L'Essentiel de la Psycho n°28 jun/jui/aoû 2015
L'Essentiel de la Psycho n°28 jun/jui/aoû 2015
  • Prix facial : 6,80 €

  • Parution : n°28 de jun/jui/aoû 2015

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Lafont Presse

  • Format : (148 x 210) mm

  • Nombre de pages : 132

  • Taille du fichier PDF : 27,0 Mo

  • Dans ce numéro : dossier... changer pour être soi.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 62 - 63  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
62 63
ENQUÊTE ◗ Moi & les hommes Avant d’essayer de répondre à cette épineuse question, il est important de faire un bref retour en arrière sur les rapports hommes-femmes et sur ce qui a changé en France depuis les années 70. L’évolution de la condition des femmes En France, rappelons-nous, il n’y a pas si longtemps, l’avortement était interdit. Non seulement c’était un acte illégal, mais pendant la seconde guerre mondiale, il était même passible de la peine de mort. Ce n’est qu’en 1975, que sera obtenu le droit de choisir pour les femmes et les couples de poursuivre ou non une grossesse. Avant cette date, les femmes avaient quand même recours à l’avortement mais dans la clandestinité et dans des conditions dramatiques, ce qui avait des conséquences très graves (stérilité, infections, hémorragies, décès…). Chaque année, 1000 femmes mourraient des suites d’un avortement. 78 FÉMININPSYCHO 62 L’ESSENTIEL DE LA PSYCHO « Plusieurs hommes dans ma vie » L'homme  : notre point faible ? Difficile de vivre une vie de femme épanouie sans la partager, du moins en partie, avec un homme. Pour certaines, ce sera l’homme de toute une vie, celui que l’on rencontre à l’adolescence, avec lequel on connaîtra sa première relation sexuelle et avec lequel on ira jusqu’à la mort. Pour d’autres, ce seront plusieurs belles histoires d’amour qui se succèderont. Pour d’autres encore, ce sera une accumulation de relations sans fondations, d’expériences plus ou moins malheureuses… Et puis, il y a celles qui aiment plusieurs hommes en même temps… La certitude, c’est que femmes et hommes sont faits pour se rencontrer, partager et s’aimer, même si le chemin vers le bonheur à deux est largement semé d’embûches. L’homme est-il le point faible de la femme et celle-ci a-t-elle encore besoin de lui aujourd’hui ? Au-delà du problème de santé publique que cela pose, la bataille pour le droit à l’avortement est intrinsèquement liée à la condition des femmes. En plus d’avoir à subir les conditions dramatiques et inhumaines des avortements clandestins, les femmes se voient également refuser le droit le plus élémentaire de choisir leur vie. L’interdiction de l’avortement dans un pays témoigne de sa difficulté à reconnaître les droits des femmes. Cela concerne non seulement le fait de pouvoir décider seule de poursuivre ou non une grossesse mais aussi de pouvoir maîtriser son corps, vivre sa sexualité sereinement, avoir des rapports égalitaires dans le couple. En effet, le contrôle de la procréation témoigne d’un réel souci de réglementer, de proscrire, d’exercer un contrôle sur les femmes. Sous l’influence de l’Église et de la morale judéo-chrétienne, les femmes avaient une importance dès lors qu’elles devenaient mère et la maternité a toujours été sacrée. Face à la forte mortalité d’une population masculine et jeune au lendemain de la première guerre mondiale, les démographes, économistes et politiques craignaient un « déclin » de la France et ont encouragé la natalité pour enrayer le déclin démographique, d’où le vote d’une loi très répressive en 1920 interdisant la contraception et l’avortement. Dans les années 50 en France, les discussions étaient très vives face à la remise en cause de cette loi, pourtant terriblement injuste et qui pénalisait les femmes les plus démunies, dépourvues d’informations et de moyens financiers pour se « débrouiller » sans encourir les foudres de la loi, notamment en allant à l’étranger. Pourtant, les députés et sénateurs de l’époque agitaient le risque d’une libéralisation des mœurs et de l’avènement d’une sexualité débridée, qui menacerait l’ordre social et bouleverseraient les rapports hommes/femmes. Ils soutenaient que si la contraception et l’avortement étaient autorisés et les femmes ne vivaient plus dans la hantise d’une grossesse non désirée, ce serait l’explosion d’une sexualité lubrique, la fin de la fidélité dans le mariage, la dissolution du couple et la destruction de la famille. Cela aurait pour effet dramatique d’ébranler les fondements même de la société, d’avoir des enfants élevés sans cadre familial stable qui deviendraient invariablement des délinquants ! Pouvoir enfin disposer de son corps Ce discours extrême peut prêter à sourire aujourd’hui, cependant il montre combien les femmes sont assignées à leur rôle de mère et combien la maternité est
30 ANS DE RAPPORTS HOMMES-FEMMES 1974  : Légalisation de l’interruption volontaire de grossesse (IVG). 1983  : La loi Roudy interdit toute discrimination professionnelle sur le critère du sexe. 1992  : Loi réprimant les violences conjugales. Loi du 22 juillet 1992  : la qualité de conjoint devient circonstance aggravante des « atteintes volontaires à la personne ». 2000  : Loi en faveur de la parité hommes-femmes en politique. La loi du 6 juin 2000 « tend à favoriser l’égal accès des femmes et des hommes aux mandats électoraux et fonctions électives ». 2002  : Mise en place du congé paternité. En 2004, le dispositif a déjà séduit 61% des pères de bébés de 0 à 24 mois (source  : Sofres, 2004). 2005  : Le nom du père n’est plus la seule référence. La mère peut désormais donner son nom à l’enfant. Le divorce par consentement mutuel est facilité. un fondement de l’ordre social. Selon Françoise Héritier, « les rapports sociaux de sexe se sont considérablement modifiés et les représentations mentales qui accompagnaient ces rapports également sous l’influence du droit à la contraception et à l’avortement accordés aux femmes. » Pourquoi ce droit a-t-il une importance majeure ? C’est parce qu’il reconnaît les femmes à disposer de leur corps. « L’usage procréatif qui est fait de ce droit est en fait la marque élémentaire de l’autonomie qui est propre au statut juridique de la personne. » Les rapports hommes/femmes ont donc considérablement évolués dans la seconde moitié du XX e siècle. Les femmes, notamment en France, ont en effet conquis la citoyenneté, au moins formellement, avec le droit de vote. Elles ont aussi bénéficié d’une certaine libération sexuelle grâce à la pilule contraceptive, qui a efficacement séparé sexualité et procréation, sortant la femme de son image exclusive de mère au foyer. Le passage du foyer, précisément, à l’entreprise, leur a donné accès à l’autonomie financière. Dans le même temps, du moins à partir des années soixante-dix, la sexualité est devenue de plus en plus visible, parce qu’elle a été de plus en plus montrée, notamment avec la prolifération des films pornographiques. Et si le modèle familial une mère/un père/deux enfants reste largement dominant dans les représentations sociales, assurant une forte domination de l’hétérosexualité, l’homosexualité, d’abord masculine puis féminine, est de plus en plus tolérée par la société. Il est donc évident que la loi Veil a considérablement changé la donne des rapports hommes-femmes, permettant à ces dernières en disposant de leur corps, de choisir leur vie. Parallèlement, les femmes se sont mises à travailler, à gagner leur vie et ont donc appris à ne plus dépendre d’un homme financièrement. En gagnant leur indépendance et leur autonomie, elles ont gagné le droit de choisir véritablement leur destinée et de ne plus s’engager pour la vie auprès d’un homme qu’elles n’aimaient pas. Vers plus d’égalité Les femmes ont fait depuis de nombreux pas vers l’égalité des sexes, mais en reprenant le pouvoir sur leur vie, elles ont énormément modifié les rapports hommes-femmes. Beaucoup d’hommes se disent aujourd’hui déstabilisés par ces femmes qui n’ont plus besoin d’eux que pour faire l’amour. Quel pouvoir les femmes ont-elles gagné dans leur vie amoureuse ? Sont-elles vraiment sur un pied d’égalité avec les hommes une fois au lit ? La sexologue Annie Goyer estime que les femmes d’aujourd’hui expriment ouvertement leurs besoins. « Elles attendent beaucoup de leur partenaire ; elles sont en revanche en mesure de repousser ses avances lorsque celles-ci sont indésirables. Elles affichent de plus en plus leur droit de se faire respecter et peuvent maintenant refuser les relations sexuelles plutôt que de les subir sous prétexte qu’il s’agit d’un devoir conjugal », soutient-elle. Cependant, si le pouvoir de décision revient presque exclusivement aux femmes, certaines en font un mauvais usage, pense Annie Goyer. « Certaines femmes ont acquis le réflexe du « non » et ne sont plus en mesure de dire si leur refus aurait pu être un « peut-être » ou même un « oui ». Leur décision est souvent prise froidement, d’une manière expéditive. De cette attitude peut découler un sentiment de culpabilité, sentiment cultivé par la femme elle-même ou provoqué par son conjoint. Celui-ci peut faire subir ses frustrations à sa partenaire, croyant qu’elle est seule responsable de la satisfaction de ses besoins sexuels à lui. » Penser d’abord à soi La sexologue avance également que les femmes devraient se concentrer sur leur propre désir et la prise de conscience de leurs besoins et leur expression, indépendamment de ceux de leur conjoint. « Trop de femmes cherchent à satisfaire leur homme plutôt qu’elles-mêmes, ce qui crée une forte pression et les maintient dans le mode « devoir conjugal ». » Vers le bonheur à deux Selon Paule Salomon, philosophe  : « Pour des raisons économiques, politiques et sociales, la femme a affirmé son émancipation. Elle prend les rênes, l’homme recule devant cette charge. L’émergence féminine sous forme d’un masculin dominant et l’évolution masculine vers la féminitude apportent une nouvelle étape et un nouveau risque dans l’évolution du couple... C’est la femme qui émerge dans le couple, qui travaille, si elle L’ESSENTIEL DE LA PSYCHO 63 FÉMININPSYCHO 79 PHOTOS.COM D.R.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


L'Essentiel de la Psycho numéro 28 jun/jui/aoû 2015 Page 1L'Essentiel de la Psycho numéro 28 jun/jui/aoû 2015 Page 2-3L'Essentiel de la Psycho numéro 28 jun/jui/aoû 2015 Page 4-5L'Essentiel de la Psycho numéro 28 jun/jui/aoû 2015 Page 6-7L'Essentiel de la Psycho numéro 28 jun/jui/aoû 2015 Page 8-9L'Essentiel de la Psycho numéro 28 jun/jui/aoû 2015 Page 10-11L'Essentiel de la Psycho numéro 28 jun/jui/aoû 2015 Page 12-13L'Essentiel de la Psycho numéro 28 jun/jui/aoû 2015 Page 14-15L'Essentiel de la Psycho numéro 28 jun/jui/aoû 2015 Page 16-17L'Essentiel de la Psycho numéro 28 jun/jui/aoû 2015 Page 18-19L'Essentiel de la Psycho numéro 28 jun/jui/aoû 2015 Page 20-21L'Essentiel de la Psycho numéro 28 jun/jui/aoû 2015 Page 22-23L'Essentiel de la Psycho numéro 28 jun/jui/aoû 2015 Page 24-25L'Essentiel de la Psycho numéro 28 jun/jui/aoû 2015 Page 26-27L'Essentiel de la Psycho numéro 28 jun/jui/aoû 2015 Page 28-29L'Essentiel de la Psycho numéro 28 jun/jui/aoû 2015 Page 30-31L'Essentiel de la Psycho numéro 28 jun/jui/aoû 2015 Page 32-33L'Essentiel de la Psycho numéro 28 jun/jui/aoû 2015 Page 34-35L'Essentiel de la Psycho numéro 28 jun/jui/aoû 2015 Page 36-37L'Essentiel de la Psycho numéro 28 jun/jui/aoû 2015 Page 38-39L'Essentiel de la Psycho numéro 28 jun/jui/aoû 2015 Page 40-41L'Essentiel de la Psycho numéro 28 jun/jui/aoû 2015 Page 42-43L'Essentiel de la Psycho numéro 28 jun/jui/aoû 2015 Page 44-45L'Essentiel de la Psycho numéro 28 jun/jui/aoû 2015 Page 46-47L'Essentiel de la Psycho numéro 28 jun/jui/aoû 2015 Page 48-49L'Essentiel de la Psycho numéro 28 jun/jui/aoû 2015 Page 50-51L'Essentiel de la Psycho numéro 28 jun/jui/aoû 2015 Page 52-53L'Essentiel de la Psycho numéro 28 jun/jui/aoû 2015 Page 54-55L'Essentiel de la Psycho numéro 28 jun/jui/aoû 2015 Page 56-57L'Essentiel de la Psycho numéro 28 jun/jui/aoû 2015 Page 58-59L'Essentiel de la Psycho numéro 28 jun/jui/aoû 2015 Page 60-61L'Essentiel de la Psycho numéro 28 jun/jui/aoû 2015 Page 62-63L'Essentiel de la Psycho numéro 28 jun/jui/aoû 2015 Page 64-65L'Essentiel de la Psycho numéro 28 jun/jui/aoû 2015 Page 66-67L'Essentiel de la Psycho numéro 28 jun/jui/aoû 2015 Page 68-69L'Essentiel de la Psycho numéro 28 jun/jui/aoû 2015 Page 70-71L'Essentiel de la Psycho numéro 28 jun/jui/aoû 2015 Page 72-73L'Essentiel de la Psycho numéro 28 jun/jui/aoû 2015 Page 74-75L'Essentiel de la Psycho numéro 28 jun/jui/aoû 2015 Page 76-77L'Essentiel de la Psycho numéro 28 jun/jui/aoû 2015 Page 78-79L'Essentiel de la Psycho numéro 28 jun/jui/aoû 2015 Page 80-81L'Essentiel de la Psycho numéro 28 jun/jui/aoû 2015 Page 82-83L'Essentiel de la Psycho numéro 28 jun/jui/aoû 2015 Page 84-85L'Essentiel de la Psycho numéro 28 jun/jui/aoû 2015 Page 86-87L'Essentiel de la Psycho numéro 28 jun/jui/aoû 2015 Page 88-89L'Essentiel de la Psycho numéro 28 jun/jui/aoû 2015 Page 90-91L'Essentiel de la Psycho numéro 28 jun/jui/aoû 2015 Page 92-93L'Essentiel de la Psycho numéro 28 jun/jui/aoû 2015 Page 94-95L'Essentiel de la Psycho numéro 28 jun/jui/aoû 2015 Page 96-97L'Essentiel de la Psycho numéro 28 jun/jui/aoû 2015 Page 98-99L'Essentiel de la Psycho numéro 28 jun/jui/aoû 2015 Page 100-101L'Essentiel de la Psycho numéro 28 jun/jui/aoû 2015 Page 102-103L'Essentiel de la Psycho numéro 28 jun/jui/aoû 2015 Page 104-105L'Essentiel de la Psycho numéro 28 jun/jui/aoû 2015 Page 106-107L'Essentiel de la Psycho numéro 28 jun/jui/aoû 2015 Page 108-109L'Essentiel de la Psycho numéro 28 jun/jui/aoû 2015 Page 110-111L'Essentiel de la Psycho numéro 28 jun/jui/aoû 2015 Page 112-113L'Essentiel de la Psycho numéro 28 jun/jui/aoû 2015 Page 114-115L'Essentiel de la Psycho numéro 28 jun/jui/aoû 2015 Page 116-117L'Essentiel de la Psycho numéro 28 jun/jui/aoû 2015 Page 118-119L'Essentiel de la Psycho numéro 28 jun/jui/aoû 2015 Page 120-121L'Essentiel de la Psycho numéro 28 jun/jui/aoû 2015 Page 122-123L'Essentiel de la Psycho numéro 28 jun/jui/aoû 2015 Page 124-125L'Essentiel de la Psycho numéro 28 jun/jui/aoû 2015 Page 126-127L'Essentiel de la Psycho numéro 28 jun/jui/aoû 2015 Page 128-129L'Essentiel de la Psycho numéro 28 jun/jui/aoû 2015 Page 130-131L'Essentiel de la Psycho numéro 28 jun/jui/aoû 2015 Page 132