Maxi Basket n°38 décembre 2011
Maxi Basket n°38 décembre 2011
  • Prix facial : 5 €

  • Parution : n°38 de décembre 2011

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Tomar Presse

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 68

  • Taille du fichier PDF : 15,2 Mo

  • Dans ce numéro : 9 jours avec Tony Parker.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 46 - 47  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
46 47
62 MAXI-BASKET CÔTÉ COUR Repères Né le 3 novembre 1988 à Berck• Taille : 1,89 m• Poste : Arrière• Clubs : Centre Fédéral (2003-06), Dijon (2006-10), Strasbourg (2010-12) International en 2011 (3 sélections)• Palmarès : Champion d’Europe juniors en 2006 Meilleur marqueur français de Pro A en 2008-09 (14,9 points)• Stats 2011-12 : 8,3 points à 36,0%, 30,0% à 3-pts, 1,4 rebond, 1,6 passe en 26 min (7 matches) Ton enfance Je suis né à Berck, où mon père jouait au basket. Puis nous sommes allés nous installer à Orléans. J’ai commencé le basket là-bas. C’est un sport que j’aimais, je suivais mon père à la salle, pour les entraînements, tout. Tout petit, je ne pouvais pas encore faire du basket donc j’ai fait une année de judo. Mais le basket, c’est vraiment le sport que j’ai voulu faire depuis toujours. Ta première idole dans le basket Je n’ai jamais vraiment eu d’idole. Après, quand tu commences à voir les matches… Moustapha Sonko ! (Il explose de rire) C’est vraiment le premier basketteur que j’appréciais. Le Centre Fédéral C’est là que tu commences à vraiment côtoyer le haut niveau, à côtoyer les autres sportifs. En plus tu joues tous les week-ends, tu ne rentres pas chez toi, tu vis là-bas, tu t’entraînes là-bas. Là, tu progresses. Les équipes de France de jeunes Des bons souvenirs, bien sûr ! Déjà, nous avons gagné des trophées (*), donc ça rend le truc encore plus fort. Ce sont vraiment des expériences inoubliables. Jacques Monclar (Il rit) Mon premier coach professionnel ! J’avais joué contre son fils Benjamin et il m’avait repéré. C’est lui qui a fait en sorte que je vienne à Dijon, il s’est battu pour je vienne à la JDA. Il m’avait suivi, notamment au Centre Fédéral. Il a été un peu sur mon dos, oui, mais lui c’est comme Laurent Sciarra, ils connaissent le basket, et c’est vrai qu’ils sont durs mais ils sont justes ! C’est vrai que ça n’a pas toujours été facile. Avec Jacques, j’ai connu mes premières minutes professionnelles. On est toujours en contact régulièrement. Il me conseille des fois, quand ça va ou quand ça ne va pas. La saison 2008-09, meilleur marqueur français Une très bonne saison. J’ai surpris pas mal de monde. J’ai attiré l’attention. Après, collectivement, on n’a pas été trop bon, ça n’était pas trop ça. Est-ce que moi je me suis surpris ? Pas vraiment, non. J’ai joué, c’est venu naturellement. La première année à Dijon j’ai joué, la deuxième j’ai été souvent dans le cinq majeur, et puis voilà, la troisième saison j’ai joué 30 minutes par match. Le joueur qui t’a marqué à tes débuts Laurent Sciarra. Il m’a marqué ! À la culotte ? Non ! (Il rit) Quand quelqu’un comme ça, qui est un spécialiste du jeu, t’explique les choses… Et qu’en plus tu débutes… Il me disait quoi faire sur le terrain, mais aussi en dehors du terrain. Il me disait quoi faire et quoi ne pas faire, aussi bien dans le basket que dans la vie de tous les jours. C’est un très grand professionnel. Donc oui, il m’a forcément marqué. Jonathan Bourhis (**) Oui, je veux bien en parler. C’est de loin la plus dure période de ma vie. C’était un très, très bon ami. On « SCIARRA, DUR MAIS JUSTE ! » « AVEC JO BOURHIS, ON A VÉCU DE BELLES CHOSES » a vécu beaucoup de belles choses ensemble. On était tout le temps ensemble. Il y avait beaucoup de choses qui nous rapprochaient. Qu’il s’en aille du jour au lendemain… C’est un choc. C’est dur de s’en remettre. 8 janvier 2011 : Orléans 96 – Strasbourg 39 (Il rit) C’est un drôle de truc. On commence plutôt bien le match, d’ailleurs, c’est bizarre. Et puis là, on a un gros trou noir. Il ne se passe plus rien. En face, ils se mettent à être euphoriques. À partir de ce moment-là… L’écart se creuse. Ça devient un grand, grand écart (il rit). Il y a 50 à 11 à la mi-temps. On ne marque pas un seul point au deuxième quart-temps. Même aujourd’hui, si on me demande, je suis toujours incapable d’expliquer. Je suis incapable de donner une raison à ce qui s’est passé. Des fois, il ne faut pas chercher. En plus, tous mes amis d’Orléans étaient là, donc c’était encore plus désagréable. Vincent Collet Tu sens que tu as en face de toi un coach de très, très haut niveau. Il a le souci du détail. Il tient à ce qu’on tire le meilleur de notre potentiel, qu’on soit à 100% de nos capacités. Un modèle de joueur Ouais… Juan Carlos Navarro ! Il est étonnant. Sa façon de créer des situations, d’utiliser les écrans… Dans mon profil de joueur, à mon poste, c’est vraiment la référence. Ton poste Pour moi, il n’y a pas vraiment de débat. Je suis arrière, à la base. Ceci dit, on sait qu’aujourd’hui, tous les arrières doivent être capables d’occuper le poste de meneur de jeu au besoin, en tous cas d’en avoir la capacité par moments. Je sais qu’il faudrait sans doute que je sois un peu plus point guard. Meneur et arrière, c’est assez proche de nos jours. Ton meilleur match Oh, c’est dur comme question… Je ne sais pas. Bon, ça n’est pas nécessairement mon meilleur match mais disons qu’il y a ce match, que je n’ai pas oublié. C’est la fois où j’ai mis 45 points contre l’Ukraine, avec les U20. (***) Disons que je m’en souviens car c’est le genre de jour où tu ne rates rien. En plus, c’était le dernier match de notre génération, on savait que c’était la fin. On va dire que pour cet événement, j’ai eu pas mal de réussite. (Il rit) Après, je ne sais pas si c’est mon meilleur match, à proprement parler. (*) Médaille de bronze à l’Euro U16 en 2004, champion d’Europe U18 en 2006, médaille de bronze au Mondial U19 en 2007. (**) Le 1er novembre 2009, l’espoir de la JDA, qui avait réussi la veille son meilleur match avec l’équipe professionnelle, trouve la mort dans un accident de voiture. (***) Match pour la septième place de l’Euro U20 2008. Abdou avait en effet marqué 45 points, à 11/18 à trois-points (et 3/3 à deux-points), plus 5 rebonds, 3 passes et 2 interceptions. Victoire des Bleus 96 à 78. Il s’agissait de la génération Antoine Diot, Edwin Jackson, Nicolas Batum (qui n’était pas là), etc.
DU CÔTÉ DE CHEZ• MAXI-BASKET 63 Jean-François Molliere



