Santé Sport Magazine n°53 mar/avr 2018
Santé Sport Magazine n°53 mar/avr 2018
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°53 de mar/avr 2018

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Caméléon Média

  • Format : (230 x 270) mm

  • Nombre de pages : 56

  • Taille du fichier PDF : 70,6 Mo

  • Dans ce numéro : ma séance VMA.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 34 - 35  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
34 35
34 CHAINFOTO24/SHUTTERSTOCK.COM santésportmagazine MARS-AVRIL 2018 NUTRITION n’avait pas la cote au sein de l’alimentation du sportif. Les études épidémiologiques montraient que les Français en ingéraient 4 à 5 grammes par jour alors que la dose santé se situait entre 2 et 2,4 grammes. Il était considéré comme un acteur clé de l’hypertension artérielle, elle-même source de crises cardiaques et d’accidents vasculaires cérébraux. On savait qu’à l’exercice, la sueur contenait plus d’eau que de sel. De fait, la concentration de ce dernier augmentait dans le sang au cours de l’activité. Logiquement, le chlorure de sodium était exclu des boissons de l’effort ! LIPIDOPHILE, GLUCIDOPHOBE Peu à peu, les acides gras indispensables montrent le bout de leur nez. On cite l’acide oléique contenu dans l’huile d’olive. On le savait équipé d’une double liaison entre deux de ses atomes de carbone. Il était dit « insaturé » et moins nuisible que ses collègues « saturés » provenant des produits laitiers ou des viandes. Les habitants du bassin méditerranéen qui en consommaient beaucoup étaient moins touchés par les maladies cardio-vasculaires. On constate aussi que les Esquimaux qui n’ingèrent aucun fruit et aucun légume sont eux aussi protégés de l’infarctus. Cette fois, ce sont les « acides gras oméga 3 » dont on découvre les effets bénéfiques. Ils sont contenus dans les poissons gras qui constituent l’essentiel de leur ration. Ces molécules améliorent l’élasticité des artères comme elles assurent la souplesse des animaux vivants dans des eaux très froides. À l’échelle moléculaire, la double liaison appelée « Cis » rend les acides gras anguleux. Ils ont du mal à s’emboiter avec leurs voisins. À l’inverse, les acides gras saturés sont rectilignes et se collent aisément les uns sur les autres. Ainsi, la matière grasse formée avec les premiers est plus fluide, à la manière des graisses végétales. Les membranes cellulaires et la paroi des vaisseaux formées avec ces molécules sont plus souples. Le phénomène s’inverse avec la seconde catégorie de lipide. L’enveloppe des cellules et des vaisseaux tend à se figer un peu comme le beurre ou le gras entourant le jambon. Puisque les graisses végétales ont la cote, contrairement aux graisses animales, l’agroalimentaire cherche à combler le désamour des Français pour le beurre et booste la consommation de margarine. Malheureusement, cette graisse végétale est devenue solide ! Deux processus chimiques permettent de l’expliquer. Premièrement, elle a été hydrogénée, les doubles liaisons ont disparu. Deuxièmement, l’acide gras « Cis » est devenu « Trans ». La double liaison persiste, mais la chaîne de carbone qui s’y accroche a changé de place, elle est désormais alignée avec celle d’en face. L’acide gras insaturé devient rectiligne et retrouve la rigidité d’un acide gras saturé. Pire encore, cette conformation n’existe pas dans la nature et nous n’avons pas les enzymes pour la couper. Les acides gras « Trans » ont tendance à s’accumuler. Les margarines n’ont plus la cote ! Par ailleurs, on démontre aussi qu’un régime incluant suffisamment de lipides, notamment des oméga 3, favorise la combustion des graisses au repos et à l’effort. Tout se passe comme si l’organisme disait  : « j’ai ma dose d’acides gras indispensables, je peux brûler des lipides ». Il s’agit en fait d’un processus épigénétique. Ces molécules se fixent sur l’ADN et facilitent l’expression des gènes codants pour les enzymes brûlant les graisses. Peu de temps après, l’homme préhistorique surgit dans les concepts nutritionnels. Il y a 10 000 ans, survient la révolution du Néolithique. Si depuis plus de 6 millions d’années nos ancêtres bipèdes vivent de chasse et de cueillette, les Homo N’ABUSEZ PAS DES FRUITS, À CAUSE DU FRUCTOSE ! sapiens se sédentarisent et inventent l’agriculture. Les produits laitiers et les céréales font une entrée massive dans leur alimentation. Selon les adeptes du « régime paléolithique », nos enzymes digestifs et nos hormones n’ont pas eu le temps de s’adapter. Ils aiment à préciser que si on compare la durée de notre évolution à une année, le Néolithique fait irruption le 31 décembre à 16 heures. Du coup, les féculents et les pâtes ne sont plus les bienvenus. Ça tombe bien, le marathon est devenu une formalité, pour être un vrai sportif sur « Facebook », il faut faire du trail, de préférence 180 bornes dans la montagne avec 10 000 mètres de dénivelé ! Cette fois le « mur du 30 e kilomètre » apparaît comme un concept dépassé. « Dissocié scandinave » et « pasta partie » ont disparu dans l’agenda des sportifs. À intensité plus modérée, on dispose de suffisamment d’oxygène pour tourner sur les lipides. La notion d’épuisement du glycogène a pris du plombdans l’aile. Des prélèvements musculaires, appelés « biopsies », montrent qu’il en reste dans les cuisses des marathoniens. L’inflammation musculaire, liée à l’amortissement de chaque réception de foulée, bloque la dépense énergétique et la combustion des glucides. Les cyclistes ne sont pas concernés et poursuivent plus longtemps un effort intense. Même le sel a retrouvé la cote. Une étude menée par Melin met en évidence qu’un sportif s’entraînant et transpirant quotidiennement perd jusqu’à 6 à 7 grammes par jour. Il doit donc en ingérer plus que la moyenne des Français considérée comme largement excessive. Le
Guarantie 5 ans Reconnue par les professionnels JE SUIS PLUS PERFORMANT GRÂCE AU MEILLEUR ENTRAÎNEMENT ET À LA MEILLEUR TECHNOLOGIE Fabriqué au Japon Numéro 1 des impédancemètres De l’usage professional au grand public DÉCOUVREZ DE QUOI VOTRE CORPS EST FAIT ! Rendez-vous au club Magic FormParis XIII, et venez prendre une mesure gratuitement sur notre appareil Tanita. *Sur présentation de ce coupon uniquement, valable pour une personne jusqu’au 30 avril 2018. www.tanita.fr



