Maxi Basket n°43 mai 2012
Maxi Basket n°43 mai 2012
  • Prix facial : 5 €

  • Parution : n°43 de mai 2012

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Tomar Presse

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 84

  • Taille du fichier PDF : 17,2 Mo

  • Dans ce numéro : Ian Mahinmi et Rodrigue Beaubois... la French Connection de Dallas.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 34 - 35  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
34 35
Rodolfo Molina/EB via Getty Images 34 maxi-basket Marcelinho Huertas LA GRINTA ET L’EFFICACITÉ Le successeur de Ricky Rubio au Barça a fait évoluer son jeu depuis son arrivée en Catalogne. Il s’apprête à disputer le premier Final Four de sa carrière. Ils ont su y mettre le prix. En juin dernier, lorsque Ricky Rubio a pris la décision de partir en NBA, les dirigeants du Barça ont très vite arrêté leur choix sur le nom de son remplaçant. Élu conjointement par les coaches, les médias, les joueurs et le public dans l’équipe type de la saison 2010-11 – comme en 2008 sous les couleurs de Bilbao – Marcelo Tieppo Huertas avait le bon profil, le bon pedigree aussi, pour rejoindre la vénérable maison catalane. Au palmarès du monsieur, un titre de champion d’Espagne en 2010 avec le Caja Laboral Vitoria. Face au Barça. Et l’expérience indispensable au plus haut niveau européen. 56 matches d’Euroleague au compteur. Compétition découverte sous les couleurs des voisins de Badalone en 2006- 07. Dans les rangs de la Joventut, ce meneur plus scoreur que distributeur oeuvrait à cette époque derrière l’Américain Elmer Bennett et un gamin fabuleux de 16 ans, Ricky Rubio. Les Blaugranas avaient donc quelques certitudes quant aux qualités de leur recrue. Pour le libérer de sa dernière année de contrat, ils ont versé au Caja Laboral Vitoria une indemnité de 2,1 millions d’euros et offert au Brésilien un contrat de 4 ans estimé à 7 millions d’euros. Un investissement conséquent, mais pas loin d’être déjà rentabilisé. En plus de dominer la Liga Endesa, le Barça a retrouvé le chemin du Final Four deux ans après son sacre à Bercy et un an après Par Antoine LESSARD son élimination en quart face au Pana. Marcelinho a modifié son jeu au Barça. Un peu moins de tours de passe-passe, de prises de risques. Moins de minutes, surtout, qu’à Vitoria ou en sélection brésilienne. L’effectif du Barça est pléthorique et Huertas doit partager le poste avec Victor Sada. Mais plus de rigueur, d’efficacité, de maitrise du tempo. « Quand on joue pour une équipe comme le Barça, il faut laisser de côté ce que vous faisiez auparavant », justifie-t-il. Le style du Barça est moins flamboyant que ces dernières années. Si elle continue à défendre le plomb, l’équipe peine à trouver la même fluidité et la même agressivité en attaque. Les résultats sont là – quoi que le Barça a perdu à domicile en finale de la Copa del Rey face au Real – pas forcément la manière. Ceci à tendance à agacer quelques-uns de ses socios. « Les chiffres, les pourcentages, ne sont pas ceux que les gens attendent, mais Victor (Sada) et moi faisons du bon boulot et l’équipe se comporte bien. » Ascension continue Huertas en a fait du chemin depuis son départ du Brésil en 2004. Marcelinho se décrivait alors comme un meneur de jeu rapide, doté d’une bonne vision du jeu, bon shooteur à 3-pts, et avançait comme autre point fort sa capacité à driver vers le cercle. SteveNash était un de ses modèles. Il poussait le vice jusqu’à imiter le double MVP NBA en défense. « Je ne défends pas très bien, c’est mon point faible », confiait-il alors à Jorge Sierra sur hoopshype.com. Cette lacune, pas totalement corrigée depuis, brisa à l’époque ses rêves de NBA. Non drafté, ses rêves se reportèrent logiquement vers l’Europe. Précisément vers le Barça. « Mon désir a toujours été de porter ce maillot », confiait-il récemment. Il lui aura fallu 7 années d’une ascension quasi-continue pour le réaliser. Six en Espagne entrecoupées d’un crochet d’une saison à la Fortitudo Bologne en 2008- 09. Un accident de parcours. À l’époque, un conflit contractuel entre ses deux anciens clubs, Badalone et Bilbao, l’avait poussé hors d’Espagne. Cette expérience difficile fut marquée par la relégation de la Fortitudo en Lega Due. Trois ans plus tard, après avoir buté par deux fois en quart de finale de l’Euroleague avec Vitoria (1-3 contre le CSKA en 2010, 1-3 contre le Maccabi en 2011), Marcelinho va jouer son premier Final Four. Sur la route du Barça, l’Olympiakos. « Une équipe qui révèle des joueurs », souligne-t-il en citant les Hines, Law, Printezis, Dorsey. Autant de soldats devenus des pions majeurs chez les Reds. Supérieurs en talent pur, Huertas et les Barcelonnais devront se mettre au même niveau d’intensité pour passer l’obstacle.l.0m1 44.9 &n93/aeyam5 ami 080f Jose Luis Surralles/EB via Getty Images
Sept années avant de réaliser son rêve. EUROLERGUE BASKE78ALL• maxi-basket 35 LE CHIFFRE +12,8• Le site in-the-game.org rassemble des statistiques très complètes sur l’Euroleague, et introuvables par ailleurs, telle la statistique « +/- », c’est-àdire le différentiel au scoring lorsqu’un joueur est sur le terrain. Une autre façon, objective, de mesurer l’importance d’un joueur quant à la bonne marche de son équipe. Avec +12,8, Marcelinho Huertas est tout bonnement le meilleur joueur de l’Euroleague dans cette catégorie ! Devant Andrei Kirilenko (+11,3) s’il vous plait, et son coéquipier Erazem Lorbek (+10,6).



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Maxi Basket numéro 43 mai 2012 Page 1Maxi Basket numéro 43 mai 2012 Page 2-3Maxi Basket numéro 43 mai 2012 Page 4-5Maxi Basket numéro 43 mai 2012 Page 6-7Maxi Basket numéro 43 mai 2012 Page 8-9Maxi Basket numéro 43 mai 2012 Page 10-11Maxi Basket numéro 43 mai 2012 Page 12-13Maxi Basket numéro 43 mai 2012 Page 14-15Maxi Basket numéro 43 mai 2012 Page 16-17Maxi Basket numéro 43 mai 2012 Page 18-19Maxi Basket numéro 43 mai 2012 Page 20-21Maxi Basket numéro 43 mai 2012 Page 22-23Maxi Basket numéro 43 mai 2012 Page 24-25Maxi Basket numéro 43 mai 2012 Page 26-27Maxi Basket numéro 43 mai 2012 Page 28-29Maxi Basket numéro 43 mai 2012 Page 30-31Maxi Basket numéro 43 mai 2012 Page 32-33Maxi Basket numéro 43 mai 2012 Page 34-35Maxi Basket numéro 43 mai 2012 Page 36-37Maxi Basket numéro 43 mai 2012 Page 38-39Maxi Basket numéro 43 mai 2012 Page 40-41Maxi Basket numéro 43 mai 2012 Page 42-43Maxi Basket numéro 43 mai 2012 Page 44-45Maxi Basket numéro 43 mai 2012 Page 46-47Maxi Basket numéro 43 mai 2012 Page 48-49Maxi Basket numéro 43 mai 2012 Page 50-51Maxi Basket numéro 43 mai 2012 Page 52-53Maxi Basket numéro 43 mai 2012 Page 54-55Maxi Basket numéro 43 mai 2012 Page 56-57Maxi Basket numéro 43 mai 2012 Page 58-59Maxi Basket numéro 43 mai 2012 Page 60-61Maxi Basket numéro 43 mai 2012 Page 62-63Maxi Basket numéro 43 mai 2012 Page 64-65Maxi Basket numéro 43 mai 2012 Page 66-67Maxi Basket numéro 43 mai 2012 Page 68-69Maxi Basket numéro 43 mai 2012 Page 70-71Maxi Basket numéro 43 mai 2012 Page 72-73Maxi Basket numéro 43 mai 2012 Page 74-75Maxi Basket numéro 43 mai 2012 Page 76-77Maxi Basket numéro 43 mai 2012 Page 78-79Maxi Basket numéro 43 mai 2012 Page 80-81Maxi Basket numéro 43 mai 2012 Page 82-83Maxi Basket numéro 43 mai 2012 Page 84