Martinez n°8 2010/2011
Martinez n°8 2010/2011
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°8 de 2010/2011

  • Périodicité : annuel

  • Editeur : O2C

  • Format : (240 x 330) mm

  • Nombre de pages : 140

  • Taille du fichier PDF : 15,5 Mo

  • Dans ce numéro : Caterina Murino... l'italienne au grand coeur.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 76 - 77  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
76 77
Les passionnés de Haute Horlogerie vous le diront  : la qualité d’une montre ne se juge pas seulement à ce qui se voit. Ce qu’elle contient est tout aussi essentiel. Cherchez la complication 76 horlogerie Richard Mille Chronographe de plongée à tourbillon RM025
Roi des années 80, le quartz a bien failli nous priver de l’un des plus beaux savoir-faire humains  : la Haute Horlogerie, cet art de contenir l’infini dans quelques centimètres de métal. Il faut tout le génie de l’homme en effet, et beaucoup d’orgueil aussi, pour penser des mécaniques si complexes qu’elles accompagnent le temps en toutes circonstances, qu’elles le comptent précisément quelle que soit sa nature  : heure, minute, seconde, évidemment, mais aussi jour, mois, année, jusqu’à la phase lunaire. A quoi peut donc servir de mesurer tout cela à une époque où le moindre tableau de bord, téléphone portable, four micro-ondes ou PC joue les tocantes ? A rien, si ce n’est à procurer du plaisir aux propriétaires de ces concentrés d’ingéniosité. Et n’est-ce pas là la force de l’homme que de savoir dépasser le stade primaire de l’utilité afin de trouver en la futilité la motivation nécessaire pour poursuivre son évolution ? L’heure sonne Illustration parfaite de cette philosophie, la Portugaise Grande Look for the complications Fans of fine watchmaking will tell you, a watch’s quality is not judged solely on what you see. What it contains is also essential. Complication d’IWC. Editée à seulement 50 exemplaires par an, elle est l’archétype de la montre à complications, ces petites merveilles imaginées pour aller plus loin que la simple lecture de l’heure et des minutes. Elle offre le calendrier perpétuel, le chronographe, l’indication des phases de lune et, surtout, l’une des fonctionnalités les plus délicates à mettre en œuvre  : la « répétition à minutes ». Il s’agit d’un mécanisme subtil qui, par une simple pression, sonne les heures, les quarts et les minutes. Un son grave marque les heures, un son aigu les minutes, l’alternance des deux concrétise chaque quart. Ce système fut inventé au XVIII e siècle pour connaître l’heure exacte jusque dans l’obscurité. UN CŒUR EN CAGE Autre complication horlogère, considérée par beaucoup comme la plus belle  : le tourbillon. Il s’agit d’un dispositif mécanique miniature d’une soixantaine de pièces  : balancier, spiral et échappement sont placés à l’intérieur d’une cage qui tourne King of the ‘80s, quartz nearly deprived us of one of the finest pieces of human expertise, namely, fine watchmaking, the art of containing infinity within several centimetres of metal. Indeed it takes all man’s genius along with plenty of pride to dreamup mechanisms that are so complex that they accompany time in every circumstance and are accurate whatever its nature  : hour, minute or second, of course, but also day, month, year and even lunar phases. So what is the point of measuring all this in an age when every dashboard, mobile phone, microwave oven or PC features a clock ? None, if not to provide pleasure for the owners of these compact pieces of ingenuity. And doesn’t man’s strength lie in his ability to move beyond the initial stage of usefulnessin order to find the necessary motivation to pursue his development in insignificant details ? Striking the hour A perfect illustration of this philosophy is the Portuguese Grand Complication from IWC. With only 50 pieces produced per year, it is the archetype of the watch with complications, those little marvels designed to go one step further than simple reading of the hours and minutes. It offers a perpetual calendar, chronograph, indication of the phases of the moon and, above all, one of the most delicate functions to set in place  : the minute repeater. A subtle mechanism which, by means of a simple push, strikes the hours, quarter-hours and minutes. A low sound marks the hours, a high sound the minutes, alternation of the two indicating the quarter-hours. The system was invented in the 18th century so that people would know the time even in the dark. 77



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Martinez numéro 8 2010/2011 Page 1Martinez numéro 8 2010/2011 Page 2-3Martinez numéro 8 2010/2011 Page 4-5Martinez numéro 8 2010/2011 Page 6-7Martinez numéro 8 2010/2011 Page 8-9Martinez numéro 8 2010/2011 Page 10-11Martinez numéro 8 2010/2011 Page 12-13Martinez numéro 8 2010/2011 Page 14-15Martinez numéro 8 2010/2011 Page 16-17Martinez numéro 8 2010/2011 Page 18-19Martinez numéro 8 2010/2011 Page 20-21Martinez numéro 8 2010/2011 Page 22-23Martinez numéro 8 2010/2011 Page 24-25Martinez numéro 8 2010/2011 Page 26-27Martinez numéro 8 2010/2011 Page 28-29Martinez numéro 8 2010/2011 Page 30-31Martinez numéro 8 2010/2011 Page 32-33Martinez numéro 8 2010/2011 Page 34-35Martinez numéro 8 2010/2011 Page 36-37Martinez numéro 8 2010/2011 Page 38-39Martinez numéro 8 2010/2011 Page 40-41Martinez numéro 8 2010/2011 Page 42-43Martinez numéro 8 2010/2011 Page 44-45Martinez numéro 8 2010/2011 Page 46-47Martinez numéro 8 2010/2011 Page 48-49Martinez numéro 8 2010/2011 Page 50-51Martinez numéro 8 2010/2011 Page 52-53Martinez numéro 8 2010/2011 Page 54-55Martinez numéro 8 2010/2011 Page 56-57Martinez numéro 8 2010/2011 Page 58-59Martinez numéro 8 2010/2011 Page 60-61Martinez numéro 8 2010/2011 Page 62-63Martinez numéro 8 2010/2011 Page 64-65Martinez numéro 8 2010/2011 Page 66-67Martinez numéro 8 2010/2011 Page 68-69Martinez numéro 8 2010/2011 Page 70-71Martinez numéro 8 2010/2011 Page 72-73Martinez numéro 8 2010/2011 Page 74-75Martinez numéro 8 2010/2011 Page 76-77Martinez numéro 8 2010/2011 Page 78-79Martinez numéro 8 2010/2011 Page 80-81Martinez numéro 8 2010/2011 Page 82-83Martinez numéro 8 2010/2011 Page 84-85Martinez numéro 8 2010/2011 Page 86-87Martinez numéro 8 2010/2011 Page 88-89Martinez numéro 8 2010/2011 Page 90-91Martinez numéro 8 2010/2011 Page 92-93Martinez numéro 8 2010/2011 Page 94-95Martinez numéro 8 2010/2011 Page 96-97Martinez numéro 8 2010/2011 Page 98-99Martinez numéro 8 2010/2011 Page 100-101Martinez numéro 8 2010/2011 Page 102-103Martinez numéro 8 2010/2011 Page 104-105Martinez numéro 8 2010/2011 Page 106-107Martinez numéro 8 2010/2011 Page 108-109Martinez numéro 8 2010/2011 Page 110-111Martinez numéro 8 2010/2011 Page 112-113Martinez numéro 8 2010/2011 Page 114-115Martinez numéro 8 2010/2011 Page 116-117Martinez numéro 8 2010/2011 Page 118-119Martinez numéro 8 2010/2011 Page 120-121Martinez numéro 8 2010/2011 Page 122-123Martinez numéro 8 2010/2011 Page 124-125Martinez numéro 8 2010/2011 Page 126-127Martinez numéro 8 2010/2011 Page 128-129Martinez numéro 8 2010/2011 Page 130-131Martinez numéro 8 2010/2011 Page 132-133Martinez numéro 8 2010/2011 Page 134-135Martinez numéro 8 2010/2011 Page 136-137Martinez numéro 8 2010/2011 Page 138-139Martinez numéro 8 2010/2011 Page 140