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Maxi Basket numéro 38 décembre 2011 Page 1Maxi Basket numéro 38 décembre 2011 Page 2-3Maxi Basket numéro 38 décembre 2011 Page 4-5Maxi Basket numéro 38 décembre 2011 Page 6-7Maxi Basket numéro 38 décembre 2011 Page 8-9Maxi Basket numéro 38 décembre 2011 Page 10-11Maxi Basket numéro 38 décembre 2011 Page 12-13Maxi Basket numéro 38 décembre 2011 Page 14-15Maxi Basket numéro 38 décembre 2011 Page 16-17Maxi Basket numéro 38 décembre 2011 Page 18-19Maxi Basket numéro 38 décembre 2011 Page 20-21Maxi Basket numéro 38 décembre 2011 Page 22-23Maxi Basket numéro 38 décembre 2011 Page 24-25Maxi Basket numéro 38 décembre 2011 Page 26-27Maxi Basket numéro 38 décembre 2011 Page 28-29Maxi Basket numéro 38 décembre 2011 Page 30-31Maxi Basket numéro 38 décembre 2011 Page 32-33Maxi Basket numéro 38 décembre 2011 Page 34-35Maxi Basket numéro 38 décembre 2011 Page 36-37Maxi Basket numéro 38 décembre 2011 Page 38-39Maxi Basket numéro 38 décembre 2011 Page 40-41Maxi Basket numéro 38 décembre 2011 Page 42-43Maxi Basket numéro 38 décembre 2011 Page 44-45Maxi Basket numéro 38 décembre 2011 Page 46-47Maxi Basket numéro 38 décembre 2011 Page 48-49Maxi Basket numéro 38 décembre 2011 Page 50-51Maxi Basket numéro 38 décembre 2011 Page 52-53Maxi Basket numéro 38 décembre 2011 Page 54-55Maxi Basket numéro 38 décembre 2011 Page 56-57Maxi Basket numéro 38 décembre 2011 Page 58-59Maxi Basket numéro 38 décembre 2011 Page 60-61Maxi Basket numéro 38 décembre 2011 Page 62-63Maxi Basket numéro 38 décembre 2011 Page 64-65Maxi Basket numéro 38 décembre 2011 Page 66-67Maxi Basket numéro 38 décembre 2011 Page 68