un « cadre de réglementation et de contrôle plus solide et plus cohérent du secteur financier à l’échelle mondiale, afin qu’il soit au service de l’économie réelle, qu’il favorise les entreprises durables et le travail décent et protège mieux l’épargne et les pensions des particuliers ». Presidency of the Nation of Argentina En septembre 2009, les dirigeants du G20 réunis à Pittsburgh ont accueilli favorablement le Pacte mondial pour l’emploi de l’OIT et se sont engagés à « placer les emplois de qualité au cœur de la reprise »



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :