Le Magazine des Femmes n°1 jan/fév 2016
Le Magazine des Femmes n°1 jan/fév 2016
  • Prix facial : 1,90 €

  • Parution : n°1 de jan/fév 2016

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Lafont Presse

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 52

  • Taille du fichier PDF : 15,9 Mo

  • Dans ce numéro : mon chez moi, mon repère.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 24 - 25  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
24 25
PSYQUOTIDIEN « Mon chez moi, mon repère ! » ADOBESTOCK 24 EXPERT Notre esprit est peuplé du souvenir des habitations qui nous ont abrités depuis le début de notre vie. Grands ou petits, humbles ou fastueux, ces murs ont été les témoins de nos succès comme de nos malheurs. En examinant nos manières d’habiter ces lieux, le psychologue Patrick Estrade nous aide à décrypter la façon dont se traduisent du point de vue psychologique et L’adulte Lorsque l’activité professionnelle le permet, voici le moment de vraiment s’installer. A fortiori, si l’on décide d’être en couple. L’une des premières questions qui se pose souvent est d’ailleurs  : Chez toi ou chez moi ? Qui va chez l’autre ? A moins de décider finalement de trouver autre chose ensemble. Lorsque l’on est une femme, il est alors classique si l’on s’installe chez son compagnon d’y « mettre sa patte ». Il s’agit à la fois d’un instinct et d’une volonté. La volonté de montrer que l’on est là et bien là dans la vie de l’autre, et aussi parce que nos goûts restent personnels et sont souvent différents. Un réflexe, non pas vraiment de propriété, proche de la réassurance, afin de contribuer à la construction d’une nouvelle vie qui va transformer en partie notre personnalité. 26 FÉMININPSYCHO PATRICK ESTRADE, auteur de « La maison sur le divan », Éditions Robert Laffont (Collection Réponses). Décrypter notre habitat somatique des moments cruciaux tels que  : déménager, acheter, construire, hériter, vendre ou perdre un appartement. Comment se fait le passage à une autre maison en cas de séparation ? Quels enjeux posent les familles recomposées, quels problèmes en résultent pour soi et pour les enfants… Patrick Estrade met au jour avec précision dans son ouvrage les mécanismes inconscients qui sont à l’œuvre dans notre rapport à ce qu’il appelle notre « ventre de la mère ». Cette étape est nécessaire et le foyer concret matériel que nous créons via des achats, des récupérations d’objets de famille, ou encore des créations personnelles, est indissociable de la vie qui avance. Il est donc alors compréhensible que ce que nous sommes se reflète dans notre intérieur. Un phénomène évolutif qui se fait de façon naturelle et positive. D’ailleurs, lorsque les accidents de la vie entraînent parfois le retour à la maison des parents, cela est vécu comme une phase de régression, et pas seulement financière. La maison parentale n’est plus la nôtre, même si la chambre a été conservée. L’adulte a ses propres habitudes et l’idée d’un confort qui n’est plus en phase avec des parents qui eux aussi continue à évoluer, en vieillissant… Une maison à notre image Chaque personne qui pénètre dans une habitation peut se faire une idée de la ou des personnes qui l’habitent. Et en général de la personnalité de la femme qui est souvent responsable de l’aménagement intérieur lorsqu’il s’agit d’un couple. Il y a les intérieurs chics, design, qui semblent sortis d’un magazine de décoration ou de l’imagination d’un décorateur. Il y a les intérieurs fouillis, dans le genre exotique ou brocantes, les classiques, les pragmatiques, les presque vides et les désordonnés… Il y a aussi les amoureux de la campagne, qui se rêvent dans une maison près du ruisseau, les fans de la ville vivant dans le loft le plus branché, et la grande majorité qui fait en sorte que ses désirs et la réalité se rapprochent autant que faire se peut. Si on a l’occasion d’aller dans la cuisine et la chambre, il est presque possible de faire un profil de la personnalité de l’hôtesse. C’est aussi la raison pour laquelle nous ne laissons pas n’importe qui pénétrer chez nous. Car qui passe le seuil va également rassembler des informations sur ce que nous sommes en dehors de la vie professionnelle ou sociale. Le degré d’ouverture aux autres, ou le besoin d’intimité est différent chez chacun et explique que certains n’invitent quasiment jamais personne, tandis que d’autres ont la porte toujours ouverte. Les objets sont évidemment importants, un peu comme les cadeaux de mariage dont nous n’hésitons pas à nous débarrasser après une rupture. Investir dans des couverts, de la vaisselle dénotent l’envie de recevoir, tout comme le fait de ne pas mettre de photos dans les pièces où l’on reçoit signifie que l’on souhaite que sa vie privée le reste. Les différentes catégories Certaines typologies ont été mises en avant, même s’il est difficile de construire des catégories. Elles sont parfois quelque peu caricaturales, mais permettent de voir si nous nous reconnaissons dans tel ou tel intérieur. Ainsi, un intérieur assez
ADOBESTOCK épuré et design sera une expression d’un statut social et d’un rejet que les autres aient une vision vraiment claire de leur personnalité. Une décoration où les objets se touchent les uns les autres, où les photos sont nombreuses, constitue un environnement plus tourné vers l’enfance et le besoin d’un cocon protecteur. La plupart des gens prennent aujourd’hui énormément de temps pour choisir un nouveau canapé, choisir la nouvelle peinture du salon, tout comme pour acheter de nouveaux coussins ou la lampe idéale. Les magasins fleurissent d’ailleurs dans ce secteur ainsi que les conseillers en décoration intérieure. Les tendances de la mode interviennent bien entendu, et l’envie de paraître s’insinue aussi dans ce lieu. Les modifications dans le temps S’il y en a encore qui doutent du fait que notre intérieur est en phase avec notre personnalité, il suffit d’examiner les différents endroits où l’on a vécu et où l’on vit aujourd’hui ainsi que les changements qui ont eu lieu pour s’apercevoir que nous sommes bel et bien « présents » dans tous ces objets qui nous entourent au quotidien. En dehors des aménagements nécessaires lorsque la famille s’agrandit ou au contraire rétrécit, le fait est que nos envies ne sont pas identiques dans le temps et c’est tant mieux. Preuve en est que nous continuons à évoluer et à nous adapter aux différences circonstances de la vie. Accepter le changement ou le souhaiter est aussi la preuve que l’on va de l’avant et que la vie ne nous fait pas peur. Attention à ce que la maison ne soit pas synonyme de repli sur soi. Ce qui arrive parfois avec certains, jeunes Tanguy ou personnes âgées. Sans oublier les dépressifs dont la première manifestation est de ne plus vouloir quitter leur maison et leur chambre. Les aspects affectifs de la maison Inutile de s’appesantir sur l’investissement affectif que nous mettons dans notre intérieur, il est le témoin de nos soirées entre amis comme de notre vie sexuelle. Mais il est des aspects plusésotériques qui ne sont pas à négliger. Sans aller jusqu’au phénomène de la maison hantée qui a fait le bonheur de bien des réalisateurs, nombreux sont ceux ou celles qui ont eu l’impression que tel ou tel endroit est envahi par de bonnes ou mauvaises ondes. Ce n’est évidemment pas l’habitation en tant que telle qui est en cause, mais la plupart du temps les événements qui s’y sont passés et les souvenirs qui y sont attachés. Ainsi, la mamie qui est notre voisine refuse absolument de quitter son appartement qui a été le témoin de tant de souvenirs aujourd’hui déjà anciens, une habitation qui la rassure par son extraordinaire familiarité. Déménager demande en effet parfois un certain courage ou une certaine jeunesse, physique ou spirituelle. De même, la maison qui a vu la mort d’un proche deviendra soit un sanctuaire, soit un lieu de malédiction qu'on voudra quitter à tout prix. Une rupture, une séparation, un divorce entraînent souvent la transformation du lieu de vie en véritable enjeu. L’un ou l’autre auront envie de quitter cet endroit au plus vite ou au contraire souhaiteront s’y accrocher à tout prix. Il est assez fréquent que lorsqu’une période de vie se passe mal, nous ayons envie de changer ce cercle vicieux en partant ailleurs. Tout comme une mauvaise peau qu’il s’agit d’abandonner pour que tout se passe mieux. La mue est souvent bénéfique, entraînant un soulagement et l’impression de reprendre la maîtrise de sa vie. Le foyer est donc véritablement le lieu où l’enjeu affectif est à son comble, car il touche au cœur même de notre amour. Amour du compagnon qui va et vient dans cet endroit même s’il ne vit pas là, amour des enfants lorsqu’ils sont présents. Logique dans ces conditions que la famille et la maison en tant que lieu de vie soient mis en tête des priorités des Français, les deux étant intimement liés. La façon dont nous décorons notre maison, dont nous la quittons facilement ou pas, permet aussi de réfléchir à ce que nous sommes. Nos envies de changement ou d’immobilité en disent long sur notre être profond, et les objets que nous ajoutons ou dont nous nous débarrassons révèlent des modifications dans notre façon de voir la vie. A nous de faire un peu d’introspection, afin de définir où nous en sommes dans notre épanouissement personnel et celui de notre foyer. n J.B. FÉMININPSYCHO 27 25





Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Le Magazine des Femmes numéro 1 jan/fév 2016 Page 1Le Magazine des Femmes numéro 1 jan/fév 2016 Page 2-3Le Magazine des Femmes numéro 1 jan/fév 2016 Page 4-5Le Magazine des Femmes numéro 1 jan/fév 2016 Page 6-7Le Magazine des Femmes numéro 1 jan/fév 2016 Page 8-9Le Magazine des Femmes numéro 1 jan/fév 2016 Page 10-11Le Magazine des Femmes numéro 1 jan/fév 2016 Page 12-13Le Magazine des Femmes numéro 1 jan/fév 2016 Page 14-15Le Magazine des Femmes numéro 1 jan/fév 2016 Page 16-17Le Magazine des Femmes numéro 1 jan/fév 2016 Page 18-19Le Magazine des Femmes numéro 1 jan/fév 2016 Page 20-21Le Magazine des Femmes numéro 1 jan/fév 2016 Page 22-23Le Magazine des Femmes numéro 1 jan/fév 2016 Page 24-25Le Magazine des Femmes numéro 1 jan/fév 2016 Page 26-27Le Magazine des Femmes numéro 1 jan/fév 2016 Page 28-29Le Magazine des Femmes numéro 1 jan/fév 2016 Page 30-31Le Magazine des Femmes numéro 1 jan/fév 2016 Page 32-33Le Magazine des Femmes numéro 1 jan/fév 2016 Page 34-35Le Magazine des Femmes numéro 1 jan/fév 2016 Page 36-37Le Magazine des Femmes numéro 1 jan/fév 2016 Page 38-39Le Magazine des Femmes numéro 1 jan/fév 2016 Page 40-41Le Magazine des Femmes numéro 1 jan/fév 2016 Page 42-43Le Magazine des Femmes numéro 1 jan/fév 2016 Page 44-45Le Magazine des Femmes numéro 1 jan/fév 2016 Page 46-47Le Magazine des Femmes numéro 1 jan/fév 2016 Page 48-49Le Magazine des Femmes numéro 1 jan/fév 2016 Page 50-51Le Magazine des Femmes numéro 1 jan/fév 2016 Page 52