Pêche Mag n°18 2019
Pêche Mag n°18 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°18 de 2019

  • Périodicité : semestriel

  • Editeur : Fédération Nationale de la Pêche en France

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 40

  • Taille du fichier PDF : 7 Mo

  • Dans ce numéro : nos territoires ont la pêche !

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 36 - 37  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
36 37
SOCIAL La pêche crée du lien social Dans le Var, l'EHPAD Les Capucines et les Genets à Cuers (83), organise depuis 10 ans, une animation pêche avec ses pensionnaires. Meilleure concentration, apprentissage de la patience et de la précision, appel aux souvenirs, partage de l’émotion, valorisation personnelle, confiance, la pêche a bien des qualités reconnues par les éducateurs d’instituts médico-éducatifs, d’EHPAD et d’hôpitaux de jour. Les animateurs pêche observent également les bienfaits et les bénéfices de l’activité pêche sur ce public fragile  : être dans un milieu extérieur en pleine nature, pouvoir observer l’environnement et découvrir les poissons. La pêche abat les frontières du handicap Dans les Côtes d'Armor, la Maison Pêche et Nature de Jugon-les-Lacs accueille les adolescents de l’Hôpital de jour l'Olivier de Saint-Brieuc pour les initier aux plaisirs de la pêche. « Dans le cadre d'un partenariat entre le Centre du développement du sport et la Maison Pêche et Nature, cette action est désormais financée et pérenne puisque 6 à 12 séances sont organisées sur l'année depuis 2014 » précise Benjamin Jolivet, animateur pêche nature. Pour Sylvie Hellocco, infirmière à l’hôpital de jour « la pêche permet aux jeunes d'accomplir quelque chose, d'être acteurs. Or, dans leur vie quotidienne, ils sont, généralement, spectateurs, contemplatifs et sortent peu de chez eux ». Ce projet propose un cycle d'apprentissage construit sur les nombreuses techniques de pêche et sur différents sites. Associer les encadrants 36 N°18 Édition 2019 Fédération Nationale de la Pêche en France médicaux dans les multiples phases du programme est un réel atout pour répondre au mieux aux publics. La Maison Pêche Nature travaille avec des jeunes en situation de handicap mental, sensoriel ou moteur. Pour ce dernier, elle a développé une vingtaine de parcours Handipêche soutenus par le département et qui, aujourd'hui, sont entièrement sécurisés et accessibles même à ceux en situation de handicap moteur très lourd. Clairement, la pêche de loisir revêt ici une véritable dimension sociale. EHPAD Les Capucines La pêche ravive le souvenir Dans le Var, l'EHPAD Les Capucines et les Genets à Cuers, organise depuis 10 ans, une animation pêche avec ses pensionnaires. « Lors de discussions avec nos résidents, nous nous sommes aperçus qu'ils étaient nombreux à avoir la pêche pour passion » explique Nathalie Dupuy, animatrice. L’établissement ne possède pas de plan d'eau pour accueillir les poissons, qu'importe... « nous avons installé un bassin, avec des bottes de paille, un liner, une pompe. Et voilà, le tour était joué. » nous confie-t-elle. La pêche de loisir revêt ici une véritable dimension sociale L'association de pêche « Le Roseau du Réal Martin » a offert des appâts et le matériel de pêche. La Résidence a financé les truites. « C’était merveilleux, les résidents étaient tellement émus, cette activité a rallumé la flamme de la passion. L'un d'eux était devant le bassin à la première heure, déterminé à pêcher quitte à délaisser son petit-déjeuner » se souvient Nathalie. Dans une ambiance bon enfant, la journée continue avec les bénévoles de l’association de pêche autour de chants et de musique et s’achève par un dîner composé des prises du jour. Devant ce succès, cette pratique s'est essaimée à d'autres établissements et le bassin en bottes de paille des Capucines s’est transformé en plan d’eau grâce à l’aide de la Caisse d’Epargne. La Maison Pêche et Nature de Jugon-les-Lacs (22) travaille avec des jeunes en situation de handicap mental, sensoriel ou moteur. MPN Jugon -les-Lacs
LA PÊCHE AU FÉMININ Mordues de pêche  : elles choisissent de s'investir L’une n’a que sept années de pratique de la pêche à la mouche derrière elle, l’autre pêche au coup depuis son enfance, initiée par ses grands-parents. Marie Accart, jeune administratrice de l’association « Les pêcheurs de Tulle » (Corrèze), vient d’aider à élaborer le site web et la page Facebook de l’association. Martine Roustant est engagée dans les instances départementales de la pêche depuis 2002 où elle fut la première femme élue dans la Drôme  : c’est aujourd’hui son troisième mandat. Pour l’une comme pour l’autre, la pêche est un monde d’hommes, c’est un fait. Si l’ainée y voit une caractéristique du loisir, qui nécessite du temps dont les femmes manquent, la cadette pense que l’image de la pêche y est pour beaucoup et a quelques idées pour y remédier. « Je suis entrée au conseil d’administration de l’AAPPMA de Pierrelatte (Drôme) en 1998 après de nombreuses années de pratique de la pêche au coup qui est une activité solitaire, où on a besoin de calme et de concentration, raconte Martine Roustant, et depuis 2006, je suis membre du conseil d’administration de l'AAPPMA de la Gaule Montilienne en tant que secrétaire et responsable de la section compétition. J’ai arrêté mon activité de coiffeuse et j’avais du temps à consacrer à l’association, puis à la fédération départementale. Ce sont les fonctions administratives qui me convenaient, plus que des rôles de représentation  : trésorière, secrétaire, Marie Accart Marie Accart est particulièrement sensible à l'harmonie de la nature. membre de la commission des finances et de l’animation, etc. Les femmes qui pêchent sont peu nombreuses dans nos associations  : lors des concours à Montélimar, qui sont des moments de partage et de convivialité, nous sommes à peine trois ou quatre. Il faut avoir du temps. Les réunions, en semaine, se passent en journée ; les femmes ont du mal à se libérer, entre le travail et la vie de famille. » « J’aimerais mieux faire connaître le travail remarquable des associations de pêche pour la protection des rivières, explique Marie Accart, chargée de marketing dans une administration et ancienne commerciale à la chaîne Seasons. C’est en visionnant les documentaires naturalistes que je me suis découverte une fibre écolo. J’ai alors demandé à mon père de m’initier à la pêche à la mouche, où je le suivais souvent étant petite. À cause de l’image masculine du loisir, il ne nous était pas venu à l’esprit, ni à lui ni à moi, que cela pourrait devenir une telle passion ! Je n’ai jamais rencontré de femme pêcheuse au bord de l’eau. Mais cela ne m’étonne qu’à moitié  : on met beaucoup en avant la technicité, le matériel, la compétition, la taille des prises, etc. Alors que c’est un loisir facile à apprendre. On se fait vite plaisir ! Et surtout, il se pratique dans des paysages magnifiques  : c’est cela qui m’attire. Dans les magazines et les sites consacrés à la pêche, on devrait publier des photos de paysages, de poissons dans Afin de promouvoir la pêche auprès des femmes, la FNPF a créé une carte annuelle de pêche « découverte femme » qui permet au public féminin de pratiquer la pêche à un coût attrayant (prix unique 33 euros). Les femmes étaient 95 061 en 2018 (pour 1,459 million de cartes délivrées), soit un peu plus de 5% de l’ensemble des pêcheurs. Comment exercent-elles leur loisir dans ce monde essentiellement masculin ? Réponses de deux pêcheuses engagées. l’eau, des beaux cours d’eau que nous contribuons à préserver, plutôt que de poissons-trophées. Cela permettrait d’attirer un nouveau public, plus féminin, intéressé par les beautés de la nature, le calme, les sensations dans l’eau, autant sinon plus que par les prises en elles-mêmes. » Recenser et promouvoir la pêche féminine, c’est l’objectif de l’association Fishing Pluri’Elles. Ses adhérentes ont souvent des projets motivants comme l’organisation de concours de pêche. Soutenue par de nombreuses fédérations départementales, l’association, créée « dans un esprit de partage, de convivialité, d’échange et de respect », apporte un nouveau souffle à l’univers halieutique. Martine Roustant apprécie la convivialité d’une journée de pêche au coup. Martine Roustant N°18 Édition 2019 Fédération Nationale de la Pêche en France 37



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :