Spécial Champion n°2 fév/mar 2013
Spécial Champion n°2 fév/mar 2013
  • Prix facial : 5,90 €

  • Parution : n°2 de fév/mar 2013

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Lafont Presse

  • Format : (230 x 300) mm

  • Nombre de pages : 100

  • Taille du fichier PDF : 43,3 Mo

  • Dans ce numéro : Zidane, une icône française.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 66 - 67  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
66 67
FRANCE, CHAMPIONNE D’EUROPE ligne de touche, l’arbitre assistant signale la main du défenseur Abel Xavier dans la surface de réparation. Polémique et discussions n’empêchent pas le penalty. Que Zidane transforme, portant le score à 2-1 : grâce à lui, la France est en finale… » Pour Patrick Vieira, son partenaire chez les Bleus et qui fut l’un des meilleurs joueurs français de cet Euro 2000, « quand Zizou est dans un bon jour, l’équipe de France est dans un bon jour. Je ne pense pas que quelqu’un ait réussi, jusqu’à présent, à l’empêcher de jouer dans cet Euro et ce sera très difficile. », expliquait le milieu de terrain défensif, alors l’une des pièces maîtresses à Arsenal, dans le quotidien régional « La Dépêche » (en date du 30 juin 2000). Pour son entraîneur Roger Lemerre, « Zidane a qualifié son équipe pour la finale, quand il est revenu à la baguette, quand il s’est mis face au but, d’un seul coup. Son autorité technique s’affirme de plus en plus, bien qu’elle doive être plus évidente quand on a sa dimension physique. » Et le coach des Bleus va encore plus loin : « Zizou, c’est un type délicieux, qui écoute, qui regarde et qui, pour le moment, est bien auprès des plus anciens que lui. Mais il est de cette génération intermédiaire qui doit propulser le foot français. Il arrive à maturité, il est au moment où il va donner sa pleine mesure. Ce Zidane est un relais naturel. L’exigence va avec le talent, mais je me contente de ce que Zidane apporte. C’est tellement mieux quand il a le ballon et qu’il le donne. La seule chose que je me demande, c’est comment il pourrait, à moi et à d’autres, enseigner sa technique individuelle. Car il essaie de rendre le football le plus limpide possible, il n’a pas d’interdit dans sa technique et dans sa façon d’être… » Pour Roger Lemerre, Zizou constitue l’arme principale de son groupe. Á lui de guider le jeu pour amener ses partenaires vers un doublé légendaire : la Coupe du monde en 1998, suivi du championnat d’Europe en 2000. Si les Bleus de Platini, Giresse, Tigana et Fernandez ont remporté l’Euro en 1984, en France, les Zidane, Deschamps, Henry et autres Blanc peuvent accomplir un exploit encore plus grand et ajouter une autre étoile sur leur maillot. Pour Tostao, 66 - Spécial Champions n°2 l’attaquant du Brésil de Pelé qui gagna le Mondial mexicain en 1970 et qui à l’époque de l’Euro 2000 officiait comme chroniqueur pour « Jornal do Brasil », un quotidien de Rio de Janeiro « Zidane n’est peut-être pas le meilleur joueur de l’Euro, ni celui du monde, mais c’est le footballeur qui me fascine le plus. Il est élégant, possède une technique parfaite de la passe, ainsi qu’une vision du jeu, une conduite et une couverture de balle remarquables. Et s’il était un finisseur comme Rivaldo, il serait un crack aussi parfait que Platini ou Zico. » Un plan anti-Zidane pour la finale Le 2 juillet 2000, sur la pelouse de Rotterdam, les Bleus savent qu’ils ont rendez-vous avec l’histoire. Pour les Italiens, il s’agit de laver l’affront du quart de finale de la Coupe du monde 1998 où ils furent battus lors de la séance des tirs aux buts par la France. La machine italienne a mis au point un plan anti-Zidane qui fonctionne parfaitement et empêche le numéro 10 des Bleus d’exprimer tout son talent. Á quinze secondes de la fin du match, le banc de touche des Italiens, qui mènent 1 à 0, se congratule et les tifosi entonnent l’hymne national. Comme l’a raconté Jean-Marcel Ferret, alors médecin des Bleus, dans l’ouvrage de Besma Lahouri : « C’était fou, pour nous, c’était plié. On pensait rentrer à la maison, défaits. Les Italiens, eux, étaient tellement convaincu d’avoir gagné qu’ils ont débouché des bouteilles de champagne que nous avons récupéré en passant devant leur vestiaire à la fin de la maison… » Sur le terrain, Marcel Desailly lance à son ami Didier Deschamps : « C’est foutu, c’est mort ! ». Mais, les dieux du foot ont choisi les Bleus et Zidane : juste avant le coup de sifflet final de l’arbitre, Sylvain Wiltord égalise. Lors des prolongations, Trezeguet marque le but en or de la victoire, sur une passe de Robert Pirès, entré à la place de Lizarazu. Aucune équipe nationale n’avait réussi le doublé Coupe du monde-championnat d’Europe dans ce sens. Pour Zidane, la consécration est double : la FIFA lui décerne le titre de footballeur de l’année 2000.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Spécial Champion numéro 2 fév/mar 2013 Page 1Spécial Champion numéro 2 fév/mar 2013 Page 2-3Spécial Champion numéro 2 fév/mar 2013 Page 4-5Spécial Champion numéro 2 fév/mar 2013 Page 6-7Spécial Champion numéro 2 fév/mar 2013 Page 8-9Spécial Champion numéro 2 fév/mar 2013 Page 10-11Spécial Champion numéro 2 fév/mar 2013 Page 12-13Spécial Champion numéro 2 fév/mar 2013 Page 14-15Spécial Champion numéro 2 fév/mar 2013 Page 16-17Spécial Champion numéro 2 fév/mar 2013 Page 18-19Spécial Champion numéro 2 fév/mar 2013 Page 20-21Spécial Champion numéro 2 fév/mar 2013 Page 22-23Spécial Champion numéro 2 fév/mar 2013 Page 24-25Spécial Champion numéro 2 fév/mar 2013 Page 26-27Spécial Champion numéro 2 fév/mar 2013 Page 28-29Spécial Champion numéro 2 fév/mar 2013 Page 30-31Spécial Champion numéro 2 fév/mar 2013 Page 32-33Spécial Champion numéro 2 fév/mar 2013 Page 34-35Spécial Champion numéro 2 fév/mar 2013 Page 36-37Spécial Champion numéro 2 fév/mar 2013 Page 38-39Spécial Champion numéro 2 fév/mar 2013 Page 40-41Spécial Champion numéro 2 fév/mar 2013 Page 42-43Spécial Champion numéro 2 fév/mar 2013 Page 44-45Spécial Champion numéro 2 fév/mar 2013 Page 46-47Spécial Champion numéro 2 fév/mar 2013 Page 48-49Spécial Champion numéro 2 fév/mar 2013 Page 50-51Spécial Champion numéro 2 fév/mar 2013 Page 52-53Spécial Champion numéro 2 fév/mar 2013 Page 54-55Spécial Champion numéro 2 fév/mar 2013 Page 56-57Spécial Champion numéro 2 fév/mar 2013 Page 58-59Spécial Champion numéro 2 fév/mar 2013 Page 60-61Spécial Champion numéro 2 fév/mar 2013 Page 62-63Spécial Champion numéro 2 fév/mar 2013 Page 64-65Spécial Champion numéro 2 fév/mar 2013 Page 66-67Spécial Champion numéro 2 fév/mar 2013 Page 68-69Spécial Champion numéro 2 fév/mar 2013 Page 70-71Spécial Champion numéro 2 fév/mar 2013 Page 72-73Spécial Champion numéro 2 fév/mar 2013 Page 74-75Spécial Champion numéro 2 fév/mar 2013 Page 76-77Spécial Champion numéro 2 fév/mar 2013 Page 78-79Spécial Champion numéro 2 fév/mar 2013 Page 80-81Spécial Champion numéro 2 fév/mar 2013 Page 82-83Spécial Champion numéro 2 fév/mar 2013 Page 84-85Spécial Champion numéro 2 fév/mar 2013 Page 86-87Spécial Champion numéro 2 fév/mar 2013 Page 88-89Spécial Champion numéro 2 fév/mar 2013 Page 90-91Spécial Champion numéro 2 fév/mar 2013 Page 92-93Spécial Champion numéro 2 fév/mar 2013 Page 94-95Spécial Champion numéro 2 fév/mar 2013 Page 96-97Spécial Champion numéro 2 fév/mar 2013 Page 98-99Spécial Champion numéro 2 fév/mar 2013 Page 100