Qzine n°10 déc 14 à mar 2015
Qzine n°10 déc 14 à mar 2015
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°10 de déc 14 à mar 2015

  • Périodicité : semestriel

  • Editeur : Réseau des Jeunes LGBTI d’Afrique de l’Ouest

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 100

  • Taille du fichier PDF : 17,0 Mo

  • Dans ce numéro : amour, pratique révolutionnaire.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 36 - 37  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
36 37
HISTOIRES DE NOS VIES (ET LE CHOIX DE RACONTER NOS PROPRES HISTOIRES) Q : Parlez-nous de The NEST, qui sont les personnes qui le constituent et de quand date sa création. The NEST est une communauté d’artistes et de publics intéressés par une pensée alternative, mais aussi un collectif de production musicale, cinématographique et théâtrale. Il existait en tant qu’espace virtuel bien avant que nous ayons des bureaux à la fin 2012 (nous avons eu 2 ans cette année !), cofondé par George Gachara (producteur exécutif de films) et Jim Chuchu (réalisateur de films). Le noyau de l’équipe de production comprend 10 créatifs pluridisciplinaires. Q : Cela change de voir que des Kenyans produisent ce film – mais aussi qu’il s’agit de votre propre communauté queer avec le soutien financier d’une fondation africaine, tellement de premières… Parleznous du choix de représenter votre propre communauté sous cet angle. Pourquoi maintenant ? Pourquoi ce film ? Nous considérons ce film comme un travail créatif qui vise à s’opposer aux 36 Numéro 10, Décembre 2014 Q & R Un entretien avec The NEST par OurSpaceIsLove & Q-zine Photos de The NEST sentiments anti-homosexuels généralisés qui remplissent les media mainstream. Ces histoires - où les individus LGBTIQ sont diabolisés, victimisés ou réduits à des initiales qui représentent « les populations clés » dans les rapports d’ONG - sont incroyablement déshumanisantes. Une tactique très communément répandue est de présenter les problèmes LGBTIQ comme « importés de l’Occident », alors que toutes nos expériences vécues et tout ce que nous avons appris dans notre projet de documentation réfutent cette idée. Les personnes LGBTIQ africaines – plus particulièrement kenyanes dans Histoires de nos vies - naissent, vivent, aiment et existent dans les mêmes espaces que tous les autres africains et kenyans. Nous voulions parler des histoires queer au Kenya qui sont rarement entendues et souvent ignorées. Nous étions aussi conscients que les rassembler et les diffuser par des africains, pour des africains, était essentiel. Après avoir archivé plus de 250 histoires individuelles venant de villes ou de villages partout au Kenya, développé des scripts, et produit plusieurs courts-métrages, nous avions un film. Nous avons eu un chaleureux
succès à la première mondiale lors du Festival de Film International de Toronto, et nous avons présenté le film au Kenya lors d’une évaluation formelle pour valider sa diffusion. Le Comité national d’évaluation des films l’a classé comme « interdit », interdisant donc sa diffusion publique ou privée, sa vente ou sa distribution dans sa forme actuelle au Kenya. Depuis, des questions sur les limites imposées à la liberté d’expression et de conscience ont été soulevées, notamment par le fait que le mandat du Comité est de « sauvegarder les normes et valeurs nationales », mais celui du Ministère des Sports, de la Culture et des Arts est de « contribuer au développement national à travers la promotion et l’exploitation de la culture diverse du Kenya pour une coexistence pacifique. » Ces deux mandats paraissent en désaccord. Récemment, le Département des services cinématographiques ont lancé des procédures judiciaires contre nous pour avoir tourné le film sans autorisation. Parallèlement, nous travaillons sur d’autres créations à partir de ce projet – nous avons rassemblé énormément d’histoires fascinantes, et les 5 court-métrages qui constituent le film n’en reprennent que quelques-unes. Nous sommes incroyablement reconnaissants envers OSIEA, qui a soutenu la collecte et l’archivage de l’histoire originale, et UHAI-EASHRI qui a supporté la production du film, qui a cru en nous et qui a été fondamental dans cette aventure. Q : Comment avez-vous choisi les histoires à inclure dans le film ? Comment cela a influencé la mise en scène ? Quel a été le choix de montage en général ? Les histoires qui se sont retrouvées dans le film étaient tout simplement super, incroyablement visuelles quand on nous les a racontées, donc leur évolution en film s’est faite naturellement. Nous avons tourné chaque film quand le script était prêt, et nous étions au montage et à la post-production de certaines histoires quand nous en tournions d’autres. L’écriture et le tournage étant réalisés simultanément, nous étions influencés par des évènements actuels liés à l’expérience queer tout au long du processus - comme ce qu’il se passait dans les pays voisins que sont l’Ouganda et le Nigéria. Q : Le thème de la publication visent à aborder le sujet de l’amour en tant que pratique révolutionnaire – qu’est-ce que le terme « amour révolutionnaire » signifie pour vous (s’il signifie quelque chose) ? Numéro 10, Décembre 2014 37



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Qzine numéro 10 déc 14 à mar 2015 Page 1Qzine numéro 10 déc 14 à mar 2015 Page 2-3Qzine numéro 10 déc 14 à mar 2015 Page 4-5Qzine numéro 10 déc 14 à mar 2015 Page 6-7Qzine numéro 10 déc 14 à mar 2015 Page 8-9Qzine numéro 10 déc 14 à mar 2015 Page 10-11Qzine numéro 10 déc 14 à mar 2015 Page 12-13Qzine numéro 10 déc 14 à mar 2015 Page 14-15Qzine numéro 10 déc 14 à mar 2015 Page 16-17Qzine numéro 10 déc 14 à mar 2015 Page 18-19Qzine numéro 10 déc 14 à mar 2015 Page 20-21Qzine numéro 10 déc 14 à mar 2015 Page 22-23Qzine numéro 10 déc 14 à mar 2015 Page 24-25Qzine numéro 10 déc 14 à mar 2015 Page 26-27Qzine numéro 10 déc 14 à mar 2015 Page 28-29Qzine numéro 10 déc 14 à mar 2015 Page 30-31Qzine numéro 10 déc 14 à mar 2015 Page 32-33Qzine numéro 10 déc 14 à mar 2015 Page 34-35Qzine numéro 10 déc 14 à mar 2015 Page 36-37Qzine numéro 10 déc 14 à mar 2015 Page 38-39Qzine numéro 10 déc 14 à mar 2015 Page 40-41Qzine numéro 10 déc 14 à mar 2015 Page 42-43Qzine numéro 10 déc 14 à mar 2015 Page 44-45Qzine numéro 10 déc 14 à mar 2015 Page 46-47Qzine numéro 10 déc 14 à mar 2015 Page 48-49Qzine numéro 10 déc 14 à mar 2015 Page 50-51Qzine numéro 10 déc 14 à mar 2015 Page 52-53Qzine numéro 10 déc 14 à mar 2015 Page 54-55Qzine numéro 10 déc 14 à mar 2015 Page 56-57Qzine numéro 10 déc 14 à mar 2015 Page 58-59Qzine numéro 10 déc 14 à mar 2015 Page 60-61Qzine numéro 10 déc 14 à mar 2015 Page 62-63Qzine numéro 10 déc 14 à mar 2015 Page 64-65Qzine numéro 10 déc 14 à mar 2015 Page 66-67Qzine numéro 10 déc 14 à mar 2015 Page 68-69Qzine numéro 10 déc 14 à mar 2015 Page 70-71Qzine numéro 10 déc 14 à mar 2015 Page 72-73Qzine numéro 10 déc 14 à mar 2015 Page 74-75Qzine numéro 10 déc 14 à mar 2015 Page 76-77Qzine numéro 10 déc 14 à mar 2015 Page 78-79Qzine numéro 10 déc 14 à mar 2015 Page 80-81Qzine numéro 10 déc 14 à mar 2015 Page 82-83Qzine numéro 10 déc 14 à mar 2015 Page 84-85Qzine numéro 10 déc 14 à mar 2015 Page 86-87Qzine numéro 10 déc 14 à mar 2015 Page 88-89Qzine numéro 10 déc 14 à mar 2015 Page 90-91Qzine numéro 10 déc 14 à mar 2015 Page 92-93Qzine numéro 10 déc 14 à mar 2015 Page 94-95Qzine numéro 10 déc 14 à mar 2015 Page 96-97Qzine numéro 10 déc 14 à mar 2015 Page 98-99Qzine numéro 10 déc 14 à mar 2015 Page 100