Qzine n°10 déc 14 à mar 2015
Qzine n°10 déc 14 à mar 2015
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°10 de déc 14 à mar 2015

  • Périodicité : semestriel

  • Editeur : Réseau des Jeunes LGBTI d’Afrique de l’Ouest

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 100

  • Taille du fichier PDF : 17,0 Mo

  • Dans ce numéro : amour, pratique révolutionnaire.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 40 - 41  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
40 41
LA VOIX S’EN VA EN PREMIER De Alexis Teyie & Peinture de Roseline Olang Odhiambo Son corps puait la faim. Je pouvais le sentir même lorsqu’elle riait de son rire fragile, c’était là tapis derrière ses dents, le rire sortait pour masquer un hurlement. Personne ne comprenait ce qui m’avait attiré chez cette étrange inconnue qui était apparue un beau jour dans notre rade. C’était peut-être l’adorable espace entre ses dents, ou la cheville délicate que je fis sauter entre l’Eldoret Express et la piste. Ou alors ses yeux, la façon dont ils descendent près des pommettes, coiffés d’ailes sans plume tels les squelettes de deux grues sœurs jumelles. Peut-être était-ce sa manière de croiser les jambes en s’asseyant dessus, comment son corps formait des nœuds en permanence. Comment je vivais pour la dénouer. Certaines nuits je me réveille, convaincue d’avoir trouvé : Bas ! C’est ses cheveux, je crie dans le noir. C’est cela qui m’a attiré en premier. Ca n’a pu être que cela. Ces boucles impossibles suppliantes d’être enroulées autour de doigts curieux, la manière dont 40 Numéro 10, Décembre 2014 Fiction
elles reprenaient leur forme, peu importe le nombre fois où je les tirais. Qu’il y ait de telles choses sur terre, ah ! Les petites boules frisées à l’arrière de son crâne, sa manière de frémir quand je passais la main dessus. La sensation de duvet contre ma joue les matins où nous restions au lit ? Alhamdulillah. Elle n’était pas comme les autres femmes de l’époque. Aucune patience pour les rajouts et les extensions et les nattes Darling et tout le reste. D’ailleurs, cela me donnait des rougeurs. C’est amusant, en considérant cela, que notre première rencontre ait eu lieu dans un salon de coiffure. C’était l’un de ces vibanda avec un toit de mabati et des murs tordus comme s’ils fondaient sous la chaleur accumulée des six sèche-cheveux rouge fabriqués en Chine. Mama Jemo’s Hot Stylez, Salon and Kinyozi. Dehors, les murs étaient recouverts d’affiches de campagne de la dernière élection et à l’intérieur, il y avait dessus différentes coupes de cheveux dessinées au fusain. Certains trouvaient qu’il ne faisait pas si chaud dedans, mais c’est parce que Mama Jemo était cool tu vois, elle laissait certains d’entre nous jouer au billard dans la pièce d’à côté, même après le couvre-feu. Parfois elle nous servait un peu de la chang’aa qu’elle récupérait lors de ses petits boulots, on était content d’avoir de l’alcool gratis. On aurait préféré de la Tusker si on avait pu, pour la simple raison que ça nous mettait une cuite, et puis… Tu pouvais te prendre pour un riche pendant un moment… Enfin bon, je préférais les bières locales. Je sentais la chaleur partout en moi et c’était assez comique, nous tous assis autours d’un jerrycan sale, buvant ce sale truc, toussant, rigolant en pensant que la vie n’était pas si mauvaise. C’est sûrement pour cela que je trainais autant là-bas, même lorsque nous n’étions plus tous dans les mêmes classes. Pas mal d’entre eux sont partis ; différents endroits, différentes raisons. Les garçons voulaient se faire de l’argent, pouvoir se payer de la Tusker, j’imagine. Les filles elles, elles se faisaient embobiner tombaient enceintes, toujours la même histoire (trop de Tusker gratuites, j’imagine). Je restais assise là, tranquille, fumant tout ce que je pouvais me faire offrir. J’écoutais toutes leurs histoires, hochait de la tête, faisant « mmh mmh » quand c’était nécessaire, je m’occupais de leurs affaires quand j’étais certaine que les flics s’étaient fait graisser la pâte pour aller se mettre une cuite. Ça me donnait l’impression d’être occupée, tu sais ? C’était plein de vie dehors en face du boucher et du salon de Mama Jemo. Je veux dire, on m’invitait à beaucoup de harambees et autres, collectes de fonds pour un mariage, un diplôme, une naissance, une nouvelle maison, etc. Principalement des enterrements, toutefois. Ce jour là, j’avais récolté quelques shillings pour un repas et la moitié d’une cigarette. Je m’étais dit que j’irai dire bonjour à la tailleuse devant le salon de Mama Jemo. J’avais entendu que son autre gamin s’était fait renverser sur une autoroute. J’étais pas vraiment étonnée qu’elle était revenue si vite après avoir enterré Boi, faut gagner son pain, eh. Au demeurant, peu de choses sont aussi apaisantes que le bourdonnement serein que font les Singers, crachant des vêtements à partir de morceaux de tissus en vrac. Et puis, je crois que j’aimais observerles femmes dans le salon essayant de deviner les numéros correspondant à leurs cheveux à partir de la nomenclature bizarre au dos de certains calendriers de 91. Et là, je la vis. La plus adorable dhira que j’avais jamais vu sur une femme, comme un saule fait de batik tout son visage dans ses yeux, ses yeux noirs et brillants. Elle était terriiiiiible, jo. La première chose qu’elle m’ait dite alors que j’étais hésitante à l’entrée du salonbien que je trainais ici depuis mes 12 ans, fût, c’est meilleur que la daube de Linnaeus, sindio ? Ati quoi ? Amène ces frites à l’intérieur, on partage. Je l’ai fixée, confuse, jusqu’à ce que je me souvienne Numéro 10, Décembre 2014 41



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Qzine numéro 10 déc 14 à mar 2015 Page 1Qzine numéro 10 déc 14 à mar 2015 Page 2-3Qzine numéro 10 déc 14 à mar 2015 Page 4-5Qzine numéro 10 déc 14 à mar 2015 Page 6-7Qzine numéro 10 déc 14 à mar 2015 Page 8-9Qzine numéro 10 déc 14 à mar 2015 Page 10-11Qzine numéro 10 déc 14 à mar 2015 Page 12-13Qzine numéro 10 déc 14 à mar 2015 Page 14-15Qzine numéro 10 déc 14 à mar 2015 Page 16-17Qzine numéro 10 déc 14 à mar 2015 Page 18-19Qzine numéro 10 déc 14 à mar 2015 Page 20-21Qzine numéro 10 déc 14 à mar 2015 Page 22-23Qzine numéro 10 déc 14 à mar 2015 Page 24-25Qzine numéro 10 déc 14 à mar 2015 Page 26-27Qzine numéro 10 déc 14 à mar 2015 Page 28-29Qzine numéro 10 déc 14 à mar 2015 Page 30-31Qzine numéro 10 déc 14 à mar 2015 Page 32-33Qzine numéro 10 déc 14 à mar 2015 Page 34-35Qzine numéro 10 déc 14 à mar 2015 Page 36-37Qzine numéro 10 déc 14 à mar 2015 Page 38-39Qzine numéro 10 déc 14 à mar 2015 Page 40-41Qzine numéro 10 déc 14 à mar 2015 Page 42-43Qzine numéro 10 déc 14 à mar 2015 Page 44-45Qzine numéro 10 déc 14 à mar 2015 Page 46-47Qzine numéro 10 déc 14 à mar 2015 Page 48-49Qzine numéro 10 déc 14 à mar 2015 Page 50-51Qzine numéro 10 déc 14 à mar 2015 Page 52-53Qzine numéro 10 déc 14 à mar 2015 Page 54-55Qzine numéro 10 déc 14 à mar 2015 Page 56-57Qzine numéro 10 déc 14 à mar 2015 Page 58-59Qzine numéro 10 déc 14 à mar 2015 Page 60-61Qzine numéro 10 déc 14 à mar 2015 Page 62-63Qzine numéro 10 déc 14 à mar 2015 Page 64-65Qzine numéro 10 déc 14 à mar 2015 Page 66-67Qzine numéro 10 déc 14 à mar 2015 Page 68-69Qzine numéro 10 déc 14 à mar 2015 Page 70-71Qzine numéro 10 déc 14 à mar 2015 Page 72-73Qzine numéro 10 déc 14 à mar 2015 Page 74-75Qzine numéro 10 déc 14 à mar 2015 Page 76-77Qzine numéro 10 déc 14 à mar 2015 Page 78-79Qzine numéro 10 déc 14 à mar 2015 Page 80-81Qzine numéro 10 déc 14 à mar 2015 Page 82-83Qzine numéro 10 déc 14 à mar 2015 Page 84-85Qzine numéro 10 déc 14 à mar 2015 Page 86-87Qzine numéro 10 déc 14 à mar 2015 Page 88-89Qzine numéro 10 déc 14 à mar 2015 Page 90-91Qzine numéro 10 déc 14 à mar 2015 Page 92-93Qzine numéro 10 déc 14 à mar 2015 Page 94-95Qzine numéro 10 déc 14 à mar 2015 Page 96-97Qzine numéro 10 déc 14 à mar 2015 Page 98-99Qzine numéro 10 déc 14 à mar 2015 Page 100