L'Essentiel de la Psycho n°28 jun/jui/aoû 2015
L'Essentiel de la Psycho n°28 jun/jui/aoû 2015
  • Prix facial : 6,80 €

  • Parution : n°28 de jun/jui/aoû 2015

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Lafont Presse

  • Format : (148 x 210) mm

  • Nombre de pages : 132

  • Taille du fichier PDF : 27,0 Mo

  • Dans ce numéro : dossier... changer pour être soi.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 24 - 25  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
24 25
ENTRETIEN PSYCHO STAR ◗ Rencontre de ma personnalité et m’a rendue très solitaire. Et puis je me suis mise à chanter. Je pense que cela m’a sauvée. Si je n’avais pas trouvé cette façon de m’exprimer, je ne serais pas la même aujourd’hui. On dit souvent que chanter est une thérapie. C’est vrai. Etre sur scène nous met dans un état second et être aimée du public est extrêmement gratifiant. La scène m’a décomplexée. Sur scène, les kilos n’ont plus d’importance. Même si je vous avoue que le fait d’avoir perdu plus de vingt kilos est beaucoup plus supportable sur scène quand on est juchée sur des talons pendant des heures ! (rires) Vous revendiquez vos 54 ans et ne semblez avoir aucun souci avec votre âge. Comment regardez-vous le temps et les années qui passent ? Vous allez peut-être trouver cela incroyable, mais j’ai toujours eu envie de vieillir ! Je suis quelqu’un de très excessif, je ne fais rien à moitié. Je vis les choses comme un grand Huit, avec des hauts, des bas, dans le bon comme dans le mauvais sens. Pas étonnant, car en astrologie je suis du signe du scorpion, même si ce trait de caractère excessif est un peu atténué par mon ascendant sagittaire. Ça me fait d’ailleurs bien rigoler quand des gens me disent que je suis leur « Prozac » et que je les apaise ! (rires) Vous savez, je me sens tellement mieux aujourd’hui que quand j’avais 25 ans ! En fait, c’est merveilleux de vieillir quand on peut acquérir de la confiance en soi et de la sérénité. Une façon de dire  : « Prends ta souffrance et fais-en une œuvre d’art ». En fait, c’est tout « bénéf’ » de vieillir ! L’expérience vous permet de traverser les épreuves plus facilement. Et puis aujourd’hui, on vieillit mieux. Nous les femmes, nous avons toute une panoplie de petites crèmes et de soins pour être beaucoup plus belles à 50, 60 ans et plus. Et ça se voit ! Je pense que tous 24 L’ESSENTIEL DE LA PSYCHO 38 FÉMININPSYCHO les âges ont un bon et un mauvais côté. Après 50 ans, on sait qu’il ne faut plus se négliger. On apprend à prendre soin de soi, à se surveiller, à bien s’occuper de soi, à ne pas se laisser aller. Les gens qui vous aiment saluent aussi votre franchise, votre « côté cash » … Vous savez, il y a ceux qui m’aiment et ceux qui me détestent ! Je ne fais pas l’unanimité loin de là. D’ailleurs, on n’est pas fait pour plaire à tout le monde. Mais c’est vrai que ceux qui adhèrent à ce que je suis, adorent ce trait de ma personnalité, et n’apprécient pas du tout dès qu’on touche à un de mes cheveux ! (rires) En règle générale, je n’aime pas tout ce qui est tiède, sans odeur et sans saveur. Je suis résolument une épicurienne, une bonne vivante. Le fait d’avoir commencé à chanter dans la rue aussi jeune, à 14 ans, permet-il de se « construire » plus vite ? Il est certain que c’est très constructeur et que dans mon cas, ça a forgé mon caractère, tout en me servant de thérapie. Quand on démarre aussi jeune, et dans la rue en plus, ce n’est pas de la tarte ! On vit les choses de façon plus écorchée. Jeune, j’ai même connu des gens qui me proposaient de me payer pour que j’arrête de chanter ! C’est une sacrée école de la vie, une super expérience, même si je peux vous dire que ça n’a pas été tous les jours facile. Aujourd’hui, c’est l’inverse, les jeunes commencent par la télé. Mais ce n’est pas la vraie vie que de passer à la télé ! C’est beaucoup plus difficile mais tellement plus enrichissant de côtoyer le public et les gens de très près sans être connu ni reconnu. Ça apprend à se blinder. C’est comme le phénomène des réseaux sociaux, au début j’étais démontée par tout ce qui pouvait s’écrire et circuler sur moi. Internet et les réseaux sociaux sont à la fois un terrain fertile où poussent les plus belles fleurs et à la fois l’endroit où chacun vient déverser ses poubelles puantes. On y trouve un paquet de gens qui ne fonctionnent qu’au premier degré et ça peut faire mal. Aujourd’hui, ça ne m’atteint plus, mais j’avoue que jusqu’à mes cinquante ans, ça me touchait encore. « Je me sens tellement mieux aujourd'hui que quand j'avais 25 ans ! » Barbara d'Alessandri
En parlant de thérapie, vous n’avez jamais caché faire depuis longtemps un travail d’introspection, notamment depuis la naissance de votre fille Lou il y a presque vingt ans… J’ai commencé une thérapie bien avant la naissance de ma fille et je n’ai pas fini. D’ailleurs, on n’a jamais fini d’être en thérapie. Je n’y vais pas de façon soutenue ni régulière, mais je n’y vais pas seulement quand ça va mal. J’y vais même quand je vais très bien. Car aller trop bien, ça cache souvent des choses. C’est important de faire ce travail sur soi. On arrive à dire à un psy ce qu’on ne dit pas à ses proches. J’ai la chance pour ma part d’avoir trouvé quelqu’un qui m’envoie les bonnes balles à la bonne place. Ça me fait grandir. La psychothérapie permet d’entreprendre un voyage vers ce que l’on est vraiment, c’est un long chemin qui dure jusqu’à la fin de ses jours. Pour ma part, ça me permet de m’harmoniser et de me rendre moins excessive. Car la vie me l’a prouvé, c’est dans le vertige que je trouve un certain équilibre. Donc, ce trait de caractère, cette nature, il faut apprendre à la gérer. Avec les années et tout ce travail, je me sens chaque jour plus solide, plus « forte ». En quoi ou en qui croyez-vous ? Quelle place tient la spiritualité dans votre vie ? Je crois beaucoup en l’Homme, avec tout ce que cela comporte de positif comme de négatif. Même si je ne pratique aucune religion, il y a des éléments qui me touchent dans le bouddhisme notamment. Je crois que l’homme est capable du meilleur comme du pire, mais qu’on peut sans cesse travailler sur soi et s’améliorer dans ses rapports aux autres. Il y a des voies pour cela et donc des mesures personnelles à prendre. Dans mon cas, je sais que je suis une gaffeuse, que je suis parfois trop agressive et qu’il m’arrive de dire des choses qui me dépassent et que je regrette immédiatement. On a tous et Dieu et le diable en nous. Il faut donc lutter contre ce côté obscur et chercher à aller vers toujours plus de lumière. Avez-vous une recette ou une philosophie du bonheur ? Je ne crois pas au bonheur absolu, celui qui dure tout le temps. Je crois en revanche aux petits bonheurs comme savourer un bon petit déjeuner au soleil, faire une balade dans la forêt, prendre une douche fraîche quand il fait chaud, faire une bonne bouffe avec des gens qu’on aime. La vie est pleine de petits bonheurs dont il faut prendre conscience pour pleinement les savourer. A ce titre, j’aime beaucoup les livres du penseur indien Jiddu Krishnamurti, qui nous explique dans son œuvre qu’on ne vit pas assez le temps présent parce qu’on est sans cesse rattrapé par ses pensées négatives. Personnellement, je ne pratique pas la méditation en pleine conscience, mais je m’efforce d’être plus présente à ma vie à l’instant présent. Ce travail sur l’instant présent est essentiel pour être plus épanoui. Et quand on est plus heureux, on emmerde moins les gens, on devient plus humain, plus à l’écoute, beaucoup plus agréable à vivre ! (rires) Sans jeu de mot avec le titre de votre single, vous semblez plus « forte » que jamais, comme si aujourd’hui plus rien ne pouvait vous atteindre. Info ou intox ? Je donne l’illusion d’être forte, mais je suis quelqu’un d’extrêmement vulnérable, écorchée, perméable à tout. J’arrive cependant de mieux en mieux à travailler mes fragilités. A 54 ans, quand je regarde derrière moi, je trouve le bilan de ma vie positif. Je ne m’en suis pas trop mal tirée. Je suis dans la même maison de disque depuis 1989. Donc je tiens plutôt bien le coup. Mon seul regret, c’est que j’ai l’impression que je ne Barbara d'Alessandri comprendrais jamais rien à l’amour. Je ne sais toujours pas gérer et je me demande si j’y arriverais un jour… Qui sait ? n Propos recueillis par Valérie Loctin. Trop forte « Trop forte » est le 1er single du nouvel album de Maurane qui paraîtra le 17 novembre prochain, avant sa grande tournée annoncée pour fin mars 2015. La chanteuse a laissé de côté son fauteuil de juré de la Nouvelle Star pour se consacrer à la sortie de ce nouvel opus. Après plus de 30 ans de carrière, Maurane parle du regard que l’on pose sur les personnes « trop fortes », en surpoids, dans la société du paraître d’aujourd’hui  : un texte magnifique et sensible sur un thème encore tabou et une musique en profondeur, signés par le binôme Pierre-Yves Lebert et Daran, fidèles de la belle Mô. « Je suis trop forte, vraiment trop forte d’être arrivée jusqu’ici ». Une phrase à double sens, à double résonance, qu’il ne faudrait surtout pas interpréter au premier degré seulement. Une fois de plus, Maurane nous prouve combien elle sait faire rimer talent avec beauté et force intérieure (Label Polydor, Universal Music France, titre déjà disponible sur Muzicenter). L’ESSENTIEL DE LA PSYCHO 25 FÉMININPSYCHO 39



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


L'Essentiel de la Psycho numéro 28 jun/jui/aoû 2015 Page 1L'Essentiel de la Psycho numéro 28 jun/jui/aoû 2015 Page 2-3L'Essentiel de la Psycho numéro 28 jun/jui/aoû 2015 Page 4-5L'Essentiel de la Psycho numéro 28 jun/jui/aoû 2015 Page 6-7L'Essentiel de la Psycho numéro 28 jun/jui/aoû 2015 Page 8-9L'Essentiel de la Psycho numéro 28 jun/jui/aoû 2015 Page 10-11L'Essentiel de la Psycho numéro 28 jun/jui/aoû 2015 Page 12-13L'Essentiel de la Psycho numéro 28 jun/jui/aoû 2015 Page 14-15L'Essentiel de la Psycho numéro 28 jun/jui/aoû 2015 Page 16-17L'Essentiel de la Psycho numéro 28 jun/jui/aoû 2015 Page 18-19L'Essentiel de la Psycho numéro 28 jun/jui/aoû 2015 Page 20-21L'Essentiel de la Psycho numéro 28 jun/jui/aoû 2015 Page 22-23L'Essentiel de la Psycho numéro 28 jun/jui/aoû 2015 Page 24-25L'Essentiel de la Psycho numéro 28 jun/jui/aoû 2015 Page 26-27L'Essentiel de la Psycho numéro 28 jun/jui/aoû 2015 Page 28-29L'Essentiel de la Psycho numéro 28 jun/jui/aoû 2015 Page 30-31L'Essentiel de la Psycho numéro 28 jun/jui/aoû 2015 Page 32-33L'Essentiel de la Psycho numéro 28 jun/jui/aoû 2015 Page 34-35L'Essentiel de la Psycho numéro 28 jun/jui/aoû 2015 Page 36-37L'Essentiel de la Psycho numéro 28 jun/jui/aoû 2015 Page 38-39L'Essentiel de la Psycho numéro 28 jun/jui/aoû 2015 Page 40-41L'Essentiel de la Psycho numéro 28 jun/jui/aoû 2015 Page 42-43L'Essentiel de la Psycho numéro 28 jun/jui/aoû 2015 Page 44-45L'Essentiel de la Psycho numéro 28 jun/jui/aoû 2015 Page 46-47L'Essentiel de la Psycho numéro 28 jun/jui/aoû 2015 Page 48-49L'Essentiel de la Psycho numéro 28 jun/jui/aoû 2015 Page 50-51L'Essentiel de la Psycho numéro 28 jun/jui/aoû 2015 Page 52-53L'Essentiel de la Psycho numéro 28 jun/jui/aoû 2015 Page 54-55L'Essentiel de la Psycho numéro 28 jun/jui/aoû 2015 Page 56-57L'Essentiel de la Psycho numéro 28 jun/jui/aoû 2015 Page 58-59L'Essentiel de la Psycho numéro 28 jun/jui/aoû 2015 Page 60-61L'Essentiel de la Psycho numéro 28 jun/jui/aoû 2015 Page 62-63L'Essentiel de la Psycho numéro 28 jun/jui/aoû 2015 Page 64-65L'Essentiel de la Psycho numéro 28 jun/jui/aoû 2015 Page 66-67L'Essentiel de la Psycho numéro 28 jun/jui/aoû 2015 Page 68-69L'Essentiel de la Psycho numéro 28 jun/jui/aoû 2015 Page 70-71L'Essentiel de la Psycho numéro 28 jun/jui/aoû 2015 Page 72-73L'Essentiel de la Psycho numéro 28 jun/jui/aoû 2015 Page 74-75L'Essentiel de la Psycho numéro 28 jun/jui/aoû 2015 Page 76-77L'Essentiel de la Psycho numéro 28 jun/jui/aoû 2015 Page 78-79L'Essentiel de la Psycho numéro 28 jun/jui/aoû 2015 Page 80-81L'Essentiel de la Psycho numéro 28 jun/jui/aoû 2015 Page 82-83L'Essentiel de la Psycho numéro 28 jun/jui/aoû 2015 Page 84-85L'Essentiel de la Psycho numéro 28 jun/jui/aoû 2015 Page 86-87L'Essentiel de la Psycho numéro 28 jun/jui/aoû 2015 Page 88-89L'Essentiel de la Psycho numéro 28 jun/jui/aoû 2015 Page 90-91L'Essentiel de la Psycho numéro 28 jun/jui/aoû 2015 Page 92-93L'Essentiel de la Psycho numéro 28 jun/jui/aoû 2015 Page 94-95L'Essentiel de la Psycho numéro 28 jun/jui/aoû 2015 Page 96-97L'Essentiel de la Psycho numéro 28 jun/jui/aoû 2015 Page 98-99L'Essentiel de la Psycho numéro 28 jun/jui/aoû 2015 Page 100-101L'Essentiel de la Psycho numéro 28 jun/jui/aoû 2015 Page 102-103L'Essentiel de la Psycho numéro 28 jun/jui/aoû 2015 Page 104-105L'Essentiel de la Psycho numéro 28 jun/jui/aoû 2015 Page 106-107L'Essentiel de la Psycho numéro 28 jun/jui/aoû 2015 Page 108-109L'Essentiel de la Psycho numéro 28 jun/jui/aoû 2015 Page 110-111L'Essentiel de la Psycho numéro 28 jun/jui/aoû 2015 Page 112-113L'Essentiel de la Psycho numéro 28 jun/jui/aoû 2015 Page 114-115L'Essentiel de la Psycho numéro 28 jun/jui/aoû 2015 Page 116-117L'Essentiel de la Psycho numéro 28 jun/jui/aoû 2015 Page 118-119L'Essentiel de la Psycho numéro 28 jun/jui/aoû 2015 Page 120-121L'Essentiel de la Psycho numéro 28 jun/jui/aoû 2015 Page 122-123L'Essentiel de la Psycho numéro 28 jun/jui/aoû 2015 Page 124-125L'Essentiel de la Psycho numéro 28 jun/jui/aoû 2015 Page 126-127L'Essentiel de la Psycho numéro 28 jun/jui/aoû 2015 Page 128-129L'Essentiel de la Psycho numéro 28 jun/jui/aoû 2015 Page 130-131L'Essentiel de la Psycho numéro 28 jun/jui/aoû 2015 Page 132