L'1visible n°76 décembre 2016
L'1visible n°76 décembre 2016
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°76 de décembre 2016

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Prodeo

  • Format : (225 x 302) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 10,8 Mo

  • Dans ce numéro : libérez la créativité des enfants.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 18 - 19  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
18 19
18 HISTOIRE L'1 visible xw n°76 x décembre 2016 Révolution française Tri sélectif Idées claires. Entre 1789 et 1799, de nombreuses destructions ont affecté les monuments et les œuvres d’art en France. Comment expliquer ce phénomène du vandalisme ? Comme toutes les périodes de trouble, la Révolution française s’accompagne de destructions matérielles. Elles touchent d’une façon particulière les monuments et les œuvres d’art qui symbolisent l’Ancien Régime. La démolition de la Bastille, largement relayée par les journaux, constitue un précédent fondateur dès l’été 1789. Cependant, le temps de la monarchie parlementaire reste relativement calme. Avec la chute de la royauté, le 10 août 1792, commence une véritable opération de tri sélectif. Il faut purger la France de toute référence au passé pour marquer l’avènement d’une ère nouvelle. Les sans-culottes se livrent aux pires excès dans un climat d’exaltation. Les églises font partie des Anti-crise Le viol des tombes de l’abbaye Saint-Denis, toile d’Hubert Robert, 1793. cibles, notamment pendant la campagne de déchristianisation de l’an II (1793-1794)  : les cloches sont fondues, les statues de saints martelées, les abbayes transformées en carrière de pierre. Bientôt, les pertes sont telles que l’Assemblée nationale s’en émeut fi W'r par la voix de l’abbé Grégoire, auteur de plusieurs discours contre les vandales en 1794. La République doit conserver les plus belles œuvres des siècles d’esclavage pour contribuer à l’éducation des citoyens. Cet engagement en faveur du patrimoine n’est Financement participatif Les étudiants s’y mettent Études. Pour échapper à l’emprunt bancaire ou bénéficier d’un « coup de pouce », le financement participatif séduit nombre d’étudiants. Comment trouver les fonds lors d’une difficulté familiale imprévue ou tout simplement parce que les études envisagées coûtent trop cher ? Des plateformes comme EdukLab ou StudentBackR permettent aux étudiants de collecter auprès des internautes l’argent nécessaire au financement de leur stage « idéal », de leurs fournitures ou de leurs études elles-mêmes. Voire même d’animer une vraie campagne de communication pour appeler aux dons ! S’y mêlent des cursus étudiants plutôt classiques – de la prépa aux écoles d’infirmières, formation en cinématographie ou licences diverses, et des projets plus étonnants  : un jeune demande de l’aide pour acheter des livres coûteux pour son master en astrodynamique aux États-Unis, un petit groupe d’étudiants cherche à créer un bassin écologique et Des sites permettent aux étudiants de collecter l’argent nécessaire au financement de leurs études. ThinkstockPhotos DR autonome dans son établissement, une étudiante veut faire ses études de vétérinaire en Roumanie… Le principe de la plateforme est séduisant  : l’étudiant valorise efficacement son projet par des vidéos, photos, et précise ses besoins auprès de ses propres réseaux, mais plus largement des internautes généreux. Les entreprises ou administrations sont parfois elles aussi motrices pour encourager les parrainages financiers. Une ONG comme Enfants du Mékong propose à ses recrues une campagne forte d’appel aux dons et s’occupe de mettre en ligne la collecte. « En contrepartie pour les donateurs, je fournissais une newsletter régulière sur mon travail de terrain et un compte-rendu complet à mon retour », témoigne Marie-Aimée, partie comme volontaire de solidarité internationale en Thaïlande au cours de sa troisième année de Sciences Po. « Et ça a plutôt bien marché ! » a Marilyne Chaumont pas sans ambiguïté car le « vandalisme », le mot est lancé, reste profondément lié à l’idéologie révolutionnaire. Les destructions s’atténuent à partir de 1795 mais elles se poursuivent sous le Directoire. Au terme de l’épisode révolutionnaire, le paysage artistique français a définitivement changé de visage. Chaque ville, chaque village de France en porte les stigmates avec des extensions en Belgique, en Italie ainsi que de l’autre côté du Rhin. a Priscille de Lassus Le premier numéro de Codex consacre son dossier au vandalisme révolutionnaire. En kiosque et en librairie. 15  € . www.editionscld.fr Les platEformes principales Eduklab.com Studentbackr.com Petit rappel Le crowdfunding – financement participatif en français – consiste à demander à un grand nombre de personnes (en anglais, crowd signifie « foule ») de mettre en commun leurs contributions pour réaliser un projet difficile à financer à l’échelle individuelle. De plus en plus de plateformes se spécialisent pour répondre à des besoins spécifiques, pour les artistes par exemple, qui réalisent plus facilement leurs projets non subventionnés.
n°76 x décembre 2016 xw L'1 visible culture 19 C’est bientôt sa fête ! Saint Juan Diego, 9 décembre Juan Diego, h u m b l e agriculteur a z t è que, fut parmi les premiers de ce peuple (rétif à la religion chrétienne) à recevoir le baptême. La bonté des missionnaires contraste avec la dureté des prêtres aztèques, qui sacrifiaient des victimes humaines. Le 9 décembre 1531, Juan Diego se rend à la Messe à Mexico. Une jeune fille resplendissante comme le soleil lui apparaît  : « Je suis la parfaite et toujours Vierge Marie, dit-elle en langue aztèque, Mère du vrai Dieu de qui provient toute vie. » Elle demande qu’on bâtisse un temple où se manifestera son amour. L’évêque du lieu n’accorde pas grand crédit à l’Indien. Déçu, Juan Diego proteste le soir-même devant la Vierge qu’il est indigne de cette mission, mais l’Apparition insiste  : « C’est grâce à toi que mon projet aboutira. » L’évêque réclame un signe. Le 12 décembre, Juan se rend de nouveau à Mexico pour chercher un prêtre qui apporte les sacrements à son oncle gravement malade. Il voit de nouveau la Vierge qui, dans le froid hivernal, fait pousser des roses de Castille sur la colline aride ; Juan les recueille dans son manteau et les apporte à l’évêché. Le prélat est convaincu ; il constate, émerveillé, que l’image miraculeuse de la Vierge se trouve sur le manteau. Marie guérit l’oncle de Juan et demande qu’on appelle son portrait « Sainte Marie de Guadalupe ». La résurrection d’un mort favorisera les conversions  : plus de 9 millions neuf ans après les apparitions, soit près de 3 000 par jour. Saint Juan Diego meurt le 9 décembre 1548. Aujourd’hui encore, la conservation du manteau et le mode d’impression de l’image demeurent inexpliqués. a Un moine de l’abbaye Saint-Joseph de Clairval www.clairval.com DR Marie à Juan Diego « Je suis votre mère pleine de pitié et d’amour pour vous et pour tous ceux qui m’aiment, me font confiance et recourent à moi. J’écouterai leurs plaintes et je soulagerai leur affliction et leurs souffrances. » Le saviezvous ? qu’EST-CE qUE LA fêTE DE LA LUMIèRE ? Le 8 décembre, pour célébrer la fête de l’Immaculée Conception de la Vierge Marie, de nombreuses personnes mettent une bougie à leur fenêtre pour honorer leur Mère du Ciel. Cette fête fait mémoire en effet de la conception de Marie préservée par Dieu du péché originel, afin de pouvoir donner la vie à son Fils Jésus. http://mcads. org L’association Mieux Connaître l’Angoisse de Séparation a pour but de permettre aux parents de comprendre cette angoisse que portent de nombreux enfants, et qui se manifeste avec des symptômes tels que  : insomnies, cauchemars, refus de l’autonomie, énurésie... Le site donne des contacts de thérapeutes formés à cette problématique et propose des formations pour les parents. r 9 - 11 décembre L Chartres We pour couples sans enfant De nombreux couples souffrent de ne pouvoir avoir d’enfant. Ce weekend leur permet d’en rencontrer d’autres qui connaissent la même épreuve, pour partager, réfléchir à leur fécondité, prier… Il est proposé par la communauté du Chemin Neuf. chemin-neuf.fr LA JEMIE 1ItR EID FERNAND L’ami Après bien d’autres, deux jeunes réalisateurs français, Renaud Fély et Arnaud Louvet, se lancent dans un film sur saint François d’Assise (Elio Germano). Leur démarche touche car elle n’est pas prétentieuse. Ils reconnaissent qu’ils n’avaient au départ qu’une connaissance élémentaire de saint François mais ils ont découvert avec passion sa vie et son message. Ils y ont trouvé REN.UE lEi1 il FAA:31PLYE, une extraordinaire leçon de vie, avec l’idéal ardemment recherché d’une société fraternelle. Ils savaient qu’il était un grand saint, ils ont découvert qu’il était « le grand vivant ». Le film n’est pas sur François mais avec lui car sa vie est croisée avec celle de frère Élie de Cortone, son bras droit et successeur (Jérémie Renier). C’est lui « l’ami » même si ce mot doit être entendu plus largement. L’ami qui est aussi un peu le traître puisqu’il s’efforce d’assurer la pérennité de l’œuvre des frères voulue par François en l’institutionnalisant. Le film aligne les tableaux très simples, mais aussi très beaux et gais, des frères, avec une splendide musique, alternant avec les scènes à Romes, plus symboliques. Le film aux débuts modestes devient ambitieux en brassant des thèmes plus nombreux et plus difficiles. Mais il ne perd jamais de vue la vive flamme de François, le « poverello ». a Jean-Marie Benoît CHARLES'EFOUGAULD BD Charles de Foucauld Oswald et Figuière, Mame, 2016 Difficile de relever le défi d’une nouvelle bande dessinée sur le bienheureux Charles de Foucauld après l’indépassable œuvre de Jijé sur ce personnage haut en couleur (1959). Le pari est pourtant réussi et le scenario remarquablement documenté de Thomas Oswald nous permet d’entrer en syntonie avec la spiritualité d’abandon du père de Foucauld, cet ancien militaire mondain, devenu ermite dans le désert du Hoggar, au milieu des Touaregs, après une conversion spectaculaire. À voir au Cinéma DVD la Bible animée Paule Amblard, volume 1, Éditions Enteleki, 15,90  € www.enteleki.fr Ce dessin animé permet aux enfants dès 4 ans d’entrer dans l’univers passionnant de la Bible. Premier d’une série, il présente trois grandes figures de l’Ancien Testament  : Noé, David et Jonas, dans un format de 7 minutes 30 par histoire. Le DVD contient également deux dessins animés  : la Nativité et l’Annonciation. La réalisation simple et agréable, avec ses images poétiques, aide beaucoup les petits à découvrir l’histoire biblique. rAuer kAJAfl1 CD Nos vies quotidiennes Fabrice Hadjadj, Première Partie, 2016 Cet homme-là a plus d’une corde dans son sac. On découvre même ici qu’il en avait six et d’excellente qualité ! Fabrice Hadjadj, philosophe de formation, est l’auteur de magnifiques ouvrages de sur le christianisme. Dans cet album il revient à ses premières amours, la guitare à la main. Il chante d’une voix profonde les chansons qu’il a écrites. Ses textes sont ciselés, et ses airs inspirés de bossanova, de soul et de jazz, sont très entraînants. Attention, ils vous restent vraiment dans la tête ! Une vraie bonne surprise, à déposer au pied du sapin !



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :