Le Rire n°315 14 fév 1925
Le Rire n°315 14 fév 1925
  • Prix facial : 0,90 F

  • Parution : n°315 de 14 fév 1925

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : F. Juven et Cie

  • Format : (226 x 302) mm

  • Nombre de pages : 20

  • Taille du fichier PDF : 46 Mo

  • Dans ce numéro : pour le défilé.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 4 - 5  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
4 5
40e ÉDITION &ou.t ce iflu za.euh/UTOMOBI LE iiTOURISML gotiie eoudcf. ; olion chai itzôoniz- d'crn on qui mealionaertz/cpetzIe Qnrtonee 4era ac:c.epteé au irif de 2-4/ry au Z:eic de26ir. (Fta,zze.el-eaGérnerd/I.e n26O `-s RENÉ BENJAMIN VALENTINE LA FOLIE Diu MOCRATIQUE Un film étincelant de verve et d'esprit où les réunions électorales, les séances de la Chambre, les tractations des salons politiques se déroulent en des tableaux toujours éblouissants de vie et d'action. Des portraits remarquables de Poincaré, Millerand, Clémenceau, Daudet, Barrès, Painlevé, Mandel, Cachin, Blum, etc. Dans cette tourmente une intrigue sentimentale, passionnée court et palpite Un volume in-1 8... 7 fr. 5 0 ARTHÈME FAYARD et C1e, Éditeurs, 18-29, rue du Saint-Oothard, PARIS La Petite Femme qui dit  : Oui le Raman de William BURTEY est le succès du jour. Tout le nignde ebt conquis par la jolie\I ADELINE, la blonde héroïne de ce roman sentimental et gai. I) ennandez-te et cotre Libraire et aux Bibliothèques des Gares. Un vol. in-12 illustré 7 francs. J. FORT, Éditeur, 12, rue de Chabrol, Paris ter Numéro le 15 Février Le n= 0E60 EN VENTE PARTOUT Abon n cs France [franger//7 z%//i,/y, 1,//4 " ; "/, ALA 0(5 CeveNNCI. Pour la Beauté du Teint li, IREGTCVR é 1 an 26F, 36F A&daii ; e dela rife nar X Précy Q2. Cité Trévises PARIS 6 mois 116 E 221
LA RETOURNE iiEIRRIOT DÉCLARE LA PAIX AU MONDE PANTOVIÇaIZY:Z aa TZi1IOIOA aSIVAavI41 V'I iIDNON I aoiaaaii LE RIRE DE LA SEMAINE LIBRAIRIE SPIRITE Sir Arthur Conan Doyle, père littéraire du célèbre Sherlockllolmes, s'est, annonce-t-on, établi libraire à Londres, tout près du palais de Westminster. 11 s'est consacré spécialement à la vente des ouvrages de psychisme et d'occultisme, étant lui-même adepte fervent du spiritisme.. Je me suis mis immédiatement en communication, grace à la télépathie sans fil, avec la nouvelle boutique, afin d'en observer les débuts. Et voici ce que je vis et ce que j'entendis. Conan Doyle était seul quand un individu se présenta, et u i dit  : — Je s fis Watson... — Très honoré, répondit le libraire... Qu'y a-t-il pour votre sers e ?... — Vous ne nie reconnaissez pas ?... — Mon Dieu, j'avoue que... — Watson, voyons... Le docteur Watson, l'inséparable de Sherlock Holmes... — La plaisanterie est excellente, monsieur... Mais je suis mieux placé que quiconque pour savoir que le docteur Watson n'a jamais existé que dans mon imagination... — Une imagination comme la vôtre crée de la vie... Votre tout puissant influx a donné naissance au corps astral de Watson, et c'est ce corps astral qui est devant vous... — 11 faudrait me le prouver, observa avec sens Conan Doyle... — Rien n'est plus facile... Voulez-vous que je fasse apparaître Sherlock Holmes lui-même ?... — Eh ! quoi, vous pourriez ?.. — C'est enfantin pour moi... Veuillez seulement baisser un peu la lumière de votre magasin... Vous savez qu'une demiobscurité nous aide beaucoup dans nos manifestations... Conan Doyle obéit, et aussitôt Sherlock Holmes apparut. Le romancier le reconnut parfaitement, tel il l'avait conçu. L'illustre détective exhiba deux revolvers et cria  : (. Haut les mains ! ». Conan Doyle obéit. Aussitôt se passa une scène spirite aussi rapide que mouvementée. Le libraire-romancier reçut un vigoureux coup de pied occulte et fut jeté violemment à terre. Quand il se fut relevé et qu'il alluma la lumière, les deux corps astraux avaient disparu et, avec eux, de nombreux volumes de valeur, ainsi que tout l'argent qui se trouvait dans le tiroircaisse. Sous toutes réserves, naturellement. LA HAUSSE La poste a remis à une dame une lettre (lui avait été jetée L la boite le 15 septembre 1909. Comme cette lettre avait été affranchie à o fr. Io, le facteur exigea la différence avec le prix du port actuel, soit o fr. 15, plus la surtaxe obligatoire pour insuffisance d'affranchissement. C'est ainsi qu'on fait les bonnes maisons. Voilà les faits. Qu'il Inc soit permis d'y ajouter une suite hypothétique et vraisemblable. La dame ouvrit la lettre. C'était une demande de rendez- vous de la part d'un monsieur. La dame crut devoir y répondre d'une manière favorable. Elle ajouta, à titre de renseignements, que. le prix de son loyer, de ses vêtements et de sa nourriture avait



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :