Maxi Basket n°38 décembre 2011
Maxi Basket n°38 décembre 2011
  • Prix facial : 5 €

  • Parution : n°38 de décembre 2011

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Tomar Presse

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 68

  • Taille du fichier PDF : 15,2 Mo

  • Dans ce numéro : 9 jours avec Tony Parker.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 56 - 57  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
56 57
• 72 maxi-basket.• AUDREY SAURET « UN BEAU CHALLENGE » • FiguRe emblématique du basket féminin, Audrey Sauret a rejoint le promu. Dans un projet dans lequel elle compte bien s’inscrire sur le long terme. P ourquoi avoir décidé de rejoindre le LBF ? Le club était vraiment motivé par ce qu’il voulait faire, un vrai projet sur du long terme, en m’incluant dedans. En sport, il y a beaucoup de facteurs que l’on ne peut pas maîtriser mais il y a des moyens, de l’envie, un vrai potentiel. Ils m’ont démontré que j’étais l’une de leur priorité, qu’ils voulaient s’appuyer sur mon expérience pour faire quelque chose. Je me nourris de challenges, c’était un beau challenge qui s’ouvrait à moi. Quel était votre objectif individuel en arrivant dans cette nouvelle équipe ? Mon objectif est devenu collectif. Je ne cherche pas à briller toute seule mais surtout à atteindre un objectif de club. Le club ne m’a pas signé pour mettre 25 points par match. Je cherche surtout à mettre les autres en valeur, et apporter quand même mes points. C’est difficile dans un contexte où je ne joue pas avec des gens qui ont l’expérience que j’ai pu connaître depuis le début de ma carrière. Par rapport à mon style de jeu, parfois c’est un peu difficile, il y a un peu de frustration mais cela fait partie du jeu. Autant les gens autour de moi doivent s’adapter, autant moi aussi je dois m’adapter. La saison est difficile, comment est l’ambiance au sein du groupe ? On est sincèrement un vrai groupe. La difficulté parfois, c’est que tout le monde n’a pas eu l’habitude de jouer au plus haut niveau. Il faut savoir faire la différence entre le copinage et le côté pro. On s’entend très bien mais il faudra aussi trouver un équilibre, savoir se dire les choses pour progresser. Moi, j’ai un caractère, je suis un peu directe. Mais sur le terrain, il n’y a rien de personnel, ça reste professionnel. Malheureusement, ce n’est pas toujours compris. Après quelques mois, vous vous êtes bien habituée à la robe ? Tout va bien (rires) ! C’est vrai j’étais un peu réticente. Je reste agréablement surprise, à aucun moment ça m’a frustré. On est quand même à l’aise. Mais je reste persuadé qu’un juste milieu entre la robe et le short baggy pourrait être trouvé. Parfois quand on voit des photos, on se dit « Pourvu que celle-là ne sorte jamais ! » On a des fois l’impression d’avoir les fesses à l’air ! Êtes-vous contente de retrouver la France ? C’est marrant, je retrouve beaucoup de joueuses qui ont été espoirs à Valenciennes quand j’étais pro. Pour moi, c’était des gamines et là je les vois s’exprimer comme joueuses majeures des clubs, ça fait plaisir. Je suis contente d’être là. Après, de ne pas revenir, ça ne m’aurait pas traumatisé. J‘adore la France, mais ça ne m’a pas manqué non plus. « On a des fois l’impression d’avoir les fesses à l’air ! » Quels sont vos futurs projets de reconversion à Lyon ? Petit à petit, c’est de s’investir dans la structure. Je n’ai pas du tout envie de finir coach à la fin de ma carrière, le management et l’événementiel m’attirent vraiment. J’ai beaucoup plus le caractère pour me tourner vers ça. J’ai envie de me structurer, de rester à l’intérieur du club mais par ce biais-là en même temps, pourquoi pas trouver des opportunités en dehors. Réalisez-vous que Lyon sera sûrement votre dernier club en tant que joueuse ? Je m’y suis préparé. J’ai eu une période difficile et passé un cap quand j’ai arrêté l’équipe de France (ndlr, en 2008). Aujourd’hui, je le prends plus comme une opportunité, une transition à la manière douce. J’ai encore envie de jouer et j’avais besoin d’un nouveau challenge. Je jouerais au moins deux saisons si on se maintient. L’amour du jeu, la flamme ne s’éteindra pas, c’est moi qui devrais me dire à un moment donné que c’est terminé ! Et derrière, j’ai aussi un vrai challenge de me construire pour mon avenir. Je suis plus dans une dynamique positive que dans le souci de me dire que ça va être bientôt la fin. l Propos recueillis par Claire PORCHER P.Allée-H.Bellenger/FFBB PMIN-11.BelbnpwAf9B•
• À 32 ans, Leslie Ardon fait profiter le promu de son expérience. « On a besoin d’exemple de club comme celui-là […] car ça met un coup de sang neuf dans la Ligue. » Thierry Balestrière › › › Audrey Sauret. « On fait jouer les filles en filles ! » Le club pousse la féminisation mais aussi la proximité en délocalisant des entraînements dans un petit club de la région, « pour faire connaître l’équipe et le basket féminin de haut niveau. » Une saison sportive difficile La dynamique du LBF est saluée par Thierry Balestrière. « On a besoin d’exemple de club comme celui-là, pour mettre en avant tout ce qu’il fait pour la valorisation du basket féminin. J’aime bien car ça met un coup de sang neuf dans la Ligue, Lyon fait bouger les lignes. Ça permet de tirer la Ligue vers le haut. » Présent contre Arras, le président a apprécié « la belle ambiance » de Mado Bonnet. « Le concert (un groupe joue en live) c’est une idée innovante qui est sympa, qui contribue à l’image de spectacle de basket. » En REPORTAGE• maxi-basket 73 moyenne, le LBF joue devant 1.200 personnes. « Moi je me régale avec l’ambiance, on a tout pour plaire, c’est familial tout en étant du sport de haut niveau et en plus les filles sont belles ! », s’exclame Sernin Marichal. L’ambiance reste bonne mais la saison est difficile du côté de Mado Bonnet où les filles n’ont remporté aucun match (à la 9 e journée). Avec un bilan de sept défaites pour deux victoires, le temps d’adaptation au niveau de l’élite, son basket et ses exigences, s’éternise. « Il faut que ça prenne forme et avoir de la patience. Mais la saison va être longue et très ouverte, à nous de réagir », explique Audrey Sauret. Assurer l’essentiel avec le maintien est le plus important, pour ne pas gâcher la dynamique crée par le club. Tout a été mis en place pour mettre en valeur l’écrin LBF. Aux filles de briller à l’intérieur. l rois de Port Offerts dès SU IC et pour les chaussures PORTE-CLES OFFERT 1 AMP loutr rommarrde passee mitre ! e -ter et te 31 ddisembre201 ! BaStorkkai # ÈRE 133IIfQJE1++1EBeASKW"•B,A1L EN PRANCE MN & 520208 $06 Puuzoc 1500 RÉFÉRENCES eAsKEr-BALLasPomeuEs P.Allée-H.Bellenger/FFBB



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Maxi Basket numéro 38 décembre 2011 Page 1Maxi Basket numéro 38 décembre 2011 Page 2-3Maxi Basket numéro 38 décembre 2011 Page 4-5Maxi Basket numéro 38 décembre 2011 Page 6-7Maxi Basket numéro 38 décembre 2011 Page 8-9Maxi Basket numéro 38 décembre 2011 Page 10-11Maxi Basket numéro 38 décembre 2011 Page 12-13Maxi Basket numéro 38 décembre 2011 Page 14-15Maxi Basket numéro 38 décembre 2011 Page 16-17Maxi Basket numéro 38 décembre 2011 Page 18-19Maxi Basket numéro 38 décembre 2011 Page 20-21Maxi Basket numéro 38 décembre 2011 Page 22-23Maxi Basket numéro 38 décembre 2011 Page 24-25Maxi Basket numéro 38 décembre 2011 Page 26-27Maxi Basket numéro 38 décembre 2011 Page 28-29Maxi Basket numéro 38 décembre 2011 Page 30-31Maxi Basket numéro 38 décembre 2011 Page 32-33Maxi Basket numéro 38 décembre 2011 Page 34-35Maxi Basket numéro 38 décembre 2011 Page 36-37Maxi Basket numéro 38 décembre 2011 Page 38-39Maxi Basket numéro 38 décembre 2011 Page 40-41Maxi Basket numéro 38 décembre 2011 Page 42-43Maxi Basket numéro 38 décembre 2011 Page 44-45Maxi Basket numéro 38 décembre 2011 Page 46-47Maxi Basket numéro 38 décembre 2011 Page 48-49Maxi Basket numéro 38 décembre 2011 Page 50-51Maxi Basket numéro 38 décembre 2011 Page 52-53Maxi Basket numéro 38 décembre 2011 Page 54-55Maxi Basket numéro 38 décembre 2011 Page 56-57Maxi Basket numéro 38 décembre 2011 Page 58-59Maxi Basket numéro 38 décembre 2011 Page 60-61Maxi Basket numéro 38 décembre 2011 Page 62-63Maxi Basket numéro 38 décembre 2011 Page 64-65Maxi Basket numéro 38 décembre 2011 Page 66-67Maxi Basket numéro 38 décembre 2011 Page 68