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Santé Sport Magazine numéro 53 mar/avr 2018 Page 1Santé Sport Magazine numéro 53 mar/avr 2018 Page 2-3Santé Sport Magazine numéro 53 mar/avr 2018 Page 4-5Santé Sport Magazine numéro 53 mar/avr 2018 Page 6-7Santé Sport Magazine numéro 53 mar/avr 2018 Page 8-9Santé Sport Magazine numéro 53 mar/avr 2018 Page 10-11Santé Sport Magazine numéro 53 mar/avr 2018 Page 12-13Santé Sport Magazine numéro 53 mar/avr 2018 Page 14-15Santé Sport Magazine numéro 53 mar/avr 2018 Page 16-17Santé Sport Magazine numéro 53 mar/avr 2018 Page 18-19Santé Sport Magazine numéro 53 mar/avr 2018 Page 20-21Santé Sport Magazine numéro 53 mar/avr 2018 Page 22-23Santé Sport Magazine numéro 53 mar/avr 2018 Page 24-25Santé Sport Magazine numéro 53 mar/avr 2018 Page 26-27Santé Sport Magazine numéro 53 mar/avr 2018 Page 28-29Santé Sport Magazine numéro 53 mar/avr 2018 Page 30-31Santé Sport Magazine numéro 53 mar/avr 2018 Page 32-33Santé Sport Magazine numéro 53 mar/avr 2018 Page 34-35Santé Sport Magazine numéro 53 mar/avr 2018 Page 36-37Santé Sport Magazine numéro 53 mar/avr 2018 Page 38-39Santé Sport Magazine numéro 53 mar/avr 2018 Page 40-41Santé Sport Magazine numéro 53 mar/avr 2018 Page 42-43Santé Sport Magazine numéro 53 mar/avr 2018 Page 44-45Santé Sport Magazine numéro 53 mar/avr 2018 Page 46-47Santé Sport Magazine numéro 53 mar/avr 2018 Page 48-49Santé Sport Magazine numéro 53 mar/avr 2018 Page 50-51Santé Sport Magazine numéro 53 mar/avr 2018 Page 52-53Santé Sport Magazine numéro 53 mar/avr 2018 Page 54-55Santé Sport Magazine numéro 53 mar/avr 2018 Page 56