Jeux & Stratégie n°1 jan/fév/mar 1980
Jeux & Stratégie n°1 jan/fév/mar 1980
  • Prix facial : 12 F

  • Parution : n°1 de jan/fév/mar 1980

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Excelsior Publications

  • Format : (194 x 256) mm

  • Nombre de pages : 100

  • Taille du fichier PDF : 76,2 Mo

  • Dans ce numéro : les grands classiques... les échecs, le scrabble, le bridge, le go, les dames et le tarot.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 92 - 93  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
92 93
sa demi-longueur. L'ensemble de ces deux a son centre de gravité situé à un quart de longueur en arrière de l'extrémité du second et peut surplomber d'autant le troisième. Le centre de gravité de ces trois est situé à 1/6 de longueur en arrière de l'extrémité du troisième, etc. Le surplombtotal atteint par n dominos peut ainsi atteindre (1/2 + 1/4 + 1/6 + + 1/2 n) de la longueur d'un domino. Cette somme croît sans limite (« la. série diverge ») quand n augmente. En pratique, il faut accepter une petite marge de sécurité pour chaque domino, ce qui limite les possibilités. Mais la somme théorique ci-dessus atteignant déjà 1,14 pour n = 5 et 1,23 pour n = 6, il est aisé avec une tolérance d'environ 5% d'obtenir un porte-àfaux complet, le cinquieme ou sixième domino débordant complètement au-dessus du premier. Plus vite que la lumière : la tache peut dépasser la vitesse de la lumière, et le raisonnement qui conduit à l'expression v = 2 ir R/T est parfaitement correct. Certes la lumière a une vitesse finie (c) entre le phare et le mur. Ce fait a pour seul effet de donner au faisceau à tout instant une forme incurvée, comme celle du jet d'eau d'un arroseur rotatif. Mais la tache d'impact se déplace bien à la vitesse calculée. Il n'y a là aucune impossibilité théorique, et même pas technique, puisqu'un oscillographe cathodique, où les électrons remplacent le faisceau lumineux et un écran le mur, peut être réalisé de façon à « écrire plus vite que la lumière ». La théorie de la relativité, telle que nous la comprenons aujourd'hui, interdit le déplacement à des vitesses supérieures à celle de la lumière uniquement pour un transport d'énergie ou d'information. Dans ce cas présent, la tache ne transporte évidemment pas d'énergie le long du mur : l'énergie, et les photons qui la transmettent, se propage du phare au mur. Quant a l'information, la tache ne pourrait en transmettre entre deux points du mur, A et B par exemple, que si l'émetteur en A pouvait moduler le faisceau avant que la tache passe en B. Mais la modulation se fait à partir du phare et A doit donc communiquer avec O pour transmettre à B. Il est aisé de voir que le délai nécessaire, si A communique avec O avec une vitesse égale ou inférieure àc, empêche l'information de passer dé A à B avec une vitesse supérieure. Attention donc aux énoncés usuels : les vitesses supralumineuses sont possibles pour des « images », sinon pour des « choses ». JOUEZ... PARIEZ ! avec L'ORDINATEUR à la Roulette aux Dés au "Jack pot" au "Problem Solver" MYDIA S.A. B.P. 244 - 75749 PARIS CEDEX 15/A Pnee de retourner ce coupon-r0ponse a I adresse.-dessus Demande de documentation M... Et géométrie surprenante (par Jean Tricot) Sphère percée : On peut remarquer comme John W. Campbell, le regretté éditeur de la revue américaine de science-fiction « Analog », que si le problème est posé sans précisions sur le diamètre de la sphère ou le rayon du cylindre, le volume restant doit être constant et indépendant de ces données. Si l'on suppose que le cylindre a un rayon nul, en particulier, ce volume doit rester constant. Or le volume d'une sphère à laquelle on a retiré un cylindre de volume nul et de 6 cm de long n'est autre que le volume de la sphère elle-même, qui doit alors avoir un diamètre de 6 cm. Ce volume est de 36 -rr cm3, qui est donc la solution cherchée. Un calcul plus rigoureux confirme ce résultat remarquable. PAGE 49 Mots croisés - Grille n°2 (par Michel Laclos) 1 2 3 4 5 6 1 8 9 10 11 1 P01 SSONNI E 2 ERRANCEINUE 3 TERROR I STE S 4 AI E BER 5 SLAV I SANTES 6 ELLES DOU T gil PMI ELSA 8 9 10 P SR EMA EON UEME1AVEN T BLESEMENT E PAGE 49 Une case de vide (par Roger La Ferté) Les premières lettres suivent l'ordre de l'alphabet en sautant une lettre : D - F - H et donc J. Les secondes lettres sont alternativement D et U:D-U-D et donc U. Les troisièmes et quatrièmes lettres forment les notes FA - MI - RE et donc DO. Le mot à trouver est donc JUDO. PAGE 49 La pesée impossible (par 11)a%id Gilbert) La pièce de 14 g. Voici comment on équilibre les autres : 1 + 7 = 8 2 + 3 = 5 3 =3 4 + 3 = 7 5 =5 6 + 5 = 8 + 3 7 =7 8 =8 9 + 3 = 5 + 7 10 + 5 = 7 + 8 11 = 3 + 8 12 + 3 = 7 + 8 13 = 13 14 = ? 15 = 7 + 8 16 = 3 + 5 + 8 17 + 3 = 5 + 7 + 8 18 = 3 + 7 + 8 PAGE 50 — Mal a La sauterelle et les nénuphars (par Alain Ret) :. _._._.,illi il.- eGIMBIBr II-‘9_,A1- I r ealbWr, - -, 4 -4-.- -. 4 - -♦é, - 1 le -* -i-. -1-1-*.r -I. Li_,0,\- -. -41e- Ai -*-, I.-1 - - - -4 - - -41- - - ri -4, - - -. ** 4, _. I.se :...- - a. a - szin - *-4,- 1(4r:Ir L 9. a - Adresse
PAGE 51 Joyeux Noël (par Michel Bydlowski) F ARCE D AR DE D I NDE FARCE T AR DE B ANDE D I NDE PAGE 51 D'où viennent-elles ? (par Michel Bydlowski) TUNGSTEN E, RONFLER, ETHNIE, POLTRON, PEL- VIEN, LAZARET, LAXATIF, ANHYDRE. PAGE 51 Lettres chiffrées (par Roger La Ferté) On obtient les groupes : FAAGD, LCBNH et RECUL. La seule solution formant un mot est : RECUL. PAGE 51 Tour de cartes... sans cartes (par Gérard Kunian) Prenons un exemple : soit le 9 de carreau, la carte choisie. On doit effectuer le petit calcul suivant : 9 + 10 = 19 ; 19 x 5 = 95 ; 95 + 7 (pour carreau) = 102 On annonce donc 102 au magicien. Il se borne à ôter 5 du résultat final, il obtient 97. Le chiffre de droite 7 lui indique la couleur : carreau. Le (les) chiffres de gauche, la valeur de la carte : 9. On peut vérifier que le procédé marche dans tous les cas. PAGE 52 H magique (par Michel Bydlowski) 2 5 7 4 1 3 6 qui permet aussi de placer 3 comme troisième chiffre de la troisième ligne. Deux chiffres « abattus » en même temps me permettent d'établir que le deuxième chiffre du produit est 0, puisque abattre un seul chiffre n'a pas suffi. D'autre part, pour obtenir 5 à la quatrième ligne, il faut que le 3 du produit multiplie 5. Je pose donc 5 comme troisième chiffre du diviseur. Le premier chiffre du produit ne peut être que 1, seul capable de produire un nombre à trois chiffres à la deuxième ligne. J'obtiens ainsi le diviseur : 765, et le résultat : 103. Etc. ce qui donne : 7 9 4 3 2 7 6 5 — 7 6 5 2 9 3 2 — 2 2 9 5 6 3 7 1 0 3 PAGE 52 Et après ? (par Michel Bydlowski) Les deux lettres du centre d'un mot sontles ejarémités du suivant. e et E au centre de SECRETER sont la première et la dernière lettre de ROU- GEOYE. G et E au centre de ROUGEOYE sont la première et la dernière lettre de GLO- RIOLE, etc. Comme les lettres du centre d'APPRENTI sont R et E, le mot suivant peut être RON- DACHE ou REFORME. Mais comme tous les mots ont huit lettres, RONDACHE est la seule réponse exacte. PAGE 52 Chassez l'intrus (par Alain Ret et Daniel Ferro) : 1- a. f (seule consonne). b. c (seule lettre ne comportant pas une boucle fermée). 2- a. 15 (seul nombre qui n'est pas premier). b. 72 (seul nombre dont la somme des chiffres n'est pas égale à 8). PAGE 53 Des nombres croisés (par Claude Abitbol) : WILA REGLE A CALCUV : INITIATION A LA PROGRAMMATION SUR CALCULATEURS HEWLETT-PACKARD Jeux sur les nombres et les mots. PRP 1'81+1.11 FS/08 RTN RCL 08 9821 *.211327 + FRC 1.1111 * FRC STO AB RTN 15*LBL'JEU'FIX 0 CF 29 CF 86 FS ? C 00 SF 87 XEQ FPC 87 5F 00'COMBIEN ? " PROMPT 1 E3/I + STO 01 CLX 510 02 33*LBL 18 RCL BI INT XEQ "R" DEA "TONS'XEQ'7" F5 ? AS CTO'NON"OUl'PRCL X WIEN ISC 01 GTO 10 FS't 86 GTO 81 8EEP BEEP'CACHE" NIER RTN 5301.81'TONS'RCL 81 INT STO 83 RCL BA FRC E r E ; ›'introduire 1 le programme but. 13 g M dé a.combien ? 2 dreu N 3 introduire la séquence renifler 4 le séquence pledder4 Jusqu'à ce 5 que vous gagniez ou perdiez HP41C na (E10) 1118111111111111 PAOLI ALPHA 1e.. RfS nombres ? R, S oui ou non gagné perdu 59*LBL 83 I@ * INT VIES X TOME IND X LPSTX FRC DSE -03 GTO 03 RTN or LX » L14 CO,'mg, sty ki COB TAN 78+LBL'HW SF 06 TOME 2 TOPE « NOW IIRCL X'NON'MCI Y WIEN PSE 1 ST+ 82 ! SC 01 GTO 18 JUIN1.N. 0,0 118, in XEO STO ROI. $STC.M.OG ISG SITU CU. ENtÉ1711 PIS EEX r 1 ce FS, 84.LBL 01 "PERINP FIEL 02 CF 02 OVIEN RTN 90.1111 " ? "'NOMBRES ? " PROMPT CF 05 RCL OBI RCL 01 INT 10fX INTX.Y ? RTN SF 05 RTN.ENC. Ter ? INE-e de o -a aumex eor ir A/S Bibliothèque européenne ler système de calcul personnel de programmes utilisateur souple et evolutif. PAGE 52 Division effacée (par Michel Bydlowski) Pour obtenir 7 à la dernière soustraction, il faut que 5 soit ôté de 12. On pose donc 2 à la fin de la troisieme ligne, et du même coup, 2 à la fin de la première, puisque les deux derniers chiffres en sont « abattus ». Ce A C ABCDE 1 4 6 4 5 5 5 1 8 3 7 6 7 2 3 2 2 5 0 2 5 ter distributeur agrée en france des calculateurs électroniques HP. 65-67 bd St Germain 75005 Paris Tél. 325.68.88 rha HEWLETT PACKARD 99



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Jeux & Stratégie numéro 1 jan/fév/mar 1980 Page 1Jeux & Stratégie numéro 1 jan/fév/mar 1980 Page 2-3Jeux & Stratégie numéro 1 jan/fév/mar 1980 Page 4-5Jeux & Stratégie numéro 1 jan/fév/mar 1980 Page 6-7Jeux & Stratégie numéro 1 jan/fév/mar 1980 Page 8-9Jeux & Stratégie numéro 1 jan/fév/mar 1980 Page 10-11Jeux & Stratégie numéro 1 jan/fév/mar 1980 Page 12-13Jeux & Stratégie numéro 1 jan/fév/mar 1980 Page 14-15Jeux & Stratégie numéro 1 jan/fév/mar 1980 Page 16-17Jeux & Stratégie numéro 1 jan/fév/mar 1980 Page 18-19Jeux & Stratégie numéro 1 jan/fév/mar 1980 Page 20-21Jeux & Stratégie numéro 1 jan/fév/mar 1980 Page 22-23Jeux & Stratégie numéro 1 jan/fév/mar 1980 Page 24-25Jeux & Stratégie numéro 1 jan/fév/mar 1980 Page 26-27Jeux & Stratégie numéro 1 jan/fév/mar 1980 Page 28-29Jeux & Stratégie numéro 1 jan/fév/mar 1980 Page 30-31Jeux & Stratégie numéro 1 jan/fév/mar 1980 Page 32-33Jeux & Stratégie numéro 1 jan/fév/mar 1980 Page 34-35Jeux & Stratégie numéro 1 jan/fév/mar 1980 Page 36-37Jeux & Stratégie numéro 1 jan/fév/mar 1980 Page 38-39Jeux & Stratégie numéro 1 jan/fév/mar 1980 Page 40-41Jeux & Stratégie numéro 1 jan/fév/mar 1980 Page 42-43Jeux & Stratégie numéro 1 jan/fév/mar 1980 Page 44-45Jeux & Stratégie numéro 1 jan/fév/mar 1980 Page 46-47Jeux & Stratégie numéro 1 jan/fév/mar 1980 Page 48-49Jeux & Stratégie numéro 1 jan/fév/mar 1980 Page 50-51Jeux & Stratégie numéro 1 jan/fév/mar 1980 Page 52-53Jeux & Stratégie numéro 1 jan/fév/mar 1980 Page 54-55Jeux & Stratégie numéro 1 jan/fév/mar 1980 Page 56-57Jeux & Stratégie numéro 1 jan/fév/mar 1980 Page 58-59Jeux & Stratégie numéro 1 jan/fév/mar 1980 Page 60-61Jeux & Stratégie numéro 1 jan/fév/mar 1980 Page 62-63Jeux & Stratégie numéro 1 jan/fév/mar 1980 Page 64-65Jeux & Stratégie numéro 1 jan/fév/mar 1980 Page 66-67Jeux & Stratégie numéro 1 jan/fév/mar 1980 Page 68-69Jeux & Stratégie numéro 1 jan/fév/mar 1980 Page 70-71Jeux & Stratégie numéro 1 jan/fév/mar 1980 Page 72-73Jeux & Stratégie numéro 1 jan/fév/mar 1980 Page 74-75Jeux & Stratégie numéro 1 jan/fév/mar 1980 Page 76-77Jeux & Stratégie numéro 1 jan/fév/mar 1980 Page 78-79Jeux & Stratégie numéro 1 jan/fév/mar 1980 Page 80-81Jeux & Stratégie numéro 1 jan/fév/mar 1980 Page 82-83Jeux & Stratégie numéro 1 jan/fév/mar 1980 Page 84-85Jeux & Stratégie numéro 1 jan/fév/mar 1980 Page 86-87Jeux & Stratégie numéro 1 jan/fév/mar 1980 Page 88-89Jeux & Stratégie numéro 1 jan/fév/mar 1980 Page 90-91Jeux & Stratégie numéro 1 jan/fév/mar 1980 Page 92-93Jeux & Stratégie numéro 1 jan/fév/mar 1980 Page 94-95Jeux & Stratégie numéro 1 jan/fév/mar 1980 Page 96-97Jeux & Stratégie numéro 1 jan/fév/mar 1980 Page 98-99Jeux & Stratégie numéro 1 jan/fév/mar 1980 Page 100