Stylist n°232 18 oct 2018
Stylist n°232 18 oct 2018
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°232 de 18 oct 2018

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : Timar

  • Format : (188 x 248) mm

  • Nombre de pages : 64

  • Taille du fichier PDF : 69,6 Mo

  • Dans ce numéro : vous allez avoir une révélation.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 42 - 43  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
42 43
SPÉCIAL DOCU 1 4j111 FRIEDKIN UNCUT Et si vous laissiez quelque chose de grand derrière vous ? Et si on vous élevait des statues, on baptisait des avenues de votre nom ? Et si vous changiez le monde ? Avec des si, il paraît qu'on mettrait Paris en bouteille. Eh bah justement, figurez-vous que c'est un peu l'idée. » King, de Montgomery à Memphis de Sidney Lumet, JosephL. Mankiewicz (prochainement en DVD/Blu-ray) Pour le commun des mortels, raconter ses rêves en public augurerait généralement moins d'émancipation des peuples que de conversations familiales épineuses et autres échanges de regards embarrassés avec le crush secret du boulot. Mais dans la vie, il faut des gens aux rêves plus vastes et politiques, et des grands réalisateurs pour leur consacrer des portraits format fresque. » Les Enfants du 209 rue Saint-Maur de Ruth Zylberman (dispo en VOD) Les empires ne se bâtissent pas tous par le sang, la conquête et les sacres officiels. D'autres plus grands encore passent par la paix, la diaspora et la clandestinité — comme le royaume d'amour et de protection du 209 rue Saint-Maur, adresse d'un immeuble de rescapés de la Shoah dont la réalisatrice a retrouvé la trace aux quatre coins du monde. * Friedkin Uncut de Francesco Zippel (prochainement) Il n'est pas soviétique, mais son empire est celui du mal  : depuis L'Exorciste, William Friedkin a ouvert au cinéma une porte sur l'Enfer et est devenu le saint patron d'une certaine idée du diable (Rampage, Killer Joe...). Ceux auxquels il a confié ces rôles du messager du malin (Willem Dafoe, Matthew McConaughey) sont les meilleurs ici pour raconter l'héritage géant d'un génie qui a un peu oublié de se faire lui-même exorciser. 42 cSTYLIc,ST I Marre d'attendre le casual friday pour défaire un malheureux bouton et perdre son week-end à acheter des fringues qu'on n'osera de toute façon jamais porter  : ce qu'on veut, c'est un boulot où le vêtement est roi, afin d'entamer notre réinvention vestimentaire. Attention  : il faut faire quelques années d'études. 1 f11,11,11. DE CHAQUE IN TANT elefLIMPT » De chaque instant de re à chacun de considérer ou non le pape comme le type le mieux sapé au monde, mais ce que personne ne pourra contredire, c'est que c'est en tout cas le seul qui peut aller taffer habillé en pape. Si la tenue a terrifié un type au stylé que Michel Piccoli (dans Habemus Papam, en 2012), c'est qu'elle doit pas mal en imposer. meilleur moyen de ne pas avoir les fesses à l'air dans un hôpital est encore de faire partie du personnel  : les infirmières filmées par Philibert (Être et Avoir) en savent quelque chose et si elles ont autant l'air d'anges protecteurs, c'est aussi en partie une question d'uniforme. En plus, ça pourrait bientôt leur servir en dehors du boulot depuis que le vêtement de travail attaque les terrains de la mode. RBG de Betsy West et Julie Cohen en salles À 84 ans, Ruth Bader Ginsburg, la « Simone Weil américaine » est juge à la Cour suprême, idole nationale de la lutte pour l'égalité mais aussi une drôle d'icône pop à la silhouette de cartoon  : grandes lunettes, col dentelé, foulards élégants et vestiaire de comtesse. Un charisme à toute épreuve qui, on l'espère, intimidera son tout nouveau collègue  : Brett Kavanaugh. ançois, un homme de parole de 9t girre ut rame Pl
