Stop Arnaques n°90 mar/avr 2013
Stop Arnaques n°90 mar/avr 2013
  • Prix facial : 3,90 €

  • Parution : n°90 de mar/avr 2013

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Lafont Presse

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 68

  • Taille du fichier PDF : 15,5 Mo

  • Dans ce numéro : services à la personne, comment choisir ?

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 34 - 35  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
34 35
Loisirs et un pour le compteur du SEL. Coupons ou feuilles sont retournés périodiquement au compteur afin que les comptes de chacun soient tenus à jour. Généralement, ces comptes sont portés à la connaissance de tous. Dans d’autres groupes, des expérimentations d’absence partielle ou totale de comptage sont tentées. Quel que soit le système choisi, l’écrasante majorité s’accorde à penser que le nombre d’unités n’est que la mémoire de l’échange, pas sa valeur et que le lien est bien plus important que le bien. Rien n’empêche un SEL de donner autant d’unités qu’il le souhaite à ses membres, même s’il n’est jamais crédité. Certains SEL le refusent catégoriquement : pour eux, le compte du SEL ne doit pas risquer de devenir déficitaire. D’autres l’adoptent sans modération : ils distribuent des unités à diverses occasions (inscription, participation à un marché...). Entre les deux, de nombreux termes ont été imaginés. Cette question fait l’objet de débats réguliers entre les membres des SEL. Certains SEL estiment que pour dynamiser les échanges, une solution est d’inciter les adhérents à ne pas conserver des soldes créditeurs. Ainsi, un taux d’intérêt négatif est appliqué. Faire connaissance Aussi nommés Bourse Locale d’Échange, ils sont organisés entre une fois par quinzaine et une fois par trimestre. Ils sont généralement l’occasion privilégiée d’un moment convivial (suivis d’un repas commun, d’une soirée animée...). Un vrai système d’échange Les buts et les moyens du SEL ne sont pas définis de la même manière par tous. Pour certains, l’accent est mis sur l’économique : le SEL permet à ses membres de subvenir à certains de leurs besoins sans avoir à donner de l’argent. Pour d’autres, le SEL est surtout un acte de résistance constructive, de militantisme, contre la mondialisation et ce qu’elle engendre d’inégalités et de misère. Pour d’autres encore, c’est l’aspect relationnel qui prime : le SEL permet la véritable rencontre avec l’autre, est un moyen de combattre l’exclusion ; au-delà de la rencontre, c’est un véritable réseau de solidarité(s) qui peut se tisser. D’autres encore insistent sur ce que le SEL permet en termes d’épanouissement personnel, grâce notamment à l’adoption de critères de valeur plus humains, à la possibilité de devenir utile à un groupe... Enfin, certains privilégient le côté intellectuel, voyant dans le SEL le lieu idéal pour réfléchir sur le système économique dominant, la monnaie, les relations humaines... et d’expérimenter des voies alternatives. Le SEL, en vérité, c’est tout ça, et bien plus encore ! Ils sont parfois ouverts aux visiteurs, à qui l’ont remet des tickets afin qu’ils puissent échanger eux aussi, bien que n’étant pas adhérents. Dans certains groupes, des rencontres régulières ont lieu afin d’échanger non plus des biens ou des services, mais des mots et des idées, en rapport plus ou moins lointain avec le SEL. Certains estiment qu’il est préférable de rester strictement sur un plan local et développer ses ressources propres, d’autres pensent que la rencontre avec l’autre doit toujours être recherchée et qu’il faut à tout prix éviter le repli sur soi. Certains mettent des conditions plus ou moins pointues aux échanges entre membres de SEL différents, d’autres n’en mettent aucune. Recentrer sur l’humain Face au capitalisme, à ses crises successives et aux inégalités qu’il génère, le système d’échange local se veut une alternative au système monétaire actuel. Son objectif est de développer les relations sociales et de transformer le rapport avec l’argent. Il lui retire, en effet, son pouvoir de se reproduire (par le biais des intérêts) du simple fait d’en posséder. Basé sur le troc, le respect de chacun, l’esprit de partage et de coopération, le système d’échange local permet à chacun de participer à l’économie locale en apportant aux autres ce qu’il sait faire et en leur demandant ce dont il a besoin. Il permet à ceux qui ne disposent pas de ressources financières ou qui sont au chômage d’avoir accès à des services en échange de prestations qu’ils peuvent réaliser. Qui fait quoi ? Les tâches administratives, en quantité variable selon les objectifs et convictions de chaque groupe, sont assumées par les membres du CA ou non, selon les groupes. Dans certains SEL, le service rendu est considéré comme un échange avec l’association et donc compté comme n’importe quel échange. Dans d’autres SEL, ce travail est considéré comme un acte militant, entièrement bénévole. Entre les deux, il y a toute une gamme de nuances. Certains élisent un conseil d’administration, d’autres choisissent un conseil d’animation (ou vice versa)... les mandats sont donnés parfois pour une opération, un semestre, une année... Ces personnes se rencontrent une fois par semaine, par mois ou tous les deux mois... La volonté la plus commune étant que le maximum de membres participent à un moment ou un autre, en dehors de toute hiérarchie, dans un climat de totale démocratie. Stop 2013 34 arnaques
35 Garde à vue : les policiers n’ont pas tous les droits Toute personne détenue dans le cadre d’une procédure de garde à vue a des droits. Cela implique que les policiers ont certaines obligations et doivent respecter des règles strictes. PAR VIRGINIE LEGOURD La garde à vue est une mesure privative de liberté. Selon l’article 62-1 C du Code de procédure pénal ; il s’agit plus précisément d’une « mesure de contrainte décidée par un officier de police judiciaire, sous le contrôle de l’autorité judiciaire, par laquelle une personne à l’encontre de laquelle il existe une ou plusieurs raisons plausibles de Les grands axes de la loi de réforme de la garde à vue - Article 1 er : interdiction de fonder une condamnation sur le seul fondement de déclarations faites sans assistance d’un avocat ; - Article 2 : limitation du champ et des motifs de placement en garde à vue, ainsi que le contrôle de la garde à vue et de son éventuelle prolongation ; - Article 3 : procédure de placement en garde à vue, durée de la garde à vue, et notification des droits à la personne gardée à vue ; - Article 4 : droit pour la personne placée en garde à vue de faire prévenir des tiers de la mesure dont elle fait l’objet ; - Article 5 : droit de la personne gardée à vue à être examinée par un médecin ; - Article 6 : droit de la personne gardée à vue à l’assistance d’un avocat, ainsi que le règlement des situations de conflit d’intérêts et de nécessité de procéder à une audition simultanée de plusieurs mis en cause ; - Article 8 : possibilité pour l’avocat de consulter certains documents de la procédure et d’assister aux auditions de la personne placée en garde à vue ; - Article 9 : droit de la victime à être assistée par un avocat en cas de confrontation avec la personne gardée à vue ; - Article 10 : respect de la dignité de la personne gardée à vue ; - Article 11 : encadrement des mesures de sécurité et des fouilles pouvant être imposées aux personnes gardées à vue, et désignation du procureur de la République compétent pour contrôler les mesures de garde à vue. JURIDIQUE soupçonner qu’elle a commis ou tenté de commettre un crime ou un délit puni d’une peine d’emprisonnement est maintenue à la disposition des enquêteurs ». Des limites recadrées Désormais la loi encadre plus strictement cette mesure. En effet, la garde à vue ne pourra être autorisée que si et seulement si elle constitue l’unique possibilité de parvenir à l’un des 6 objectifs cités par l’article 62-1 du Code de procédure pénal, à savoir : - permettre l’exécution des investigations impliquant la présence ou la participation de la personne, - garantir la présentation de la personne devant le procureur de la République afin que ce magistrat puisse apprécier la suite à donner à l’enquête, - empêcher que la personne ne modifie les preuves ou indices matériels, - empêcher que la personne ne fasse pression sur les témoins ou les victimes ainsi que sur leur famille ou leurs proches, - empêcher que la personne ne se concerte avec d’autres personnes susceptibles d’être ses coauteurs ou complices, - garantir la mise en œuvre des mesures destinées à faire cesser le crime ou le délit. De plus, maintenant, les mesures de sécurité ayant pour objet de s’assurer que la personne gardée à vue ne détient aucun objet dangereux pour elle-même ou pour autrui ne peuvent consister en une fouille intégrale. En effet, seuls sont autorisés : Stop 2013 arnaques



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Stop Arnaques numéro 90 mar/avr 2013 Page 1Stop Arnaques numéro 90 mar/avr 2013 Page 2-3Stop Arnaques numéro 90 mar/avr 2013 Page 4-5Stop Arnaques numéro 90 mar/avr 2013 Page 6-7Stop Arnaques numéro 90 mar/avr 2013 Page 8-9Stop Arnaques numéro 90 mar/avr 2013 Page 10-11Stop Arnaques numéro 90 mar/avr 2013 Page 12-13Stop Arnaques numéro 90 mar/avr 2013 Page 14-15Stop Arnaques numéro 90 mar/avr 2013 Page 16-17Stop Arnaques numéro 90 mar/avr 2013 Page 18-19Stop Arnaques numéro 90 mar/avr 2013 Page 20-21Stop Arnaques numéro 90 mar/avr 2013 Page 22-23Stop Arnaques numéro 90 mar/avr 2013 Page 24-25Stop Arnaques numéro 90 mar/avr 2013 Page 26-27Stop Arnaques numéro 90 mar/avr 2013 Page 28-29Stop Arnaques numéro 90 mar/avr 2013 Page 30-31Stop Arnaques numéro 90 mar/avr 2013 Page 32-33Stop Arnaques numéro 90 mar/avr 2013 Page 34-35Stop Arnaques numéro 90 mar/avr 2013 Page 36-37Stop Arnaques numéro 90 mar/avr 2013 Page 38-39Stop Arnaques numéro 90 mar/avr 2013 Page 40-41Stop Arnaques numéro 90 mar/avr 2013 Page 42-43Stop Arnaques numéro 90 mar/avr 2013 Page 44-45Stop Arnaques numéro 90 mar/avr 2013 Page 46-47Stop Arnaques numéro 90 mar/avr 2013 Page 48-49Stop Arnaques numéro 90 mar/avr 2013 Page 50-51Stop Arnaques numéro 90 mar/avr 2013 Page 52-53Stop Arnaques numéro 90 mar/avr 2013 Page 54-55Stop Arnaques numéro 90 mar/avr 2013 Page 56-57Stop Arnaques numéro 90 mar/avr 2013 Page 58-59Stop Arnaques numéro 90 mar/avr 2013 Page 60-61Stop Arnaques numéro 90 mar/avr 2013 Page 62-63Stop Arnaques numéro 90 mar/avr 2013 Page 64-65Stop Arnaques numéro 90 mar/avr 2013 Page 66-67Stop Arnaques numéro 90 mar/avr 2013 Page 68