Pif n°243 22 oct 1973
Pif n°243 22 oct 1973
  • Prix facial : 3 F

  • Parution : n°243 de 22 oct 1973

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : Les Éditions Vaillant

  • Format : (198 x 264) mm

  • Nombre de pages : 76

  • Taille du fichier PDF : 99,7 Mo

  • Dans ce numéro : un bateau à mettre en bouteille.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 2 - 3  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
2 3
Voici comment se présentera votre gadget une fois monté et introduit dans une bouteille. Si vous voulez en faire un magnifique objet de collection, vous pouvez le peindre avec une peinture à maquettes. C'est ce que nous avons fait. C'est joli, non ? 1 Savez-vous que les rudes marins de l'héroïque époque des grands voiliers consacraient leurs loisirs à construire des bateaux en bouteilles ? Calés dans leur couchette, une bonne bouffarde entre les dents, de vieux loups de mer manipulaient avec minutie et dextérité les petites pièces de bois. Ils passaient ainsi des heures à assembler toutes ces pièces à l'intérieur de la bouteille. Quand le chef-d'oeuvre était terminé, ils l'es posaient fièrement dans leur cabine tel t magnifique trophée. Nous nous proposons cette semaine de vous raconter quelques grands moments de la marine à voile  : les Vikings, ces hardis navigateurs, les fameux cap-horniers et les grands bateaux-écoles d'aujourd'hui. Petit foc, trinquette, misaine et grand-voile haute... Hardi les gars ! Ca tient bon la barre ! »
eitce se uOsa. Les « Vikings », étaient un peuple de Scandinavie. Chaque année, quand le printemps commençait à percer, on ouvrait les hangars où dormaient les drakkars, on les poussait sur les rondins jusqu'à la rive et on les mettait à l'eau. Les drakkars, ces magnifiques navires à tête de dragon, étaient propulsés à la fois par d'immenses voiles et par des rames. excellent état, dans des musées de Norvège. da I ; s vikic.s r Ces drakkars ont affronté les vagues de l'Océan où toute autre embarcation eût inévitablement péri. Le courage des Vikings, leur science de la mer (ils naviguaient sans carte maritime), ajoutés à l'extraordinaire robustesse de leurs navires en ont fait de légendaires marins. Ces fameux Vikings qui ont remonté la Seine jusqu'à Lutèce, naviguèrent jusqu'en Angleterre, en Espagne, en Italie, et jusqu'en Amérique en traversant l'Atlantique ! -, i ; ; se 8150 6p I 1rrie'e'i1cii... « Ah ! Mon p'tit gars ! C'était quelque chose les cap-horniers Maintenant c'est plus ce que c'était ! » Nous avons surpris cette conversation d'un vieux, très vieux marin, dans une taverne de Saint-Mato  : Laissons parler la mémoire de ce vieux loup de mer qui a vécu tant d'aventures. « Tu t'imagines pas ce que c'était le cap Horn. D'abord le cap Horn, tout au sud du sud de l'Amérique, c'était la bataille avec la mer ! Cette ogresse qui voulait son comptant de marins. On en a laissé des frères... Pour passer ce satané cap, il nous fallait lutter des jours, des semaines, des mois entiers contre le brouillard, les tourbillons de vent, les cyclones, les trombes, le froid glacial ! Pardi en face c'était l'Antarctique ! Remarque bien nous étions aidés par les passagers. Des gars qui avaient embarqué à New York et qui avaient été piqués par la fièvre de l'or. La Californie ! La Californie ! N'avaient que ce mot-là à la bouche... Et quand il fallait faire monter une vergue le long du mât les gars entonnaient d'une seule poitrine « Valparaiso » ou « Jean-François de Nantes ». C'était'quelque chose... Maintenant avec leur zinc à vapeur, leur truc à moteur, la voile, elle est morte ! Ah ! Mon p'tit gars, les cap-horniers c'étaient des marins. La frayeur nous prenait aux tripes quand on passait le Horn, mais on l'aimait bien. Maintenant avec leur canal à Panama, le vieux Horn s'ennuie... Ah ! C'est plus ce que c'était. » Et l'on vit sortir de cette taverne, longer les docks du port en février 1928, un homme qui, le dos courbé, les mains dans son caban, continuait à parler tout seul et revivait l'héroïque épopée des cap-horniers. Cap-hornier en train de sombrer. Cette semaine PIF t'oencore un gadget exceptionnel. as pouvoir réaliser toi-même leur de force des vieux marins. C'est un gadget très spécial  : pour réaliser l'exploit d'introduire un bateau dans le goulot d'une bouteille, il y a évidemment un truc. Ce truc, c'est qu'il faut introduire le bateau plié dans le goulot. Pour cela, il te faut de la patience et de l'adresse. PIF te fournit le bateau et les accessoires, mais ni l'adresse ni la patience ! C'est à toi de les fournir ! 1. Votre gadget se compose d'une grappe, d'un fil en nylon et d'une planche de cinq voiles prédécoupées. Munissez-vous d'une lime à ongles, d'une paire de ciseaux, de fil blanc solide (au cas où le nylon glisserait entre vos doigts) et d'un litre en verre (un litre à étoiles) ; dans une autre bouteille le gadget n'entrerait pas. Dégrappez soigneusement chacune des pièces à l'aide de ciseaux, et ébarbez avec la lime à ongles. 2. Attention 1 Les numéros situés à la base des mâts (1, 2, 3, 4, 5) correspondent aux numéros gravés en dessous du pont (B). Il s'agit de leur emplacement respectif. Pour poser les mâts, vous devez les tenir entre le pouce et'l'index par la base, suivant le dessin. 3



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :