Pêche Magazine n°6 fév/mar/avr 2016
Pêche Magazine n°6 fév/mar/avr 2016
  • Prix facial : 5,90 €

  • Parution : n°6 de fév/mar/avr 2016

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Lafont Presse

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 84

  • Taille du fichier PDF : 40,2 Mo

  • Dans ce numéro : spécial truites, 5 conseils pour assurer.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 30 - 31  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
30 31
DOSSIER Poissons d’eau douce LES SEPT POINTS ESSENTIELS Quelle est son origine ? La bombette est un accessoire inventé par des pêcheurs italiens afin de faciliter la pêche des truites dans des lacs. Où se pratique-t-elle et que pêche-t-on à la bombette ? La pêche à la bombette est principalement pratiquée pour la truite dans les lacs. Sachez toutefois que la pêche à bombette est aussi pratiquée par les pêcheurs de carnassiers (le brochet, la perche, le black bass ou encore le sandre par exemple) et par les pêcheurs s’activant en bord de mer à la conquête des bars ou encore des orphies. La pêche à la bombette se pratique donc dans des lacs, des plans d’eau de grande superficie ou dans de grandes rivières. Quel est son principe ? Le principe de la pêche à la bombette est simple  : la bombette permet de propulser des petits poissons ou des esches légères (comme des vers de farine ou encore des petits terreaux) afin qu’ils évoluent à 40 ou 60 mètres de distance. Y a t-il un inconvénient à ce type de pêche ? L’inconvénient de la pêche à la bombette reste le choix de la bombette, car il en existe de plusieurs densités et poids (de 4 à 8 g). Vous avez par exemple la bombette flottante, la plongeante (si aucune activité en surface) et la semi-plongeante (s’il y a une activité en surface). Je veux pêcher des truites à la bombette. Y a t-il un moment plus approprié ? Une fois votre partie de pêche à la bombette lancée, ne perdez pas de temps, car les truites sont actives pendant deux heures le matin, moment où elles se nourrissent en pisciculture. Il vaut donc mieux éviter la pêche à la bombette en milieu de journée, car les truites sont plus rares. LA TRUITE À LA BOMBETTE La bombette est une technique particulière demandant l’usage d’une canne puissante mais sensible de scion. La plupart mesurent 3,5 m à 4m, ce qui peut paraître grand mais facilite le lancer d’un long bas de ligne. La canne est le plus souvent télescopique pour des raisons d’encombrement. Le moulinet demande simplement à être léger car lancer ramener avec une canne de 3,5 m devient vite fatiguant. Le corps de ligne sera en simple nylon de 20 centièmes, la tresse est possible mais n’apporte pas grand-chose de plus. Venons-en 30 La truite à la bombette au montage terminal, le plus important dans cette technique. On enfilera donc une bombette sur le corps de ligne qui se terminera par un émerillon triple ou quadruple. Ceci pour éviter le vrillage car le but est de faire tournoyer l’appât pour plus d’efficacité. Sous la bombette, certains utilisent un ressort spécial, permettant de la changer sans couper le fil, j’avoue qu’après l’avoir essayé je n’y ai pas trouvé grand intérêt, ce ressort étant censé protéger le nœud des chocs de la bombette. Pour ma part j’insère juste une petite bille caoutchouc que l’on trouve dans le rayon carpiste des détaillants. Le bas de ligne a une caractéristique très importante, il est long et fin et se termine par un hameçon simple en rapport avec la taille de l’esche. Mes bas de ligne font 1,5 Quel est le matériel utilisé pour la pêche à la bombette ? La canne à bombette, fabriquée en carbone principalement, pour la pêche à la bombette est télescopique et a une dimension entre 3,90 et 4,50 mètres. Sa puissance varie entre 20 et 100 grammes ; la canne de la pêche à la bombette ayant donc trois types de puissance  : 20-50 gr, 30-70 gr et 50-100 gr. Sachez que vous pouvez déjà vous munir d’une canne à bombette de qualité à partir de 40 euros ; les prix pouvant aller jusqu’à 80 euros. La pêche à la bombette est donc accessible à tous les budgets. Quel type d’appât peut-on utiliser ? Pour pratiquer la pêche à la bombette, sachez que tous les appâts naturels peuvent convenir. On parle ici de lombric, de teigne, de ver de terre, de verre de terreau ou encore de ver de farine. Qu’importe l’appât, il faut qu’il soit esché sur un hameçon simple et assez solide (en fer forgé de préférence). Retenez qu’un hameçon avec une pointe renversée convient mieux pour la pêche à la bombette. m minimum, en fluorocarbone et en 16 centièmes. Lancer un tel bas de ligne nécessite de freiner la course du fil de la bobine avant qu’il ne touche l’eau, de façon à le déployer sinon c’est l’emmêlage assuré. Action de pêche Le lancer permet de faire gicler la bombette au loin (8 g ce n'est pas rien !). Attention avant de toucher l'eau, il faut ralentir le déroulement du fil de façon à ce que le bas de ligne s'étale et ne se prenne pas dans la ligne. La ligne tombe à une vingtaine de mètres et, bien entendu, tout coule. On récupère mètre par mètre canne basse, puis canne haute en fin de course. En parvenant en bordure, on voit l'appât qui progresse
dans l'eau, remonte lors des tirées et ensuite descend en « planant ». La traction de la bombette est responsable de cette animation qui ne peut laisser une truite indifférente. Chaque poste est prospecté de façon méthodique. Utilisez d'abord une bombette « flottante », légère et ronde qui plonge beaucoup moins. A chaque traction sur un mètre environ, l'appât remonte vers la surface. Après plusieurs passages, remplacez-la par une semi plongeante. On passe 2 ou 3 fois l'appât sur les postes potentiels. La touche intervient souvent lorsque l'appât remonte ou change de vitesse. Laissez filer sur un mètre ou deux puis ferrez efficacement. La touche est parfois lointaine et il faut assurer la pénétration de l'hameçon ! La bataille est rude. Travaillez le poisson canne haute. Baissez rapidement la canne avant de la remonter immédiatement après le saut pour reprendre contact avec le poisson. Ne tirez pas comme un sourd  : un 14/100 en bas de ligne ce n'est pas un câble de treuil ! Les poissons, même de repeuplement, sont de belle qualité, les truites sont impeccables  : nageoires superbes, couleurs splendides, vigueur exceptionnelle. Technique efficace Cette technique, très meurtrière si elle est bien utilisée, permet de prendre ces truites surdensitaires ou de bassines qui de toute façon vont crever dès les premières chaleurs, alors n’hésitez pas, faites vous plaisir. LA TRUITE À LA SURPRISE Bientôt l'été, les eaux du ruisseau chantent dans le pré. En marchant, criquets et sauterelles bondissent devant le pêcheur. Un saut malheureux et voilà une jeune sauterelle qui tombe à l'eau. Elle tente, à grands coups de pattes, de rejoindre la berge et les herbes qui tombent à l'eau. Elle va y parvenir quand, une ombre surgit, un remous apparaît en surface et la sauterelle a disparu, happée par une truite. Tout l'art de la surprise va consister à faire tomber, puis dériver, le plus naturellement possible, un grillon, un criquet, une sauterelle ou un autre insecte. Vous allez vous aider des buissons, arbres et branches pour vous dissimuler à la vue des poissons. Bien entendu, vous remontez le cours d'eau ; l'angle de vue de la truite est plus large vers l'avant, derrière, elle ne voit pas. Quant à votre marche, ce sera celle d'un Sioux au pas léger, très léger. Matériel Canne au coup, longue de 5 à 6 mètres, canne à anneaux avec moulinet, simple réserve de fil ou mieux un modèle à fil intérieur. Montage Sur le fil du moulinet, en 16/100, on attache un bas de ligne un peu plus faible long d'une quarantaine de centimètres. Un plombde petite taille situé à une quinzaine de centimètres de l'hameçon permet un meilleur contrôle de la ligne et de l'appât. L'hameçon est de section ronde, afin de moins endommager l'insecte qui doit, le plus longtemps possible, demeurer vivant. Sa taille varie du 14 ou 6 selon la taille de l'esche. Appâts Ce sont des insectes divers. Les meilleurs sont ceux qui tombent de temps à autre à l'eau. La sauterelle verte jeune est très appréciée, le criquet est un peu dur mais gigote beaucoup, le grillon est un appât de choix, sinon vous pouvez avoir recours à d'autres La truite à la surprise insectes, même à une grosse mouche naturelle, un trichoptère adulte, aux ailes jaunâtres, une sialis au corps noir, voire à des insectes terrestres. Au bout d'un champ de patates, un doryphore peut surprendre une truite. « Conservez ces appâts dans une boîte, bien aérée, remplie d'herbe et si possible dans un endroit un peu frais. » L'approche Elle est primordiale  : vous remontez les petites rivières très discrètement. Sur les cours d'eau plus larges vous prospectez le long des berges à partir du milieu de la rivière, toujours en progressant vers l'amont. Attention aussi à l'ombre de la canne ! La technique consiste à faire tomber l'insecte sur l'eau et à le laisser dériver. On pêche tous les postes susceptibles d'abriter un poisson. Sur les plats ou les courants, on laisse dériver en surface sur quelques mètres. La touche est en général franche, la truite s'empare de l'insecte et plonge. Ferrez en sens opposé du déplacement. Vous aurez avec cette méthode la surprise de prendre des vieux poissons que vous allez garder mais aussi des truites lâchées qui se sont rapidement habituées à la rivière. 31



