Travail n°71 avril 2011
Travail n°71 avril 2011
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°71 de avril 2011

  • Périodicité : semestriel

  • Editeur : Bureau international du Travail

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 56

  • Taille du fichier PDF : 4,6 Mo

  • Dans ce numéro : le parlement mondial du travail a 100 ans.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 10 - 11  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
10 11
10 | Avril 2011, n o 71 | En couverture L’égalité entre les sexes : promouvoir des emplois plus nombreux et de meilleure qualité pour les femmes 34 e Session, 1951 Avec l’arrivée sur le marché du travail d’un nombre croissant de femmes pendant et après la seconde guerre mondiale, l’OIT a commencé à reformuler « le problème des femmes », entre autres, comme l’un des droits de l’homme et une revendication d’égalité. La voie était dès lors ouverte pour la convention (n°100) sur l’égalité de rémunération, qui fut adoptée en 1951, et qui allait bien audelà de la disposition « à travail égal, salaire égal » inscrite trois ans plus tôt dans la Déclaration universelle des droits de l’homme. Aujourd’hui, les quatre conventions essentielles de l’OIT concernant l’égalité hommes-femmes sont la convention (n°100) sur l’égalité de rémunération, 1951 ; la convention (n°111) concernant la discrimination (emploi et profession), 1958 ; la convention (n°156) sur les travailleurs ayant des responsabilités familiales, 1981 ; et la convention (n°183) sur la protection de la maternité. La convention n°111 a élargi le champ en incluant le sexe dans les motifs prohibés de discrimination et les conventions n os 100 et 111 furent les premiers Adoption de la Déclaration sur l’apartheid 48 e Session, 1964 La lutte contre l’apartheid en Afrique du Sud a constitué un premier grand test pour les politiques de l’OIT en faveur de l’égalité. En 1964, la Conférence internationale du Travail a approuvé à l’unanimité la Déclaration concernant la politique d’apartheid en Afrique du Sud et le programme de l’OIT pour l’élimination de l’apartheid dans le domaine du travail. La déclaration réaffirmait le principe de l’égalité des chances, condamnait la politique raciale du gouvernement sud-africain et demandait à l’Afrique du Sud de renoncer à sa politique d’apartheid. Afin d’éviter une exclusion officielle, la République d’Afrique du Sud s’est retirée de l’OIT de son propre chef, notifiant son départ le 11 mars 1964. La déclaration de 1964 demandait au Directeur général de soumettre chaque année à la Conférence un rapport spécial, qui fut soumis à une commission PHOTO BIT 58 e Session, 1973 La lutte contre le travail des enfants : intensifier l’action Le travail des enfants a préoccupé l’OIT dès ses tout débuts, quand la première session de la Conférence internationale du Travail adopta la convention (n°5) sur l’âge minimum (industrie), 1919, fixant l’âge minimum pour embaucher un enfant dans l’industrie à 14 ans. Cependant, le rythme de ratification des premières conventions de l’OIT sur le travail des enfants fut assez lent pendant une longue période, jusqu’en 1973 quand une nouvelle convention de l’OIT couvrant l’ensemble de l’économie fut adoptée, la convention (n°138) sur l’âge minimum d’admission à l’emploi. Library of Congress E. F. Brown
Avril 2011, n o 71 | En couverture | 11 instruments internationaux soumis à ratification ayant pour objectif spécifique de promouvoir l’égalité et l’élimination des discriminations. La convention n°183 prévoit 14 semaines de prestations maternité pour les femmes vivant dans les pays ayant ratifié les conventions. spéciale jusqu’en 1994. Ces rapports montrent comment la pression internationale contre l’apartheid a évolué en plus de 25 ans, aboutissant à un boycott et à l’isolement de l’Afrique du Sud de l’apartheid, doublés d’un soutien matériel accru aux mouvements de libération nationale et aux syndicats luttant contre l’apartheid. En 1990, Nelson Mandela, qui était alors Viceprésident du Congrès national africain (ANC), a participé à la 77 e session de la CIT, où il a salué l’OIT pour son combat contre l’apartheid. L’Afrique du Sud a rejoint l’Organisation le 26 mai 1994, trois ans après l’abrogation officielle des lois d’apartheid et dix jours après l’élection de Nelson Mandela comme Président de la République. En juin 2007, l’OIT a décerné son premier Prix PHOTO BIT DR annuel pour la recherche sur le travail décent conjointement à Nelson Mandela et au professeur Carmelo Mesa-Lago, en reconnaissance de leur contribution personnelle à l’amélioration de la vie des hommes dans le monde. Nelson Mandela à la Conférence internationale du Travail en 1990 M. Crozet/BIT Ce n’est qu’avec l’adoption de la convention n°138 et la création du Programme international de l’OIT pour l’abolition du travail des enfants (IPEC) en 1992 que le mouvement a vraiment pris de l’ampleur. Dans un contexte d’inquiétude croissante liée au fait que certaines formes de travail des enfants sont si graves et inhumaines qu’elles ne sauraient être tolérées plus longtemps, la 87 e session de la Conférence a adopté à l’unanimité un autre instrument, la convention (n°182) sur les pires formes de travail des enfants, 1999. Quelque 95 pour cent des Etats Membres de l’OIT l’ont maintenant ratifiée, alors que 85 pour cent ont ratifié la convention n°138.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :