Pêche Magazine n°2 mar/avr 2015
Pêche Magazine n°2 mar/avr 2015
  • Prix facial : 4,90 €

  • Parution : n°2 de mar/avr 2015

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Lafont Presse

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 100

  • Taille du fichier PDF : 58,0 Mo

  • Dans ce numéro : ouverture du Brochet !

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 76 - 77  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
76 77
CAHIER PRATIQUE Les fiches 76 EAU DOUCE/Truite arc-en-ciel Description La truite arc-en-ciel comme tous les autres membres des salmonidés, se caractérise par son aspect fusiforme. Par rapport à la truite fario, elle possède un corps plus élancé, recouvert de petites écailles plus nombreuses que chez la fario ainsi qu’une plus petite tête se terminant par une bouche moins fendue. Quant à sa coloration, impossible de la confondre avec un autre poisson. Le dos est gris foncé tandis que les flancs sont gris-argenté et parsemés de petits points noirs également présents sur les nageoires dorsales, anales et caudales. Le ventre est blanc, parfois jaunâtre ou rosâtre. Mais ce qui lui a valu son nom de truite arc-en-ciel, est la très caractéristique bande irisée qui suit la ligne latérale des opercules jusqu'au pédoncule caudal. Sa coloration dépend de la taille du sujet ainsi que de son habitat et peut être rosemauve, rose-violacé… Habitat et mœurs Dans son pays d’origine, l’Amérique du Nord et plus précisément la Californie, la truite arc-en-ciel est l’objet d’une grande passion et d’un profond respect grâce à son énorme combativité et la taille considérable qu’elle peut atteindre. Elle y vit dans des rivières pures et limpides à la manière de notre truite fario. Présente en Europe depuis les années 1880, elle ne s’est jamais complètement acclimatée à nos eaux. Elle ne se reproduit que dans certains sites précis, principalement dans les Pyrénées. En revanche, il s’est avéré très facile de l’élever en pisciculture, ainsi la France est devenue le plus grand producteur européen de truites d’élevage. Moins exigeante que la fario quant à la qualité et la température de l’eau, elle est le plus souvent introduite dans des eaux closes de type étangs et sablières. Elle passe le plus clair de son temps au milieu du plan d’eau où elle ne cesse de tourner en rond, tantôt à fond, tantôt en surface, tantôt entre deux eaux. En rivière, elle recherche les zones plus profondes et explore tous les recoins de son nouvel habitat. Au fil des jours, elle a tendance à dévaler. Régime alimentaire Depuis leur naissance en pisciculture, les arc-en-ciel vivent ensemble, plus ou moins serrées les unes contre les autres. Une fois lâchées, cette habitude persiste. Il est rare qu’un sujet soit isolé. Leur instinct grégaire acquis pendant l’élevage est le plus fort ! Lorsqu’elles se retrouvent dans le milieu naturel, elles consomment un peu tout ce qu’elles trouvent, des larves et insectes les plus divers, des vers, crustacés, alevins et petits poissons... Mais les pêcheurs leur proposent également des appâts beaucoup plus originaux tels que les granulés, produits qu’elles connaissent le mieux car elles les ont consommés depuis leur plus tendre enfance. Reproduction Dans son pays d’origine, la truite arc-en-ciel se reproduit à l’âge de 3 ans pour les femelles et de 2 ans pour les mâles. Le frai a lieu dans la partie supérieure des rivières, de novembre à mai, selon la température de l’eau, 10 à 15°C. La femelle prépare un lit au fond de sable ou de graviers où elle dépose de 500 à 5 000 ovules. Une fois fécondés par le mâle, l’incubation des œufs dure de deux à trois mois, parfois plus, en fonction de la température de l’eau. Les alevins grandissent rapidement, se nourrissant d’insectes et de leurs larves. DURÉE DE VIE en moyenne 5 ans, jusqu’à 10 ans. TAILLE en moyenne 35 cm, jusqu’à 70 cm. POIDS en moyenne 500 g, jusqu’à 6 kg.
identification poissons EAU DOUCE/Ablette Description Les qualificatifs pour décrire l’ablette sont nombreux. Certains sont liés à son aspect physique, sa belle robe d’écailles argentées, d’autres à la forme de son corps, fin et élancé, d’autres encore concernent son tempérament capricieux et imprévisible... Le corps comprimé latéralement est couvert d’écailles qui se détachent facilement. La bouche en oblique, nettement dirigée vers le haut, laisse apparaître une mâchoire inférieure plus longue que la supérieure, ce qui lui permet d’attraper facilement les proies venant de la surface. La couleur argentée des flancs et du ventre donne au corps son aspect brillant que le dos gris-bleu, parfois vert, souligne. Les nageoires sont grisées. Habitat et mœurs L’ablette est présente dans tous les types d’eau classés en seconde catégorie. Mais c’est la rivière lente, riche en nourriture, qu’elle semble le plus apprécier. Toutes les tailles y sont présentes. Dans les canaux, elles sont souvent petites mais très nombreuses. En lac, leur nombre diminue, mais leur taille augmente. Dans certaines eaux closes, étangs, sablières où elles ont été introduites soit par l’homme soit par les crues, les ablettes grossissent très vite mais ne se reproduisent pas. Quel que soit le type d’eau, les ablettes, poissons grégaires, se rassemblent en très grand nombre au moment de leur reproduction. Le reste du temps, dispersées en petits groupes, elles évoluent proche de la surface à la recherche de leur nourriture. Elles sont toujours en mouvement et vu le nombre de leurs prédateurs, toujours sur la défensive, prêtes à bondir ! Régime alimentaire Comme tous les cyprinidés, l’ablette a un régime alimentaire très varié, elle s’adapte constamment à la nourriture disponible ! Les alevins se nourrissent exclusivement de plancton, tandis que les adultes mangent le plus souvent ce qu’ils trouvent, vers, larves, mollusques, algues et divers débris végétaux. Pouvant évoluer à toutes les hauteurs d’eau, l’ablette consomme également des insectes aquatiques à tous les stades de leur évolution, mais aussi terrestres qui tombent accidentellement dans l’eau. Reproduction C’est sur les fonds de sable, sur les racines ou dans les herbes aquatiques, quand l’eau atteint 14°C, que l’ablette entame sa reproduction. Chaque femelle dépose de 1 500 à 3 000 ovules. Une fois fécondés, les œufs donneront naissance, deux à trois semaines après, à des alevins. Ces derniers viendront sur les frayères, eux aussi, se reproduire 2 à 3 années plus tard. La croissance de l’ablette est lente. La première année, elle dépasse rarement la taille de 3 cm. Il est fréquent que pendant plusieurs saisons la population décline, soit pour cause de pollution chronique, soit suite à plusieurs mauvaises reproductions dues aux crues ou à des chutes de température. Heureusement, en seulement quelques années, elles réapparaissent par milliers. Noms étrangers Bleak (anglais) ; Laube, Uckelei(allemand) - Alborella (italien) - Bielizna (polonais) - Uklija (croate). DURÉE DE VIE en moyenne 5 ans, jusqu’à 8 ans. TAILLE en moyenne 10 cm, jusqu’à 30 cm. POIDS en moyenne 15 g, jusqu’à 150 g. 77



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Pêche Magazine numéro 2 mar/avr 2015 Page 1Pêche Magazine numéro 2 mar/avr 2015 Page 2-3Pêche Magazine numéro 2 mar/avr 2015 Page 4-5Pêche Magazine numéro 2 mar/avr 2015 Page 6-7Pêche Magazine numéro 2 mar/avr 2015 Page 8-9Pêche Magazine numéro 2 mar/avr 2015 Page 10-11Pêche Magazine numéro 2 mar/avr 2015 Page 12-13Pêche Magazine numéro 2 mar/avr 2015 Page 14-15Pêche Magazine numéro 2 mar/avr 2015 Page 16-17Pêche Magazine numéro 2 mar/avr 2015 Page 18-19Pêche Magazine numéro 2 mar/avr 2015 Page 20-21Pêche Magazine numéro 2 mar/avr 2015 Page 22-23Pêche Magazine numéro 2 mar/avr 2015 Page 24-25Pêche Magazine numéro 2 mar/avr 2015 Page 26-27Pêche Magazine numéro 2 mar/avr 2015 Page 28-29Pêche Magazine numéro 2 mar/avr 2015 Page 30-31Pêche Magazine numéro 2 mar/avr 2015 Page 32-33Pêche Magazine numéro 2 mar/avr 2015 Page 34-35Pêche Magazine numéro 2 mar/avr 2015 Page 36-37Pêche Magazine numéro 2 mar/avr 2015 Page 38-39Pêche Magazine numéro 2 mar/avr 2015 Page 40-41Pêche Magazine numéro 2 mar/avr 2015 Page 42-43Pêche Magazine numéro 2 mar/avr 2015 Page 44-45Pêche Magazine numéro 2 mar/avr 2015 Page 46-47Pêche Magazine numéro 2 mar/avr 2015 Page 48-49Pêche Magazine numéro 2 mar/avr 2015 Page 50-51Pêche Magazine numéro 2 mar/avr 2015 Page 52-53Pêche Magazine numéro 2 mar/avr 2015 Page 54-55Pêche Magazine numéro 2 mar/avr 2015 Page 56-57Pêche Magazine numéro 2 mar/avr 2015 Page 58-59Pêche Magazine numéro 2 mar/avr 2015 Page 60-61Pêche Magazine numéro 2 mar/avr 2015 Page 62-63Pêche Magazine numéro 2 mar/avr 2015 Page 64-65Pêche Magazine numéro 2 mar/avr 2015 Page 66-67Pêche Magazine numéro 2 mar/avr 2015 Page 68-69Pêche Magazine numéro 2 mar/avr 2015 Page 70-71Pêche Magazine numéro 2 mar/avr 2015 Page 72-73Pêche Magazine numéro 2 mar/avr 2015 Page 74-75Pêche Magazine numéro 2 mar/avr 2015 Page 76-77Pêche Magazine numéro 2 mar/avr 2015 Page 78-79Pêche Magazine numéro 2 mar/avr 2015 Page 80-81Pêche Magazine numéro 2 mar/avr 2015 Page 82-83Pêche Magazine numéro 2 mar/avr 2015 Page 84-85Pêche Magazine numéro 2 mar/avr 2015 Page 86-87Pêche Magazine numéro 2 mar/avr 2015 Page 88-89Pêche Magazine numéro 2 mar/avr 2015 Page 90-91Pêche Magazine numéro 2 mar/avr 2015 Page 92-93Pêche Magazine numéro 2 mar/avr 2015 Page 94-95Pêche Magazine numéro 2 mar/avr 2015 Page 96-97Pêche Magazine numéro 2 mar/avr 2015 Page 98-99Pêche Magazine numéro 2 mar/avr 2015 Page 100