Le Rire n°243 29 sep 1923
Le Rire n°243 29 sep 1923
  • Prix facial : 0,75 F

  • Parution : n°243 de 29 sep 1923

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : F. Juven et Cie

  • Format : (226 x 302) mm

  • Nombre de pages : 20

  • Taille du fichier PDF : 38,8 Mo

  • Dans ce numéro : retour de Russie.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 6 - 7  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
6 7
— Très vrai. La dernière mode est celle des pieds nus. La plupart des habitants de Moscou la suivent. — Etes-vous allé au théâtre ? — Plusieurs fois... J'ai assisté à des représentations très brillantes. J'étais assis, avec les commissaires du peuple, dans l'exloge impériale. A notre entrée, le public, debout, nous a acclamés tandis que l'orchestre jouait l'Internationale. Au Grand Théâtre du peuple, qui était l'Opéra avant la révolution, j'ai applaudi le deuxième acte de Samson et Dalila et un ballet. A l'entr'acte, nous sommes allés féliciter les artistes. — 11 paraît que les danseuses sont toutes nues ? — Pas du tout... Pensez donc, la plupart sont les maîtresses des principaux personnages de l'Etat soviétique ! — Je comprends, monsieur le Ministre. Et, au point de vue économique, commuent va la Russie ? — Admirablement. — C'est, parait-il, une véritable résurrection ? — Vous l'avez dit... Et tout marcherait le mieux du monde si la Russie pouvait se procurer des capitaux, des ingénieurs, des ouvriers habiles, si elle avait des chemins de fer, des bateaux, des ports, si elle produisait, enfin ! — Autrement dit, pour sortir de la misère, il ne lui manque que... — De l'argent ! L'argent, voilà ce qu'elle demande, avant tout. — Elle n'est pas la seule, monsieur le Ministre. — La Russie nous aime autant que jadis. Et la preuve en est que ces capitaux, elle consentirait volontiers, comme autrefois, à les emprunter chez nous. — De préférence ? — De préférence. — Ça, c'est gentil, monsieur le. Ministre. — Ah ! c'est que les Russes ne sont pas du tout des ingrats. Ils se plaignent cependant de la France... Pourquoi, m'ont-ils répété bien souvent, pourquoi les Franzouski ne veulent plus nous prêter des milliards ?.> Et j'avoue que je me suis senti un peu gêné... — Nous sommes tous un peu gênés. — N'est-ce pas ? Les dirigeants de la République des soviets MARKS ! MARKS !... Le mark « seigle » '. (chez les hommes de paille) ; et puis le mark « dattess, le mark « nèfles », le mark « lapin »... LA VRAIE « FERRONNIÈRE v — C'est celle-là !... On voit les empreintes digitales... — De Léonard ? — Non ! de François I. Dessins deL. MÛTIVET. sont d'ailleurs tout disposés à oublier le passé... Prêtons-leur de l'argent et ils redeviendront nos meilleurs amis. C'est même ce que je me propose de dire à M. Poincaré dès que j'aurai l'honneur d'être rèçu par lui. — Avez-vous parlé au gouvernement russe des autres milliards ? — Quels autres milliards ? — Les anciens. — Quels anciens ? — Ceux que nous lui avons prêtés autrefois... Vous vous souvenez ? M. de Monzie avait l'expression d'un homme qui fouille dans ses souvenirs. Après un long silence, il s'exclama : — Ah ! oui, les dix-sept milliards d'avant la guerre ? — C'est cela, oui. — Non, je n'en ai pas dit un mot... Pensez donc, c'est si peu de chose ! Dix-sept milliards, aujourd'hui, ça ne compte pas. Et puis, la Russie peut reprendre à son compte le mot'de feu Grisier  : « Quand on a souffert ce que j'ai souffert, on ne doit plus rien à personne ! > — Très joli, mais il reste en France des porteurs de fonds russes... M. de Monzie se luit à rire et répondit  : — Si ces porteurs sont fatigués, ils n'ont qu'à mettre leurs fonds russes par terre. — Alors, pour eux, pas d'espoir ? — Si... Mais à la condition qu'ils prêtent de l'argent à la Russie. — Encore ? — Je ne vois pour eux que cette planche de salut. Dites-le-leur de ma part. — Ce sera fait, monsieur le Ministre. Bref, vous revenez enchanté de ce pays délicieux ? — Enchanté, c'est le mot. Je rapporte de Moscou un souvenir précieux... Tenez, voyez ce que m'a donné Radek en me disant  : « Nous espérons que cela vous servira bientôt à Paris. » Et M. de Monzie, me montrant un magnifique portefeuille de couleur écarlate, ajouta  : — Vous savez, c'est en vrai cuir de Russie ! Clément VAUTEL.
LA CROIX DE DRANEM — Tous mes compliments, monsieur Ménard ! Dessin de Sur./c 1



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :