Santé Sport Magazine n°53 mar/avr 2018
Santé Sport Magazine n°53 mar/avr 2018
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°53 de mar/avr 2018

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Caméléon Média

  • Format : (230 x 270) mm

  • Nombre de pages : 56

  • Taille du fichier PDF : 70,6 Mo

  • Dans ce numéro : ma séance VMA.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 36 - 37  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
36 37
36 GOLUBOVYSTOCK/SHUTTERSTOCK.COM santésportmagazine MARS-AVRIL 2018 NUTRITION sel a même fait son entrée dans les boissons de l’effort à la dose de 0,5 gramme par litre. Il s’agit d’une apparition un peu timide, les besoins montent à 1,2 gramme par litre à l’occasion des efforts prolongés. Au rayon nutrition du sport, il existe même des solutions dites « électrolytiques ». Elles n’apportent pas de sucre mais juste des minéraux et des arômes. Comme d’habitude, c’est le tournant sociologique de l’ultra qui favorise ce revirement. Au cours de ces activités de très longue durée, les sportifs prenaient soin de respecter les préceptes en vigueur  : ils s’hydrataient ! Ils buvaient beaucoup d’eau pure alors que leur sueur contenait un peu de sel. Petit à petit, ils diluaient leur sang. Aspirée vers les secteurs plus concentrés, l’eau entrait dans les cellules et particulièrement dans les neurones du cerveau. Peu à peu, ces coureurs étaient victimes de maux de tête, de nausées, de déséquilibre et d’altération des fonctions intellectuelles. Ils ne tardaient pas à sombrer dans le coma et parfois décédaient (voir l’article  : « La noyade interne » sur le site de SantéSportMagazine). Les coureurs lents, prenant soin de s’arrêter à chaque ravitaillement et restant longtemps sur le parcours, en étaient les victimes principales. De fait, le sel s’est invité à la table des « checkpoints ». On y trouve désormais des bouillons, des oléagineux, des TUC, du jambon, du fromage et même de la Vichy Saint-Yorre. Finalement, même la « fenêtre métabolique » s’ouvre sur un autre paysage. Les glucides n’ont plus la cote. Réparer rapidement les microlésions musculaires des coureurs longues distances impose de manger des protéines peu de temps après l’arrêt de l’effort. Les féculents contenant des longues chaînes d’amidon sont devenus des sucres rapides. En effet, l’enzyme chargé de les couper, l’amylase pancréatique, travaille finalement très vite. Le glucose atteint en masse la circulation sanguine, les muscles ne parviennent plus à l’absorber. Au lieu de recharger les stocks de glycogène musculaire, il se transforme en graisse. Le fructose, ce sucre magique des années 1990, dégringole de son piédestal. On pensait qu’il s’agissait d’un sucre « super lent », car il prenait le temps de se transformer en glucose au sein du foie. En fait, la glycémie montait très peu car… cette molécule se transformait en graisse. Souvenez-vous, le sucre classique est du saccharose, luimême constitué d’une moitié de glucose et une autre de fructose. Une grande part de sa toxicité viendrait du fructose ! Ce dernier, comme son étymologie l’indique, est aussi le sucre des fruits. De fait, il faudrait même se méfier de ces aliments et ne pas en abuser. En tout cas, la prudence s’impose concernant les jus de fruits. Contrairement aux fruits entiers, le fructose n’est pas emprisonné dans une carcasse de cellulose. De consistance liquide, il quitte rapidement l’estomac et passe très vite dans le sang. Sur ce paramètre, les jus de fruits seraient assez proches des sodas. L’invasion du sang par le glucose provoque une grosse élévation du taux d’insuline. Elle est décrite comme l’hormone faisant entrer le sucre dans les cellules. On sait désormais qu’elle possède des effets anabolisants. Elle favorise la construction du muscle mais aussi et surtout le stockage des graisses. De nombreux régimes pauvres en glucides se targuent de lutter contre « l’hyperinsulinisme ». Il s’agit de la méthode Atkins ou la méthode Montignac. Malheureusement, elles font d’emblée la part belle aux graisses ! À côté de ces concepts inadaptés, l’alimentation d’inspiration paléolithique a emporté l’adhésion de nombreux sportifs, notamment des ultra-traileurs. Pauvre en L IL FALLAIT EVITER LE SEL DANS LES BOISSONS DE L’EFFORT féculents, elle contient peu d’amidon et de gluten. Les sucres rapides ne sont présents que dans les fruits, mais ces athlètes parviennent à soutenir des efforts de faible intensité pendant de longues heures et même durant plusieurs jours. Les lipides constituent le carburant de ces efforts hors du commun. Le catalyseur de combustion issu du glucose, vous savez l’oxaloacétate, provient du peu de sucre formé au cours des deux filières de la « néoglucogenèse ». La première source de glucose succède à la destruction des protéines musculaires. La seconde est initiée par le fractionnement des triglycérides. Ces derniers constituent la forme de stockage des graisses. Ils se composent de trois acides gras fixés sur une petite chaîne de carbone, le glycérol. Une fois libéré, ce dernier peut se transformer en glucose. Déjà de nouvelles études nous indiquent que le glucose est indispensable à la récupération cérébrale après l’effort, confirmant ainsi son rôle crucial dans les acquisitions psychomotrices. De la même façon, il est le carburant préférentiel des globules blancs. Sa disponibilité serait un rempart principal à la sensibilité aux infections constatée dans les minutes qui suivent l’exercice. Sans compter que le glucose reste incontournable à l’occasion des efforts amenant le sportif au voisinage de l’essoufflement et au-delà. Et puisque l’entraînement des Kenyans est une référence, rappelons que leur ration est très riche en féculents. L’ugali, cette purée à base de maïs ou de mil, est omniprésente à chacun des repas. Ainsi, ils ingèrent 70% de glucides ! Il s’agit d’une alimentation rurale, typiquement Néolithique ! Et si la vérité était proche du conseil d’Albert Creff, véritable créateur de la nutrition du sport  : « De tout un peu, de tout assez » !
=.LIU r_l II. Là'1.3È NIN MM n illlinjORM II ! Jilin t Ru,r...-,mi.e4gigulem, Ag 111,1131 "el UNE EXPÉRIENCE À VIVRE Pour un instant, une journée, une cure Thalasso, un court ou long séjour, un week-end... Surplombant la Plage de La Source, Alliance Pornic est un Resort Hôtel Thalasso & Spa qui vous accueille tout au long de l’année dans une ambiance chaleureuse et raffinée. Profitez d’un moment de bien-être privilégié face à l’Océan... Cure Thalasso & Course à Pied Un programme running au bord de l’Océan encadré par des coachs diplômés d’Etat. Soins marins, massages kinés, séances de cryothérapie, préparation physique... Renseignements et Réservations 02 40 82 91 73 thalassopornic.com Pornic



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Santé Sport Magazine numéro 53 mar/avr 2018 Page 1Santé Sport Magazine numéro 53 mar/avr 2018 Page 2-3Santé Sport Magazine numéro 53 mar/avr 2018 Page 4-5Santé Sport Magazine numéro 53 mar/avr 2018 Page 6-7Santé Sport Magazine numéro 53 mar/avr 2018 Page 8-9Santé Sport Magazine numéro 53 mar/avr 2018 Page 10-11Santé Sport Magazine numéro 53 mar/avr 2018 Page 12-13Santé Sport Magazine numéro 53 mar/avr 2018 Page 14-15Santé Sport Magazine numéro 53 mar/avr 2018 Page 16-17Santé Sport Magazine numéro 53 mar/avr 2018 Page 18-19Santé Sport Magazine numéro 53 mar/avr 2018 Page 20-21Santé Sport Magazine numéro 53 mar/avr 2018 Page 22-23Santé Sport Magazine numéro 53 mar/avr 2018 Page 24-25Santé Sport Magazine numéro 53 mar/avr 2018 Page 26-27Santé Sport Magazine numéro 53 mar/avr 2018 Page 28-29Santé Sport Magazine numéro 53 mar/avr 2018 Page 30-31Santé Sport Magazine numéro 53 mar/avr 2018 Page 32-33Santé Sport Magazine numéro 53 mar/avr 2018 Page 34-35Santé Sport Magazine numéro 53 mar/avr 2018 Page 36-37Santé Sport Magazine numéro 53 mar/avr 2018 Page 38-39Santé Sport Magazine numéro 53 mar/avr 2018 Page 40-41Santé Sport Magazine numéro 53 mar/avr 2018 Page 42-43Santé Sport Magazine numéro 53 mar/avr 2018 Page 44-45Santé Sport Magazine numéro 53 mar/avr 2018 Page 46-47Santé Sport Magazine numéro 53 mar/avr 2018 Page 48-49Santé Sport Magazine numéro 53 mar/avr 2018 Page 50-51Santé Sport Magazine numéro 53 mar/avr 2018 Page 52-53Santé Sport Magazine numéro 53 mar/avr 2018 Page 54-55Santé Sport Magazine numéro 53 mar/avr 2018 Page 56