Le Magazine des Femmes n°1 jan/fév 2016
Le Magazine des Femmes n°1 jan/fév 2016
  • Prix facial : 1,90 €

  • Parution : n°1 de jan/fév 2016

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Lafont Presse

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 52

  • Taille du fichier PDF : 15,9 Mo

  • Dans ce numéro : mon chez moi, mon repère.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 28 - 29  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
28 29
ADOBESTOCK ENQUÊTE « Quittée ! » 28 Quand la séparation fait mal… Tout le monde, une fois dans sa vie, a vécu une rupture amoureuse. Décrite par certains comme un véritable tsunami émotionnel, elle fait partie des événements les plus difficiles à traverser. La souffrance qu'elle induit tout comme son impact sur la santé sont pourtant encore très souvent sousestimés. Explications. 30 FÉMININPSYCHO Lors d'une rupture amoureuse, nous sommes forcées de ressentir notre deuil dans toute sa cruauté. Rien au monde ne nous prépare à anticiper la douleur et la sensation de vide atroce qui suivent la perte d'un amour. Ce sentiment si magique qu’est l’amour, rien ne nous a préparé à le vivre, et encore moins à le perdre. Les premiers jours de la séparation nous voient comme choquées, puis ensuite, nous prenons conscience du drame… La réalité ADOBESTOCK
Ce qui nuit à l’harmonie Il y a notamment la culture et le statut social des partenaires qui peuvent influencer l'harmonie du couple. D'une part le côté macho, supérieur ou méprisant de certains hommes vis-à-vis des femmes et d'autre part l'émancipation des femmes et leur même désir de réussir leur vie ont conduit les uns et les autres à rivaapparaît  : nous sommes seules ! Et c'est là qu'on commence à avoir très mal. La personne qui prend la décision de quitter a moins de mal à se remettre de la séparation. « Celui (ou celle) qui quitte la maison a anticipé son départ, forgé son idée. Le choc est moins grand. Celui (ou celle) qui quitte est plus en contrôle de ce qui arrive », constate Yves Dalpé, psychologue, thérapeute conjugal et auteur. « Plus l'investissement affectif est grand, plus grande est la difficulté au moment de la séparation, et plus s'en remettre est long et difficile. Par contre, j'ai déjà eu une cliente qui s'est mariée trois fois, s'est divorcée autant de fois, sans trop de problèmes », ajoute Suzanne Bernard, thérapeute du deuil, conférencière et auteure. Pourquoi se quitte-t-on ? Tensions dans le couple, infidélité, valeurs personnelles différentes, mésentente sur le plan financier ou au sujet de l'éducation des enfants, difficultés d'ordre sexuel sont autant de raisons qui amènent les couples à rompre leur union. « Mais la vraie raison, croit Yves Dalpé, c'est que les gens n'acceptent pas d'être méprisés par l'autre. Autant les hommes que les femmes ont plus de contrôle sur leur vie, ils n'acceptent plus de vivre avec quelqu'un qui est négatif. Autrement dit, les gens aujourd'hui ont plus le respect d'eux-mêmes. » « Les couples d'aujourd'hui ne vont pas endurer une situation insatisfaisante ou violente. Nos grands-parents ne se sont pas séparés parce qu'ils n'ont pu le faire. C'est plus facile légalement de se séparer, mais la rupture n'est jamais facile à vivre. Elle devient facilement dramatique et conflictuelle », évalue Constance Racine, Directrice de la Maison de la Famille au Canada. Suzanne Bernard estime de son côté que les valeurs de la société sont plus superficielles, l'habitude du jeteraprès-usage fait que les gens - les hommes surtout d'après son expérience de thérapeute - ont peur de l'engagement. Toujours plus d’exigence La psychologie nous apprend que passé l'âge d'environ 30 ans, les hommes et les femmes deviennent plus exigeants. Cette attitude se retrouve autant dans la vie professionnelle que dans la vie privée. Dans la vie privée qui nous occupe, avec le temps nous devenons moins docile, moins souple, on s'aigrit, on critique, on exige plus de l'autre ou on ne supporte plus ses attitudes, ses manies. L'homme et la femme finissent par s'éloigner l'un de l'autre pour des raisons que chacun ne manque pas de justifier. Le mal semble donc latent et n'épargner personne. Mais peut-on s'en prémunir ou apprendre à le dompter et éloigner cette destinée de son couple ? Plusieurs facteurs peuvent contribuer à expliquer cette rupture programmée qui surgit dans un couple a priori ordinaire et sans problème. Ils sont souvent liés à un désintérêt, un manque de passion ou une incompréhension mutuelle. « C'est bien là le pire des ruptures  : non seulement on se quitte mais on se quitte pour des raisons différentes. » (Françoise Sagan) liser plus qu'à s'entraider et partager éventuellement leur vie. La réussite sociale a également contribué à rendre les uns et les autres plus agressifs et plus exigeants. La majorité des couples formés après 30 ans et certainement 40 ans ne font plus beaucoup de concessions. Ils jugent que leur partenaire est suffisamment adulte pour comprendre leurs besoins et en exigent d'autant plus. Ils ne prennent plus le temps de discuter, de partager leurs doutes, d'essayer de comprendre l'autre, de voir leurs propres défauts, de les corriger, etc. La femme exigeante peut chercher le partenaire parfait. Or, au réveil, c'est un homme de chair et vulnérable qui est couché à côté d'elle, parfois gros, qui ronfle, qui sent et qui pique quand il n'est pas casanier, égoïste, ennuyeux ou pire encore. Si certaines s'en accommodent très bien par amour, pour d'autres femmes évidemment, en le voyant ainsi, leur beau rêve se brise ; leur homme n'est pas à la hauteur de leurs espérances. Insatisfaites, désabusées voire dégoûtées, dans un moment de colère ou de clairvoyance, ces femmes financièrement autonomes préfèrent rompre leur relation, et le font (celles qui sont financièrement dépendantes continueront à vivre ainsi avec leur partenaire mais elles ne sont pas à l'abri d'une rupture ou d'un divorce). Même attitude chez l'homme. Influencé par l'image artificiellement embellie des mannequins et des stars, il s'imagine que sa compagne est parfaite sous tous les plans. Mais elle n'est pas à l'image d'une affiche de cinéma. A l'image de sa propre nature fragile qui accuse les rides du temps en accentuant les défauts, FÉMININPSYCHO 31 29





Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Le Magazine des Femmes numéro 1 jan/fév 2016 Page 1Le Magazine des Femmes numéro 1 jan/fév 2016 Page 2-3Le Magazine des Femmes numéro 1 jan/fév 2016 Page 4-5Le Magazine des Femmes numéro 1 jan/fév 2016 Page 6-7Le Magazine des Femmes numéro 1 jan/fév 2016 Page 8-9Le Magazine des Femmes numéro 1 jan/fév 2016 Page 10-11Le Magazine des Femmes numéro 1 jan/fév 2016 Page 12-13Le Magazine des Femmes numéro 1 jan/fév 2016 Page 14-15Le Magazine des Femmes numéro 1 jan/fév 2016 Page 16-17Le Magazine des Femmes numéro 1 jan/fév 2016 Page 18-19Le Magazine des Femmes numéro 1 jan/fév 2016 Page 20-21Le Magazine des Femmes numéro 1 jan/fév 2016 Page 22-23Le Magazine des Femmes numéro 1 jan/fév 2016 Page 24-25Le Magazine des Femmes numéro 1 jan/fév 2016 Page 26-27Le Magazine des Femmes numéro 1 jan/fév 2016 Page 28-29Le Magazine des Femmes numéro 1 jan/fév 2016 Page 30-31Le Magazine des Femmes numéro 1 jan/fév 2016 Page 32-33Le Magazine des Femmes numéro 1 jan/fév 2016 Page 34-35Le Magazine des Femmes numéro 1 jan/fév 2016 Page 36-37Le Magazine des Femmes numéro 1 jan/fév 2016 Page 38-39Le Magazine des Femmes numéro 1 jan/fév 2016 Page 40-41Le Magazine des Femmes numéro 1 jan/fév 2016 Page 42-43Le Magazine des Femmes numéro 1 jan/fév 2016 Page 44-45Le Magazine des Femmes numéro 1 jan/fév 2016 Page 46-47Le Magazine des Femmes numéro 1 jan/fév 2016 Page 48-49Le Magazine des Femmes numéro 1 jan/fév 2016 Page 50-51Le Magazine des Femmes numéro 1 jan/fév 2016 Page 52