-.."-.491 Iteglieg 1011111 biliamanie 11 111 » 4111 ji » Grande-Synthe de Béatrice Camurat (prochainement en DVD/Blu-ray) Prenez le premier problème contemporain qui vous vient à l'esprit  : à tous les coups, il concerne la ville de Grande-Synthe. Dans ce fief nordique coincé entre crise migratoire, chômage et pollution, il faut tout repenser ou bien mourir. Le film documente ce champ de malheur devenu la fabrique de demain  : économie solidaire, initiatives écolos, boom associatif. On ne désespère pas. » The Great Buster de Peter Bogdanovich (prochainement) Avoir été une des premières stars comiques du cinéma sans esquisser un sourire ni prononcer un mot (contrairement à Chaplin, qui survivra au Vous en avez toujours rêvé, le cinéma vous le permet. Bon, OK, il s'agit moins de faire du trampoline d'un millénaire à l'autre dans un vaisseau futuriste que de remonter symboliquement le fleuve de la mémoire. Mais on vient de vous offrir le voyage dans le temps, vous n'allez pas commencer à nous démonter sur TripAdvisor ? » Les Âmes mortes de Wang Bing (diapo en DVD/Blu-ray) « You don't always have to follow the rules ! » C'est Macron qui l'a dit, et on n'est pas sûr qu'il l'entende aussi fermement pour tou.te.s ses administré.e.s, mais c'est de toute façon à vous de décider d'y croire pour vous  : prenez les devants de la start-up nation, pensez outside the box, désobéissez à tout-va et repensez le paradigme. C'est comme pour l'espace  : toutes les régions ne sont pas bien desservies sur la carte du temps. Et c'est au fond d'une no-go-zone d'oubli que se trouvaient encore les camps de la mort de Mao, jusqu'à ce que Wang Bing, à l'aise avec les longs trajets (on l'a vu signer des films de huit heures), décide d'emporter sa caméra sur place, et de déterrer les témoignages. Bon voyage. I parlant)  : c'est sûr, Buster Keaton pensait en dehors des clous. Bogdanovich, gardien des clés du Hollywood classique, en tire un portrait sans doute si déchirant parce qu'on n'a pas l'habitude de rentrer ainsi dans l'intimité d'un fantôme. » Dans la tête d'un flic de François Chilowicz (dispo sur arte.tv) Si on sait désormais vaguement ce qui s'y passe, c'est parce que les flics du film ont, justement, désobéi pour briser l'omerta  : l'omerta sur leurs conditions de travail, leur paranoïa grandissante, la haine qu'ils suscitent et que parfois ils.elles sont bien obligé.e.s de ressentir. Si l'expression « vivre ensemble » ne vous sortait pas encore par les trous de nez, ça devrait être bon après ça. » Carré 35 d'Éric Caravaca (en DVD/Blu-ray) Un train peut en cacher un autre  : celui dans lequel grimpe l'acteur Éric Caravaca devait remonter le temps vers les bribes de témoignages sur une grande soeur prématurément morte dont l'existence lui fut cachée, aujourd'hui enterrée à Casa. Il le mènera là, mais aussi sur les chemins d'une histoire politique, qui passe par la guerre d'Algérie et la colonisation marocaine. Vous restez quand même ? * Dawson City  : Frozen Time de Bill Morrison (prochainement) Si les habitant.e.s de Dawson City avaient su que leur bourg anonyme - éphémère outpost de la ruée vers l'or - traverserait le siècle dans une miraculeuse capsule temporelle (un lot de films exhumés en 1978 du permafrost)... ils.elles n'auraient pas vécu autrement. Leur quotidien, leur labeur, leurs mariages, leurs loisirs, leurs messes, sont tout droits sortis d'une boule neige et c'est bouleversant. fer'PASSAGE AU STAND Cédric Mal, fondateur du Blog documentaire, scanne pour nous l'état du secteur. EST-CE QUE LE WEBDOC, DONT TOUT LE MONDE PARLAIT, IL Y A CINO OU SIX ANS, EST MORT ? Il se régénère depuis le début, il y a presque quinze ans - une éternité pour le Web. Les oeuvres que l'on nomme aujourd'hui plus simplement « interactives » continuent de prospérer, mais, il est vrai, moins en France. QUELS FORMATS EXPLOSENT ? La réalité virtuelle (encore confidentielle, certes), le podcast (foisonnant et revigorant), la websérie (même si l'uniformisation guette un peu), le jeu vidéo documentaire (voir cette année par exemple Enterre-moi mon amour). LES SUJETS À LA MODE ? Le documentaire animé - ou d'animation - qui gagne du terrain et qui rencontre les curiosités des publics. Ce n'est pas nouveau (Valse avec Bachir, Jasmine, Conversation animée avec Noam Chomsky), mais les propositions se multiplient (Chris the Swiss, Another Day of Life), avec plus ou moins de pertinence. NETFLIX A-T-IL DÉMOCRATISÉ LE DOCU ? Je pourrais vous répondre si Netflix daignait communiquer ses chiffres d'audience... mais force est de constater qu'ils ont trouvé un filon (la série documentaire judiciaire comme Making à Murderer, elle-même inspirée de The Staircase, de Jean-Xavier de Lestrade) qui passionne. Le revers de la médaille, c'est de proposer des mises en scène et en récit qui se ressemblent de film en film, et qui pourront lasser. SPÉCIAL DOCUc.STYL7c,ST 4 3 o



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :