Intelligence Magazine n°1 nov/déc 2014
Intelligence Magazine n°1 nov/déc 2014
  • Prix facial : 6,80 €

  • Parution : n°1 de nov/déc 2014

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Lafont Presse

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 100

  • Taille du fichier PDF : 30 Mo

  • Dans ce numéro : entretien sur la mémoire avec le professeur Hélène Amieva.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 44 - 45  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
44 45
« DES BREVETS AUSSI Albert Einstein fut aussi un inventeur pour la bonne cause. Pour mener à bien ses recherches, certains instruments manquaient. Il crée ainsi un voltmètre hypersensible avec Paul Habicht, ainsi que différents types de réfrigérateurs avec l’un de ses étudiants, Leo Szilard, avec lequel il met aussi au point des appareils de correction auditive. En apparence, la vie n’a aucun sens, et pourtant, il est impossible qu’il n’y en ait pas un ! (Albert Einstein) 1999 COUVERTURE DU TIME » Ce fut l’année où Einstein fut nommé Personnalité du siècle par le magazine Time pour son génie, associé à sa passion pour la justice sociale, son dévouement à la cause pacifiste. Lorsque l’on parle d’Einstein aujourd’hui, il est impossible de séparer son œuvre de ses opinions. 44 INTELLIGENCE MAGAZINE GÉNIES PORTRAIT ALBERT EINSTEIN C’est aussi grâce à Einstein que l’on a découvert l’existence des trous noirs, des étoiles dont le champ gravitationnel est si intense que la lumière ne peut s’en échapper, garantissant ainsi leur invisibilité. de sa vie à prendre des positions claires, homme et citoyen du monde. Nullement détaché des réalités, il n’est pas en dehors des préoccupations des humains et son intelligence extraordinaire ne l’a pas éloigné de la condition humaine. Einstein n’a rien du savant fou perdu dans ses équations. Dès 1914, il met en avant ses opinions pacifistes et restera fidèle à cette prise de position. En 1928, il est d’ailleurs nommé président de la Ligue des Droits de l’Homme, une reconnaissance de son action. La même année, il participe au premier cours universitaire de Davos et voyage partout dans le monde. Ses opinions pacifistes, voire antimilitaristes, couplées à sa judéité, lui vaudront des ennuis dès les années 20 en Allemagne quand il s’élève contre la barbarie aryenne qu’il voit poindre. En 1933, il comprend qu’il lui faut quitter l’Allemagne. Il part donc s’installer aux Etats-Unis où il travaille à Princeton. Tout au long de sa vie, il n’hésitera pas à s’engager pour des causes qu’il estime être justes. EINSTEIN, PRÉSIDENT ? Son engagement ne va cependant pas au point de vouloir entrer dans la sphère politique ni d’accepter la présidence de l’Etat d’Israël en 1952, une offre qui lui est faite par Ben Gourion en personne. Il la décline sans regrets, sachant qu’il n’est pas fait pour les compromissions nécessaires à la vie politique. D’autant qu’il était plutôt favorable à l’établissement d’une nouvelle nation où les deux peuples cohabiterait, Juifs et Palestiniens. Ses engagements lui valent bien des ennuis. Au-delà même de la nécessité de l’exil, il reçoit des lettres de menaces et sa théorie elle-même est attaquée alors que c’est l’homme qui est visé. LE PROJET MANHATTAN C’est sa lettre à Roosevelt, élaborée avec deux physiciens allemands réfugiés aux USA qui va modifier le cours de l’histoire. Ce courrier avait pour objet d’alerter sur les risques potentiels des dernières découvertes de l’Allemagne, et la possible fabrication d’une bombe atomique. Elle est remise au président au moment même de l’invasion de la Pologne en septembre 1939. Pourtant, cela eut un effet inattendu : la fabrication de la première bombe nucléaire, mais par les Etats-Unis. Manhattan, nom de code du projet de recherche finit par aboutir à la première bombe atomique lâchée sur le Japon. Le Royaume-Uni et le Canada y participèrent. Ce fut une entreprise colossale qui employa 130 000 personnes et coûta à l’époque 2 milliards de dollars. Albert Einstein écrit à nouveau à Roosevelt pour lui demander de renoncer, sans succès. Contrairement à ce qui est souvent dit, il ne participa pas au projet Manhattan, même si ses découvertes jouèrent un rôle primordial car il était effectivement à l’origine de la fission nucléaire. Il ne cessera de lutter après la seconde guerre mondiale pour qu’un désarmement atomique ait lieu, et ce jusqu’à sa mort. Cet homme n’avait peur de rien : socialiste, il mettait en avant ses opinions en pleine période maccarthyste aux Etats-Unis, il n’hésitait pas à critiquer Israël à l’occasion de Deir Yassin, écrivait pour demander la grâce
des époux Rosenberg, et faciliter l’entrée d’immigrants en Amérique. Cet homme courageux et fidèle à ses opinions refusait également d’intervenir dans des universités qui pratiquaient la ségrégation raciale. UN HOMME POURTANT COMME LES AUTRES Albert Einstein rencontre sa première femme, Mileva Maric, une Serbe de nationalité hongroise, en Suisse. Elle étudie dans le même établissement que lui, particulièrement douée en mathématiques. Ils auront une enfant dont l’existence est restée longtemps méconnue, né en 1902. Il épouse Mileva l’année suivante, et deux autres garçons voient le jour en 1904 et 1910. A Berlin, pendant la première guerre mondiale, les époux se séparent et Albert Einstein se rapproche d’une cousine, Elsa. Devenue sa compagne, il a de grandes difficultés à vivre une vraie vie de famille, sa tendance à la solitude prenant le pas sur une véritable vie de couple. L’homme a pourtant eu bien des succès féminins, il est largement sollicité, pourtant il apprécie son confort bourgeois ainsi que la bonne cuisine. On pourrait sans doute le qualifier de bon vivant, même s’il apprécie aussi la solitude. En matière de religion, il est bien évident qu’il n’adhère nullement à une croyance aveugle ou sociale. Mais il se dit religieux lorsqu’il se met en contemplation face à l’univers. La présence de Dieu est donc évidente de ce fait, mais il ne s’agit pas d’un sentiment dogmatique. GÉNIAL ET EXCENTRIQUE Les photos que l’on a en tête d’Einstein participent à la vision de l’homme. Ses cheveux ébouriffés, ses rides marquées, ses grands yeux noirs font presque penser GÉNIES PORTRAIT ALBERT EINSTEIN aux Marx Brothers. Il faut dire qu’au-delà de simplement tirer la langue, il n’hésitait pas à se monter en robe de chambre ou avec des parures inattendues sur la tête. Il fait parfois penser à une sorte de professeur Tournesol génial et moins sourd aux bruits du monde. Il faut le dire, Einstein savait se rendre populaire : il n’hésitait pas à faire des blagues, n’ayant absolument aucune crainte d’écorner son image. Et après tout, pourquoi ne pas être follement excentrique lorsque l’on est génial. Nombreux ont été ceux, totalement admiratifs, face à un cerveau capable d’engendrer une théorie aussi complexe à partir d’expériences aussi ténues. Si l’homme est toujours aussi présent dans nos esprits, ce n’est pas uniquement du fait de son intelligence extraordinaire, mais aussi et peut-être surtout de par sa personnalité et ses opinions. Cet Allemand d’origine juive a su s’élever toute sa vie contre les injustices, n’hésitant pas à élever la voix, à se prononcer pour et contre, quitte à modifier sa façon de voir les choses au fil du temps, tentant de rester fidèle à ses opinions et marqué à jamais par la montée hitlérienne. Quelle destinée que celle de cet être humain, ardent défenseur de la paix toute sa vie, à l’origine totalement involontaire de la bombe la plus puissante de l’époque. Un destin de grandeur et de tragédie. Il ne cessa d’être aimé, ce qui le protégea d’ailleurs du FBI et de Mc- Carthy. Sa popularité est toujours aussi évidente, quelques soixante ans après sa mort. Normal, que des années plus tard, le monde continue de saluer son génie. n V.D. Doté d’un intelligence hors normes, Albert Einstein était aussi un homme de paix. CÉRÉBRAL MAIS SPORTIF Albert Einstein a toujours apprécié l’activité physique. Loin d’être une intelligence désincarnée, il aimait à pratiquer la marche, la voile et d’autres sports. UN CERVEAU LUI AUSSI LÉGENDAIRE Bravant les dispositions testamentaires d’Einstein, le médecin légiste conserva le cerveau ainsi que les yeux du savant. De nombreuses histoires plus ou moins véridiques ont circulé à ce sujet, mais il semble bien que ce cerveau n’avait a priori aucune spécificité connue et vérifiée. Quant à son poids, il aurait été plus léger que la moyenne. Encore une histoire de masse et de relativité ? POUR ALLER PLUS LOIN « Comment je vois le monde » d’Albert Einstein, Ed. Flammarion. « Quatre conférences sur la relativité » d’Albert Einstein, Ed. Dunod. « Einstein : la vie d’un génie » de Walter Isaacson, Ed. Guy Trédaniel. INTELLIGENCE MAGAZINE 45



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Intelligence Magazine numéro 1 nov/déc 2014 Page 1Intelligence Magazine numéro 1 nov/déc 2014 Page 2-3Intelligence Magazine numéro 1 nov/déc 2014 Page 4-5Intelligence Magazine numéro 1 nov/déc 2014 Page 6-7Intelligence Magazine numéro 1 nov/déc 2014 Page 8-9Intelligence Magazine numéro 1 nov/déc 2014 Page 10-11Intelligence Magazine numéro 1 nov/déc 2014 Page 12-13Intelligence Magazine numéro 1 nov/déc 2014 Page 14-15Intelligence Magazine numéro 1 nov/déc 2014 Page 16-17Intelligence Magazine numéro 1 nov/déc 2014 Page 18-19Intelligence Magazine numéro 1 nov/déc 2014 Page 20-21Intelligence Magazine numéro 1 nov/déc 2014 Page 22-23Intelligence Magazine numéro 1 nov/déc 2014 Page 24-25Intelligence Magazine numéro 1 nov/déc 2014 Page 26-27Intelligence Magazine numéro 1 nov/déc 2014 Page 28-29Intelligence Magazine numéro 1 nov/déc 2014 Page 30-31Intelligence Magazine numéro 1 nov/déc 2014 Page 32-33Intelligence Magazine numéro 1 nov/déc 2014 Page 34-35Intelligence Magazine numéro 1 nov/déc 2014 Page 36-37Intelligence Magazine numéro 1 nov/déc 2014 Page 38-39Intelligence Magazine numéro 1 nov/déc 2014 Page 40-41Intelligence Magazine numéro 1 nov/déc 2014 Page 42-43Intelligence Magazine numéro 1 nov/déc 2014 Page 44-45Intelligence Magazine numéro 1 nov/déc 2014 Page 46-47Intelligence Magazine numéro 1 nov/déc 2014 Page 48-49Intelligence Magazine numéro 1 nov/déc 2014 Page 50-51Intelligence Magazine numéro 1 nov/déc 2014 Page 52-53Intelligence Magazine numéro 1 nov/déc 2014 Page 54-55Intelligence Magazine numéro 1 nov/déc 2014 Page 56-57Intelligence Magazine numéro 1 nov/déc 2014 Page 58-59Intelligence Magazine numéro 1 nov/déc 2014 Page 60-61Intelligence Magazine numéro 1 nov/déc 2014 Page 62-63Intelligence Magazine numéro 1 nov/déc 2014 Page 64-65Intelligence Magazine numéro 1 nov/déc 2014 Page 66-67Intelligence Magazine numéro 1 nov/déc 2014 Page 68-69Intelligence Magazine numéro 1 nov/déc 2014 Page 70-71Intelligence Magazine numéro 1 nov/déc 2014 Page 72-73Intelligence Magazine numéro 1 nov/déc 2014 Page 74-75Intelligence Magazine numéro 1 nov/déc 2014 Page 76-77Intelligence Magazine numéro 1 nov/déc 2014 Page 78-79Intelligence Magazine numéro 1 nov/déc 2014 Page 80-81Intelligence Magazine numéro 1 nov/déc 2014 Page 82-83Intelligence Magazine numéro 1 nov/déc 2014 Page 84-85Intelligence Magazine numéro 1 nov/déc 2014 Page 86-87Intelligence Magazine numéro 1 nov/déc 2014 Page 88-89Intelligence Magazine numéro 1 nov/déc 2014 Page 90-91Intelligence Magazine numéro 1 nov/déc 2014 Page 92-93Intelligence Magazine numéro 1 nov/déc 2014 Page 94-95Intelligence Magazine numéro 1 nov/déc 2014 Page 96-97Intelligence Magazine numéro 1 nov/déc 2014 Page 98-99Intelligence Magazine numéro 1 nov/déc 2014 Page 100