Jeux & Stratégie n°1 jan/fév/mar 1980
Jeux & Stratégie n°1 jan/fév/mar 1980
  • Prix facial : 12 F

  • Parution : n°1 de jan/fév/mar 1980

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Excelsior Publications

  • Format : (194 x 256) mm

  • Nombre de pages : 100

  • Taille du fichier PDF : 76,2 Mo

  • Dans ce numéro : les grands classiques... les échecs, le scrabble, le bridge, le go, les dames et le tarot.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 16 - 17  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
16 17
muet'ettx 4DESCIMICES 5, rue de la Baume - 75008 PARIS Tel. : 563.01.02 LE PREMIER SPECIALISTE DES JEUX DE REFLEXION r7f7 Parrainé par : DEXTÉRITÉ WARGAMES CASSE-TÉTE THÉMATIQUES DÉDUCTION STRATÉGIQUES TACTIQUES ÉLECTRONIOUES ZARGOS LORDS Combats à armes magiques et classiques où 4 peuples s'affrontent pour s'emparer de l'empire de Zargos. Alliances, diplomatie, stratégies. Se joue de 2 a 4 partenaires (1 plateau en 5 éléments - 240 pions - 4 cartes de races - 1 dé - régies du jeu) FORCE 5/10. RÉF. : 2424 PRIX : 110F RÉF 192 PRIX : 145F 1.011, - -" 2 empires spatiaux s'affrontent pour s'assurer le contrôle de planètes riches en matières premières. Des strategies préparées a l'avance. Sejoue a 2 partenaires (1 plateau en 5 elements (puzzle) - 50 pions - 2 tables de résultats -1 dé - règles du jeu). FORCE 5/10. RÉF. : 2422 PRIX : 98F I DR r La révolte des tritons, alliés aux sirènes contre les Krost dictateurs expansionnistes du monde sous-marin de M trog. S e joue de 2 a 4 partenaires (1 plateau en 5 éléments - 175 pions - table de résultats - 1 dé - règles du jeu). FORCE 5/10. Découvrez les avantages offerts par JEUX DESCARTES. Profitez-en aujourd'hui-même en devenant CLIENT-CLUB, l'adhésion est gratuite. Vous bénéficierez immédiatement et tant que vous serez CLIENT-CLUB, d'une remise permanente de 10% sur le prix de tous les jeux, la plupart exclusifs, présentés dans notre catalogue trimestriel gratuit. PLUS DE100 JEUX DU MONDE ENTIER,TESTES ET SELECTIONNES. A commander par correspondance ou à acheter directement dans l'un de nos Relais-Boutiques dont la liste figure dans le catalogue. Commandez votre — ou vos — WARGAMES parmi ceux de cette page. Consultez nos conditions. Elles sont simples : votre seule obligation consiste en au moins un achat trimestriel (il y a des jeux à 50 F dans notre catalogue), pendant un an (soit quatre jeux dans l'année). Vous pouvez aussi acheter un ou plusieurs WARGAMES de cette offre sans vous inscrire au CLUB JEUX DESCARTES... Vous serez séduits par les joies pures des jeux de haute stratégie. Combats magiques entreI> sorciers. Magie et diplomatie. Se joue à plusieurs joueurs, jusqu'à 6 (2 cartes - 2 feuilles de pions - 2 dés - règles du jeu). FORCE 8/10. r rORn Des humains et des extraterrestres luttent pour contrôler les points clés de la galaxie. Se joue a plusieurs (1 carte de la galaxie 55 x 85 - 200 pions - règles du jeu - carnet de feuilles de mouvement) FORCE 8/10. RÉF. : 2383 PRIX.120F 4000 A D 4 000 AD Conflit interstellaire : des vaisseaux spatiaux s'affrontent a la conquète d'un empire planétaire. Combats et possessions (8 vecteurs d'hyper-espace - 4 flottes adverses - 1 livret tactique - règles du jeu). FORCE 8/10. RÉF. : 2058 PRIX : 90F RÉF : 2441 PRIX 120F A compléter, découper (ou recopier) et à retourner à CLUB JEUX DESCARTES 5, rue de la Baume - 75008 PARIS MI CONDITIONS D'ABONNEMENT AU CLUB Pour adhérer au Club Jeux Descartes, il vous suffit de commander un jeu en utilisant le présent bulletin. Vous bénéficiez immédiatement de notre remise spéciale Club de 10% strictement réservée à nos clientsclub. Votre seule obligation sera d'acquérir, chaque trimestre, par correspondance ou en Relais-Boutique, un jeu choisi sur notre catalogue trimestriel que vous recevrez gratuitement.. L'abonnement est souscrit pour une durée minimum d'un an. Passé ce délai, il est renouvelable par tacite reconduction, sauf préavis écrit de deux mois. Après examen de votre premier catalogue Jeux Descartes vous pouvez annuler dans les 8 jours, suivant sa réception, votre adhésion, ce, sans aucune obligation. Dans ce cas il vous suffit de nous retourner votre carte BULLETIN D'INSCRIPTION AU CLUB M. 0 NOM I écrue en majuscules SVRI (ou d'achat sans inscription) Mmen I 1 I 11 I _Li Mlle D COCHER PRÉNOM I i I Nol I RUE L I t I 1 I 1_1_1 VILLE 1 Ill Profession et âge L I 1 Code Postal (Facultatif) D J'ai pris connaissance de vos conditions d'admission au club et désire m'inscrire. Je bénéficie immédiatement de la remise spéciale de 10%. DATE LU ET APPROUVE SIGNATURE (des parents pour les mineurs) D Je ne désire pas bénéficier des avantages club et ne signe pas ci-dessus. Adressez-moi simplement les articles que j'ai commandés ci-contre. Je joins mon paiement sans en déduire la remise spéciale de 10°/BON DE COMMANDE Pour étre validée, toute inscription doit obligatoirement étre accompagnée d'une commande établie ci-dessous lité Désignation Réf. I P.U. PRIX TOTAL —... -. JEDESIRE m'inscrire a 1 Frais de port + 7,00 F. >TOTAL A PAYER II Je joins cette somme par : 0 chèque-bancaire D mandat-poste DC.C.P. 3 volets, sans indiquer de n°de compte à l'ordre de JEUX DESCARTES. (ÉTRANGER : chèque en F F.compensable à Paris). 4 80 02 02,
c'C fino offnfm:C Pour ce deuxième numéro, nous avons rendu visite à Robert Altman, le réalisateur notamment de « M.A.S.H. » (Palme d'Or à Cannes en 1970), « Le Privé », « 3 Femmes » et, plus récemment, « Un Mariage » et « Un couple parfait ». Sa passion du jeu transparaissait déjà dans « California Split », mais c'est dans « Quintet » qu'elle s'est vraiment révélée. Car « Quintet » est à la fois un film et un jeu. Nous avons parlé du film et joué au jeu après avoir posé la question traditionnelle : à quoi jouez-vous ? robert altman J & S. A quoi jouez-vous, Robert Altman ? R.A. A tout. Beaucoup... trop ! J & S. Etes-vous surtout attiré par les jeux d'argent où le goût du risque joue un rôle prépondérant ou plutôt par les jeux qui exigent une réflexion stratégique ? R.A. C'est la même chose. Mon jeu d'argent favori, c'est le craps. Et le jeu de stratégie que je préfère, c'est le backgammon. Sans doute parce qu'il se joue seulement à deux, facilement et vite. Je n'aime pas les échecs, ça dure trop longtemps, et il n'est pas toujours commode de trouver des adversaires. Mais tous les gens avec qui je travaille sont des joueurs. J & S. Vous jouez donc tout le temps ? R.A. Presque tout le temps... Parce que je n'ai pas envie de penser, ou tout simplement de réfléchir à ce qui devrait me préoccuper. Je me dis : je vais me fabriquer un problème... mots croisés, réussite, n'importe quoi. Si je dois passer six heures de vol entre Los Angeles et New York, j'emporte mon jeu de backgammon et j'essaie d'emmener quelqu'un pour jouer avec moi. J & S. Et pourquoi pas un backgammon électronique ? R.A. Ce n'est pas drôle. Je suis plus fort que l'ordinateur, je le bats à tous les coups. Parce que je sais comment il réagit, comment lui faire perdre pied, l'embrouiller. Si je voyage seul, je préfère ouvrir mon jeu et chercher un joueur dans l'avion. J & S. Ça se repère facilement, un joueur ? R.A. Oui... Mais attention, il y a là un mot qui manque à là langue française, je crois. Pour votre « joueur », nous employons deux mots : game-player et gambler. Le game-player est fasciné par le jeu lui-même, par sa technique. Il adore toutes les sortes de jeux : Monopoly, wargames ou échecs, du plus simple au plus élaboré. C'est la connaissance du jeu qui l'intéresse. Pour le gambler, l'idée qui domine, c'est le goût du risque, et le désir de gagner. C'est différent. Ainsi, au backgammon, je suis un game-player relativement moyen, mais un gambler passionné. J & S. Parlons un peu de votre film « Quintet ». Tout son scénario est construit autour d'un jeu, qui s'appelle également Quintet ». C'est vous qui en avez inventé les règles ? R.A. Oui. Nous sommes partis d'une idée de film. Puis, j'ai cherché ce que j'appelle un « jeu de culture », c'est-àdire un jeu qui reflète l'image d'une société. La plupart des cultures en ont un : le mah-jong, par exemple, ou le go. J'ai ainsi inventé le Quintet. Nous y avons joué quelques semaines, puis nous en avons modifié les règles, nous les avons mises au point. C'est un jeu très simple... et un très bon jeu ! Un jeu de gamblers, un jeu à risque. Le problème est de trouver cinq partenaires, puisqu'il se joue à six personnes. Et il sera d'autant plus intéressant que les joueurs seront de forces équivalentes. C'est pareil pour tous les jeux, du reste. D'autre part, plus lesrègles sont simples, et plus les qualités personnelles des adversaires seront décisives. J & S. Le jeu du Quintet n'a pas été commercialisé ? R.A. Il devait l'être. Jusqu'à ce que les directeurs de la Fox aient vu le film. A ce moment-là, ils ont changé d'idée : car ils étaient persuadés, au départ, que ce serait un jeu que l'on offrirait aux enfants pour Noël... (Rire.) J & S. Le scénario du film suit-il strictement les règles du jeu ? R.A. Autant que possible, mais pas strictement. Il les suit dans l'ordonnancement des meurtres, par exemple. Si je dois tuer quelqu'un et que ce quelqu'un doit vous tuer, vous et moi pouvons nous allier. J & S. Pourquoi cc Quintet », pourquoi le chiffre cinq ? Esthétique ? Logique ? Pourquoi pas six, par exemple ? R.A. Pourquoi pas, en effet... Mais ce fut 5. Ou plutôt c'est 6 : vous avez cinq cases, plus une sixième, qui est le limbe ; vous avez cinq joueurs, plus un sixième, qui intervient dans des conditions particulières. Je ne sais pas... On pourrait y jouer à trois, en fait. Je crois que l'intérêt du jeu, c'est de mettre les gens en colère. C'est même, à mon avis, l'intérêt, mais aussi le rôle essentiel, de n'importe quel jeu. Supposez que nous soyons en train de jouer au Quintet. Je lance les dés : je tire 4 et 3. Je peux donc : soit venir sur telle case, soit vous tuer. Je choisis de vous tuer. Bien entendu, vous serez furieux, puisque je n'étais pas forcé de le faire... J & S. Et c'est ça qui fait l'intérêt du jeu ? R.A. Oui. Encore que tout le monde n'en convienne pas toujours. Mais c'est ça, oui : donner libre cours à l'agressivité. J & S. Est-ce le premier de vos films dont la trame s'inspire directement des règles d'un jeu, inventé pour la circonstance ou préexistant ? R.A. Oui, je crois. « Images » s'apparentait à un puzzle, « California split » parlait du jeu, du gambling et des gamblers, mais n'était pas construit sur des règles précises. J & S. Y a-t-il des jeux que vous n'aimez pas ? R.A. Oui, tous les jeux de « cache quelque chose », les jeux de déduction. Vous savez, ces jeux où l'on agence des couleurs et des emplacements... J & S. Le Mastermind, par exemple ? R.A. Le Mastermind, oui. J'y suis nul. Mon cerveau refuse absolument de fonctionner. En revanche, j'ai passé ma vie à jouer aux cartes. Je connais presque tous les jeux de cartes, et je pense que je pourrais apprendre très vite n'importe lequel de ceux que je ne connais pas. J & S. Revenons un instant sur l'agressivité : à quel moment entre-telle dans le jeu ? R.A. Dès que vous l'avez apprise, reconnue et mise en pratique. Il faut être agressif pour gagner. 15



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Jeux & Stratégie numéro 1 jan/fév/mar 1980 Page 1Jeux & Stratégie numéro 1 jan/fév/mar 1980 Page 2-3Jeux & Stratégie numéro 1 jan/fév/mar 1980 Page 4-5Jeux & Stratégie numéro 1 jan/fév/mar 1980 Page 6-7Jeux & Stratégie numéro 1 jan/fév/mar 1980 Page 8-9Jeux & Stratégie numéro 1 jan/fév/mar 1980 Page 10-11Jeux & Stratégie numéro 1 jan/fév/mar 1980 Page 12-13Jeux & Stratégie numéro 1 jan/fév/mar 1980 Page 14-15Jeux & Stratégie numéro 1 jan/fév/mar 1980 Page 16-17Jeux & Stratégie numéro 1 jan/fév/mar 1980 Page 18-19Jeux & Stratégie numéro 1 jan/fév/mar 1980 Page 20-21Jeux & Stratégie numéro 1 jan/fév/mar 1980 Page 22-23Jeux & Stratégie numéro 1 jan/fév/mar 1980 Page 24-25Jeux & Stratégie numéro 1 jan/fév/mar 1980 Page 26-27Jeux & Stratégie numéro 1 jan/fév/mar 1980 Page 28-29Jeux & Stratégie numéro 1 jan/fév/mar 1980 Page 30-31Jeux & Stratégie numéro 1 jan/fév/mar 1980 Page 32-33Jeux & Stratégie numéro 1 jan/fév/mar 1980 Page 34-35Jeux & Stratégie numéro 1 jan/fév/mar 1980 Page 36-37Jeux & Stratégie numéro 1 jan/fév/mar 1980 Page 38-39Jeux & Stratégie numéro 1 jan/fév/mar 1980 Page 40-41Jeux & Stratégie numéro 1 jan/fév/mar 1980 Page 42-43Jeux & Stratégie numéro 1 jan/fév/mar 1980 Page 44-45Jeux & Stratégie numéro 1 jan/fév/mar 1980 Page 46-47Jeux & Stratégie numéro 1 jan/fév/mar 1980 Page 48-49Jeux & Stratégie numéro 1 jan/fév/mar 1980 Page 50-51Jeux & Stratégie numéro 1 jan/fév/mar 1980 Page 52-53Jeux & Stratégie numéro 1 jan/fév/mar 1980 Page 54-55Jeux & Stratégie numéro 1 jan/fév/mar 1980 Page 56-57Jeux & Stratégie numéro 1 jan/fév/mar 1980 Page 58-59Jeux & Stratégie numéro 1 jan/fév/mar 1980 Page 60-61Jeux & Stratégie numéro 1 jan/fév/mar 1980 Page 62-63Jeux & Stratégie numéro 1 jan/fév/mar 1980 Page 64-65Jeux & Stratégie numéro 1 jan/fév/mar 1980 Page 66-67Jeux & Stratégie numéro 1 jan/fév/mar 1980 Page 68-69Jeux & Stratégie numéro 1 jan/fév/mar 1980 Page 70-71Jeux & Stratégie numéro 1 jan/fév/mar 1980 Page 72-73Jeux & Stratégie numéro 1 jan/fév/mar 1980 Page 74-75Jeux & Stratégie numéro 1 jan/fév/mar 1980 Page 76-77Jeux & Stratégie numéro 1 jan/fév/mar 1980 Page 78-79Jeux & Stratégie numéro 1 jan/fév/mar 1980 Page 80-81Jeux & Stratégie numéro 1 jan/fév/mar 1980 Page 82-83Jeux & Stratégie numéro 1 jan/fév/mar 1980 Page 84-85Jeux & Stratégie numéro 1 jan/fév/mar 1980 Page 86-87Jeux & Stratégie numéro 1 jan/fév/mar 1980 Page 88-89Jeux & Stratégie numéro 1 jan/fév/mar 1980 Page 90-91Jeux & Stratégie numéro 1 jan/fév/mar 1980 Page 92-93Jeux & Stratégie numéro 1 jan/fév/mar 1980 Page 94-95Jeux & Stratégie numéro 1 jan/fév/mar 1980 Page 96-97Jeux & Stratégie numéro 1 jan/fév/mar 1980 Page 98-99Jeux & Stratégie numéro 1 jan/fév/mar 1980 Page 100