Pêche Magazine n°2 mar/avr 2015
Pêche Magazine n°2 mar/avr 2015
  • Prix facial : 4,90 €

  • Parution : n°2 de mar/avr 2015

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Lafont Presse

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 100

  • Taille du fichier PDF : 58,0 Mo

  • Dans ce numéro : ouverture du Brochet !

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 80 - 81  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
80 81
CAHIER PRATIQUE 80 EAU DOUCE/Ombre commun Description Des écailles de grande taille, 80 à 90 sur la ligne latérale, couvrent son corps fuselé. La bouche minuscule se situe nettement sous la tête, petite et conique. L’œil grand se caractérise par un iris vert-jaune. La nageoire dorsale teintée de bleu, mauve, pourpre est haute et très longue, 20 à 24 rayons, elle lui a valu le nom de « porte-étendard ». Plus en arrière, le dos porte une petite nageoire adipeuse, la caudale quant à elle est fourchue. Selon les régions et les cours d’eau, la couleur d’ensemble va de l’argenté aux couleurs bleu-violacé jusqu’aux coloris très foncés proches du noir. Habitat et mœurs L’ombre est présent dans la partie basse des rivières à truites, dans la zone qui porte d’ailleurs son nom  : zone à ombre. Son habitat est très caractéristique et il n’en sort guère. Grégaire, l’ombre vit en groupes plus ou moins importants composés d’individus par classe d’âge. Les plus gros occupent les meilleurs postes situés dans les secteurs les plus rapides et les plus profonds, les grandes gravières, les longs courants réguliers, les rétrécissements et partout où la nourriture est abondante. Les plus petits se débrouillent et se positionnent là où il reste des places. Pour proliférer, l’ombre exige des eaux pures et oxygénées. Dès la moindre pollution, variation du niveau ou de la température de l’eau, modification du fond, il quitte provisoirement et même parfois définitivement les lieux ! Régime alimentaire L’ombre passe le plus clair de son temps sur le fond qu’il fouille inlassablement à la recherche des larves et nymphes les plus diverses. L’étroitesse de sa bouche limite la taille de ses proies. Dès son plus jeune âge, il se nourrit de plancton, puis au stade d’alevin, il consomme les œufs d’autres poissons et divers invertébrés aquatiques. Les gros sujets n’hésitent pas à happer quelques alevins ! Durant la période d’éclosions, l’ombre monte volontiers à la surface pour se saisir d’insectes à la dérive.l’avant et la tête dans le nuage ! Reproduction Entre mars et mai, lorsque la température de l’eau atteint 8 à 11°C, les ombres rejoignent leurs sites de ponte  : gravières peu profondes à l’eau cristalline et bien oxygénée. Chaque femelle y creuse un trou et y dépose de 2 000 à 4 000 ovules par kilo. Une fois fécondés par le mâle, les œufs sont recouverts de graviers. L’incubation dure en général de 20 à 25 jours. La croissance de l’ombre est très rapide. Au bout de la première année, il mesure déjà une dizaine de centimètres. Il atteint sa maturité sexuelle à l’âge de 3 ans pour les mâles et 4 ans pour les femelles. Noms étrangers Grayling (anglais) ; Asche, Sprenzling (allemand) - Temolo (italien) - Harr (norvégien) - Lipljan (croate). DURÉE DE VIE en moyenne 5 ans, jusqu’à 10 ans. TAILLE en moyenne 30 cm, jusqu’à 60 cm. POIDS en moyenne 400 g, jusqu’à 1,5 kg.
EAU DE MER/Mérou Goliath Description Le Mérou Goliath est une des deux espèces de Mérou géant, il peut atteindre 2,50 mètres pour 455 kg. Sa tête et les nageoires couverts de petites taches noires et son corps est bariolé de barres noires verticales et irrégulières présentes sur les côtés. Ses nageoires pectorale et caudale sont arrondies et la première nageoire dorsale composée de 8 à 10 arrêtes dures est plus courte que la deuxième dorsale. Il possède de petits yeux et une énorme bouche qui lui permet d'engloutir ses proies. Habitat et mœurs Le Mérou Goliath se trouve dans différents environnements, dans les zones côtières, près de la côte, sur le fond de l'océan dans le cas où il y a présence de roche, de corail ou de débris. Ces fonds regorgent de cachettes pour ces prédateurs où ils peuvent tenir en embuscade leurs proies. Ils peuvent se trouver dans des zones très profondes comme dans des fonds faibles mais restent bien souvent près du fond. Des trous d'eaux profondes peuvent se former avec les courants proches du rivage, ces trous sont un refuge pour beaucoup de crustacés et sont donc des bons points de pêche si vous souhaitez trouver de beaux prédateurs. Il en est de même pour les passages d'eau réduits comme dans la Manche où les courants sont plus forts et où le fond est donc creusé plus profondément et les réserves de proies potentielles sont plus grandes. Les récifs, les épaves et autres sols rocheux font parti des terrains de jeu préférés des gros prédateurs, en fonction de votre technique de pêche, vous pouvez attraper un de ces fameux mérou ou encore quelques maquereaux. On trouve les Mérous Goliath dans l'ouest de l'Océan Atlantique de la Floride au Brésil, y compris le Golfe du Mexique et dans les Antilles ainsi que dans le Pacifique Oriental du Costa Rica au Pérou. Le mérou est une espèce solitaire et territoriale qui peut rester plus d’un an sur le même site, il ne se limite pas pour autant et peut se déplacer sur plusieurs kilomètres autour de son « nid ». Régime alimentaire Le Mérou Goliath comme la plupart des prédateurs est un animal essentiellement carnivore. Il n'est pas assez rapide pour suivre ses proies sur de longues distances, il est donc discret et se déplace doucement pour se rapprocher de ses proies puis les aspire en ouvrant ses larges mâchoires. Il se nourrit principalement de crustacés (crabes, langoustes), mais aussi de poissons chats, de raies, de poulpes, de calmars et de jeunes tortues de mer. Les poissons plus jeunes se nourrissent principalement de crustacés (crevettes et crabes). Reproduction Les Mérous Goliath se reproduisent dans les récifs et les épaves, de juin à décembre avec une période plus active de juillet à septembre, et ce toujours pendant la nuit. Ils reviennent toujours au même endroit au fil des années pour se reproduire. Pendant les périodes de fraie, les mérous se rassemblent en grand nombre. Dans ces groupes, on retrouve essentiellement des adultes mais également quelques jeunes. Pendant ces périodes, les mérous émettent beaucoup de sons pour se protéger des prédateurs qui agissent la nuit. Autres noms  : Mérou géant - Goliath grouper.. DURÉE DE VIE en moyenne 25 ans et jusqu’à 40 ans. TAILLE pouvant atteindre 2,50m. cm. POIDS jusqu’à 400 kg. 81



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Pêche Magazine numéro 2 mar/avr 2015 Page 1Pêche Magazine numéro 2 mar/avr 2015 Page 2-3Pêche Magazine numéro 2 mar/avr 2015 Page 4-5Pêche Magazine numéro 2 mar/avr 2015 Page 6-7Pêche Magazine numéro 2 mar/avr 2015 Page 8-9Pêche Magazine numéro 2 mar/avr 2015 Page 10-11Pêche Magazine numéro 2 mar/avr 2015 Page 12-13Pêche Magazine numéro 2 mar/avr 2015 Page 14-15Pêche Magazine numéro 2 mar/avr 2015 Page 16-17Pêche Magazine numéro 2 mar/avr 2015 Page 18-19Pêche Magazine numéro 2 mar/avr 2015 Page 20-21Pêche Magazine numéro 2 mar/avr 2015 Page 22-23Pêche Magazine numéro 2 mar/avr 2015 Page 24-25Pêche Magazine numéro 2 mar/avr 2015 Page 26-27Pêche Magazine numéro 2 mar/avr 2015 Page 28-29Pêche Magazine numéro 2 mar/avr 2015 Page 30-31Pêche Magazine numéro 2 mar/avr 2015 Page 32-33Pêche Magazine numéro 2 mar/avr 2015 Page 34-35Pêche Magazine numéro 2 mar/avr 2015 Page 36-37Pêche Magazine numéro 2 mar/avr 2015 Page 38-39Pêche Magazine numéro 2 mar/avr 2015 Page 40-41Pêche Magazine numéro 2 mar/avr 2015 Page 42-43Pêche Magazine numéro 2 mar/avr 2015 Page 44-45Pêche Magazine numéro 2 mar/avr 2015 Page 46-47Pêche Magazine numéro 2 mar/avr 2015 Page 48-49Pêche Magazine numéro 2 mar/avr 2015 Page 50-51Pêche Magazine numéro 2 mar/avr 2015 Page 52-53Pêche Magazine numéro 2 mar/avr 2015 Page 54-55Pêche Magazine numéro 2 mar/avr 2015 Page 56-57Pêche Magazine numéro 2 mar/avr 2015 Page 58-59Pêche Magazine numéro 2 mar/avr 2015 Page 60-61Pêche Magazine numéro 2 mar/avr 2015 Page 62-63Pêche Magazine numéro 2 mar/avr 2015 Page 64-65Pêche Magazine numéro 2 mar/avr 2015 Page 66-67Pêche Magazine numéro 2 mar/avr 2015 Page 68-69Pêche Magazine numéro 2 mar/avr 2015 Page 70-71Pêche Magazine numéro 2 mar/avr 2015 Page 72-73Pêche Magazine numéro 2 mar/avr 2015 Page 74-75Pêche Magazine numéro 2 mar/avr 2015 Page 76-77Pêche Magazine numéro 2 mar/avr 2015 Page 78-79Pêche Magazine numéro 2 mar/avr 2015 Page 80-81Pêche Magazine numéro 2 mar/avr 2015 Page 82-83Pêche Magazine numéro 2 mar/avr 2015 Page 84-85Pêche Magazine numéro 2 mar/avr 2015 Page 86-87Pêche Magazine numéro 2 mar/avr 2015 Page 88-89Pêche Magazine numéro 2 mar/avr 2015 Page 90-91Pêche Magazine numéro 2 mar/avr 2015 Page 92-93Pêche Magazine numéro 2 mar/avr 2015 Page 94-95Pêche Magazine numéro 2 mar/avr 2015 Page 96-97Pêche Magazine numéro 2 mar/avr 2015 Page 98-99Pêche Magazine numéro 2 mar/avr 2015 Page 100