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Pêche Magazine numéro 6 fév/mar/avr 2016 Page 1Pêche Magazine numéro 6 fév/mar/avr 2016 Page 2-3Pêche Magazine numéro 6 fév/mar/avr 2016 Page 4-5Pêche Magazine numéro 6 fév/mar/avr 2016 Page 6-7Pêche Magazine numéro 6 fév/mar/avr 2016 Page 8-9Pêche Magazine numéro 6 fév/mar/avr 2016 Page 10-11Pêche Magazine numéro 6 fév/mar/avr 2016 Page 12-13Pêche Magazine numéro 6 fév/mar/avr 2016 Page 14-15Pêche Magazine numéro 6 fév/mar/avr 2016 Page 16-17Pêche Magazine numéro 6 fév/mar/avr 2016 Page 18-19Pêche Magazine numéro 6 fév/mar/avr 2016 Page 20-21Pêche Magazine numéro 6 fév/mar/avr 2016 Page 22-23Pêche Magazine numéro 6 fév/mar/avr 2016 Page 24-25Pêche Magazine numéro 6 fév/mar/avr 2016 Page 26-27Pêche Magazine numéro 6 fév/mar/avr 2016 Page 28-29Pêche Magazine numéro 6 fév/mar/avr 2016 Page 30-31Pêche Magazine numéro 6 fév/mar/avr 2016 Page 32-33Pêche Magazine numéro 6 fév/mar/avr 2016 Page 34-35Pêche Magazine numéro 6 fév/mar/avr 2016 Page 36-37Pêche Magazine numéro 6 fév/mar/avr 2016 Page 38-39Pêche Magazine numéro 6 fév/mar/avr 2016 Page 40-41Pêche Magazine numéro 6 fév/mar/avr 2016 Page 42-43Pêche Magazine numéro 6 fév/mar/avr 2016 Page 44-45Pêche Magazine numéro 6 fév/mar/avr 2016 Page 46-47Pêche Magazine numéro 6 fév/mar/avr 2016 Page 48-49Pêche Magazine numéro 6 fév/mar/avr 2016 Page 50-51Pêche Magazine numéro 6 fév/mar/avr 2016 Page 52-53Pêche Magazine numéro 6 fév/mar/avr 2016 Page 54-55Pêche Magazine numéro 6 fév/mar/avr 2016 Page 56-57Pêche Magazine numéro 6 fév/mar/avr 2016 Page 58-59Pêche Magazine numéro 6 fév/mar/avr 2016 Page 60-61Pêche Magazine numéro 6 fév/mar/avr 2016 Page 62-63Pêche Magazine numéro 6 fév/mar/avr 2016 Page 64-65Pêche Magazine numéro 6 fév/mar/avr 2016 Page 66-67Pêche Magazine numéro 6 fév/mar/avr 2016 Page 68-69Pêche Magazine numéro 6 fév/mar/avr 2016 Page 70-71Pêche Magazine numéro 6 fév/mar/avr 2016 Page 72-73Pêche Magazine numéro 6 fév/mar/avr 2016 Page 74-75Pêche Magazine numéro 6 fév/mar/avr 2016 Page 76-77Pêche Magazine numéro 6 fév/mar/avr 2016 Page 78-79Pêche Magazine numéro 6 fév/mar/avr 2016 Page 80-81Pêche Magazine numéro 6 fév/mar/avr 2016 Page 82-83Pêche Magazine numéro 6 fév/mar/avr 2016 Page 84