Maxi Basket n°43 mai 2012
Maxi Basket n°43 mai 2012
  • Prix facial : 5 €

  • Parution : n°43 de mai 2012

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Tomar Presse

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 84

  • Taille du fichier PDF : 17,2 Mo

  • Dans ce numéro : Ian Mahinmi et Rodrigue Beaubois... la French Connection de Dallas.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 30 - 31  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
30 31
Penegiotie MoschendreoWEB rie Getty Images 30 maxi-basket Mike Batiste Panagiotis Moschandreou/EB via Getty Images LA FORCE TRANQUILLE Né en Californie, formé dans l’Arizona, éphémère à Memphis en NBA, débutant en Belgique, en apprentissage en Italie, le pivot américain (2,04m, 34 ans) avait tout du bourlingueur. Il est pourtant posé depuis 2003 au Panathinaikos, avec qui il a remporté trois Euroleague et une liste de trophées nationaux sans fin. Un monstre de régularité, décisif, impliqué. O n peut être plus fidèle que lui. Mais c’est difficile. On peut avoir plus de succès que lui. Mais c’est difficile. Mike Batiste est d’un genre à part. D’une part parce qu’il y gagne bien sa vie, d’autre part parce qu’il y soulève des trophées tous les ans et que ça un sens pour lui, et enfin parce qu’il s’y sent bien, le Californien s’est établi pour de bon au Panathinaikos. Neuf saisons. Considérable. « Je n’avais jamais imaginé que je resterais aussi longtemps dans une équipe, surtout en voyant que mes compatriotes changeaient tout le temps d’équipes et allaient de pays en pays. Donc je m’estime vraiment chanceux d’avoir pu rester dans le même club aussi longtemps », expliquait-il à Romain Brunet, notre estimé confrère dont le blog « Au rebond », publié sur le site du Monde, est un indispensable rendez-vous. Ce pivot court en taille pour vraiment séduire la NBA a fait ses classes à Arizona State, bonne fac, bon programme, et y a produit des chiffres tout à fait estimables (16,7 points, 6,9 rebonds et 2,4 passes en senior, en 1999), insuffisants toutefois pour être drafté, mais assez pour penser à une carrière en Europe. Les débuts se font à Charleroi, où le natif de Long Beach se joue de l’opposition sans difficulté (24 points et 12 rebonds de moyenne). Un crochet à Biella en 2001- 02. Puis une chance en NBA. Les Memphis Grizzlies l’accueillent pour la saison Par Fabien FRICONNET 2002-03, dans un rôle de rotation intérieure (2,6 points et 3,4 rebonds en 17’), guère en lumière, sauf parfois (18 points, 6 rebonds et 2 interceptions contre les Spurs, par exemple). Pas la joie ultime. Batiste n’insiste pas et signe, à l’été 2003, un bail à vie au Pana. « Si vous regardez un peu les joueurs exceptionnels qu’il y a dans l’équipe et les gens en général en Grèce, ça vous donne envie de rester », disait-il à Romain Brunet. « La Grèce, c’est un peu comme une deuxième patrie pour moi. Il y a plein de similarités avec la Californie, les gens sont super sympas avec moi et ma femme, et quand ma famille me rend visite, il y a toujours plein de choses à faire pour eux. C’est vraiment un pays extraordinaire. » Monsieur Final Four Petit à petit, Batiste apprend à devenir l’homme du coach, même si les frictions n’ont pas manqué au début avec Zeljko Obradovic. « J’essaie d’être un leader par l’exemple. Ça veut dire travailler dur. Quand le coach te reproche des choses, il ne faut pas le prendre pour toi. Quand j’étais jeune, il était tout le temps sur mon dos, et des fois je le prenais contre moi, mais les vétérans de l’équipe arrondissaient les angles, comme Ariel McDonald, ils me calmaient et essayaient de me montrer où était l’important, où le coach voulait en venir. Et désormais, c’est ce que je fais, à mon tour. » Cette saison, plus encore que les autres, Batiste agit comme un patron. Il observe, il dialogue, il recadre. Et il impacte. Pas nécessairement inclus dans le cinq majeur, et préservé par Obradovic qui l’utilise par séquences et dans les moments clés (26 minutes), il ne force pas (il affiche d’ailleurs ses plus basses statistiques : 10 points à 50% et 5 rebonds) mais apporte son coffre, sa hargne, sa science du rebond offensif, ses placements défensifs, son expérience, sa ruse et, bien entendu, son riche bagage en attaque. Cette année encore, il est sélectionné dans les dix meilleurs joueurs de l’Euroleague, qui composeront les deux « cinq idéals ». Avec lui, c’est un peu l’histoire de la poule et de l’œuf. Règne-t-il parce que l’équipe est bonne ou bien l’équipe est-elle bonne parce qu’il règne ? Les résultats, eux, ne laissent place à aucune interprétation. En huit saisons révolues avec le Pana, Batiste a gagné le titre de champion de Grèce… huit fois ! Et puis, évidemment, il y a les trois Euroleague (2007, 09 et 11). Et six Coupes de Grèce, pour la bonne bouche. Inutile de préciser que Batiste est l’homme des gros matches. Dans ces occasions, il ne déçoit jamais coach Obradovic. Le CSKA est prévenu. l Panagiotis Moschandreou/EB via Getty Images Pe neginds MoschendreaWEB rie Getty Images
« Quand le coach te reproche des choses, il ne faut pas le prendre pour toi. » EUROLEAGUE BASKE7aAtL• maxi-basket 31 LE CHIFFRE 18• L’évaluation moyenne de Batiste lors des matches de Final Four (2005, 07, 09 et 11). En huit matches, l’Américain tourne en effet à 14,5 points à 66,1%, 7,0 rebonds, 1,1 interception et 18,1 d’évaluation en 26 minutes. Avec par exemple 18 points à 7/10 et 6 rebonds en finale, l’an dernier, contre le Maccabi.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Maxi Basket numéro 43 mai 2012 Page 1Maxi Basket numéro 43 mai 2012 Page 2-3Maxi Basket numéro 43 mai 2012 Page 4-5Maxi Basket numéro 43 mai 2012 Page 6-7Maxi Basket numéro 43 mai 2012 Page 8-9Maxi Basket numéro 43 mai 2012 Page 10-11Maxi Basket numéro 43 mai 2012 Page 12-13Maxi Basket numéro 43 mai 2012 Page 14-15Maxi Basket numéro 43 mai 2012 Page 16-17Maxi Basket numéro 43 mai 2012 Page 18-19Maxi Basket numéro 43 mai 2012 Page 20-21Maxi Basket numéro 43 mai 2012 Page 22-23Maxi Basket numéro 43 mai 2012 Page 24-25Maxi Basket numéro 43 mai 2012 Page 26-27Maxi Basket numéro 43 mai 2012 Page 28-29Maxi Basket numéro 43 mai 2012 Page 30-31Maxi Basket numéro 43 mai 2012 Page 32-33Maxi Basket numéro 43 mai 2012 Page 34-35Maxi Basket numéro 43 mai 2012 Page 36-37Maxi Basket numéro 43 mai 2012 Page 38-39Maxi Basket numéro 43 mai 2012 Page 40-41Maxi Basket numéro 43 mai 2012 Page 42-43Maxi Basket numéro 43 mai 2012 Page 44-45Maxi Basket numéro 43 mai 2012 Page 46-47Maxi Basket numéro 43 mai 2012 Page 48-49Maxi Basket numéro 43 mai 2012 Page 50-51Maxi Basket numéro 43 mai 2012 Page 52-53Maxi Basket numéro 43 mai 2012 Page 54-55Maxi Basket numéro 43 mai 2012 Page 56-57Maxi Basket numéro 43 mai 2012 Page 58-59Maxi Basket numéro 43 mai 2012 Page 60-61Maxi Basket numéro 43 mai 2012 Page 62-63Maxi Basket numéro 43 mai 2012 Page 64-65Maxi Basket numéro 43 mai 2012 Page 66-67Maxi Basket numéro 43 mai 2012 Page 68-69Maxi Basket numéro 43 mai 2012 Page 70-71Maxi Basket numéro 43 mai 2012 Page 72-73Maxi Basket numéro 43 mai 2012 Page 74-75Maxi Basket numéro 43 mai 2012 Page 76-77Maxi Basket numéro 43 mai 2012 Page 78-79Maxi Basket numéro 43 mai 2012 Page 80-81Maxi Basket numéro 43 mai 2012 Page 82-83Maxi Basket numéro 43 mai 2012 Page 84