La Parisienne n°2016-03 mars 2016
La Parisienne n°2016-03 mars 2016
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2016-03 de mars 2016

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Le Parisien Libéré

  • Format : (240 x 287) mm

  • Nombre de pages : 68

  • Taille du fichier PDF : 19,6 Mo

  • Dans ce numéro : alors on danse...

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 18 - 19  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
18 19
LES TENDANCES DE LA PARISIENNE 18 LA PARISIENNE MARS 2016 DU 10 MARS AU 18 SEPTEMBRE BARBIE S’EXPOSE AU MUSÉE DES ARTS DÉCORATIFS PAR C A T H E R I N E R A M B E R T Barbie Rue Saint- Honoré fait partie des poupées créées uniquement pour le compte Instagram de la marque @barbiestyle Le profil est censé incarner le mystère Barbie. POUR LA PREMIÈRE FOIS, UNE INSTITUTION FRANÇAISE CONSACRE UNE EXPOSITION À BARBIE. LE PUBLIC POURRA Y DÉCOUVRIR 700 POUPÉES, DONT CERTAINES DÉVOILÉES POUR LA PREMIÈRE FOIS. Barbie Lagerfeld, résultat d’une collaboration avec le célèbre couturier en 2014. Un objet de polémique Lancée en 1959 aux États-Unis par la société Mattel, la poupée Barbie a d’emblée suscité la polémique. « Dès sa création, Barbie a dépassé le statut de jouet », explique Anne Monier, conservatrice du département des jouets et commissaire de l’exposition. « C’était la première fois qu’une poupée représentait une femme avec des formes. Au départ, on craignait qu’elle détourne les filles de la maternité car elle montrait une nouvelle vision de la femme, indépendante et qui travaillait. » Pourquoi une exposition ? Si quelques musées de la poupée lui ont déjà consacré de petites expositions, celle-ci est la première d’envergure. Pour Anne Monier, Barbie raconte notre histoire à sa manière. Elle n’a cessé d’évoluer au fil des décennies. En 1959, elle a le corps et le look pin-up de l’époque. Dans les années 60, elle a les cheveux courts façon Jackie Kennedy. En 1970, elle est hippie avec des fleurs dans les cheveux et au volant d’un camping-car. Dans les années 80, elle devient femme active  : médecin, avocate, femme d’affaires, ingénieur… En 2000, sa silhouette change encore  : avec l’émergence des stars ados comme Britney Spears, Mattel lui dessine un corps d’adolescente et montre son nombril… Et puis elle n’est pas seule, elle a des amis et un boyfriend, le célèbre Ken. Un patrimoine préservé Pour rassembler quelque 700 poupées, Anne Monier a travaillé avec les archives de Mattel  : « La plupart des poupées viennent de la collection Mattel qui possède un patrimoine extrêmement bien préservé. Les poupées sont toutes en excellent état. Certaines sont issues de collections particulières et le musée en avait aussi. » Des pièces exceptionnelles à ne pas manquer L’exposition recèle quelques trésors. Par exemple, un portrait de Barbie par Andy Warhol. Ou des pièces uniques et jamais exposées de Barbie habillées par des créateurs  : Lacroix, Gaultier, Mugler, Sonia Rykiel… Mais aussi un « Barbie foot », baby-foot géant avec des Barbie en footballeuses créé par l’artiste plasticienne Chloé Ruchon. Et, en exclusivité, Mattel profite de l’événement pour présenter ses nouvelles Barbie avec un corps plus grand, plus petit ou plus gros que le modèle traditionnel. Musée des Arts décoratifs 107 rue de Rivoli (I er) Infos  : www.lesartsdecoratifs.fr Barbie Oscar de La Renta, en 1985. Il est le premier couturier à habiller Barbie. En 1985, un peu plus d’un an avant sa disparition, Andy Warhol peint sa Barbie. Mattel
SAGA 19 LA PARISIENNE MARS 2016 PAR L U C I E V E Y R A C BOURJOIS BULLES DE BEAUTÉ, DE BONHEUR ET DE LIBERTÉ ! Qui n’a pas eu un jour dans sa vie l’une des petites boîtes rondes de la marque Bourjois ? Avec leurs couleurs acidulées, leur texture douce, leur facilité d’usage, leur design ludique, ces jolies bulles, fards à joues ou à paupières, séduisent les beautistas dans plus de 100 pays. Si bien que, chaque année, la marque en vend 6 millions ! Si ce produit iconique accompagne plusieurs générations d’élégantes, c’est au théâtre que débute l’histoire de la marque. Nous sommes en 1863, dans la deuxième puissance économique du monde, la France… Le Tout-Paris se précipite sur les Grands Boulevards. Sur scène, la cantatrice Marie Roze, qui aurait inspiré le personnage de Carmen. En coulisses, son frère et comédien Joseph-Albert Ponsin constate l’insatisfaction des artistes à l’égard des fards qu’ils utilisent chaque jour. Son idée de génie ? Améliorer leur quotidien en créant des fards pour le théâtre. Pari gagné  : dès 1964, la Parfumerie Théâtrale Ponsin devient fournisseur exclusif des théâtres impériaux. Briller sur scène comme dans la rue Alexandre-Napoléon Bourjois entre en scène en 1867 pour aider Ponsin, qui n’a pas le sens des affaires. Il rachète le fonds de commerce en 1868. Tout comme les comédiennes, les élégantes parisiennes ne peuvent plus se passer de ces produits désormais appelés Bourjois. Devenue Fabrique spéciale de produits pour la beauté des Dames, la maison part à la conquête du monde. Les poudres de riz et fards à rosir, déjà enfermés dans de jolies boîtes, quittent l’obscurité des salles de théâtre pour briller dans la lumière incandescente de la ville. Parmi les best-sellers de l’époque, le Rose de Ville se décline en 5 teintes et 4 tailles. Forte de son succès, la griffe française étoffe son catalogue pour répondre aux nouveaux besoins de la femme  : cosmétiques pour la chevelure, crème à la glycérine, savons, parfums, l’entreprise familiale, désormais aux mains d’Émile Orosdi et Caroline Bourjois, est rachetée par Ernest Wertheimer en 1898. Elle acquiert dès lors une aura internationale et ouvre en 1913 sa filiale à Cette saison, Bourgeois sort Rouge Edition Souffle de Velvet pour un effet lèvres blushées. Ces rouges à lèvres offrent un voile de couleur mate avec une hydratation et une tenue de 10 heures. Ce 1 CL. Efolo.laiS Mi.N D POUR r 3.456,4 AU REGARD DE LA MODERNITÉ DE SES COLLECTIONS, ON A DU MAL À CROIRE QUE LA MAISON BOURJOIS A UNE HISTOIRE DE PLUS DE 150 ANS. FONDÉE EN 1863, LA GRIFFE FRANÇAISE APPORTE UNE DOSE D’ALLÉGRESSE AU QUOTIDIEN. New York. Dès 1925, Bourjois est présent dans plus de 120 pays ! Soir de Paris, le parfum des années folles, personnage de Babette comme égérie des publicités dès 1924, maquillage des yeux avec la gamme Jolicils dans l’euphorie des 60 et 70’s, couleurs et créativité dans les années 80 et 90, la marque affiche toujours une longueur d’avance. La joie d’être une femme Dans les années 2000, elle devient l’amie de celles pour qui beauté rime avec liberté (c’est d’ailleurs elle qui, dès 1890, invente le premier nécessaire de beauté nomade, nommé à juste titre L’Ami des dames puisqu’il se glisse dans la minaudière). Messages humoristiques, noms poétiques et décalés, beauté « prêt-à-porter », gamme complète, Bourjois célèbre encore aujourd’hui la joie d’être une femme… Toujours inspirée par la Parisienne, la marque signe une collection arty pour le printemps-été où les tons nude se rehaussent d’une touche fantaisie de bleu. Aucun doute  : on ne pourra bientôt plus se passer des palettes d’ombres à paupières Smoky Stories qui réinventent le smoky eye dans une harmonie de trois teintes précoordonnées et une light touch concentrée de paillettes pour un maquillage modulable au fil des heures et des envies. DR



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


La Parisienne numéro 2016-03 mars 2016 Page 1La Parisienne numéro 2016-03 mars 2016 Page 2-3La Parisienne numéro 2016-03 mars 2016 Page 4-5La Parisienne numéro 2016-03 mars 2016 Page 6-7La Parisienne numéro 2016-03 mars 2016 Page 8-9La Parisienne numéro 2016-03 mars 2016 Page 10-11La Parisienne numéro 2016-03 mars 2016 Page 12-13La Parisienne numéro 2016-03 mars 2016 Page 14-15La Parisienne numéro 2016-03 mars 2016 Page 16-17La Parisienne numéro 2016-03 mars 2016 Page 18-19La Parisienne numéro 2016-03 mars 2016 Page 20-21La Parisienne numéro 2016-03 mars 2016 Page 22-23La Parisienne numéro 2016-03 mars 2016 Page 24-25La Parisienne numéro 2016-03 mars 2016 Page 26-27La Parisienne numéro 2016-03 mars 2016 Page 28-29La Parisienne numéro 2016-03 mars 2016 Page 30-31La Parisienne numéro 2016-03 mars 2016 Page 32-33La Parisienne numéro 2016-03 mars 2016 Page 34-35La Parisienne numéro 2016-03 mars 2016 Page 36-37La Parisienne numéro 2016-03 mars 2016 Page 38-39La Parisienne numéro 2016-03 mars 2016 Page 40-41La Parisienne numéro 2016-03 mars 2016 Page 42-43La Parisienne numéro 2016-03 mars 2016 Page 44-45La Parisienne numéro 2016-03 mars 2016 Page 46-47La Parisienne numéro 2016-03 mars 2016 Page 48-49La Parisienne numéro 2016-03 mars 2016 Page 50-51La Parisienne numéro 2016-03 mars 2016 Page 52-53La Parisienne numéro 2016-03 mars 2016 Page 54-55La Parisienne numéro 2016-03 mars 2016 Page 56-57La Parisienne numéro 2016-03 mars 2016 Page 58-59La Parisienne numéro 2016-03 mars 2016 Page 60-61La Parisienne numéro 2016-03 mars 2016 Page 62-63La Parisienne numéro 2016-03 mars 2016 Page 64-65La Parisienne numéro 2016-03 mars 2016 Page 66-67La Parisienne numéro 2016-03 mars 2016 Page 68