Tous Pros n°50 mar/avr 2016
Tous Pros n°50 mar/avr 2016
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°50 de mar/avr 2016

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Promocash

  • Format : (200 x 297) mm

  • Nombre de pages : 44

  • Taille du fichier PDF : 4,6 Mo

  • Dans ce numéro : y-a t-il un cuistot dans l'avion.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 40 - 41  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
40 41
1 PROMOCASH S'ENGAGE POUR, LE DEVELOPPEMENT DURABLE En 2016, l'utilisation des sacs de caisse en matière plastique à usage unique sera interdite.• 1 Découvrez toutes nos solutions alternatives dès mars 2016 dans votre magasin Promocash ! Sacs en papier kraft brun et blanc, matière biodégradable... i J t 1 i j f a• SACS KRAFT : SACS BIODÉGRADABLES : 250 sacs kratt blanc (22 x 12 x 30 cm 1 250 cabas kraft blaoc t 26 x 20 x 32 cm 1 250 sacs cabas brun (32 x 16 x 35 cm 1 250 sachets kraft brun (25 x 15 x 43 cm) 50 sacs papier kraft brun t 26) (10 x 36 cm) LOI SUR LA TRANSITION ENERGETIQUE Â, 440316 463595 463592 462731 953690 Article 75 de la Loin• 2015992 du 17 août 2015 relative à &a transition énèrgétique pour la crolasanoe verte Code de l'environnemént 1n1arcsccietl de mise a diSpOSitiôn. b titre onéfeux ou grarlit de sacs de caisse"'mawes plos ! QJeS à usage U'iQuO
FICHE PRATIQUE Social LE POURBOIRE : QUELLE RÉGLEMENTATION ? Hygiène QUELLE CONSERVATION POUR LES SANDWICHS ? Juridique REMBOURSEMENT DES TRANSPORTS : QUE DIT LA LOI EN CAS D’ARRÊT ? Inscrit dans les conventions collectives de la restauration et de l’hôtellerie, le pourboire est, d’un point de vue légal, une rémunération au pourcentage. Il s’agit donc d’un salaire qui doit être déclaré. De ce fait, il est imposable. L’article L3244-1 du Code du travail rappelle que « dans tous les établissements commerciaux où existe la pratique du pourboire, toutes les perceptions faites « pour le service » par l’employeur sous forme de pourcentage ajouté aux notes ou toute autre somme remise volontairement par les clients entre les mains de l’employeur ou centralisées par lui sont intégralement versées au personnel en contact avec la clientèle et à qui celle-ci avait coutume de les remettre directement. » Selon cet article, un employeur ne peut donc pas partager l’ensemble de ces sommes entre l’ensemble des salariés (serveurs, cuisiniers...). Cette disposition de la loi ne peut être modifiée ni unilatéralement ni par un accord d’entreprise. Attention, « petit tronc « et pourboire ne sont pas synonymes. Le petit tronc est une pratique d’entreprise déterminant la répartition des pourboires entre les salariés de l’établissement. Chaque restaurant peut adopter son propre système et décider ou non de partager les sommes laissées volontairement par les clients entre tous – personnel de service et de cuisine –, selon ses propres règles. Chauds ou froids, les sandwichs entrent dans la catégorie des « aliments très périssables » comme le rappellent les arrêtés du 9 mai 1995 et du 21 décembre 2009, réglementant l’hygiène des aliments remis directement au consommateur. Par conséquent, la durée de conservation d’un sandwich préparé sur place ne peut, en aucun cas, excéder une journée, quel que soit le type de sandwich. Les sandwichs froids doivent être stockés dans des vitrines ou une chambre froide dont la température ne doit pas excéder 4 °C. Les produits chauds, en revanche, doivent être conservés à 63 °C minimum. D’un point de vie gustatif, les sandwichs sont meilleurs quand ils n’ont pas été préparés trop à l’avance. Mieux vaut donc les confectionner au fur et à mesure des besoins en pensant alors à bien conserver l’ensemble des matières premières. Les denrées alimentaires « très périssables » – préparations froides, produits transformés à base de viande ou de poisson fumé ou saumuré, préparations non stables à base de crème ou d’œuf, produits décongelés, etc. – doivent être conservées à 4 °C minimum. Les produits juste « périssables », c’est-à-dire dont l’absence de maîtrise de température génère un risque microbien plus faible, peuvent l’être à 8 °C. Dans le doute et par précaution, il est préférable de tout conserver à 4 °C ! L’article 3261-2 du Code du Travail précise que l’employeur doit rembourser 50% du montant de l’abonnement de transport nécessaire à ses salariés pour se rendre sur leur lieu de travail. Lorsque le salarié est en arrêt maladie (ou en congé), la prise en charge de l’abonnement de transport reste obligatoire sans aucun abattement pour les jours non travaillés, à la seule condition que l’abonnement ait été utilisé au moins une fois pour le trajet domicile-travail pendant la période d’abonnement. L’employeur n’est donc tenu à aucun remboursement si le salarié n’a pas travaillé un seul jour dans le mois (dans le cas d’un abonnement mensuel) ou dans la semaine (abonnement hebdomadaire). Lorsque le salarié est détenteur d’un abonnement pluriannuel, il peut exiger le remboursement du premier mois d’absence, mais non des périodes suivantes dans le cas où son absence se prolongerait. C’est, en effet, au détenteur de l’abonnement de se faire rembourser par l’entreprise de transport s’il n’en a plus l’utilité. À noter aussi qu’en aucun cas les billets pris à l’unité ne sont concernés par ce dispositif de prise en charge des frais de transport. Le magazine de Promocash 41



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :