Lolita ! n°3 mai/jun 2011
Lolita ! n°3 mai/jun 2011
  • Prix facial : 2,95 €

  • Parution : n°3 de mai/jun 2011

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Lafont Presse

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 68

  • Taille du fichier PDF : 42,4 Mo

  • Dans ce numéro : il me fait craquer... lui dire et le rendre dingue.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 54 - 55  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
54 55
malife ! 54 Des témoignages… « J’ai préféré changer d’établissement » L’année dernière, j’ai redoublé la cinquième. J’avais toujours été plutôt bonne à l’école, mais l’arrivée au collège a tout changé. Je ne me sentais pas bien, les gens de mon collège n’étaient pas très sympas avec moi : le genre de filles en bande qui ne parlent que de garçons et des derniers trucs Abercrombie qu’elles allaient se faire offrir. Mes notes ont baissé, je n’avais plus envie d’y aller, puis j’ai vraiment décroché. Quand ma prof principale est venue me dire qu’ils avaient décidé de me faire redoubler, je me suis dit que je ne supporterais jamais trois ans de plus dans ce bahut ! Mes parents ont parlé avec mes profs, et ils ont décidé de me changer d’établissement. Et franchement, depuis, ça va mieux ! J’ai de vraies copines, plus simples, et je suis même plutôt bonne en cours maintenant ! Christelle lolita ! « redoubler m’a permis de rattraper le niveau » En fait, je n’ai jamais eu de facilités, comme certains. Je n’étais pas mauvaise, mais avoir des notes correctes, comme des 10, me demandaient vraiment beaucoup de travail. J’allais en soutien, et j’avais une prof qui venait me donner des cours et m’aider à faire les devoirs à la maison. Au fi nal, c’était super crevant, et le résultat n’était jamais excellent. Je me sentais larguée, et découragée. Jusqu’à ce que je lâche un peu. Et là, évidemment, mes notes se sont cassé la fi gure, et mes profs ont conseillé à mes parents de me faire redoubler. Au début je l’ai mal pris, mais ça m’a trop aidée : ça m’a permis de revoir des choses de base, et d’aller à un rythme normal. Maintenant, j’ai des notes correctes sans non plus trop en faire à la maison, et ça change la vie ! Anaïs « Finalement, je n’étais pas nulle ! » J’ai toujours été nulle à l’école. Les seuls trucs qui m’intéressaient, c’était le sport et les cours de musique et d’arts plastiques. Ma mère disait que j’étais une artiste, mais moi, je croyais surtout que j’étais nulle. Je n’arrivais à comprendre les leçons qu’une fois que le contrôle était passé, j’avais du mal à apprendre mes leçons… Bref, j’étais tout le temps découragée, et j’avais de sales notes. Du coup, j’étais souvent punie (ma mère me prenait pour une artiste, mais mon père pour une fainéante !). Ça n’allait pas. J’ai donc redoublé ma quatrième, et là, miracle ! Je suis tombée sur un prof de maths trop bien, et je crois que j’ai eu un déclic. Le fait d’avoir un an de plus que les autres m’a donné plus d’assurance, et je n’avais plus peur de participer en classe et de demander aux profs quand je ne comprenais pas. Maintenant je suis en seconde, j’ai de super notes et je sais surtout que je ne suis pas nulle ! Claire
« J’ai demandé à redoubler » Je n’ai jamais été super bonne en classe. J’étais « moyenne » : j’avais à peu près entre 9 et 11 dans toutes les matières. Pas de quoi être fi ère, mais pas de quoi inquiéter mes profs ou mes parents. Mais quand j’étais en 3ème, au second semestre, j’ai un peu perdu pied. La géométrie, les rédactions, l’anglais, les dates d’Histoire… c’était trop, je sentais bien que je n’y arrivais pas. Mes notes ne bougeaient pas trop, mais quand il a fallu choisir les options pour la seconde, je me suis dit que je n’étais pas prête. J’en ai parlé avec mes profs, avec mes parents, et j’ai demandé le redoublement. Ça a été super dur sur le moment, mes copines ne comprenaient pas trop, mais je n’ai pas regretté. Je me suis sentie plus à ma place en redoublant, et ça va beaucoup mieux maintenant ! Claire « J’ai perdu des amis en route, mais je ne le regrette pas ! » Quand j’ai redoublé la troisième, j’étais super dégoûtée. Je ne voulais pas rester au collège alors que toutes mes copines partaient au lycée, j’en avais marre des profs, des heures de perm… j’avais trop envie de liberté. Mais bon, je n’avais pas de bonnes notes, et j’avais vraiment trop de mal en cours. Mes copines ont commencé à changer : on se voyait moins, c’est sûr, et puis elles parlaient de plus en plus de mecs ou de filles que je ne connaissais pas, de devoirs d’éco, elles allaient manger dehors entre midi et deux, bref, plus la même vie. Et puis elles n’étaient pas très sympa, elles se moquaient un peu, me traitaient comme une gamine… Je me sentais déjà à part quand elles étaient au collège, mais là c’était trop. Je me suis fait d’autres copines, et quand je suis passée au lycée et que l’une d’entre elles a redoublé et s’est retrouvée dans la même classe que moi, je l’ai ignorée. J’étais bien contente ! Redoubler, ce n’est pas une honte ! Karima « J’ai refusé de redoubler » En seconde, mes profs ont voulu que je redouble. Je n’étais pas catastrophique, mais en fait je n’étais pas très bonne en maths et en physique. Moi, mon truc, c’est le français, les langues, l’histoire… mais mes parents avaient insisté pour que je fasse une 1ère S : pour eux, c’était la voie royale, et les autres fi lières, des « voies de garage ». Donc évidemment, avec 9 de moyenne en maths et 7 en physique, le passage en 1 ère n’a pas été accepté. Mais comme mon prof de français et ma prof d’anglais m’ont bien soutenue, j’ai pu passer en 1ère L comme je voulais. Et je ne regrette pas du tout ! J’ai eu de super notes au bac Français, et l’année prochaine, je fais une fac de langues pour devenir interprète. Je suis sûre que quand on sait ce qu’on veut, il ne faut pas se laisser faire ! Pauline lolita ! 55



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :