Le Rire n°208 27 jan 1923
Le Rire n°208 27 jan 1923
  • Prix facial : 0,75 F

  • Parution : n°208 de 27 jan 1923

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : F. Juven et Cie

  • Format : (226 x 302) mm

  • Nombre de pages : 20

  • Taille du fichier PDF : 43,6 Mo

  • Dans ce numéro : ça ne se refuse pas !

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 6 - 7  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
6 7
Hélas ! il lui en restait encore cent quarante ! Autrefois, les femmes grassouillettes et même rondouillardes pouvaient prétendre aux joies orageuses de l'amour... Voyez les nymphes de Boucher  : elles ont des fossettes partout et leurs appas ne ressemblent en rien à ceux de Mme Ida Rubinstein. Mais l'école de David a changé tout cela, et, depuis, la femme idéale a été de plus en plus immatérielle. Sous le. second Empire, il y eut peut-être un revenez-y favorable aux belles créatures bien étoffées de partout  : la princesse Mathilde, qui pouvait crier  : Vive l'ampleur ! » y fut sans doute pour quelque chose. Mais ce lever de lune fut bientôt éclipsé. Il restait ; jusqu'en ces derniers temps, une, consolation à celles de nos contemporaines qui ont des hanches à ne savoir où les mettre. Elles pouvaient dire  : — En Turquie, nous-pourrions l'emporter. sur les maigres... Les Orientaux, qui sont des connaisseurs, ne font pas, fi de la quantité  : ces Turcs, quoi qu'on prétende à Lausanne, almént la graisse... C'est nous les vraies odalisques les authentiques sultanes ! Et l'Orient n'a-t-il pas été, de tout temps, le pays de l'amour ? Hélas ! c'en est fait, même chez les Teurs du succès des grasses... Ces disciples de Mahomet se sont modernisés, européanisés au point qu'il ont renoncé, en même temps, à la polygamie et aux femmes adipeuses. Un nombril ouvrant son œil au milieu d'un gros ventre ne leur dit plus rien. Des seins énormes dégringolant sous des colliers de piécettes les laissent froids. Une croupe oscillante et vaste ne les retient pas une minute. Enver Pacha, — ce misérable ! — a commencé la lutte déplorable qui devait aboutir au triomphe des idées occidentales et des femmes plates. Autrefois, les Turcs se payaient le luxe d'un harem qui, au total, pesait deux ou trois tonnes. Maintenant, ils se contentent d'une houri pesant, avec son costume tailleur, cinquante kilos ! Et les grosses dames trouvent, — elles ne sont pas les seules, — que les vieux Turcs avaient du bon. î rr. el At 0, el 1 h POUR LA NOUVELLE ÉDITION DU DICTIONNAIRE DE L'ACADÉMIE VICTOIRE. -n.f. lat. victoria ; de vincere, vaincre.. Désavantage remporté à la guerre. _. e4 I l'N'1...4/RENIEMENT 9 eaIS"/NA rZCI< — Eh ! l'enflé ! on ne le lui fait pas dire à votre grande canaille nationale... — Bismarck ?... Connais pas ! Dessins deL. MÉTIVET. *** Quelle consoeur aura le courage d'écrire le Martyre de la femme obèse ? Mais il faudrait avoir pour cela le courage de Henri Béraud, qui avoue, en somme, son poids... Que dis-je ? Il faudrait infiniment plus de courage, car la femme répugne à des aveux de ce genre  : elle passera volontiers pour une créature légère, — nos bas bleus n'hésitent pas à nous raconter en détail leurs fredaines, — mais elle hésitera à commencer son livre par ces mots  : Je pèse 2I0 livres avec mes bas... » Le plus terrible pour les femmes grasses c'est qu'elles n'ont à espérer aucune revanche dans l'avenir. Les femmes plates tiennent le bon bout et pour longtemps. L'Eve future sera même encore plus maigre que l'Eve présente. Le sport est hostile aux hanches et aux seins. Le féminisme a horreur des attributs naturels et traditionnels du sexe auquel nous devons Mmes Litvin.ne, Yrven et... Charlotte Lysès. Les couturiers ne veulent que des mannequins efflanqués. La maternité, qui arrondit les femmes pendant et même après, est de plus en plus considérée comme un fléau. Nos contemporaines ne veulent plus avoir de ventre, même pendant quelques mois. Bref, l'avenir est aux échalas. Et les femmes auxquelles la nature a prodigué des rondeurs jadis chantées par tant de poètes, les grassouillettes, les potelées, les plantureuses, les modèles de Rubens, de Boucher et même de Renoir doivent tenter l'impossible pour ressembler aux modèles de J.-G. Domergue, sinon elles seront exclues de leur sexe avec défense de s'appeler Gaby. Clément VAUTEL.
.6.4fr' If 4 r -.0 1, otoistFiti R1C tI u C if ; I/4. — Ton bougnat, maintenant, c'est moi ! DANS LA RUHR.,-1..., L ; '7, , :  : /# "."., f...,' : - -' ; -/-, ,.-,'. ? :.se 4"',"'2 ; c € '- J. APO Dessin de Nos.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :