Pêche Magazine n°2 mar/avr 2015
Pêche Magazine n°2 mar/avr 2015
  • Prix facial : 4,90 €

  • Parution : n°2 de mar/avr 2015

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Lafont Presse

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 100

  • Taille du fichier PDF : 58,0 Mo

  • Dans ce numéro : ouverture du Brochet !

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 50 - 51  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
50 51
DOSSIER La dorade grise (Spondyliosoma cantharus) est un poisson bleu gris vivant sur les côtes françaises, aussi bien en Méditerranée que dans l’Océan Atlantique. L’habitation du poisson s’étend jusqu’à la Mer Noire et la Manche. Son corps long et plat peut atteindre 30 à 40 cm, la plus grande taille reste 50 cm. Le griset se nourrit d’algues et de crustacés, il se trouve près du littoral à une profondeur maximale de 100 mètres et peut vivre une vingtaine d’années. Essentiellement recherchée en bateau mais accessible aussi du bord, ce poisson était très abondant autrefois. Les grands bancs de dorades ont été hélas décimés par les pêches intensives au chalut. Comme de nombreux autres poissons, la dorade grise est hermaphrodite, d’abord femelle jusqu’à l’âge de 7 ans, elle devient ensuite mâle et peut atteindre un poids dépassant les 2 kg. La confusion est aussi possible avec le sar et le sparaillon, la présence de petites bandes jaunâtres et interrompues sur les 50 Poissons de mer Pour la différencier de la dorade royale, il suffit de s’assurer de l’absence d’un bandeau jaune sous les yeux. flancs de la dorade grise permet de lever toute ambiguïté. À l’été et l’automne, ce sparidé se rapproche de nos côtes. C’est un poisson grégaire et méfiant. Il fréquente les zones dépressionnaires constituées de graviers et de coquillages et situées à proximité d’amas rocheux. Populaire sur l’Atlantique La pêche de la dorade grise est très populaire sur la côte Atlantique. C’est une pêche de fond à l’appât naturel, avec des montages plombés classiques. Les populations de dorades grises sont importantes et les poissons plutôt faciles à faire mordre une fois localisés. La pêche des grisets (autre nom de la dorade grise) s’effectue du printemps à l’automne, en se rapprochant de plus en plus des côtes au fur et à mesure que les eaux se réchauffent. En été, les dorades grises se recherchent sur des postes de 15 à 25 mètres de profondeur en fonction de la marée. Toutes les phases de la marée sont à exploiter car les grisets se révèlent aussi mordeurs à la descendante qu’en phase montante, l’essentiel étant de s’efforcer d’adapter son montage à la force du courant qui varie tout au long de la sortie. Il faut prévoir de monter ses plombées sur agrafe rapide de manière à pouvoir changer très rapidement de plombpour pêcher « juste » en fonction de l’intensité du courant. La pêche s’effectue en général au mouillage en procédant à un amorçage par le fond avec un amorçoir ou un sac à strouille garni de morceaux de poissons gras mélangés avec de l’huile de sardine, de la farine de poisson, de la semoule ou encore des morceaux de pains pour faire éponge… Descendu au-dessus du fond et amarré au bateau par une cordelette le dispositif d’amorçage diffuse progressivement la strouille dans le courant pour faire remonter les grisets sur les lignes. Au niveau des postes, les zones sableuses de 20 à 30 mètres de profondeur situées à proximité d’un banc de coquillages, de
La Dorade grise. Les poissons évoluent en surface et l’eau y est souvent limpide en particulier lorsque le soleil brille. La discrétion doit être maximale d’un point de vue visuel et peut changer le ratio des touches du simroches ou d’une épave présentent toutes les caractéristiques d’un secteur fréquenté par les dorades grises. En prospection, le sondeur vous permettra de marquer la présence des bancs de poissons sur le secteur. À vous de trouver ensuite le point de mouillage idéal, toujours variable en fonction de la marée, pour faire remonter les poissons jusqu’au bateau en amorçant. Il ne reste plus qu’à descendre les lignes eschés sur le fond. En général, les touches se manifestent très rapidement après que le montage se soit stabilisé sur le fond. À la troisième secousse, ferrage ! Une approche différente en Méditerranée Contrairement à la côte Atlantique où elle est recherchée de façon spécifique, la dorade grise n’est pas ciblée particulièrement par les pêcheurs de Méditerranée. Moins nombreuses dans la belle bleue, les canthes (nom de la Dorade en Méditerranée) sont beaucoup plus difficiles à localiser et se manifestent plus souvent par surprise. C’est notamment le cas lorsqu’on pêche la bonite au broumé l’été sur les spots du petit large. À l’instar de la vérade ou de l’oblade, la dorade grise qui fait également partie de la famille des sparidés monte volontiers en hauteur dans la couche d’eau et on les pique parfois en surface sur des postes de plus de 50 mètres de profondeur. Attirées par le broumé, elles se manifestent le plus souvent sur les cannes à bonites en produisant les petites touches saccadées typiques des sparidés. Ces petites secousses passent souvent inaperçues lorsqu’on pêche canne calée, mais ne peuvent échapper au pêcheur qui pratique à dérouler avec une canne sensible. En adaptant la taille de la bouchée à celle des visiteuses montées des profondeurs, il est possible de réaliser de superbes pêches de canthes. Généralement, il s’agit de beaux poissons qui se défendent très vigoureusement. De quoi patienter plus qu’agréablement en attendant le retour des bonites. Pour les tenir sur le coup sans les gaver, il faudra alors adapter la forme du broumé en évitant d’envoyer de gros morceaux de sardines comme c’est le cas lorsqu’on souhaite attirer les bonites et en proposant plutôt sur une amorce de fines particules. Cette dernière diffuse beaucoup plus d’effluves sans que les poissons ne parviennent à s’en rassasier. Une excel- lente méthode pour qu’ils se jettent sur les lignes sans retenue… Contrairement à la côte Atlantique où elle est recherchée de façon spécifique, la dorade grise n’est pas ciblée particulièrement par les pêcheurs de Méditerranée. Moins nombreuses dans la belle bleue, les canthes sont beaucoup plus difficiles à localiser et se manifestent plus souvent par surprise. C’est notamment le cas lorsqu’on pêche la bonite au broumé l’été sur les spots du petit large. À l’instar de la vérade ou de l’oblade, la dorade grise qui fait également partie de la famille des sparidés monte volontiers en hauteur dans la couche d’eau et on les pique parfois en surface sur des postes de plus de 50 mètres de profondeur. Attirées par le broumé, elles se manifestent le plus souvent sur les cannes à bonites en produisant les petites touches saccadées typiques des sparidés. Ces petites secousses passent souvent inaperçues lorsqu’on pêche canne calée, mais ne peuvent échapper au pêcheur qui pratique à dérouler avec une canne sensible. En adaptant la taille de la bouchée à celle des visiteuses montées des profondeurs, il est possible de réaliser de superbes pêches de canthes. Généralement, il s’agit de beaux poissons qui se défendent très vigoureusement. De quoi patienter plus qu’agréablement en attendant le retour des bonites. Pour les tenir sur le coup sans les gaver, il faudra alors adapter la forme du broumé en évitant d’envoyer de gros morceaux de sardines comme c’est le cas lorsqu’on souhaite attirer les bonites et en proposant plutôt sur une amorce de fines particules. Cette dernière diffuse beaucoup plus d’effluves sans que les poissons ne parviennent à s’en rassasier. Une excellente méthode pour qu’ils se jettent sur les lignes sans retenue… « Plus méfiantes qu’en Atlantique, les canthes mordent volontiers, mais demandent toutefois une certaine finesse au niveau du montage et du bas de ligne. « 51



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Pêche Magazine numéro 2 mar/avr 2015 Page 1Pêche Magazine numéro 2 mar/avr 2015 Page 2-3Pêche Magazine numéro 2 mar/avr 2015 Page 4-5Pêche Magazine numéro 2 mar/avr 2015 Page 6-7Pêche Magazine numéro 2 mar/avr 2015 Page 8-9Pêche Magazine numéro 2 mar/avr 2015 Page 10-11Pêche Magazine numéro 2 mar/avr 2015 Page 12-13Pêche Magazine numéro 2 mar/avr 2015 Page 14-15Pêche Magazine numéro 2 mar/avr 2015 Page 16-17Pêche Magazine numéro 2 mar/avr 2015 Page 18-19Pêche Magazine numéro 2 mar/avr 2015 Page 20-21Pêche Magazine numéro 2 mar/avr 2015 Page 22-23Pêche Magazine numéro 2 mar/avr 2015 Page 24-25Pêche Magazine numéro 2 mar/avr 2015 Page 26-27Pêche Magazine numéro 2 mar/avr 2015 Page 28-29Pêche Magazine numéro 2 mar/avr 2015 Page 30-31Pêche Magazine numéro 2 mar/avr 2015 Page 32-33Pêche Magazine numéro 2 mar/avr 2015 Page 34-35Pêche Magazine numéro 2 mar/avr 2015 Page 36-37Pêche Magazine numéro 2 mar/avr 2015 Page 38-39Pêche Magazine numéro 2 mar/avr 2015 Page 40-41Pêche Magazine numéro 2 mar/avr 2015 Page 42-43Pêche Magazine numéro 2 mar/avr 2015 Page 44-45Pêche Magazine numéro 2 mar/avr 2015 Page 46-47Pêche Magazine numéro 2 mar/avr 2015 Page 48-49Pêche Magazine numéro 2 mar/avr 2015 Page 50-51Pêche Magazine numéro 2 mar/avr 2015 Page 52-53Pêche Magazine numéro 2 mar/avr 2015 Page 54-55Pêche Magazine numéro 2 mar/avr 2015 Page 56-57Pêche Magazine numéro 2 mar/avr 2015 Page 58-59Pêche Magazine numéro 2 mar/avr 2015 Page 60-61Pêche Magazine numéro 2 mar/avr 2015 Page 62-63Pêche Magazine numéro 2 mar/avr 2015 Page 64-65Pêche Magazine numéro 2 mar/avr 2015 Page 66-67Pêche Magazine numéro 2 mar/avr 2015 Page 68-69Pêche Magazine numéro 2 mar/avr 2015 Page 70-71Pêche Magazine numéro 2 mar/avr 2015 Page 72-73Pêche Magazine numéro 2 mar/avr 2015 Page 74-75Pêche Magazine numéro 2 mar/avr 2015 Page 76-77Pêche Magazine numéro 2 mar/avr 2015 Page 78-79Pêche Magazine numéro 2 mar/avr 2015 Page 80-81Pêche Magazine numéro 2 mar/avr 2015 Page 82-83Pêche Magazine numéro 2 mar/avr 2015 Page 84-85Pêche Magazine numéro 2 mar/avr 2015 Page 86-87Pêche Magazine numéro 2 mar/avr 2015 Page 88-89Pêche Magazine numéro 2 mar/avr 2015 Page 90-91Pêche Magazine numéro 2 mar/avr 2015 Page 92-93Pêche Magazine numéro 2 mar/avr 2015 Page 94-95Pêche Magazine numéro 2 mar/avr 2015 Page 96-97Pêche Magazine numéro 2 mar/avr 2015 Page 98-99Pêche Magazine numéro 2 mar/avr 2015 Page 100