La Parisienne n°2015-02 février
La Parisienne n°2015-02 février
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2015-02 de février

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Le Parisien Libéré

  • Format : (239 x 286) mm

  • Nombre de pages : 68

  • Taille du fichier PDF : 11,5 Mo

  • Dans ce numéro : huile ou sérum, à chacune son soin.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 18 - 19  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
18 19
LES TENDANCES DE LA PARISIENNE 1. LOUANE EMERA * ET MARINA FOÏS Le talent de Louane Emera dépasse les frontières artistiques. « Je l’ai découverte dans « The Voice ». Moi qui n’ai aucune affinité particulière avec la musique, elle m’a tout de suite touchée », explique Marina Foïs. « Elle a quelque chose dans le présent, de vrai. Elle trimbale une émotion dans sa voix, quand elle chante comme quand elle joue, que j’ai du mal à analyser. » Et comment est née leur rencontre ? « Un coup de cœur ! J’adore Marina en tant que femme et actrice », nous confie la jeune Louane. « Je suis très chanceuse qu’elle accepte de me soutenir », poursuit celle qui avoue être surprise par tout ce qui lui arrive. * « La famille Bélier », d’Éric Lartigau 2. ALICE ISAAZ * ET LUDIVINE SAGNIER Avec son visage d’ange, Alice Isaaz nous épate dans le film de Kim Chapiron. « Quand je regardais les essais, c’est elle que j’avais choisie. Mon mari (le réalisateur,ndlr) ne m’a pas demandé mon avis. Pourtant, sans nous concerter, on est tombés d’accord. C’était Alice ! », explique Ludivine Sagnier. L’admiration est mutuelle. « Ludivine m’inspire. J’aime ses valeurs », raconte la jeune femme de 23 ans. Et l’avenir ? Si elle mène de front deux tournages, elle affirme ne pas se poser de questions : « Je vis au jour le jour. » * « La crème de la crème », de Kim Chapiron 18 LA PARISIENNE FÉVRIER 2015 P a r J u l i e de l o s r i o s SOIRÉE « RÉVÉLATIONS DES CÉSARS » LA RELÈVE EST ASSURÉE ! Place Vendôme, le 12 janvier. La maison de joaillerie Chaumet, partenaire officiel de l’Académie des Arts et Techniques du Cinéma (Les Césars), a convié les personnalités du cinéma pour une soirée très glamour. À cette occasion était dévoilé en avant-première le clip « Révélations 2015 », réalisé par Mathieu César et mettant en scène les 32 nouveaux talents de l’année. Chaque jeune pousse, acteur ou actrice, était venue accompagnée de son parrain ou de sa marraine, artiste confirmé. En attendant les consécrations de la 40 e cérémonie des Césars *, « La Parisienne » a rencontré ces duos de charme. *le 20 février 3. JOSÉPHINE JAPY* ET ALEX LUTZ « Elle a un talent formidable et elle transforme l’essai de film en film. Encore plus avec celuici où elle avait une belle partition à jouer. C’est une actrice dans le sens artisanal du terme », souligne celui qui nous fait rire chaque jour dans « la Revue de presse de Catherine et Liliane » sur Canal +. Dans « Respire », Joséphine incarne une ado timide et fragile. « Quand j’ai lu ce projet, j’avais 18 ans et j’étais sous le choc. C’est exceptionnel. J’ai pensé à mes copines. C’est important de se demander : « est-ce que ce film va servir au moins à une personne ? » ». * « Respire », de Mélanie Laurent 4. ARIANE LABED * ET NATHALIE BAYE « J’accepte d’être marraine d’acteurs que j’estime. Elle en fait partie. Elle est excellente dans « Fidelio » », explique Nathalie Baye. Ariane Labed y incarne une mécanicienne sur un cargo. « C’est aussi une très belle histoire d’amour. Une invitation au voyage, aux voyages », souligne Ariane Labed. « Je suis très contente de ce qui se passe. C’est une belle reconnaissance de notre travail. C’est bien d’être exposée en tant que jeune. » Et pourquoi avoir choisi Nathalie Baye ? « On a tourné ensemble sur « Préjudice », un film belge. C’est un bel exemple à suivre. Elle a tourné avec les plus grands, ceux que j’aime comme Truffaut ou Godard. » * « Fidelio », l’odyssée d’Alice 5. KARIDJA TOURÉ* ET GÉRALDINE NAKACHE « Je suis si heureuse d’être là. Quand j’ai été castée à la Foire du Trône, je ne pensais pas à tout ça. Césars, Festival de Cannes… Je suis si reconnaissante envers Céline Sciamma. » Un brin timide, cette sublime jeune femme reconnaît avoir eu beaucoup de mal à se voir à l’écran. « Au début je ne voyais que mes défauts. Puis au bout de trois projections, j’ai enfin regardé le film ! » Pour marraine, elle a choisi Géraldine Nakache. « Je l’ai découverte dans « Tout ce qui brille ». Je l’ai rencontrée sur un shooting et on s’est très vite bien entendues. » * « Bande de filles » de Céline Sciamma
INTERVIEW P a r C a t h e r i ne r a m b e r t LOLITA CHAMMAH UN PREMIER RÔLE ENFIN ! DANS LE FILM « GABY BABY DOLL » QUI LUI VAUT D’ÊTRE SÉLECTIONNÉE DANS LA LISTE DES MEILLEURS ESPOIRS FÉMININS DES CÉSARS, LOLITA CHAMMAH, FILLE D’ISABELLE HUPPERT, EXPLOSE. 2015 SERA SON ANNÉE. PHILIPPE D’ORNANO, président de Sisley. « Sisley soutient les femmes et l’art » La Parisienne : Dans « Gaby baby Doll », vous tenez pour la première fois le rôle-titre d’un film. Comment avez-vous vécu cette responsabilité ? Lolita Chammah : Je suis contente et fière évidemment. Je crois que j’attendais un peu ça. Il faut être honnête, on fait ce métier aussi pour cela. Même si je n’ai plus l’impression d’être un espoir. Gaby, l’héroïne du film, est une jeune femme immature qui ne peut pas dormir seule. Avez-vous des points communs avec elle ? Un peu. J’ai un rapport assez enfantin à l’existence. Le monde des adultes m’est toujours apparu comme quelque chose d’étranger. Je suis angoissée : je suis phobique, hypocondriaque… Ce film m’a offert l’occasion de montrer une autre image de moi, plus burlesque et tragicomique. Jusqu’à présent, on m’avait plutôt mis dans une case de jeune fille sage alors que ma vraie nature est plus explosive et plus drôle, même si c’est parfois malgré moi. Comment choisissez-vous vos rôles ? Vous avez l’image d’une actrice intello, vous accepteriez de tourner dans une pure comédie ? En fonction des rencontres. Ce sont elles qui me guident et conditionnent mes choix. Une comédie oui, pourquoi pas… Tout m’intéresse et je n’ai aucun a priori. Avec qui aimeriez-vous tourner ? Valeria Bruni Tedeschi dont j’aime le talent et aussi ce mélange détonnant de burlesque et d’émotion à fleur de peau qui émanent d’elle. On va bientôt vous voir, dans le film « Tchekhov » de René Ferret et, plus étonnant, sur TF1… Oui, j’incarne la sœur de Tchekov dans un film en costumes. J’ai tourné un téléfilm, « L’emprise » avec Marc Lavoine, Fred Testot et Odile Vuillemin, l’histoire d’une femme battue. Je n’ai rien contre tourner pour la télé si les histoires sont belles et fortes. Et je compte reprendre au théâtre un texte que j’ai déjà joué : un monologue, « Les Fragments de Marilyn Monroe ». La Parisienne : Sisley a remis le prix « Femme de cinéma » du festival européen des Arcs à Lucie Borleteau pour son long-métrage Fidelio. Pourquoi ce choix ? C’est un premier film très fort sur la vie d’une femme marin. C’est d’autant plus remarquable que cette réalisatrice n’a pas fait d’école de cinéma. Nous avons voulu saluer ce travail original. Pourquoi avoir choisi de vous impliquer dans le cinéma et dans l’art ? C’est une façon de prolonger l’histoire de notre marque. Ce prix a aussi pour but de soutenir les femmes dans le cinéma et de sensibiliser les médias aux discriminations dont elles font encore l’objet dans l’univers du septième art. Nous sommes très fiers de cela. FÉVRIER 2015 LA PARISIENNE 19 OLIVIER MONGE ET ALEXANDRA FLEURANTIN POUR LE FESTIVAL EUROPÉEN DES ARCS.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


La Parisienne numéro 2015-02 février Page 1La Parisienne numéro 2015-02 février Page 2-3La Parisienne numéro 2015-02 février Page 4-5La Parisienne numéro 2015-02 février Page 6-7La Parisienne numéro 2015-02 février Page 8-9La Parisienne numéro 2015-02 février Page 10-11La Parisienne numéro 2015-02 février Page 12-13La Parisienne numéro 2015-02 février Page 14-15La Parisienne numéro 2015-02 février Page 16-17La Parisienne numéro 2015-02 février Page 18-19La Parisienne numéro 2015-02 février Page 20-21La Parisienne numéro 2015-02 février Page 22-23La Parisienne numéro 2015-02 février Page 24-25La Parisienne numéro 2015-02 février Page 26-27La Parisienne numéro 2015-02 février Page 28-29La Parisienne numéro 2015-02 février Page 30-31La Parisienne numéro 2015-02 février Page 32-33La Parisienne numéro 2015-02 février Page 34-35La Parisienne numéro 2015-02 février Page 36-37La Parisienne numéro 2015-02 février Page 38-39La Parisienne numéro 2015-02 février Page 40-41La Parisienne numéro 2015-02 février Page 42-43La Parisienne numéro 2015-02 février Page 44-45La Parisienne numéro 2015-02 février Page 46-47La Parisienne numéro 2015-02 février Page 48-49La Parisienne numéro 2015-02 février Page 50-51La Parisienne numéro 2015-02 février Page 52-53La Parisienne numéro 2015-02 février Page 54-55La Parisienne numéro 2015-02 février Page 56-57La Parisienne numéro 2015-02 février Page 58-59La Parisienne numéro 2015-02 février Page 60-61La Parisienne numéro 2015-02 février Page 62-63La Parisienne numéro 2015-02 février Page 64-65La Parisienne numéro 2015-02 février Page 66-67La Parisienne numéro 2015-02 février Page 68