Question Psycho n°18 nov-déc 09/jan 2010
Question Psycho n°18 nov-déc 09/jan 2010
  • Prix facial : 4,90 €

  • Parution : n°18 de nov-déc 09/jan 2010

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Lafont Presse

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 84

  • Taille du fichier PDF : 43,4 Mo

  • Dans ce numéro : devenir autonome et croire en soi...

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 54 - 55  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
54 55
« De l'enfance au troisième âge, que l'on soit malade ou bien portant, l'animal familier est capable d'apporter sa pierre à l'édifice d'une vie réussie. Bien entendu, il ne supprime pas les épreuves, il aide simplement à les supporter dans de meilleures conditions. » (Association Française d'lnfonnation et de Recherche sur l'Animal de Compagnie) humains. Au fil du temps des complicités se sont nouées, probablement en raison des remarquables capacités de ces deux espèces animales à s'accorder avec l'homme sur le plan émotionnel. L'histoire de la cohabitation, entre Chat. Chien et Homme a certainement débuté par une perception intuitive des effets bénéfiques de leur présence. Depuis la fin du vingtième siècle de nombreux travaux ont confirmé l'impact de ces bénéfices pour la qualité de vie ainsi que la santé physique et mentale.• À titre préventif À l'âge adulte, l'homme continue à tirer des bénéfices de la présence animale, même s'il ne se doute pas que c'est le cas. Quel propriétaire de chien ou de chat est au courant que le fait de posséder un animal induit une diminution, de l'ordre de 50%, de l'incidence de ses problèmes mineurs de santé (étude du Dr Serpell de l'université de Cambridge) ? Les maîtres de chiens font davantage d'exercice que les autres et présentent plus tard moins de fractu res du col du fémur. Les maîtres de chats ont meilleur moral que ceux qui n'ont aucun Raminagrobis à cajoler.• Une aide physique et morale L'animal a donc son utilité à titre préventif. Mais aussi lorsque l'homme est diminué. Le chien spécialement devient un CO-thérapeute dont l'aide physique et morale est également appréciée. « L'animal est un accompagnateur situé au croisement du social, du psychique et du somatique de l'homme » 54 (Jean-Paul Richier, psychiatre) « Mon animal  : ami, iouet ou enfant ? » Cet animal s'illustre depuis la nuit des temps dans l'assistance de l'homme (gu ide d'aveugle, chien de secours en mer ou en montagne, chiens de décombres après des catastrophes naturelles, etc). Il fait désormais plus aux côtés de personnes handicapées (paralysées, mal entendantes...) auxquelles il restitue une certaine autonomie au jour le jour et le goût d'aller de l'avant Accueilli de plus en plus fréquemment dans les cabinets de thérapie par les psychologues et les psychiatres, il se prête volontiers au rôle de médiateur entre le praticien et son patient peu disposé à se confier. Les kinésithérapeutes de services spécialisés dans des rééducations lourdes (polytraumatisés, personnes très âgées ayant des difficultés à bouger) apprécient son aide à la fois physique et subjective. Les exercices, souvent douloureux pour qui les pratique sont mieux acceptés et mieux réalisés quand le chien est partie prenante de la séance. Vers des dérives L'animal de compagnie apporte tellement à l'homme, que celui-ci peut être amené à des dérives comme l'anthropomorphisme, c'est-à-dire cette tendance à concevoir les animaux à l'image des hommes et à leur prêter de ce fait des comportements humains. Comment naît cet anthropomorphisation de l'animal de compagnie ? Quel est l'impact sur la relation homme- chien ? Cela ne revient-il pas en fait à parler des dérives d'une société qui va mal, qui s'accroche à une petite part de nature qui court dans la maison ? SUR INTERNET• Le site de l'Afirac  : www.afirac.org. Cette association souhaite favoriser une meilleure compréhension des relations entre l'homme et l'animal de compagnie. Très accessible, ludique et pratique.• Le site de la Fondation de la Ligue Française des Droits de !'Animal  : www.league-animal-rights.org. Vous y trouverez non seulement la Déclaration universelle des droits de l'animal, mais aussi ses bases scientifiques et philosophiques. On peut répondre à ces questions en expliquant les différents rôles attribués notamment au chien, animal de compagnie préféré des Français  : l'animal « substitut » qui va placer le chien dans un rôle afin de combler un manque, une absence ; l'animal « miroir » où le chien est perçu par l'homme comme son propre reflet, le chien devient alors l'image narcissique du propriétaire et le renvoie à sa propre animalité et enfin l'animal « symptôme », rôle dans lequel l'animal va développer des troubles relatifs à un dysfonctionnement au sein de la famille. Cetteanthropomorphisation a forcément des conséquences dont découlent directement des troubles du comportement chez le chien, car, faute d'avoir intégré et respecté les codes comportementaux de l'animal, le maître va entraîner le chien dans son propre mal-être.. Et si l'an imal de compagnie, restait avant tout à sa place, c'est-à-dire un être sensible capable d'apporter une compagnie agréable à nos foyers ? • A LIRE Sans les animaux, le mondent saait pas humain, ,.,,,,,,.,.,,,. " Sans les animaux, le monde ne serait pas humain " de Karine Lou Matignon, préfacé par Cyrulnik, Edition Albin Michel. L'auteur explore le vieux rêve de l'homme  : communiquer avec les animaux, pour mieux comprendre sa propre condition.
SPÉCIAL VINTAGE Cahier pratique à faire soi-même  : 11 pas à pas pour restaurer meubles et objets



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Question Psycho numéro 18 nov-déc 09/jan 2010 Page 1Question Psycho numéro 18 nov-déc 09/jan 2010 Page 2-3Question Psycho numéro 18 nov-déc 09/jan 2010 Page 4-5Question Psycho numéro 18 nov-déc 09/jan 2010 Page 6-7Question Psycho numéro 18 nov-déc 09/jan 2010 Page 8-9Question Psycho numéro 18 nov-déc 09/jan 2010 Page 10-11Question Psycho numéro 18 nov-déc 09/jan 2010 Page 12-13Question Psycho numéro 18 nov-déc 09/jan 2010 Page 14-15Question Psycho numéro 18 nov-déc 09/jan 2010 Page 16-17Question Psycho numéro 18 nov-déc 09/jan 2010 Page 18-19Question Psycho numéro 18 nov-déc 09/jan 2010 Page 20-21Question Psycho numéro 18 nov-déc 09/jan 2010 Page 22-23Question Psycho numéro 18 nov-déc 09/jan 2010 Page 24-25Question Psycho numéro 18 nov-déc 09/jan 2010 Page 26-27Question Psycho numéro 18 nov-déc 09/jan 2010 Page 28-29Question Psycho numéro 18 nov-déc 09/jan 2010 Page 30-31Question Psycho numéro 18 nov-déc 09/jan 2010 Page 32-33Question Psycho numéro 18 nov-déc 09/jan 2010 Page 34-35Question Psycho numéro 18 nov-déc 09/jan 2010 Page 36-37Question Psycho numéro 18 nov-déc 09/jan 2010 Page 38-39Question Psycho numéro 18 nov-déc 09/jan 2010 Page 40-41Question Psycho numéro 18 nov-déc 09/jan 2010 Page 42-43Question Psycho numéro 18 nov-déc 09/jan 2010 Page 44-45Question Psycho numéro 18 nov-déc 09/jan 2010 Page 46-47Question Psycho numéro 18 nov-déc 09/jan 2010 Page 48-49Question Psycho numéro 18 nov-déc 09/jan 2010 Page 50-51Question Psycho numéro 18 nov-déc 09/jan 2010 Page 52-53Question Psycho numéro 18 nov-déc 09/jan 2010 Page 54-55Question Psycho numéro 18 nov-déc 09/jan 2010 Page 56-57Question Psycho numéro 18 nov-déc 09/jan 2010 Page 58-59Question Psycho numéro 18 nov-déc 09/jan 2010 Page 60-61Question Psycho numéro 18 nov-déc 09/jan 2010 Page 62-63Question Psycho numéro 18 nov-déc 09/jan 2010 Page 64-65Question Psycho numéro 18 nov-déc 09/jan 2010 Page 66-67Question Psycho numéro 18 nov-déc 09/jan 2010 Page 68-69Question Psycho numéro 18 nov-déc 09/jan 2010 Page 70-71Question Psycho numéro 18 nov-déc 09/jan 2010 Page 72-73Question Psycho numéro 18 nov-déc 09/jan 2010 Page 74-75Question Psycho numéro 18 nov-déc 09/jan 2010 Page 76-77Question Psycho numéro 18 nov-déc 09/jan 2010 Page 78-79Question Psycho numéro 18 nov-déc 09/jan 2010 Page 80-81Question Psycho numéro 18 nov-déc 09/jan 2010 Page 82-83Question Psycho numéro 18 nov-déc 09/jan 2010 Page 84